background preloader

« Strophes pour se souvenir » de Louis Aragon : Pistes pédagogiques - Poètes en résistance - Centre National de Documentation Pédagogique

« Strophes pour se souvenir » de Louis Aragon : Pistes pédagogiques - Poètes en résistance - Centre National de Documentation Pédagogique
Louis Aragon, « Strophes pour se souvenir » Pistes pédagogiques En 1955, à l’occasion de l’inauguration d’une rue « Groupe Manouchian » à Paris, Louis Aragon écrit le poème « Strophes pour se souvenir », dans lequel il rend hommage à ces résistants « étrangers » arrêtés par les Allemands et fusillés le 21 février 1944. Onze ans après la fin du conflit, l’heure n’est plus à la lutte mais au devoir de mémoire. Le titre du poème annonce de manière claire le projet de lecture : il s’agit d’utiliser la forme poétique (« Strophes ») afin de lutter contre l’oubli et la banalisation du mal (« pour se souvenir »). Le poème s’inscrit ainsi dans la grande tradition littéraire des oraisons funèbres, à l’image de Bossuet en son temps ou de Malraux qui, quelques années plus tard, lors du transfert des cendres de Jean Moulin au Panthéon, prononce un discours poignant. Un hommage funèbre Le poème s’inscrit d’emblée dans une démarche de mémoire et d’hommage. L’éloge des résistants Guerre 1939 – 1945.

Invictus : Le poème préféré de Nelson Mandela Invictus est un court poème de l’écrivain William Ernest Henley qui fut cité à de très nombreuses reprises dans la culture populaire, ce qui contribua à le rendre célèbre. C’était le poème préféré de Nelson Mandela. Il est notamment repris dans le film Invictus de Clint Eastwood. TraductionTraduction d’après la VF du film Invictus Dans les ténèbres qui m’enserrent, Noires comme un puits où l’on se noie, Je rends grâce aux dieux quels qu’ils soient, Pour mon âme invincible et fière, Dans de cruelles circonstances, Je n’ai ni gémi ni pleuré, Meurtri par cette existence, Je suis debout bien que blessé, En ce lieu de colère et de pleurs, Se profile l’ombre de la mort, Et je ne sais ce que me réserve le sort, Mais je suis et je resterai sans peur, Aussi étroit soit le chemin, Nombreux les châtiments infâmes, Je suis le maître de mon destin, Je suis le capitaine de mon âme. Traduction d’après la VF de la série Les Frères Scott Prisonnier de ma situation, Je ne veux pas me rebeller. Howl « Hurler »

fiche-histoire-des-arts-aragon-strophes-pour-se-souvenir-doc-de-mme-fremeaux.pdf « La Rose et le Réséda » de Louis Aragon - Poètes en résistance - Centre National de Documentation Pédagogique « La Rose et le Réséda » À Gabriel Péri et d’Estienne d’Orves comme à Guy Môquet et Gilbert Dru Celui qui croyait au ciel celui qui n’y croyait pas Tous deux adoraient la belle prisonnière des soldats Lequel montait à l’échelle et lequel guettait en bas Celui qui croyait au ciel celui qui n’y croyait pas Qu’importe comment s’appelle cette clarté sur leur pas Que l’un fut de la chapelle et l’autre s’y dérobât Celui qui croyait au ciel celui qui n’y croyait pas Tous les deux étaient fidèles des lèvres du cœur des bras Et tous les deux disaient qu’elle vive et qui vivra verra Celui qui croyait au ciel celui qui n’y croyait pas Quand les blés sont sous la grêle fou qui fait le délicat Fou qui songe à ses querelles au cœur du commun combat Celui qui croyait au ciel celui qui n’y croyait pas Du haut de la citadelle la sentinelle tira Par deux fois et l’un chancelle l’autre tombe qui mourra Louis Aragon, mars 1943 (repris dans La Diane française, 1944)

Related: