background preloader

Ces évolutions majeures qui pourraient faire changer le monde de l’éducation

Ces évolutions majeures qui pourraient faire changer le monde de l’éducation
Polytechnicien, biologiste, directeur de recherches à l’Inserm, François Taddéi est à la tête du Centre de recherches inter-disciplinaires, hébergé à l’Université Paris-Descartes. Membre du Haut conseil de l’Education nationale, ses recherches portent notamment sur l’innovation dans l’éducation. Bouillonnant, il ne travaille « qu’avec des gens qui ont envie » et rappelle que son dieu favori est Portunus, le dieu des clés et des portes. Alors que François Hollande a annoncé l’Acte II de la refondation de l’école, François Taddei explique comment les enseignants peuvent s’adapter à un monde changeant et décrit l’une de ses initiatives pédagogiques que dix pays étrangers veulent dupliquer. Pour lui, les questions des élèves sont au moins aussi importantes que leurs réponses. Car il faut aussi leur « apprendre à apprendre ». Quel peut-être le rôle de l’école aujourd’hui ? Quels autres enseignements tirez-vous de Socrate ? Quelle expérience éducative innovante menez-vous en ce moment ? Related:  À lire plus tard

PDST Technology in Education - e-Learning Plan Templates This area provides a number of useful templates which can be used in the development of the school’s e-Learning Plan. The e-Learning Plan template can be adapted depending on the areas your school has decided to prioritise. The e-Learning audit templates are designed to be adapted and customised for your school’s particular needs. Downloadable documents: e-Learning Plan Template e-Learning Plan Audit - Primary e-Learning Plan Audit - Post Primary To view PDF documents on your computer you need to have Adobe Reader installed.To view Word or Excel documents you need to have Microsoft Word/Excel or a Word/Excel viewer installed.Links to download these free viewers are contained on the top right of the page.

Vivre libre : mode d’emploi de l’autonomie – Les moutons enragés Bonjour à tous. Bon, comme ça se dit souvent sur internet, il est temps maintenant de passer à l’action et de faire quelque chose d’utile et de bien. On est tous d’accord, les manifestations ne servent à rien, les pétitions encore moins et les grandes actions ne sont pas assez suivies pour avoir un effet.

Comprendre les raisonnements qui les amènent à faire des erreurs 3 questions à poser avant le dodo Publié le 11-02-2016 à 15:19 Nadine Deschenaux Apprendre aux enfants à faire un petit bilan de leur journée et être capable d’en faire ressortir autant les aspects positifs (et en être fier!) Qu’est-ce qui t’a fait rire? C’est le moment de faire la lumière sur ce qui le rend fier et heureux. Qu’est-ce qui t’a fait de la peine ou qui t’a fâché? On doit apprendre à notre enfant à nommer ses émotions même les plus difficiles. À qui dirais-tu merci? Chaque soir, on incite notre enfant à remercier quelqu’un qui a été gentil avec lui. Cet exercice est un rituel à créer avec les enfants pour faire le point.

Huit étapes pour innover en éducation Si nous prenons pour acquis le postulat que chaque génération d’enseignant est en retard sur la génération d’élèves à laquelle il enseigne et que ce retard s’est accentué grâce à différentes fractures générationnelles, la nécessité d’innover en éducation devient incontournable. Le Conseil supérieur de l’éducation du Québec définit l’innovation en éducation de la façon suivante : Un processus délibéré de transformation des pratiques par l’introduction d’une nouveauté curriculaire, pédagogique ou organisationnelle qui fait l’objet d’une dissémination et qui vise l’amélioration durable de la réussite éducative des élèves ou des étudiants. L’innovation en éducation implique donc de rassembler les concepts de nouveauté, d’amélioration et de durabilité. Ainsi, dans un contexte quotidien, comment les acteurs du monde de l’éducation, quels qu’ils soient, comptent-ils innover dans leurs pratiques ? On dit qu’une bonne idée se mesure à sa capacité à être réalisée. Étape 1 : une idée Enseignant

Plateformes LMS… où en est-on ? Le périmètre fonctionnel des "Learning Management Systems" n'est plus seulement ce qu'il était… A savoir, pour simplifier, la diffusion automatisée et instantanée de contenus e-learning vers des milliers d'apprenants géographiquement dispersés (qui pourront se former à leur bureau ou à leur domicile à leur rythme), le "tracking" (temps de formation, statut du cours, résultats obtenus) et le reporting. Outil pour les formateurs, les LMS ont progressivement pris en compte des demandes "naturelles" : la construction de parcours de formation constitués de plusieurs modules e-learning, dans un assemblage tirant parti des normes d'interopérabilité (Scorm 2004 en particulier), voire l'intégration native d'un outil auteur facilitant la création et le déploiement des contenus sur la plateforme, sans changer d'environnement d'exploitation… C'est cette photographie que le Benchmark LMS Féfaur propose. Aude Dellacherie

La carte de France des utopies concrètes Pierre nous le dit tout de suite, « Utopies Concrètes est un réseau de personnes dispersées qui veulent rester anonymes ». Il répond en porte-parole du projet, mais ne tient surtout pas à apparaître comme leader. Il a simplement mis ses compétences techniques au service du projet collectif. Mais à Makery nous voulions en savoir plus sur le « lab » Utopies Concrètes, la gestation technique de l’incroyable carte. Faciliter les passages à l’acte « D’abord Utopies Concrètes c’est un manifeste écrit en groupe et qui fédère les énergies de chacun, nous dit Pierre. Utopies Concrètes permet aussi la visualisation d’un réseau de liens représentant et articulant les références communes au collectif. «Utopies Concrètes un portail thématique autogéré, d’archivage et de mise en commun (hors google, facebook, twitter) des collectifs, médias, revues, festivals, documentaires, bouquins qui nous tiennent à cœur».Pierre JdlF Se repérer dans les mouvances alternatives S’installer de manière alternative

L’école japonaise, sans stéréotypes Sociologue et grand connaisseur du Japon, Jean-François Sabouret a publié il y a vingt-cinq ans un livre marquant, L’Empire du Concours (éditions Autrement), à un moment où le ministre Chevènement s’extasiait devant ce pays où les ouvriers à la chaîne avaient leur bac - d’où le fameux mot d’ordre : 80 % niveau bac. Il a récemment organisé une semaine de rencontres franco-japonaises à Tokyo avec des personnalités éminentes du système éducatif français (Christian Forestier, Hervé Hamon...). Nous l’avons rencontré à l’occasion de la publication d’un nouvel ouvrage avec un jeune chercheur japonais, Daisuke Sonoyama. Cahiers pédagogiques : Le système éducatif japonais est assez peu connu en France. On en reste aux stéréotypes. D’un côté la forte proportion de bacheliers, de l’autre l’entrainement intensif, dès le plus jeune âge, la compétition dans le stress pour atteindre les meilleures écoles. J. Cahiers : Parlez-nous un peu des enseignants japonais. J. J. J. Propos recueillis par J.

La lecture, une histoire de famille! | Parent Estrie Saviez-vous que vous aidez votre enfant à apprendre à lire et à écrire en lui montrant de nouveaux mots ? Accompagner votre enfant en lecture peut faire une différence dans sa réussite et sa persévérance scolaires. Comme parent, c’est à vous de donner le gout de la lecture à votre enfant. Racontez-lui une histoire à l’aide d’un album photos : l’histoire de sa naissance, de ses grands-parents, de sa famille, etc.Tournez les pages du livre lentement afin de lui laisser le temps d’observer les détails des illustrations.Regardez le titre et les images d’un livre avec votre enfant. Vous pouvez lui demander de te montrer certains objets avec son doigt.Demandez à la famille et aux amis de lui offrir des livres en cadeau et de lui faire la lecture.Jouez au restaurant ensemble. Fabriquez un menu avec des circulaires et laissez votre enfant prendre la commande des autres membres de la famille.

Réussite et créativité : Atout Diversité ! Quand l'arrivée des femmes dans les conseils d'administration bouleverse les entreprises Depuis le 1er janvier, les conseils d'administration ou de surveillance de plus de 10 000 entreprises françaises doivent compter au moins 40 % de femmes. Depuis cette année, l'égalité hommes-femmes est devenue une réalité dans les conseils d'administration ou de surveillance de plus de 10 000 entreprises françaises. Du moins, une obligation. Toutes les sociétés cotées en Bourse, mais aussi toutes celles qui ne le sont pas mais emploient plus de 500 salariés et présentent un chiffre d'affaires ou un total de bilan de plus de 50 millions d'euros, doivent compter au moins 40 % de personnes du même sexe dans ces instances. La loi dite Copé-Zimmermann le leur impose. Dans les grandes entreprises, la règle est plutôt respectée. «Moins agressives, plus concrètes» Le profil bas de la bonne élève Ces femmes sont ensuite parrainées par un autre président participant au programme. Plus vigilantes face aux risques

La démocratisation du e-learning est en cours... Votre analyse des outils auteurs à l'heure où les entreprises veulent devenir autonomes dans la production de leurs contenus e-learning ? Guillaume Alary : Complexes à utiliser, la plupart des outils auteurs actuellement disponibles sur le marché sont principalement réservés à des professionnels expérimentés. Il est d'ailleurs impossible de les essayer gratuitement sur le web, signe qu'il ne sont pas à la portée de tous ! Du coup, les entreprises ont recours à des prestataires spécialisés… Le e-learning sur mesure est un marché de services qui se facturent en jours x homme, et c'est cher ! Une double barrière, donc… Guillaume Alary : Oui : technologique (complexité des outils) et financière (plusieurs dizaines de milliers d'euros pour installer une plateforme et avoir des modules). La démocratisation du e-learning que vous appelez de vos voeux est à portée ? Guillaume Alary : La promesse du e-learning est de transmettre massivement les savoirs : permettre l'apprentissage à grande échelle.

[FILM DOCUMENTAIRE] La Guerre des Graines Les graines sont-elles une marchandise ou un bien commun de l’humanité au même titre que l’eau ou l’air ? Dans un avenir très proche, les agriculteurs n’auront peut être plus le droit de replanter leurs propres graines. En Europe, une loi émerge pour contrôler l’utilisation des semences agricoles… Derrière cette confiscation, 5 grands semenciers qui possèdent déjà la moitié du marché des graines et cherchent à étendre leur privatisation. L’histoire que nous révélons dans ce documentaire, c’est celle d’une guerre silencieuse, méconnue et dont l’enjeu est pourtant crucial : notre indépendance alimentaire. De l’Inde à Bruxelles, en passant par les campagnes françaises et l’Ile du Spitzberg à 1000 kms du Pôle Nord, Stenka Quillet et Clément Montfort enquêtent sur cette Guerre des Graines qui menace plus d’un milliard d’agriculteurs sur la planète. Vidéos bonus "Un grain de blé pourrait nourrir toute l'humanité", par Pierre Rabhi "Notre nourriture sera confisquée", Vandana Shiva En savoir plus

Related: