background preloader

ENQUÊTE - 1 - Le maître caché de l'industrialisation de l’agriculture française

ENQUÊTE - 1 - Le maître caché de l'industrialisation de l’agriculture française
Leur étendard le plus connu reste encore les mille vaches. Mais elles se développent aussi pour les jeunes bovins, avec la ferme des mille veaux ou pour d’autre bétail, à l’image de la ferme des trois mille cochons ou à celle des mille truies. En production de volailles, les chiffres sont encore plus spectaculaires, on parle de 250 000 poules. Le gigantisme gagne aussi les élevages mixtes, comme en Touraine, où la ferme des 2 200 animaux doit accueillir prochainement ensemble, vaches laitières, taurillons, génisses et chèvres. Autant d’avatars d’un même modèle : la ferme-usine. Une logique d’agrandissement sur tout le territoire La carte interactive que publie Reporterre ce jour ne laisse plus de doute : les projets d’élevage géants explosent en France. En 60 ans, le nombre des exploitations agricoles a été divisé par quatre, passant de deux millions en 1955 à 500 000 environ en 2010. Selon FranceAgriMer toujours, les troupeaux laitiers ont grossi de 40 % entre 2000 et 2010.

http://www.reporterre.net/ENQUETE-1-Le-maitre-cache-de-l

Related:  L'industrie agricoleECONOMIE ACTUALITÉS 6CONSO-SOLIDAIRE : Consommons MADINE FRANCE (MIF) !ÉCONOMIE FRANÇAISE 2POLITIQUE ECONOMIQUE FRANCE 3

L’Office européen des brevets impose le brevetage du vivant en Europe Une offensive silencieuse. Ces dernières années, plus d’un millier de demandes de brevets ont été déposées auprès de l’OEB (Office européen des brevets) pour des plantes obtenues par des méthodes de sélection classiques. Une offensive menée par l’industrie et qui déborde le cadre européen, qui destinait avant tout les brevets sur le vivant aux organismes génétiquement modifiée (OGM). En vain, puisque les premiers brevets ont été accordés à des légumes obtenus par des méthodes de sélection classique.

Poutine : Non au néo-libéralisme, Oui au développement national Par William Engdahl Poutine : Non au néo-libéralisme, Oui au développement national Après plus de deux ans d’aggravation de la croissance économique et une économie en difficulté avec un taux d’intérêt des banques centrales à 10,5%, l’attribution de nouveaux crédits qui pourraient stimuler la croissance est pratiquement impossible. Le président russe Vladimir Poutine a finalement brisé un bras de fer entre des factions internes. Le 25 juillet, il a exigé que le groupe économique appelé le Stolypine Club prépare des propositions pour stimuler la reprise de la croissance. Ce plan sera présenté au gouvernement au quatrième trimestre de cette année. Ce faisant, Poutine a rejeté deux factions économiques libérales ou néolibérales influentes qui avaient amené la Russie dans une récession politiquement et économiquement dangereuse avec leur idéologie de marché libre “à l’occidentale”.

Agriculture : "mensonge et compromis, les deux mamelles de la France" La Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA) a présenté des excuses pour les insultes jetées « en touffe » au Président, lors de sa visite du Salon de l’agriculture. « Ça n’est pas respectable, ni pour la fonction, ni pour la personne », a dit Xavier Beulin, le patron du syndicat agricole français. Le Salon a, en effet, résonné des quolibets comme « connard », « fumier » ou le classique – mais néanmoins efficace – « bon à rien » ! Il n’y a que l’oligarchie dominante pour s’offusquer d’une telle grossièreté, elle qui, depuis près de soixante ans, insulte les agriculteurs en leur faisant miroiter de fausses promesses, de faux marchés et de faux profits. La Ve République aura vu et provoqué la mort du petit exploitant agricole face aux grosses exploitations, en favorisant très largement les grandes surfaces et en s’intéressant plus à la politique agricole commune qu’aux producteurs français.

Précarité et pauvreté : une bombe à retardement ? Un mot chasse l’autre : on évoque désormais la précarité plutôt que la pauvreté. Les deux mots désignent-ils la même chose ? La pauvreté touche une fraction de la population, la précarité tend à devenir un statut général. On compte, en France, officiellement 8,6 millions de pauvres, le seuil de pauvreté correspondant à 60 % du salaire médian (à ne pas confondre avec le salaire moyen), soit environ 1.000 euros par mois. Les chômeurs ne sont pas les seuls concernés. S’y ajoutent les bénéficiaires du RSA (deux millions de personnes qui perçoivent moins de 500 euros par mois), des retraités (plus d’un million de personnes) et même certains salariés (les « travailleurs pauvres », près de deux millions de personnes), car avoir un emploi ne protège plus automatiquement de la pauvreté.

Russie : Révolution idéologique 2.0 ! Par Emmanuel Leroy − Octobre 2016 Le 25 juillet 2016, après plus de deux années de sanctions occidentales qui ont partiellement atteint l’économie russe, notamment sur le plan monétaire avec un taux d’intérêt des banques centrales sur le rouble à plus de 10%, Vladimir Poutine a finalement donné son feu vert au club Stolypine contre les libéraux d’Alexeï Koudrine qui avaient amené la Russie dans une récession politiquement et économiquement dangereuse avec leur idéologie de libre marché «à l’occidentale». Cette évolution radicale dans le positionnement de la Russie actuelle doit beaucoup au philosophe russe Alexandre Douguine, qui œuvre depuis de nombreuses années pour briser l’influence occidentale en Russie. Action: InVivo doit cesser d’empoisonner les agriculteurs ! Ce matin à 7h40, une quinzaine d’activistes de Greenpeace a bloqué l’entrée principale de la coopérative agricole InVivo à Paris avec un mur de bidons symbolisant des pesticides.Ces bidons représentent un volume de 10 000 litres, soit l’équivalent du volume de substances actives vendues en une heure et demie en France. En 2012 – 2013, via la vente de pesticides de synthèse, Invivo a réalisé un chiffre d’affaires d’un milliard d’euros. Par ailleurs, Invivo investit dans la recherche et le développement de pesticides chimiques à bas prix, en sachant pertinemment les impacts que ceux-ci peuvent avoir sur la santé. Ces investissements doivent être redirigés vers la recherche de solutions et pratiques alternatives. Nous leur demandons d’arrêter à très court terme la vente des pesticides chimiques les plus dangereux.

Le futur de l’économie russe – RussEurope On trouvera ci-après les réponses que j’ai données lors d’une interview électronique avec le Club Valdai au sujet de l’avenir de l’économie russe, dans le contexte de faibles prix du pétrole, et qui a été publiée sur le site Russia Direct[1]. Ont aussi participé à ce débat Danila Bochkarev, EastWest Institute fellow on economic security issues (Bruxelles, Belgique) et Radhika Desai, professeur au Department of Political Studies et directeur du Geopolitical Economic Research Group, à l’Université du Manitoba (Canada). Le texte est en anglais. Oil prices could be entering a bear market, with some experts now predicting prices falling to as low as $40 per barrel. What are the implications for Russia’s economy?

Je suis agriculteur Avec nos agriculteurs, c’est une partie de notre identité qui s’en va. La crise agricole ne se limite pas à la disparition d’une partie de nos entreprises agricoles françaises. Il s’agit d’une déstabilisation profonde du monde rural français. C’est une partie de nous-mêmes qui est menacée. Le lien entre la France et son agriculture ne remonte pas qu’à Sully et son célèbre « labourage et pâturage sont les deux mamelles de la France ».

Feu vert de la justice allemande pour la ratification de l'accord de libre-échange avec le Canada La justice allemande autorise le gouvernement allemand à signer le traité entre l'UE et le Canada. La Cour constitutionnelle pose néanmoins plusieurs conditions tandis que l'opposition citoyenne au CETA ne faiblit pas. La Cour constitutionnelle de Karlsruhe n'a pas retenu la demande des activistes anti-CETA (Comprehensive Economic and Trade Agreement) qui cherchent à empêcher la ratification de cet accord de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne. Le gouvernement allemand pourra ainsi procéder à la signature du traité le jeudi 27 octobre lors du sommet Canada-UE à Bruxelles. Les associations aidant les migrants clandestins touchent 200 millions de subventions par an, autant que la DGSI Les militants « no border » sont en réalité au cœur d’un juteux système de subventions BREIZATAO – POLITIKEREZH (31/10/2016) Le soutien actif à l’immigration clandestine n’est pas un phénomène spontané. Il est encadré par des dizaines d’organisations politiques qui bénéficient, une fois cumulées, de plus de 200 millions d’euros de subventions annuelles de la part du gouvernement français. C’est plus que le budget de la centrale du renseignement intérieur français, la DGSI (source). C’est le dernier dossier des Contribuables Associés qui le détaille (voir ici) :

Related: