background preloader

L’antipolitique, péché originel de la Silicon Valley

L’antipolitique, péché originel de la Silicon Valley
Spécialiste de l'histoire intellectuelle des nouvelles technologies, Fred Turner déplore le mépris qu'affichent les géants du Web pour le politique. Leurs valeurs inspirées de la contre-culture des années 1960 traduisent un froid conservatisme. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Propos recueillis par Marc-Olivier Bherer Historien des idées, Fred Turner consacre ses recherches à l'impact des médias de masse et des nouvelles technologies depuis la fin de la seconde guerre mondiale aux Etats-Unis. A travers deux ouvrages largement remarqués, Aux sources de l'utopie numérique, (C/F éditions, 2012), puis The Democratic Surround, (University of Chicago Press, 2013, non traduit), il a mis au jour l'histoire intellectuelle du Web et des nouvelles technologies. Il y décrit les valeurs qui continuent d'accompagner le développement des nouvelles technologies et l'influence culturelle qu'elles ont acquise. Une filiation directe existe entre ces deux groupes. Ces idées ont toujours cours. Non.

http://www.lemonde.fr/pixels/article/2015/02/19/l-antipolitique-peche-originel-de-la-silicon-valley_4577534_4408996.html

Related:  DESENCHANTEMENT DU MONDE - CRITIQUES TECHNOPhilosophie et réflexion politiquePensées

Le gourou du web et hippie Jaron Lanier nous joue-t-il du pipeau? Avec ses longues dreadlocks et son look de «babos», on le prendrait presque pour un ex-membre du groupe Tryo. Il est d’ailleurs musicien et collectionne les instruments anciens d’Asie. Mais méfiez-vous de Jaron Lanier, car c’est aussi un véritable geek, à qui on attribue souvent d'être un précurseur de la réalité virtuelle, et un essayiste de talent dont le dernier livre, Who Owns the future , commence à faire du bruit aux Etats-Unis, pays confronté à la fois au décollage de l’industrie numérique et à une crise économique sans précédent… publicité Comme l’écrit Scott Timberg qui interviewe le gourou sur Salon, Lanier est un visionnaire-devenu-sceptique du web , dont le travail s’inscrit dans la lignée de pamphlets qui rompent avec l’enthousiasme des milieux créatifs et économiques pour tout ce qui concerne la nouvelle économie numérique. Un exemple vient à l'appui de cette vision pessimiste.

La dialectique du Maître et de l'Esclave au cinéma Dans le langage courant, un maître s’apparente à une personne qui commande, gouverne ou exerce une autorité. Une autre définition implique l’idée qu’un maître possède quelque chose, qu’il en dispose librement et qu’il est libre de le faire. Un esclave, lui, est une personne de condition non libre, considéré comme un instrument économique pouvant être vendu ou acheté, et souvent soumis à une dimension tyrannique. Certains penseurs ont développé l’idée que le rapport d’opposition entre le maître et l’esclave était discutable. La polysémie de ces termes a montré une évolution, qu’elle soit positive ou négative, du statut du maître et de l’esclave, où la place de chacun n’est pas réellement définie, d’où une contestation possible des définitions établies. Dans quel contexte historique, social et philosophique peut-on parler de relation maître et esclave ?

La gauche face au djihadisme : les yeux grands fermés LE MONDE | • Mis à jour le | Par Jean Birnbaum En 1978, le philosophe Michel Foucault arrive en Iran pour y effectuer un reportage sur la révolution islamique. Envoyé par le quotidien italien Corriere della sera, il va à la rencontre des insurgés et leur pose des questions. Who owns the Future, par Jaron Lanier Le tout récent dernier livre de Jaron Lanier rencontre un grand succès aux Etats-Unis. L'auteur est peu connu en France, notamment du fait de notre inculture persistante face au caractère de plus en plus dominant de la société numérique. Il avait cependant en 2010 commencé à attirer l'attention, par son pamphlet You Are Not A Gadget ou il prenait la défense de l'individu face à un « âge des machines » devenant envahissant. Cette attitude attire d'autant plus l'attention, notamment dans la Silicon Valley, devenue la Mecque des développeurs d'applications en ligne, qu'elle provient d'un des gourous de ce monde, comme le montre sa bibliographie. Sans être à proprement parler devenu un gourou repenti, Jaron Lanier dans ces deux livres insiste sur les dangers que représente pour la démocratie le pouvoir pris désormais par ceux qui profitent des services rendus par le web pour se construire des monopoles au détriment de la grande masse des utilisateurs. Des remèdes quelque peu utopiques

La misonomie, ou haine des institutions Lorsque la loi s’efface, elle laisse le champ libre au déploiement des « forces libres ». Il faut lutter contre les lois injustes et les institutions destinées à installer et à perpétuer l’oppression, mais réclamer par principe l’effacement de toute loi et déclarer par principe que toute institution est mauvaise, c’est faire le jeu des pouvoirs – ceux qui nous oppriment à l’extérieur et ceux qui nous gouvernent à notre insu de l’intérieur. Eclairées par le rappel de ce principe, la « transparence » et la confusion entre vie privée et vie publique dont on fait en ce moment grand bruit révèlent leur férocité. nL’institution Instituer, c’est transformer l’impulsion éphémère des appétits en volonté ; c’est s’engager pour l’avenir, c’est fonder une tradition, par exemple un hôpital, une école, un Etat.

L’argent en milieu « libertin » : entre mise en scène et occultation 1 Construite à partir d’éléments communs, une autre version de ce texte, alors intitulée « Femmes seu (...) 2 Commencés dans les années 1980, ils sont réunis dans cet ouvrage : Tabet Paola, La grande arnaque. (...) 3 Titre d’un colloque organisé sous l’égide de l’Association internationale des sociologues de langue (...) 4 Titre d’un numéro de la revue Ethnologie française en 2013 : (...) 1Les recherches empiriques visant les relations entre l’argent et la sexualité se sont longtemps centrées sur la prostitution, reprenant par là une distinction de sens commun établissant un clivage radical entre les pratiques sexuelles directement rémunérées et celles qui s’inscrivent dans des échanges dont la monétisation n’apparaît pas aussi clairement1. 5 Deschamps Catherine, « Le sexe et l’argent : deux monstres sacrés ?

Comment remettre l'homme au centre de la technologie : le manifeste de Jaron Lanier « Que se passe-t-il quand nous arrêtons de façonner la technologie et que la technologie commence à nous façonner ? » C’est la question centrale qui anime le livre « You are not a gadget, a manifesto » de Jaron Lanier, publié par Alfred A. la philosophie en poche » Umberto Eco : morceaux choisis Pour la mort d’Umberto Eco, nous publions deux extraits de son ouvrage Cinq questions de morale publié en 2000 chez Grasset. Ce livre est un recueil de cinq textes qui sont à l’origine des conférences ou des interventions. Ils concernent 5 thèmes dont l’actualité est toujours brûlante et qui concernent des secousses profondes qui animent la civilisation occidentale.

Contre l'idéologie de la compétence, l'éducation doit apprendre à penser Entretien croisé avec Philippe Meirieu, pédagogue et essayiste et Marcel Gauchet, historien et philosophe. Dans quelle mesure l'évolution de nos sociétés ébranle-t-elle les conditions de possibilité de l'entreprise éducative ? Marcel Gauchet : Nous sommes en proie à une erreur de diagnostic : on demande à l'école de résoudre par des moyens pédagogiques des problèmes civilisationnels résultant du mouvement même de nos sociétés, et on s'étonne qu'elle n'y parvienne pas... Quelles sont ces transformations collectives qui aujourd'hui posent à la tâche éducative des défis entièrement nouveaux ?

Ars industrialis Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Ars industrialis (« Association internationale pour une politique industrielle des technologies de l'esprit ») est une association culturelle et philosophique française créée le 18 juin 2005 à l’initiative du philosophe Bernard Stiegler. Active sur Internet et à travers diverses publications[1], cette association propose de développer une réflexion critique sur les « technologies de l’esprit » (industries de l’informatique et des télécommunications, notamment) et à interroger les impératifs économiques qui les sous-tendent. Accueillant des membres et des adhérents à travers le monde, l’association se veut « européenne ». Son siège est à Paris. Les réflexions d'Ars Industrialis[2][modifier | modifier le code]

VIDEO. L'écrivain Umberto Eco, auteur du «Nom de la rose», est mort DECES Il s'est éteint à l'âge de 84 ans, rapporte La Repubblica... M.C. avec AFP Publié le Mis à jour le «Umberto Eco, un des intellectuels les plus célèbres d'Italie est mort», écrit sur son site le Corriere della Sera. Mes élèves, un drame et des mots [Ce billet n’a pas été simple à écrire. Il rassemble à la fois mes interrogations, celles de mes élèves, ce que j’en comprends et ce que j’en ai tiré comme réflexions. Pas de conseils ici, mon expérience seulement.] Place de la République, Marche du 11 Janvier 2015. Que leur dire…

Related: