background preloader

Raconter les temps forts de la Révolution française à partir d'Assassin's Creed Unity

Raconter les temps forts de la Révolution française à partir d'Assassin's Creed Unity
La séquence d’Histoire du programme de 4ème sur la Révolution française s’ouvre sur les “Temps forts”. Le programme insiste sur la nécessité de ne pas trop faire d’événementiel comme l’indique d’ailleurs le titre avec le terme de “temps forts”. C’est en fait toute la difficulté : balayer une période historique extrêmement riche de 15 ans sans faire d’événementiel. Les élèves doivent avoir connaissance de ces périodes : 1789-1791 : l’affirmation de la souveraineté populaire, de l’égalité juridique et des libertés individuelles ; 1792-1794 : la République, la guerre et la Terreur ; 1799-1804 : du Consulat à l’Empire. Le jeu n’a été utilisé ici que comme amorce de la séquence à l’aide de vidéos qui ne font à aucun moment référence à la violence du jeu. Plan de l’article Présentation Démarche Conditions matérielles et techniques Compétences Documents partagés Liste des fichiers en liens Liens vers les questionnaires (version Google Drive) Présentation : Retour menu Démarche : Voici l’animation

http://missiontice.ac-besancon.fr/hg/spip/spip.php?article1461

Related:  H8 : Revolution françaiseRévolution françaiseles régimes politiques EMC

Le calendrier républicain Le calendrier républicain Le 5 octobre 1793, la Convention Nationale fixa par décret, le commencement de l’année révolutionnaire le 22 septembre, à minuit, un an après la proclamation de la république française. L’année fut partagée en 12 mois de 30 jours, plus 5 jours qui n’appartenaient à aucun mois. Chaque mois était partagé en 3 parties égales nommées «décades». Tous les quatre ans, l’année bissextile comportait 6 jours supplémentaires.

Google Earth Pro disponible gratuitement La version Pro de Google dispose de fonctions suplémentaries, notamment l'impression et la possibilité de créer des vidéos. © Google En bref : Google Earth Pro disponible gratuitement - 1 Photo Jusque-là payante, la version professionnelle de Google Earth est désormais gratuite. Créer une frise chronologique collaborative sur les temps forts de la Révolution française Pour compléter le travail effectué sur les temps forts de la Révolution française à partir du jeu Assassin’s Creed Unity, voici une proposition de réalisation de frise chronologique interactive et collaborative. Le travail sur les temps forts, que vous pourrez retrouver dans cet article, porte sur des choix d’événements révolutionnaires. Cependant, certains événements sont plus long à traiter que d’autres et nos élèves ne travaillent pas au même rythme. Cette activité à donc deux intérêts : de permettre dans la dernière heure d’occuper les élèves les plus rapides et de permettre de contextualiser les exemples étudiés par les différents groupes lors de la restitution en classe. Pour ce faire, nous avons utilisé TimelineJS qui a l’intérêt d’être libre.

Calendrier grégorien et calendrier républicain avec conversion. Les noms furent proposés par l'écrivain et homme politique Fabre d'Eglantine. Chaque mois est divisé en 3 décades, soit 30 jours. Ils correspondent à une période de l'année : Vendémiaire : des vendanges ; Brumaire : des brouillards et brûmes ; Frimaire : du froid sec ou humide ; Nivôse : de la neige qui blanchit la terre ; Pluviôse : des pluies qui tombent avec plus d'abondance ; Ventôse : des giboulées et du vent qui vient sécher la terre ; Germinal : de la germination et de la montée de la sève ; Floréal : de l'épanouissement des fleurs ; Prairial : de la récolte des prairies et de la fécondité ; Messidor : des moissons dorées qui couvrent les champs ; Thermidor : de la chaleur solaire et terrestre qui embrase le sol ; Fructidor : des fruits que le soleil dore et mûrit. Les noms des jours de la décade sont :

Chronologie - La révolution française Loin de croire qu’il serait nécessaire de « tout » balayer pour bâtir à neuf, Rousseau au contraire ne cesse de montrer que la vie des corps politiques et des institutions repose sur les mœurs, sur la « loi, gravée dans le cœur des citoyens ». Quand un penseur est persuadé comme il l’est, que les relations sont indissolubles entre politique et éducation, il ne saurait prêcher révolution et guerre civile. Il y a plus : aucune philosophie politique n’est programmatique.

Archives numériques de la Révolution française Les Archives numériques de la Révolution française (ANRF) sont issues d’une collaboration de plusieurs années entre les bibliothèques de l’Université de Stanford et la Bibliothèque nationale de France (BnF), visant à créer une version numérisée des principales sources d’étude de la Révolution française et à les mettre à disposition de la communauté académique internationale. Les Archives s’appuient sur deux sources principales, les Archives parlementaires et un vaste corpus d’images réuni pour la première fois en 1989 et intitulé Images de la Révolution française. Archives parlementaires / Parliamentary archives Les Archives parlementaires sont une collection de sources relatives à la Révolution française, organisées de façon chronologique. Images de la Révolution française / Images of the French Revolution

Cahier TE Date : 8 avril 1789. - Lieu : Le couvent des Révérends Pères Cordeliers. Président : le prévôt royal de Sarrebourg.' Greffier : Embry. Députés, nommés commissaires rédacteurs: Henriet, Berga, Hanzo, Jean Geoffroy, Henry, Schwartz, Membré et Heitz. Comparants : voir au procès-verbal de l'assemblée des trois ordres. La prise de la Bastille, le 14 juillet 1789 Contexte historique La menace d’un complot aristocratique suite à la réunion des états généraux, la nouvelle du renvoi du ministre Necker, le 11 juillet, dénoncé par Camille Desmoulins comme le « tocsin d’une Saint-Barthélemy des patriotes », suscitent une vive émotion dans le peuple parisien, alors que se profile le spectre de la disette et que le roi a massé des troupes autour de Paris. Une milice bourgeoise est constituée en même temps qu’est proclamée une « municipalité insurrectionnelle ». La colère monte et finit par déclencher l’insurrection. La foule qui se pressait devant la Bastille ne cherchait pas à attaquer cette prison d’Etat presque vide, qui n’en demeurait pas moins un symbole de l’arbitraire royal : c’était une forteresse imprenable. Elle exigeait du gouverneur, Bernard Jordan de Launay, des armes et le retrait des canons pointés sur le faubourg Saint-Antoine.

Related: