background preloader

Aimer-la-littérature

Aimer-la-littérature
Related:  Quand les auteurs s'en mêlentLettres

Comment nommer un personnage littéraire? | Filigrane Vous connaissez Hermione Granger, Philip Marlowe, le Comte Dracula? Eh bien, ils auraient pu ne pas s’appeler comme ça du tout. Le site Mental Floss liste dix-sept personnages de la littérature qui ont failli porter un autre nom. Hermione par exemple, fidèle amie d’Harry Potter dans la saga de J.K. publicité Dracula enfin était d’abord le comte Wampyr avant que Bram Stoker ne découvre, dans ses recherches, l’existence d’un certain Vlad III, Vlad Tepes, voïvode roumain et prince de Valachie, en Roumanie au Moyen Age. D’ailleurs, ni Dracula ni Hermione ni Marlowe n’auraient peut-être eu le succès ou la personnalité qu’on leur connaît sans leur nom, vue l’importance de l’onomastique en littérature. Les personnages ne prennent vie qu’une fois nommés –d’où les propos de Flaubert, qui déclarait à Taine, au début des années 1860, qu'il ne pouvait encore écrire son grand roman, parce qu’il n’avait pas encore trouvé les noms de ses personnages. À lire aussi sur Slate.fr

Rien que pour vous Fragments d'Imaginaires: Écrire – Quel respect à l'Autre ? Cela faisait un petit bout de temps que Philippe n'avait rien écrit pour les Fragments d'Imaginaires. Alors, je l'ai harcelé, je l'ai interrompu dans la rédaction de ses superbes articles pour le non moins superbe magazine Mythologica et il a craqué... Son article vient compléter l'article de BoucH sur l'art de bien lire sur les Fragments. S'il y a bien une question que je me suis posée avant de me lancer dans l'écriture, il y a quelque temps maintenant, c'est celle-ci. La lecture n'est pas un acte passif. Pour ma part, j'ai envie de faire rentrer le lecteur dans mes univers. C'est le respect dû au lecteur si l’on ne veut pas être pris pour un bouffon. Le respect ; voilà une notion à garder ancrée dans un coin de sa tête à chaque fois qu'on se met à écrire. Cette notion de respect doit s'étendre à l'éditeur, également. Si vous lisez les colonnes des Fragments depuis quelque temps, vous avez sans doute lu les textes d'un certain David Baudet.

Etudes littéraires utilisateur a écrit : Bonjour Fuedor, Foedor Je serais curieux de connaître la raison pour laquelle vous avez conseillé Mérimé : serait-il simple à lire ; savoureux ; ou représenterait-il bien la littérature francophone ? J'ai lu quelques unes de ses nouvelles il y a peu. J'en suis alors sorti dubitatif : si cet auteur est si connu, c'est qu'il a du talent... Je ne l'ai pas vu, et cela m'a vexé. Mérimée est connu ? L'œuvre narrative de Mérimée (les nouvelles, + La double méprise, + Chronique du règne de Charles IX) paraît simple : la langue de Mérimée n'est pas vraiment compliquée, d'où son intérêt quand on veut commencer à lire de la littérature francophone. Je ne sais pas ce que tu entends par "représentatif de la littérature francophone", mais il y a quelque chose de très français chez Mérimée et dans sa désinvolture, son élégance, son flegme, quelque chose de très parisien.

L.A Prévert I - Renforcement méthodologique sur l'introduction La poésie de la modernité se présente souvent comme un jeu sur le langage, un laboratoire où le poète cherche à se frayer une voie entre lyrisme et engagement. Ancien membre du groupe surréaliste, le poète et scénariste français Jacques Prévert propose dans son recueil Paroles, publié en 1949, une poésie souvent ludique qui accuse pourtant. Il s'agit pour l'auteur de « DIRE » bien des dysfonctionnements, bien des travers d'une société moderne marquée notamment par les deux guerres mondiales. Ainsi dans le poème intitulé « Familiale », Prévert conjugue-t-il dénonciation de la bourgeoisie et de la guerre. Problématique : Nous analyserons comment l'originalité de cette double satire réside dans la dérision et les jeux langagiers. Axe 1 : la satire d'une famille bourgeoise stéréotypée Axe 2 : Une dénonciation originale de la guerre Axe 3 : jeux de langage et dérision : une dénonciation cocasse II - La satire d'une famille bourgeoise stéréotypée :

Espace Lettres Le Lecturamak Livres Gratuits En Ligne Il ya un très grand nombre de livres gratuits à télécharger en ligne, et il est parfois difficile de passer en revue tous les résultats des systems de recherche. Pour ceux qui cherchez livres pdf, ce site a rendu plus facile pour les lecteurs à la recherche de ce qu'ils veulent, par leur system de recherche intégré et des filtres supplémentaires. Après avoir tapé les mots clés des system de recherche, les utilisateurs peuvent également filtrer la taille du livre téléchargeable, le nombre de pages et la langue afin qu'ils puissent trimmer des résultats pour s'adapter à ce qu'ils recherchent réellement. Cette bibliothèque en ligne comprend également sa propre adresse e-reader, afin que les utilisateurs n'ont pas nécessairement de télécharger des livres en format pdf immédiatement. PDFSB est une excellente ressource pour télécharger des livres gratuits en ligne.

Culture générale/Classes de Première… La problématique de l’absurde dans le théâtre Ce support de cours est destiné prioritairement aux sections de Première préparant l’Épreuve Anticipée de Français. Il vise à analyser le bouleversement littéraire mais aussi idéologique que le théâtre de l’absurde a introduit en France à partir des années Cinquante. Antithéâtre et absurde « La pensée, vidée de l’être, se dessèche, se rabougrit, n’est plus une pensée. En effet, la pensée est l’expression de l’être, elle coïncide avec l’être. Eugène Ionesco, Journal en miettes, 1967 Eugène Ionesco dans Notes et Contre-notes (Paris, Gallimard 1962) écrivait : « L’homme d’avant-garde est l’opposant vis-à-vis d’un système actuel. Après les camps de concentration, Hiroshima, et les privations de la guerre, le développement d’une société de « consommation de masse » va répondre à une recherche hédoniste du plaisir qui s’inscrit dans un contexte largement libertaire, transgressif, voire provocateur (émergence du consumérisme, Beat Generation, sexualité libre, etc.). L’absurde au théâtre

Objet d'étude n° 1 : l'argumentation LE DIALOGUE : interroger, argumenter, débattre... convaincre, persuader, délibérer... Définitions : Convaincre, persuader, délibérer : l’essai, le dialogue, l’apologue L’argumentation est une forme d’écriture qui vise à obtenir l’adhésion d’un auditeur ou d’un lecteur aux thèses qu’on présente à son assentiment. Elle a donc pour but de modifier les savoirs et les opinions d’autrui en essayant de démontrer, en s’efforçant de convaincre, en s’attachant à persuader. Argumenter relève de l’usage délicat du langage tendu entre la sécurité rationnelle de la preuve et le risque de la manipulation trompeuse. L’argumentation peut être directe : dans ce cas elle est plus facile à reconnaître parce que l’énonciateur, le narrateur ou les personnages développent leurs points de vue. « Une œuvre où il y a des théories est comme un objet sur lequel on laisse la marque du prix », Proust. « Ni rire ni pleurer, mais comprendre », c’est la démarche du philosophe. 3. Bibliographie : Le schéma argumentatif :

Ouvroir de littérature potentielle Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'Ouvroir de littérature potentielle, généralement désigné par son acronyme OuLiPo (ou Oulipo), est un groupe international de littéraires et de mathématiciens se définissant comme des « rats qui construisent eux-mêmes le labyrinthe dont ils se proposent de sortir[1]. » L'OuLiPo se définit d'abord par ce qu'il n'est pas[2] : Ce n'est pas un mouvement littéraire.Ce n'est pas un séminaire scientifique.Ce n'est pas de la littérature aléatoire. Premier d'une longue série d'ouvroirs rassemblés sous le terme Ouxpo — prononcé « Ou-X-Po », le X étant généralement remplacé par une syllabe articulable tel que OuMuPo (musique) ou OuBaPo (bande-dessinée) —, l'Oulipo est une association fondée en 1960 par le mathématicien François Le Lionnais, avec comme cofondateur l'écrivain et poète Raymond Queneau. L'Oulipo anime parfois, sans les organiser, des ateliers d'écriture[3]. Historique[modifier | modifier le code] Présentation[modifier | modifier le code] l’âge

Synthèse : Marivaux, "L'Ile des esclaves" A) Biographie et bibliographie Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux naît en 1688 à Paris. Il passe son enfance à Riom et dès son retour dans la capitale en 1712, il entame une discrète carrière littéraire. B) Le contexte historique et littéraire a) La société au 18e siècle La société de ce siècle est avant toute une société bourgeoise contrairement à celle du 17e qui, elle, témoignait de la puissance de la classe aristocratique. b) Les Lumières Le siècle des Lumières désigne le 18e siècle comme une période de l’histoire de la culture européenne marquée par un réalisme philosophique (exaltation des sciences) ainsi que par la critique de l’ordre social et de la hiérarchie religieuse. c) Le théâtre La nouvelle classe dominante étant la bourgeoisie, la littérature se fait naturellement l’écho de ces changements. C)Entrer dans l’œuvre a)Le titre Il est évocateur car une île est un lieu clos où tout est possible, du moins par l’imagination. b) Les personnages c) Le décor A) La dramaturgie

Related: