background preloader

Génération Z : le cerveau des enfants du numérique - 12 février 2015

Génération Z : le cerveau des enfants du numérique - 12 février 2015
La génération Z (12-24 ans), qui a grandi avec les jeux vidéo et les téléphones portables, a gagné des aptitudes cérébrales en termes de vitesse et d’automatismes, au détriment parfois du raisonnement et de la maîtrise de soi, explique le professeur de psychologie Olivier Houdé. Dans cet entretien accordé à l'AFP, le directeur du Laboratoire de psychologie du développement et de l’éducation de l’enfant du CNRS-La Sorbonne (LaPsyDé) et auteur du livre "Apprendre à résister" (Le Pommier), il préconise un apprentissage adapté à ces mutations. Le cerveau des enfants nés à l’heure du digital est-il différent ? Olivier Houdé : Le cerveau reste le même, mais ce sont les circuits utilisés qui changent. Face aux écrans, et du coup dans la vie, les natifs du numérique ont une sorte de TGV cérébral, qui va de l’œil jusqu’au pouce sur l'écran. Ils utilisent surtout une zone du cerveau, le cortex préfrontal, pour améliorer cette rapidité de décision, en lien avec les émotions.

http://www.sciencesetavenir.fr/sante/20150212.OBS2324/generation-z-le-cerveau-des-enfants-du-numerique.html

Related:  Impact du numérique sur les processus sociocognitifsfrankpoissonNeurosciences ThéorieStage Outils nomades 7 avril 2015cerveau et cognition

Bruno Devauchelle : Le numérique et le cerveau Au vu de la multiplicité des travaux menés sur le cerveau et l'apprentissage, et plus globalement le cerveau et le développement, on peut penser que les connaissances acquises sont suffisantes pour que les enseignants s'en emparent et les utilisent dans leurs classes. Il semble que ce ne soit pas vraiment le cas au vu des publications récentes sur les neurosciences et autres neuropédagogies, ou encore sur des sujets voisins. Entre l'inné et l'acquis, vieux débat scientifique cher à Jean Rostand, le développement du cerveau est aussi interrogé par les changements de l'environnement.

TDAH: pour en finir avec les préjugés! La semaine dernière, j’ai eu l’occasion de participer aux journées régionales du TDAH qui avaient lieu à Drummondville. Des gens de tous les domaines ont partagé, échangé et enseigné des informations pertinentes, actuelles et accessibles pour que les personnes (et leur famille) qui vivent avec le TDAH puissent être de plus en plus heureuses, et ce, malgré les répercussions importantes de ce trouble sur tous les plans de la vie: social, affectif, scolaire et professionnel. Depuis, j’ai écrit une Lettre à un jeune enseignant, je suis allée à la radio en jaser et j’ai réalisé qu’il y avait encore beaucoup trop de préjugés, de tabous et d’idées préconçues.

5 principes issus des neurosciences pour favoriser l'apprentissage en formation Quels sont, à votre avis, les avantages et inconvénients des pédagogies actives, ludiques et participatives ? Si les entreprises semblent conscientes de la nécessité d’amorcer un virage pédagogique dans leurs formations, elles sont parfois réticentes à l’idée de passer à l’action : est-ce vraiment utile et pertinent ? De mon point de vue, la réponse est indéniablement : OUI ! Et les recherches scientifiques menées ces dernières années vont clairement dans ce sens. Suite à la présentation que j’ai eu l’occasion de réaliser au forum, je vous invite donc à découvrir ci-dessous 5 principes essentiels issus des recherches en neurosciences pour mieux former et apprendre :

ParisTech Review – Nos systèmes éducatifs sont-ils toujours adaptés à un monde qui change à une vitesse sans cesse plus grande, qui est de moins en moins vertical et hiérarchique et de plus en plus horizontal et collaboratif ? François Taddei – Nos systèmes éducatifs sont fondés sur la résolution de problèmes classiques. Typiquement, pour entrer dans une grande école, il faut passer des concours qui consistent pour l’essentiel à résoudre des problèmes ordinaires. La pédagogie peut-elle être « scientifique » ? Comment ne pas répondre par la négative à cette question ? Bien entendu, comme par exemple la médecine, la pédagogie reste une pratique qui fait appel à beaucoup de pragmatisme et a quelque chose à voir avec l’art (mais plutôt celui de l’artisan que de l’artiste), avec le bricolage. En revanche, posons autrement la question : la pédagogie peut-elle, doit-elle se passer de la science, des sciences ? Faire à l’excès l’éloge de l’expérience par exemple mène à l’impasse, comme si apprendre de sa pratique revenait à n’apprendre que de sa pratique. Et on dérive vite vers la détestable apologie du « bon sens », un terme que je bannis de mon vocabulaire d’ailleurs. Comme toujours, la réalité est complexe et ne doit surtout pas être traitée sous un mode binaire (scientisme ou humanisme ; rigueur conceptuelle ou pragmatisme, etc.).

Comment les outils numériques modifient notre cerveau - La Croix Des études scientifiques ont montré que l’utilisation massive d’Internet transforme notre mémoire et notre attention Réécouter l'émission de France Inter "La tête au carré" présentée par Mathieu Vidard, en partenariat avec La Croix. « Internet rend-il bête ? 5 Bonnes Raisons d'utiliser Paper.Li Une bonne façon de retrouver les articles les plus importants sur Twitter à un seul endroit et de les partager de façon quotidienne ou hebdomadaire. Je vous ai préparé un exemple, le Journal de la semaine . Vous pourriez partir votre journal, Les profs branchés de l'école...! de cette façon vous auriez accès à des lectures communes partagées avec les moins Twitteux de l'école ! Paper.li est une plate-forme destinée en priorité aux utilisateurs de Twitter.

La « double tâche » c’est invisible Caroline Huron (psychiatre et chercheuse en sciences cognitives) nous montre que le cerveau ne peut pas faire deux tâches en même temps si ces deux tâches requièrent de l’attention. C’est une contrainte biologique du fonctionnement cérébral. Elle est invisible, nous en avons rarement conscience et pourtant elle envahit toute notre vie quotidienne. Cette limite de notre cerveau a une conséquence majeure dont il faut avoir conscience : on ne peut pas apprendre en situation de double tâche. Formation à distance continue, du blended learning au digital learning XEnvoyer cet article par e-mail Formation continue, du blended learning au digital learning XEnvoyer cet article par e-mailFormation continue, du blended learning au digital learning Ressources humaines Techniquement mature, pédagogiquement efficient, économiquement profitable : l'e-learning s'impose dans l'entreprise

Les quatre piliers de l’apprentissage - Stanislas Dehaene L’enfant est doté d’intuitions profondes en matière de repérage sensoriel du nombre. Avant tout apprentissage formel de la numération, il évalue et anticipe les quantités. Apprendre à compter puis à calculer équivaudrait à tout simplement tirer parti de ces circuits préexistants, et, grâce à leur plasticité, à les recycler. L’apprentissage formel de l’arithmétique se « greffe » sur le « sens du nombre » présent chez l’enfant, et sollicite la même zone cérébrale. Notre cerveau à l’heure des nouvelles lectures Maryanne Wolf, directrice du Centre de recherche sur la lecture et le langage de l’université Tufts est l'auteur de Proust et le Calmar (en référence à la façon dont ces animaux développent leurs réseaux de neurones, que nous avions déjà évoqué en 2009). Sur la scène des Entretiens du Nouveau Monde industriel au Centre Pompidou, la spécialiste dans le développement de l’enfant est venue évoquer "la modification de notre cerveau-lecteur au 21e siècle" (voir et écouter la vidéo de son intervention)... Image : Maryanne Wolf face au public sur la scène du Centre Pompidou, photographiée par Victor Feuillat. Comment lisons-nous ?

Bonjour, J'ai apprécié cette approche simplifiée, schématisée du fonctionnement de notre cerveau face au numérique, et j'apprends un nouveau terme "résistance numérique" (à ressortir lors de débats sur l'addiction de nos proches à leurs écrans!). Je trouve ce chercheur en psychologie très intéressant, je vais me renseigner de plus prés sur ses travaux. Merci encore. Béatrice by negron_goupeb_psy Feb 29

Merci pour cet article très intéressant sur le fonctionnement du cerveau de cette génération Z. Même si cela leur apporte plus de réactivité, on prend conscience de l'intérêt de la résistance cognitive afin qu'ils puissent prendre du recul nécessaire à toute décision. by gaborit_groupeb_psy Feb 22

Merci pour cet article très intéressant notamment sur les zones du cerveau les plus sollicitées lors de l'usage de l'écran. Par ailleurs je crois effectivement en l'importance de développer la résistance cognitive à l'école de manière intensive ! by delacroix_groupea_psy Feb 18

Related:  Numérique