background preloader

(Arte) La dette, une spirale infernale

(Arte) La dette, une spirale infernale
Related:  ECO 4.6 politique budgétaireDetteLa vie, la monde

Le budget de l’État en 2014 (résultats et gestion) / A la une / Actualités Un déficit en augmentationDes recettes en forte baisseDes dépenses stabiliséesL’appréciation d’ensemble de la gestion budgétaire Un déficit en augmentation Le budget de l’État en 2014 présente un déficit de 85,56 Md€, en hausse de 10,69 Md€ par rapport à 2013. La réduction du déficit budgétaire de l’État, constatée depuis plusieurs années, a été interrompue. Le déficit de 2014 est supérieur de 2,99 Md€ à celui fixé en loi de finances initiale (LFI). Des recettes en forte baisse En 2014, les recettes de l’État se sont élevées à 291,9 Md€, en diminution de 9,3 Md€ par rapport à 2013, sous l’effet d’une baisse des recettes fiscales, la première depuis 2009, à hauteur de 9,7 Md€. Des dépenses stabilisées Les dépenses du budget général ont été stabilisées par rapport à 2013. L’appréciation d’ensemble de la gestion budgétaire La Cour constate la persistance de sous-budgétisations et d’irrégularités déjà relevées depuis plusieurs années.

La dette de la France, un secret bancaire Qui détient la dette de la France ? Cette question, chaque contribuable français est en droit de se la poser. Ses impôts ne servent-ils pas à payer en partie les intérêts de la dette ? Or, si l’on dispose des quelques informations générales, savoir en détail qui détient les créances françaises et pour quel montant relève du secret extrêmement bien gardé. L’opacité est totale et couverte par la loi. Enquête. 1 317 milliards d’euros. « Le savoir permettrait de mesurer les conséquences potentielles d’un défaut de paiement, même partiel. 42,5 milliards d’euros d’intérêts versés à des inconnus ? Pour se financer, l’État émet des titres financiers que des investisseurs achètent. La dette, un secret d’État ? Les enquêtes réalisées par l’Agence France Trésor auprès de ses vingt banques partenaires permettent d’en savoir un peu plus sur les gros acheteurs : principalement des banques centrales, des fonds souverains, des assureurs, des banques commerciales et des fonds de pension. Ivan du Roy

Traité de Maastricht sur l'Union européenne Le traité sur l'Union européenne (TUE), signé à Maastricht le 7 février 1992, est entré en vigueur le 1er novembre 1993. Ce traité est le résultat d'éléments externes et internes. Sur le plan externe, l'effondrement du communisme en Europe de l'Est et la perspective de la réunification allemande ont conduit à l'engagement de renforcer la position internationale de la Communauté. Sur le plan interne, les États membres souhaitaient prolonger les progrès réalisés par l'Acte unique européen à travers d'autres réformes. Ces éléments ont conduit à la convocation de deux conférences intergouvernementales, l'une pour l'UEM et l'autre pour l'union politique. Le Conseil européen de Hanovre des 27 et 28 juin 1988 a confié à un groupe d'experts présidé par Jacques Delors la tâche de préparer un rapport proposant les étapes concrètes qui mèneraient à l'union économique. C'est le Conseil européen de Rome des 14 et 15 décembre 1990 qui a finalement lancé les deux conférences intergouvernementales.

The Killing Season: A timeline of PM Kevin Rudd's downfall - The Killing Season "I went downstairs, Julia was there at her deputy prime minister desk, she had the Sydney Morning Herald in front of her, asked whether I'd read the article. I said I had. She said that having read it after all the loyalty that she had been showing in trying to fix the government she felt she only had two choices - either to stand down as deputy prime minister and go to the backbench or to challenge. "And she said, 'In our conversations we've never had this conversation but I wanted to know where are you at?' "I said to Julia at the end of that conversation, 'Do you want me to start making some phone calls, discreetly, but do you want them to start?' Watch the video

Économie - Les comptes des administrations publiques en 2014 - L'investissement se replie et le déficit se réduit légèrement Imprimer la page L’investissement se replie et le déficit se réduit légèrement Pierre Cheloudko, Sylvain Larrieu, département des Comptes nationaux, Insee, Claire Jolly, Clovis Kerdrain, Thomas Meinzel, Brigitte Poiblanc, Pierre Prady, Benjamin Quevat, Yohann Vaslin, direction générale du Trésor, Nicolas Bignon, Anne Uteza, direction générale des Finances publiques Résumé En 2014, le déficit public au sens de Maastricht s’établit à 84,8 milliards d’euros, soit 4,0 % du PIB. Sommaire Encadré Le second programme d’investissements d’avenir Publication Avertissement Les comptes présentés ici actualisent les agrégats publiés dans l’Informations Rapides n° 74 du 26 mars 2015 sur les « Comptes nationaux des administrations publiques - premiers résultats ». Retour au sommaire En 2014, le déficit public atteint 4,0 % du PIB En 2014, le déficit public au sens de Maastricht s’élève à 4,0 % du produit intérieur brut (PIB), après 4,1 % en 2013 (figure 1). Les comptes sociaux s’améliorent progressivement

David Graeber : « La façon la plus simple de désobéir à la finance, c'est de refuser de payer les dettes Basta ! : A quel moment dans l’histoire le crédit est-il apparu ? Qu’est-ce qu’une dette ? David Graeber [1] : La dette est une promesse, qui a été pervertie par les mathématiques et la violence. On nous a raconté une histoire : « Il était une fois des gens qui utilisaient le troc. Voyant que cela ne marchait pas très bien, ils ont créé la monnaie. En quoi quantifier une dette est-elle un problème ? Quantifiable, la dette devient froide, impersonnelle et surtout transférable : l’identité du créancier n’a pas vraiment d’importance. Au contraire, le « remboursement de la dette » est devenu un dogme moral... La dette a été transformée en une question d’arithmétique impersonnelle, en l’essence même de l’obligation morale. Devenue dogme moral, la dette justifie les dominations les plus terribles. Vous citez l’exemple de la mafia... Parler de dette devient un moyen pour décrire des relations inégales. Il y a aussi une inversion : le créancier semble être devenu la victime. Absolument. A lire :

Plan Marshall Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Carte de l'Europe pendant la Guerre froide montrant les pays ayant reçu l'aide du plan Marshall. Le plan Marshall (après son élaboration, il fut officiellement appelé « Programme de rétablissement européen », en anglais European Recovery Program : ERP) était un plan américain pour aider la reconstruction de l'Europe après la Seconde Guerre mondiale. Histoire[modifier | modifier le code] Jusqu'en 1947 la politique des vainqueurs consistait à réduire les capacités productives de l'Allemagne, politique qui empêchait la reprise européenne. Conseillé par le général Marshall et d'autres personnalités officielles ou non, le Président Harry Truman modifia la politique américaine. Le plan final est annoncé par Marshall le à Harvard. Les Américains ont ainsi contribué à la coopération européenne[3], prélude à la construction européenne (Voir CEE). Le mécanisme retenu consistait pour les États-Unis à fournir un crédit à un État européen. Notes :

With Utopia, John Pilger wrings the heart but objectivity is not his forte Film maker John Pilger returns to the outback Australia for this documentary film Utopia. Veteran Australian journalist John Pilger's new film places Aboriginal Australia's dispossession and Third-World living conditions on the global stage. Indigenous people in remote areas, Pilger says in Utopia, which opened this month, are suffering a form of apartheid. Here, former Aboriginal affairs minister Fred Chaney, Australian of the Year Adam Goodes, academic Anthony Dillon and former indigenous health minister Warren Snowdon - who had a combative exchange with Pilger - review Utopia. Warren Snowdon Northern Territory MP and forer minister for indigenous health Having been interviewed by John Pilger for Utopia, my expectations for an insightful, balanced and fair yarn were not high. Elsewhere though, the film falls short. Dr Anthony Dillon Academic researcher, University of Western Sydney Utopia shows some clear examples of the appalling problems facing some Aborigines. Adam Goodes Fred Chaney

Tout comprendre sur la dette grecque en six étapes Alors que l'agence de notation Standard & Poor's vient de dégrader le pays ce vendredi, six étapes et une série de graphiques pour savoir comment la dette grecque est devenue l'une des clefs de l'avenir de l'euro et de l'Europe. "Réduisez la dette. Dehors le FMI !". La dette grecque est à nouveau au coeur des discussions européennes. 1. Quand la crise a éclaté en mai 2010 en Grèce, l'Etat, comme dans tous les autres pays, émettait des bons du trésor. Face au risque que la Grèce ne rembourse plus cette dette, ceux qui en possédaient ont voulu vendre leurs bons du trésor grecs. 2. En mai 2010, les banques européennes ne sont pas tout à fait remises de la faillite de Lehman Brothers. La première phase des plans d'aide a donc consisté en une chose très simple : faire passer cette dette des mains, ou plutôt des tiroirs caisses, du privé à ceux du public. De leur côté, le FMI et les états de la zone euro ont prêté à la Grèce l'argent qui lui manquait pour rembourser ses échéances. 3. 4. 5.

Related: