background preloader

Grave épidémie de fomo

Grave épidémie de fomo
La maladie commence par un brutal accès de jalousie. Puis une boule dans la gorge. Elle descend dans l’estomac, noue vos entrailles. Vous vous sentez diminué, triste, inutile. Enfin, vous plongez dans l’abattement, irrité contre tout le monde et en particulier contre vous-même. C’est la nouvelle épidémie de « fomo ». On en parle sur Internet, avec une fiche Wikipédia consacré au « fomo » et des études de Harvard [1]. Peur de manquer quelque chose Fomo vient de l’anglais « fear of missing out ». Pas manquer de quelque chose. Le fomo est provoqué par la vie « complètement fabuleuse » des autres qui s’étale sur Facebook, Twitter, Instagram, les blogs et Internet, et qui contraste brutalement avec les frustrations, les souffrances, les échecs de votre propre vie. Exemple : Vous cuisinez tranquillement des pâtes chez vous. Votre smartphone vibre. Vos pâtes et votre comté sont toujours là. La maladie de la comparaison avec les autres Comment Facebook a transformé notre civilisation Arthur C.

http://www.santenatureinnovation.com/grave-epidemie-de-fomo/

Related:  Addiction numériqueNomophobiecyberdependanceBien-être, mieux-être : un peu de tout, à voir

Et vous, êtes-vous atteint du FOMO sur vos réseaux sociaux préférés ? Vous n’arrivez pas à décrocher ? Vous êtes sans arrêt entrain de consulter vos mails ou les statuts de vos amis sur Facebook ou Twitter ? Vous avez peur de louper quelque chose d’important ? Vous avez sans doute contracté le FOMO. Cette semaine, je vous propose une petite infographie sympathique de la part de timeRAZOR. timeRAZOR, c’est une application mobile (iPhone et Android) qui permet de découvrir des évènements sympathiques près de chez soi.

Peur de toujours rater quelque chose? Vous êtes peut-être atteint de Fomo Scène vécue dans un de ces restaurants parisiens ultracotés dont le carnet de réservations est plein des semaines à l'avance. Le plat arrive. Illico, votre codîneur dégaine l'iPhone qui était déjà à portée de fourchette pour immortaliser le dîner tant attendu, organise la scénographie de la table, prend sa photo et, bam!, la poste presto sur Instagram. En profite pour "checker" au passage les "like" de son post précédent.

Dix règles pour être humain (Source : Bluinc – Traduction Jsf) par Cherie Carter-Scott Vous recevez un corps. Que vous l’aimiez ou le détestiez, c’est à vous de le préserver pour toute la période donnée.Vous allez apprendre des leçons. Révolution numérique : apprendre et guérir autrement ? Révolution numérique : apprendre et guérir autrement ? – le Plus. Article initialement publié par Vanessa Lalo dans leplusnouvelobs le 17/05/11. 63,3 % des Français, âgés de 35,6 ans en moyenne, ont joué à des jeux vidéo au cours des 6 derniers mois [1]. Loin du cliché des geeks et des hardcore gamers, le jeu vidéo et les technologies numériques sont désormais installés dans notre quotidien. Ces outils, longtemps pointés du doigt, peuvent également présenter de nombreux aspects positifs.

Nomophobie La "nomophobie", vous connaissez ? Ce terme étrange est un raccourci pour "no mobile phobia" (la phobie de l'absence de mobile), apparu au Royaume-Uni en 2008. Une récente étude britannique révèle maintenant que 66% des utilisateurs de téléphone portable ressentent une forte angoisse à l'idée d'égarer leur petit bijou. Chez les plus jeunes, entre 18 et 24 ans, le taux de nomophobie atteint 76%. Une pathologie qui s'explique par le progrès technologique, selon le spécialiste Damien Douani. Les téléphones proposent tellement de fonctions que les utilisateurs imaginent difficilement vivre sans: "Le phénomène s'est amplifié avec l'arrivée des smartphones et des forfaits illimités.

Je suis accro à Internet, Accros Internet. Les dangers d'Internet [ risque Internet ] Internet est présent partout aujourd’hui, mais son utilisation massive présente des risques pour la santé. Il existe plusieurs profils d’Internautes qui s’estiment très accros à Internet et ceci en fonction de leur activité principale sur le web : jeux (poker, jeux concours, etc.), jeu en réseau (Wow, Counter-Strike, etc.), chat, forum, messagerie instantanée, blog du type Skyblog, réseau social du type MySpace, Facebook, échange de vidéo du type YouTube et Dailymotion etc. Le fait de passer tout son temps libre derrière un écran à développer des relations virtuelles risque fort de porter préjudice aux rapports entretenus avec les autres dans la vraie vie car l’on consacre moins de temps à ces dernières.

L’ancrage : une excellente technique pour ceux qui pensent trop Attention : la technique que vous allez découvrir peut à elle seule changer beaucoup de choses dans votre vie ! Ce ne sont pas des promesses en l’air, et vous seriez bien bête de passer à côté. D’ailleurs, je me demande bien pourquoi je ne vous en ai pas parlé avant sur ce site… Peut-être que cette technique est si puissante que si je vous en parle, vous n’aurez plus besoin de venir sur ce site… sniff :) Bon aller je prends quand même le risque ! Pour qui est l’ancrage ? Alors déjà, quand je dis que c’est «une technique pour ceux qui pensent trop», en fait je pense qu’elle sera utile pour à peu près tout le monde ! VIDEO. «L’addiction au numérique se mesure à la perte de liberté» SANTE A l'occasion de la sortie du MOOC de l'université de Nantes sur l'addiction numérique, Didier Acier, professeur de psychologie clinique fait le point sur ce phénomène... Propos recueillis par Delphine Bancaud Publié le Mis à jour le

La nomophobie ou dépendance au téléphone portable La nomophobie ou dépendance au téléphone portable L'avènement des smartphones et des forfaits illimités a créé de nouvelles phobies. L’une des plus fréquentes est la nomophobie, c’est-à-dire l’angoisse d’être séparé de son téléphone mobile. Nous vous proposons de décrypter ce phénomène qui concerne de plus en plus de gens. ©John Karakatsanis

Dépendance à Internet La dépendance à Internet (aussi nommée cyberdépendance, cyberaddiction, usage problématique d'Internet ou UPI, trouble de dépendance à Internet et TDI) est un trouble psychologique entraînant un besoin irrésistible et obsessionnel d'utiliser Internet. L'expression addiction à Internet fut employée pour la première fois par la psychologue américaine Kimberly Young, lors d'un colloque de l'American Psychological Association (APA) à Toronto en 1996. C'est Otto Fenichel (1949), qui a soulevé le premier la question des toxicomanies sans drogues. Cependant c'est un canular produit par le docteur Ivan K.

Bonsoir, c'est une triste réalité qui a une influence sur notre vie au quotidien , je pense qu'on doit changer notre vision et être conscient sur les effets de l’utilisation des réseaux sociaux afin de bien vivre dans la réalité et de sortir de la virtualité. bonne lecture à tous. Bien sincèrement by bouzguenda_groupe5_psy Mar 31

Bonjour, Je trouve cet article très explicite avect une petite dose d'humour non négligeable !. Il m'aide beaucoup dans ma recherche sur les nouveaux comportements addictifs liés au numérique; En effet je découvre le decryptage d'un nouveau comportement pourtant ancré dans notre mode de vie au quotidien. Nous sommes tout simplement inconscients que la plupart d'entre nous developpons cette nouvelle "pathologie" : fomo !. Un très bon article que je ne manquerai pas de conseiller aux adèptes de la "facebookmania". Merci pour le partage. Cordialement by olesik_groupe3_psy Mar 17

Bonjour, C'est un très bon exemple de dérive comportementale (ou de trouble) liée à l'utilisation excessive du numérique. Merci pour le partage de cet article. by lhuillier_groupe2_psy Mar 16

Grande pertinence car étant abonnée à cette lettre d’information, elle cite toujours ses sources et tient à donner un éclairage scientifique auprès de ses lecteurs. L’auteur de la source, Jean Marc Dupuis, est un phytothérapeute reconnu. La date de création de l’article est visible et l’article dirige le lecteur vers des hyperliens toujours en rapport avec le sujet traité. by adele_groupe1_psy Mar 10

Related: