background preloader

Sweatshops : comment Nike s'est refait une virginité

Sweatshops : comment Nike s'est refait une virginité
Le géant de la basket a longtemps été le symbole des mauvaises conditions de travail. Il n'y a pas si longtemps, Nike était encore dénoncée publiquement pour ses pratiques de travail, à tel point que l'image de la société et les ventes en avaient grandement souffert. L'effondrement d'une usine au Bangladesh en avril dernier a servi de rappel : si Nike a réussi à redorer son blason, ses techniques de production n'ont pas vraiment évolué. Nike a été l'une des premières entreprises contestées pour la simple raison qu'elle était la plus florissante. Son modèle commercial consistait à sous-traiter la fabrication de ses produits et dédier l'argent économisé à des campagnes de marketing agressif. La marque a restauré son image. Des preuves d'abus font surface : des employées vietnamiennes sont maltraitées au motif qu'elles ne portent pas les chaussures réglementaires Nike communique sa première réponse officielle aux protestations en instaurant un code de conduite dans ses usines.

http://www.journaldunet.com/economie/industrie/nike-et-les-sweatshops.shtml

Related:  L'étudeNikeorane_blsjdlachatDocuments sélectionnés

Nike, une petite marque devenue un empire mondial par François Lenglet Phil Knight, le fondateur de Nike, numéro 1 mondial de la chaussure de sport, a annoncé qu'il prenait sa retraite, à 77 ans. L'histoire de cet entrepreneur génial, père de Nike mais aussi de la mondialisation moderne, commence dans l'Oregon, un État de la côte ouest américaine. C'est avec son entraîneur qu'il a l'idée de lancer une gamme de chaussures de sport, alors qu'il est étudiant.

Nike Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le nom Nike est inspiré de la déesse grecque de la victoire Niké, déesse ailée capable de se déplacer à grande vitesse, dont la représentation la plus connue, une statue exposée au Louvre, est la Victoire de Samothrace. La marque a assuré sa notoriété par un logo simple et rapidement reconnaissable : le Swoosh, une virgule posée à l'envers et à l'horizontale ; il a été créé par Carolyn Davidson en 1971[4] comme une représentation stylisée de l'aile de la déesse. En 2005, Nike réalise 55 % de ses ventes à l'étranger[5]. L'entreprise est actuellement le plus grand équipementier sportif dans le monde, avec un chiffre d'affaires pour 2013 de 25,29 milliards de dollars[6].

Les esclaves cachés qui font la fortune des "grandes marques" Sous la pression des organisations syndicales et des associations de consommateurs américains, le groupe Nike, dirigé par Philip Knight, a dû reconnaître, dans un rapport officiel publié par le groupe, les conditions de travail déplorables et l’exploitation brutale que subissent les salariés dans les usines de ses sous-traitants, en Indonésie. Selon les termes du rapport, dont les révélations sont certainement en dessous de la réalité, "2,5% des salariés ont déclaré avoir été victimes d’attouchements sexuels" et "3% ont déclarés avoir été victimes d’abus physiques de la part de leur hiérarchie". Nike, soucieux de redorer son image, a créé, en partenariat avec la Banque Mondiale, une institution prétendument "indépendante" pour étudier les conditions de travail chez ses sous-traitants. Chez Nike, au Salvador, la semaine de travail s’élève à 60 heures par semaine. Les femmes sont soumises à un test obligatoire pour vérifier qu’elles ne sont pas enceintes.

mars 2015 – tpenike Nike, au travers de ses sous-traitants, ses circuits de distribution, de marketing et de recherche à travers le monde peut prendre des décisions à l’échelle globale : – elle pourra choisir d’investir dans le marketing dans tel ou tel pays – selon les derniers résultats, choisir de renouveler un contrat chez un sous-traitant de tel pays ou dans un autre plus intéressant – ajuster ses tarifs, et sponsoriser des équipes de sport Ethique. Comment Nike a été forcé de changer ses pratiques Rédigé par Annabelle, le 11 Jan 2013, à 15 h 50 min Cette information dont le Guardian(1) anglais s’est fait écho l’année dernière devrait convaincre même les plus sceptiques : oui, le travail et l’activisme des associations peut donner des résultats concrets ! Cela se produit même lorsqu’on s’attaque à des “Goliath” : Nike, qu’on ne présente pas, a plié sous la pression des activistes qui l’exhortent depuis des années à employer des méthodes plus éthiques.

Nike encore critiquée pour ses conditions de travail à l'étranger Des dizaines de travailleurs interrogés par l'Associated Press (AP) et un document publié par Nike laissent croire que le géant des espadrilles et des vêtements de sport a encore un long chemin à parcourir avant de respecter les normes qu'il a lui-même établis il y a une décennie afin de faire cesser sa dépendance à la main-d'oeuvre de misère. Cela ne semble pas avoir empêché les agressions supposément subies par des travailleurs de l'usine du Pou Chen Group à Sukabumi, à plus de 100 kilomètres de Jakarta. L'entreprise n'a pas commencé à fabriquer des produits Converse avant que quatre ans ne se soient écoulés depuis l'achat de Converse par Nike. Une employée a soutenu avoir reçu un coup de pied d'un superviseur l'an dernier, après avoir fait une erreur en coupant du caoutchouc pour les semelles.

Le succès de la marque Nike expliqué par Pikandclik - Pik and Clik Née en Oregon, aux États-Unis, Nike est aujourd'hui le numéro 1 mondial des marques d'équipement sportif. Naissance et début C'est en 1950 à l'université de l'Oregon que tout commence. Bill Bowerman, entraîneur, et son coureur, Phil Knight sont à la recherche d'une formule pour améliorer leurs performances, les deux hommes en viennent alors à importer des chaussures provenant du Japon, créées par Mr Tiger. L’entreprise se nomme alors Blue Ribbon Sports (BRS). En 1965, Bowerman et Knight cherchent à améliorer leurs produits.

Nike: vers la fin des ateliers de misère? Nike pourrait-elle devenir une marque éthique? La multinationale de l’équipement sportif n'a pas encore tout juste mais elle fait preuve de plus de transparence qu’il y a 20 ans. Dans les années 90, le boycott de la marque lancé par des ONG contre les mauvaises conditions de travail chez ses sous-traitants s’est révélé efficace. Nike est depuis obligée d'être plus transparente sur ses pratiques. 150 rapports d’inspection dans ses usines sont désormais consultables. Nike comme ses concurrents ne peuvent donc plus ignorer les critiques des ONG. Il y a un an, Greenpeace l’accusait avec Adidas de laisser leurs sous-traitants polluer des cours d’eau.

Malgré les drames et scandales, l'industrie a la mémoire courte FOCUS - L'effondrement meurtrier du Rana Plaza au Bangladesh a contraint les géants de la mode à s'engager à améliorer la sécurité des usines du pays. Sur fond de course à la productivité, le risque d'accidents persiste malgré les promesses des industriels. «Sur le front des conditions humaines du travail, on refait toujours les mêmes erreurs», juge Michel Llory*, ingénieur spécialiste de la sécurité et de la prévention des accidents. L'exploitation des employés chez Nike En juin 1996, le magazine Life publie un article sur le travail des enfants au Pakistan. Une photo de l'article montre un enfant de douze ans qui assemblait un ballon de soccer Nike. L'article rapportait que l'enfant fait cela durant toute une journée pour n'en retirer que 0,60 $US. En Chine, toute forme de protestation de la part des employés amenait inévitablement des congédiements.

Nike Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le nom Nike est inspiré de la déesse grecque de la victoire Niké, déesse ailée capable de se déplacer à grande vitesse, dont la représentation la plus connue, une statue exposée au Louvre, est la Victoire de Samothrace. La marque a assuré sa notoriété par un logo simple et rapidement reconnaissable : le Swoosh, une virgule posée à l'envers et à l'horizontale ; il a été créé par Carolyn Davidson en 1971[4] comme une représentation stylisée de l'aile de la déesse.

Related: