background preloader

Pire que le burn out, il y a le « bore out », l’ennui au travail

Pire que le burn out, il y a le « bore out », l’ennui au travail
Se lever, rejoindre le coin cuisine, mettre l’eau à bouillir, laver sa tasse, choisir méticuleusement son sachet de thé, l’ouvrir, l’insérer dans la tasse, verser l’eau frémissante. Regarder l’infusion opérer. Puis revenir à son bureau. Total, 12 minutes et 45 secondes. Presque treize minutes à faire quelque chose ! Et puis ? Une journée de boulot classique pour Clémence (à la demande des personnes ayant accepté de témoigner, leurs prénoms ont été changés). « Je travaille une ou deux heures par jour. Clémence a envisagé la démission, mais n’ayant aucune piste, elle ne peut se le permettre. Le silence, jusqu’à l’explosion Quand il est subi, structurel, voire lorsqu’il s’assimile à une mise au placard, l’ennui se mue en souffrance et peut provoquer des pathologies mentales et physiques, comme l’indique « Bored to death », un article publié dans l’International Journal of Epidemiology d’Oxford en 2010. « J’ai déjà eu trois cas cette année. « Pas assez de travail pour tout le monde »

http://rue89.nouvelobs.com/2015/02/19/pire-burn-out-y-a-bore-out-lennui-travail-257767

Related:  Harcèlement Stress PlacardisationMDOBurn out et Bore out

JO-S - 3 février 2004 - Situation sanitaire et morale des agents à France Télécom — Gdn JO-S - 3 février 2004 - Situation sanitaire et morale des agents à France Télécom Sénat - séance du 2 février 2004 Anonyme Situation sanitaire et morale des agents à France Télécom Richard Descoings (Sciences Po) : "Après 35 ans, la fonction managériale prime sur le technique" Généraliste, l'offre de l'IEP de Paris en matière de formation continue attire de plus en plus de cadres, du privé comme du public. Son directeur explique pourquoi. La renommée de Sciences Po pour la formation initiale qu'il dispense n'est plus à faire. Mais depuis plus de trente ans, l'Institut des Etudes Politiques (IEP) de Paris est aussi présent sur le créneau de la formation continue. Ces cinq dernières années, la demande, et donc l'offre, se sont fortement accentuées.

Burn-out et dépression liée au travail : JED 2015 Burn-out et dépression liée au travail : JED 2015 Pour la 12ème Journée Européenne de la Dépression, l’Association France-Dépression a choisi de sensibiliser le grand public à la dépression liée au travail et au syndrome d’épuisement professionnel, plus connu sous le terme de Burn-out. La souffrance psychique liée au travail, en constante augmentation ces dernières années, atteindrait aujourd’hui près de 480 000 salariés en France (étude InVS 2015) et la fréquence des troubles associés augmente avec l’âge. L’événement a été soutenu par le Ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, la Cité de la Santé et placé sous le Haut Patronage de Jean-Paul Delevoye, Président du Conseil économique, social et environnemental.

Le choc à la CPAM après le suicide : "Je m'appelais Thierry Hainaut" Thierry Hainaut, 52 ans, chargé de mission auprès de la direction de la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM) de Béziers, s’est donné la mort mercredi sur son lieu de travail. Il a été retrouvé pendu, vers 21 h 30, entre deux étages de la cage d’escalier, par les policiers partis à sa recherche. "J’ai été tué professionnellement, détruit psychologiquement" La Halle Freyssinet, futur vaisseau amiral de l'innovation à la française Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Audrey Fournier « La France est un pays fantastique pour créer une entreprise », a martelé Xavier Niel, patron de Free (et actionnaire à titre individuel du Monde), au micro d'Europe 1, jeudi 23 octobre. L'homme d'affaires était présent au côté de François Hollande, lorsque le chef de l'Etat a posé, mercredi, la première pierre de la nouvelle Halle Freyssinet, un ancien hangar parisien de la SNCF appelé à devenir, en 2016, le plus grand incubateur de start-up du monde, au moins par la taille. La maire de Paris, Anne Hidalgo, la ministre de la culture, Fleur Pellerin, le président de la région Ile-de-France, Jean-Paul Huchon, la secrétaire d'Etat à la recherche, Geneviève Fioraso, et celle chargée du numérique, Axelle Lemaire, accompagnaient le chef de l'Etat. François Hollande revenait à la Halle Freyssinet où il avait lancé il y a trois ans sa campagne présidentielle. Lire aussi : Les incubateurs de start-up se multiplient à Paris

Les risques psychosociaux au travail - Santé et travail - Ministère des Affaires sociales et de la Santé publié le12.12.15 mise à jour13.12.15 Selon le conseil d’orientation sur les conditions de travail, les risques psychosociaux (RPS) sont les risques pour la santé mentale, physique et sociale, engendrés par les conditions d’emploi et les facteurs organisationnels et relationnels (situations de mal-être, de causes très variées : surcharge de travail, contraintes excessives de temps mais aussi pertes de repères, difficultés à trouver du sens au travail, conflits de valeurs…) et susceptibles d’interagir avec le fonctionnement mental. Tout employeur ayant l’obligation de prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs, il doit engager des actions de prévention d’information et de formation et mettre en place une organisation adaptée pour éviter ces risques. La Direction générale du travail a outillé les entreprises. D’autre part les liens entre suicide et travail sont explorés au travers de nombreuses études.

Le bore-out : quand l’ennui professionnel devient morbide Article publié le 01/06/2015 Si le burn-out touche environ 12 % de la population active et qu’un amendement visant à le faire reconnaître comme maladie professionnelle vient tout juste d’être déposé à l’Assemblée nationale, un autre risque psychosocial s’invite sur le devant de la scène. Son nom ? Le bore-out, un syndrome qui a contrario du burn-out se définit par l’épuisement professionnel par l’ennui. Etat des lieux. L'entreprise sans hiérarchie, ça marche ! C'est un ovni nommé Favi, une usine de fonderie atterrie au milieu d'un champ, dans la campagne picarde, à Hallencourt. Aux commandes du vaisseau depuis 1971, Jean-François Zobrist, un extraterrestre visionnaire. Constatant qu'il n'y a pas de performance sans bonheur, et pas de bonheur sans responsabilité, il a décidé de lâcher la bride à ses ouvriers et de supprimer les échelons hiérarchiques. " Sur la production, pas de structure verticale, avec une multitude de "petits chefs" s'arrogeant le pouvoir, mais une organisation aplanie, dans laquelle chacun travaille pour le client et non pour son supérieur ", résume le chef d'entreprise. " Des consultants, des écoles de commerce, des journalistes demandent souvent à nous rencontrer, explique Nathalie Laplaud, cadre multicasquette, chargée d'accueillir ces visiteurs d'horizons divers. Certains n'attendent qu'une chose : trouver la faille. " Le système Favi dérange, en effet, tant il sort des codes en vigueur sur la planète management...

Related: