background preloader

Nouvellement découverte, cette fleur du Gabon fait vibrer les abeilles

Nouvellement découverte, cette fleur du Gabon fait vibrer les abeilles
SURPRISE. Un peu de tendresse dans un monde de brutes… Des chercheurs ont découvert, en pleine forêt gabonaise, une nouvelle espèce de plante à fleurs, Sirdavidia solannona. Et c’est une surprise ! D’une part, parce que la région où elle a pointé ses pétales, au cœur du parc national des Monts de Cristal, étant l’une des mieux connues du pays scientifiquement parlant, les botanistes gabonais et français ne s’attendaient pas à tomber sur elle dans un endroit aussi bien défriché. D’autre part, parce que la cousine la plus proche de cette fleur se trouve à… 3000 km de là, dans la forêt tanzanienne ! Mode de pollinisation de cette fleur gabonaise : la "sonication" Sirdavidia fait décidément bande à part. En jaune, les deux localités où la Sirdavidia solannona a été retrouvée. "DANGER".

http://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/20150211.OBS2297/nouvellement-decouverte-cette-fleur-du-gabon-fait-vibrer-les-abeilles.html

Related:  L'abeille, un insecte extraordinairePlantes mellifèreschristianemarieelhoussaineApiculture

Des scientifiques équipent des milliers d’abeilles de capteurs électroniques Un laboratoire australien a posé des capteurs sur le dos des abeilles afin de les suivre et d’enregistrer tous leurs mouvements. Ce dispositif permettra de comprendre leurs déplacements et d’améliorer le rendement dû à la pollinisation. DGS vous en dit plus sur ce surprenant projet ! Au total, près de 5000 abeilles ont été équipées de ce dispositif. Les détecteurs se présentent sous la forme de carrés de 2,5 millimètres et sont fixés tels de petits sacs à dos, sur le thorax des abeilles. « Les abeilles sont des insectes sociaux qui retournent au même point et fonctionnent sur un calendrier très prévisible.

Les plantes utilisent la caféine pour améliorer la mémoire des abeilles Les abeilles ne font pas de pause lorsqu’elles prennent le café, mais la caféine aurait pour elles presque le même effet que sur des employés de bureau fatigués, suggère une nouvelle étude concluant que les abeilles sont plus susceptibles de se souvenir des plantes contenant de la caféine. La caféine est naturellement présente dans le nectar des fleurs de café et dans les agrumes. Les abeilles qui se nourrissent de nectar contenant de la caféine étaient trois fois plus susceptibles de se souvenir du parfum d’une fleur que les abeilles nourries seulement au sucre.

Regardez, de très près, la reine des abeilles s’envoyer en l’air (Vidéo) Les reines des abeilles ne s’accouplent qu’une seule fois dans leur vie, dans les semaines qui suivent la sortie de leurs petites alvéoles, dans lesquelles elles ont grandi. Leurs vols nuptiaux pourraient être le seul moment où elles quittent à jamais leur ruche. Mais au moins, elles semblent en tirer le meilleur parti en “s’envoyant en l’air”, à environ 7 mètres au-dessus du sol, avec de 7 à 15 mâles, les faux-bourdons. “More Than Honey” (Plus que du miel) est un récent documentaire sur le triste déclin des ruches d’abeilles domestiques dans le monde, incluant d’incroyables séquences comme observées à travers les yeux d’une abeille. Les cinéastes ont utilisé des hélicoptères miniatures télécommandés pour capturer l’action en plein vol, capables de saisir 300 images par seconde pour chaque scène aérienne (la norme est de 24 images par seconde).

Un mystère vieux de 3.000 ans résolu avec du pollen Les archéologues de l'Université de Tel-Aviv ont creusé sous le lac de Tibériade et la Mer Morte. Leurs trouvailles permettent d'expliquer la chute des Empires du Levant à l'Age de Bronze. Un brusque changement climatique Il y a 3 200 ans, les civilisations florissantes présentes dans et autour d'Israël se sont soudainement effondrées pour des raisons mystérieuses. Le professeur Israel Finkelstein, le docteur Dafna Langgut du Dr Sonia and Marco Nadler Institute of Archeology de l'Université de Tel-Aviv et le professeur Thomas Litt de l'Université de Bonn en Allemagne ont trouvé une réponse à ce mystère dans le pollen retrouvé au fond des étendues d'eau israéliennes. Dans une étude publiée dans le Journal of The Institute of Archaeology of Tel Aviv University et rapportée dans le New York Times, les chercheurs expliquent qu'une sécheresse a conduit à la chute de l'Ancien Levant du Sud.

Les abeilles goutent le sucre des plantes avec les griffes de leurs pattes Les abeilles aiment le nectar riche en sucre produit par les plantes et l’un des principaux moyens dont elles disposent pour le détecter, c’est avec les griffes de leurs pattes avant. La nouvelle étude (lien plus bas), présente le processus, y compris ce qui se passe si une abeille à une griffe plongée dans du sucre, tandis que l’autre est plongée dans de l’eau salée. Image d’entête : griffe d’abeille sous un microscope électronique. (A partir de l’étude, Gabriela Sanchez De Brito) La dégustation se fait via des sensilles, des structures ressemblant à des poils sur le corps de l’abeille qui contiennent les cellules nerveuses réceptrices. Ces cellules, à leur tour, sont sensibles à certaines substances, comme le sucre.

Plus grosses et plus fermes, les fraises profitent de la pollinisation par les abeilles TAILLE. La pollinisation de fraises par les abeilles produit des fruits plus gros, plus rouges et plus fermes, selon une étude publiée mercredi 4 décembre qui tend à démontrer que les bénéfices économiques liés aux abeilles sont encore sous-estimés. Les travaux, coordonnés par Björn Klatt de l'université de Goettingen en Allemagne, ont comparé des fraises issues de la pollinisation par les abeilles, par le vent et par autopollinisation. L'expérience a montré que les fruits qui avaient été pollinisés par les abeilles avaient un poids supérieur, moins de malformations, une couleur plus rouge et étaient plus fermes, cette dernière caractéristique allongeant la durée de vie des fruits sur les étals. Les fraises pollinisées par les abeilles pesaient en moyenne 11% de plus que celles l'ayant été grâce au vent et 30% de plus que celles ayant été auto-pollinisées, selon les travaux publiés dans la revue Bristish proceedings of the Royal society B.

Les abeilles, petits génies du BTP LE MONDE SCIENCE ET TECHNO | • Mis à jour le | Par Nicolas Lepeltier On la connaissait insecte social, ouvrière laborieuse, butineuse frénétique, pollinisatrice essentielle à la biodiversité ou encore formidable sentinelle, pour l'homme, d'un environnement sans cesse dégradé. L'abeille se révélerait-elle également excellente physicienne ? Depuis des siècles, les scientifiques se sont interrogés sur le rôle exact d'Apis mellifera dans la géométrie quasi parfaite des alvéoles dans lesquelles l'hyménoptère stocke miel et pollen ou pond ses oeufs - les astronomes Galilée et Johannes Kepler eux-mêmes n'ont pas trouvé de réponse à l'énigme. Une équipe de scientifiques conduite par Bhushan Karihaloo (université de Cardiff) s'y est collée. Les résultats de leur étude ont été publiés mi-juillet dans la revue Interface de la Royal Society britannique.

Abeilles : la beauté et la diversité des butineuses révélées par l’objectif d’un chercheur Suivez-nous sur Facebook Avant de partir, suivez-nous sur Facebook Vous êtes déjà abonné ? Ne plus afficher Partager sur Facebook Les bourdons peuvent voler à la hauteur de l’Everest et c’est ce qui les sauvera Le bourdon des montagnes aurait la capacité de voler à des altitudes supérieures à celle de l’Everest. Bon, il ne pourrait survivre au froid régnant au sommet, mais les chercheurs de l’Université de Berkley, en Californie, ont simulé la raréfaction de l’oxygène et la faible densité de l’air trouvé à ces hautes altitudes pour déterminer les limites de la capacité de vol du bourdon et ils ont trouvé qu’ils étaient capables de rester en vol à des altitudes extrêmement inhospitalières. Cela indique aussi qu’ils disposent d’un avantage face au réchauffement climatique. L’équipe s’est rendue dans une chaîne de montagnes dans l’ouest de la Chine pour y prélever six bourdons mâles de l’espèce Bombus impetuosus, à environ 3 250 mètres. L’espèce vit à des altitudes alpines, mais elle ne diffère pas beaucoup des espèces similaires qui vivent près du niveau de la mer.

Noisetier commun Le noisetier est un arbrisseau commun dans les haies, les taillis et les lisières de bois. La plante est dite monoïque : chaque individu possède des fleurs mâles (chatons, jaunes) et des fleurs femelles (ressemblant à des bourgeons, avec des stigmates rouges) distinctes, mais celles-ci ne s'épanouissent pas en même temps, afin d'éviter l'autofécondation. Les fleurs mâles arrivent à maturité avant les fleurs femelles (on parle de protandrie) et, puisque tous les individus ne fleurissent pas de manière synchrone, le mécanisme permet une pollinisation croisée. Le noisetier et les abeilles

Fiche 9 : Recycler Vos rouleaux de papier toilette Tout sur le rouleau de papier toilette ! Vous avez adoré les idées de recyclage de boîtes à oeufs, et donc on continue à recycler les bonnes idées pour vous. Cette semaine, collectez vos rouleaux de papier de toilettes pour faire une décoration simple et DIY de Noël ! Inutile de dépenser encore dans des décorations de Noël hors de prix qu’on ne retrouvera plus l’année prochaine ou qui ont moise au fond de la cave, quand on voit tout ce qu’on peut faire avec de simples rouleaux de papier toilette !

Related: