background preloader

Répertoire sur la sexualité, les femmes, les rapports hommes-femmes, les différences sexuelles et le féminisme- Sylvie Richard-Bessette

Répertoire sur la sexualité, les femmes, les rapports hommes-femmes, les différences sexuelles et le féminisme- Sylvie Richard-Bessette

http://www.er.uqam.ca/nobel/k31610/DIVERS/sites-ressources.htm

Related:  Objectivation sexuelle 2'Violences masculines envers les femmes'PsyNaturalisation : théories et contre-théories

Psychâneries & autres opiums Moi La Vérité, Je parle … je sais tout de toi, Femme. A lire de toute urgence les articles de Monique PLAZA, parus dans Questions Féministes, n° 1 [1977], n° 3 [1978] et n° 7 [1980] ! Questions / réponses sur la sexualité Cet article voulait relancer le débat sur le phénomène de la pornographie en soulevant de nouvelles questions et en proposant quelques avenues de recherche. J'ai voulu ici traiter de la pornographie la plus accessible, visible, et commercialisée, sans par ailleurs banaliser ou nier l'existence d'autres formes de pornographie. Les exemples utilisés n'écartaient pas non plus l'existence de différents types de représentation des corps. Il faut tout de même reconnaître que, si la pornographie a de multiples visages, elle exploite d'abord et avant tout le corps des femmes.

Le mont de Vénus, le nouveau thigh gap ? Une uniformisation inquiétante du sexe féminin Hannah Davis dévoile son "mont de Vénus" à la une de "Sports Illustrated Swimsuit Issue" (capture) L’autre jour, je reçois un article sur la "monsplasty", une pratique que je ne connaissais pas, du moins que je n’imaginais pas : une chirurgie visant à donner à votre mont de Vénus (soit la partie du pubis où poussent les poils pubiens chez la femme) "une allure plus petite et plus naturelle", selon le Docteur Davison, chirurgien à Washington. Plus naturel que le naturel ? Violence sexiste dans les médias : Changeons les pratiques En France, les médias condamnent unanimement les violences sexistes (violence conjugale, viol, harcèlement, etc). Pourtant la façon dont ils traitent les violences faites aux femmes contribue souvent à atténuer voir à effacer complètement le caractère violent et criminel des préjudices commis. En 2015, il est temps que les médias montrent l'exemple et se montrent responsables dans la façon de traiter ces violences. En Espagne une charte des bonnes pratique sur la façon de traiter les violences faites aux femmes a été mise en place dès 2001 (soit il y a 14 ans). Au sortir du procès DSK dont le traitement médiatique a été désastreux et à l'approche de la journée internationale des droits de la femme, il est temps de faire changer les choses.

Il ne faut pas prendre les enfants de Bourdieu pour des connards sans âge Il m’arrive régulièrement de ne plus savoir mettre en mots mon malaise profond. Non pas que je patine devant le sourire sibyllin de mon psy ; je n’ai jamais eu besoin de ce genre de béquille là, ne serait-ce que parce qu’Internet existe et que tenir un blog pendant des années m’a été bien plus bénéfique de 20 ans d’introspection chronométrée. De toute manière, ce serait penser que mes dissonances sont endogènes quand il s’agit bien évidemment d’un profond malaise global. Rien que cela. Comprendre la dimension collective de ce qui déconne plutôt que de croire que l’individu est au centre de tout. La pornographie ou la dominance sexuelle rendue sexy - Sylvie Richard-Bessette Paru dans Revue Sexologique, 3(1), 125-148, 1995. Parmi les multiples formes que prend la dominance sociale, la pornographie est sans doute la plus sexy. Produit de consommation savamment emballé, la pornographie est mise en marché par une société hétérosexiste qui renforce les comportements sexistes et violents à l'endroit des femmes. Cet article a pour but de poursuivre la réflexion sur la pornographie à partir d'une analyse féministe et béhavioriste. De nouvelles avenues de recherche et d'intervention en éducation sexuelle sont proposées. Pornographie; érotisme; rapports de sexe; féminisme; violence sexuelle; sexisme, système patriarcal; béhaviorisme.

Les médias, les femmes et leur estime d'elles-mêmes En 2010, la Media Education Foundation sortait un nouvel épisode de Killing Us Softly, une série de documentaires sur les médias, les femmes et leur estime d'elles-mêmes. Quatre ans plus tard, il est toujours temps de tirer la sonnette d'alarme... La Media Education Foundation, dont la mission est de produire des films éducatifs pour aider au développement du sens critique des jeunes américains, a récemment fait parler d’elle suite au retour en grâce du quatrième épisode de Killing Us Softly, une série de documentaires sur l’image des femmes dans les médias et les répercussions qu’elle peut avoir sur leur amour-propre. Cette vidéo, sortie en 2010, se remet en effet à tourner sur les Internets mondiaux. Voici quelques morceaux choisis pour les non-anglophones d’entre nous :

les éditions du remue-ménage Les différences psychologiques entre les sexes suscitent un intérêt considérable, tant dans les milieux de la recherche que dans les médias. On ne compte plus le nombre de publications scientifiques, d’ouvrages de vulgarisation ou de reportages consacrés à ces questions. Pourtant, une large part de l’information diffusée tient davantage du préjugé, du parti pris idéologique, que d’une démarche scientifique rigoureuse. Les femmes seraient ainsi plus douces, mieux disposées à prendre soin des autres, incapables de lire une carte routière, alors que les hommes seraient bons en maths, compétitifs, plus agressifs. Comment expliquer la persistance de tels mythes aujourd’hui encore ?

Les neurosciences à l'épreuve de la clinique et des sciences sociales Depuis les années 1990, proclamées « Décennie du cerveau » aux États-Unis par le Président George Bush senior, l’essor des neurosciences peut être considéré comme un événement remarquable sur les plans scientifique, historique, discursif, politique, culturel ou encore médiatique dans les sociétés occidentales (Rose et Abi-Rached, 2013). On ne compte plus les rencontres et les publications de toute nature sur le cerveau et ses relations avec le sujet humain [1] À titre d’exemple, la Société américaine de neurosciences... [1] . Pour une part, les neurosciences doivent leur fortune à des investissements financiers et symboliques massifs dès les années 1990 [2] Mentionnons pour exemple le récent European Human Brain... [2] . Pour autant, les promesses de révolutions imminentes faites au nom des neurosciences ne sont pas réductibles à de simples « mythologies cérébrales » [6] Selon le psychiatre et historien Henri Ellenberger,... [6] qu’il conviendrait de démasquer ou de réfuter.

200 coups de fouet pour une Saoudienne victime d’un viol collectifSunugal24 Une femme qui a été victime d’un viol de groupe avec violence en Arabie saoudite a été condamnée à 200 coups de fouet et à 6 mois de prison. Elle a été reconnue coupable d’impudicité et d’avoir parlé aux médias. Cette jeune femme, âgée de 19 ans, se trouvait dans une voiture avec un ami étudiant lorsque deux hommes sont entrés dans le véhicule et l’ont conduite dans une zone isolée. Sciences - Ce que le pouvoir fait au cerveau Le pouvoir est une drogue. Ceci n’est pas une métaphore, mais une constatation médicale. Le pouvoir entraîne accoutumance et dépendance, comme l’héroïne, comme la cocaïne. Le pouvoir, réalité sociale, modifie la réalité biologique, hormonale et neuronale des personnes qui en ont.Une personne dépendante a sans cesse besoin de ce dont elle dépend. Peu à peu, la quantité ou l’intensité de ce dont elle dépend doit augmenter pour retrouver le même plaisir. Il faut donc de plus en plus de pouvoir à la personne qui dépend du plaisir procuré par le pouvoir.La victoire déclenche la même accoutumance que le pouvoir.

Repolitisations féministes et queer du cerveau Notes Une partie importante des travaux de recherche que nous examinons ici a été portée à notre attention avec la constitution du réseau neuroGenderings. Ce réseau s’est réuni au cours d’un symposium en 2010 au Centre d’Études Genre de l’Université d’Uppsala (Suède), intitulé neuroGenderings: Critical Studies of the Sexed Brain (neuroGenderings : études critiques du cerveau sexué). En 2012, le groupe organisa un colloque à Vienne (Autriche), Neurocultures – NeuroGenderings II. Le colloque « NeuroGenderings III - The 1st international Dissensus Conference on brain and gender » se tiendra à l’Université de Lausanne (Suisse) en mai 2014 (cf. site du colloque : www.unil.ch/neurogenderings3). Ailleurs, nous avons esquissé une définition du terme « queer » dans le contexte des sciences du cerveau (Dussauge et Kaiser, 2012).

L’objectivation sexuelle des femmes : un puissant outil du patriarcat – les violences sexuelles graves et la dissociation Avertissement : cet article parle de violences sexuelles, mais aussi de troubles dissociatifs et de syndrome de stress post-traumatique, et peut donc être difficile pour certaines personnes. Partie 1 : définition et concept-clés Partie 2 : le regard masculin ou male gaze « Arrête de faire semblant d’être un être humain » Parole d’un violeur à sa victime, tiré du projet Unbreakable Sommaire Confessions d'une ex-Femen Dans un livre intitulé Confession d’une ex-Femen, Éloïse Bouton revient sur ses deux années passées au sein du mouvement radical féministe. Nous l’avons rencontrée pour lui poser quelques questions. Eloïse Bouton Éloïse Bouton a rejoint Femen dès son arrivée en France en 2012. Bilingue français-anglais, elle est rapidement nommée porte-parole de Femen et fait figure d’interprète pour les Ukrainiennes fraîchement débarquées en France.

Related: