background preloader

Comment le sexisme s'est solidement ancré dans la médecine française

Comment le sexisme s'est solidement ancré dans la médecine française
Temps de lecture: 15 min MISE À JOUR: Le 8 avril 2016, une question de QCM à un examen blanc de médecine, repérée par Slate, a donné lieu à des réprobations publiques des ministres de l'Éducation et de la Santé, mettant une nouvelle fois en lumière le sexisme latent touchant au monde médical. Un an plus tôt, nous réalisions une longue enquête sur le sujet que voici. Qui aurait pu imaginer qu’une peinture représentant Flash, Superman, Batman et Superwoman en plein ébats sexuels avec Wonder Woman provoquerait un jour une polémique nationale? L'oeuvre en question avait tout juste été agrémentée de bulles suggestives, pouvant laisser penser à un viol de la ministre de la Santé –ou du moins à un viol tout court– l’objet introduit dans le vagin de Wonderwoman n’étant rien de moins que la mal-aimée loi de Santé, loi qui a provoqué la grève des médecins au mois de décembre dernier et vient de causer celles des internes. La médecine serait-elle sexiste? Sexisme ordinaire Un enfant? Related:  A lire/classerSexismeclitosophie

Égalitariste - Journal Catalogue de Noël : bravo Super U d'horripiler le Printemps Français et les a... Catalogue de jouets de Noël des magasins U. (Capture d'écran) Cette année, comme l'an passé, les magasins U ont édité un catalogue de Noël en toute égalité, reprenant certaines des photos où petits garçons et petites filles avaient déjà droit en 2012 aux mêmes jouets, sans distinction de sexe, revenant ainsi à une catégorisation qui était employée majoritairement dans les années 1980. On y voit toujours des petits garçons jouer à la poupée, des petites filles s'amuser avec un établi de garagiste, ou les deux faire semblant de cuisiner. Dans ce catalogue comme dans celui de l'année dernière, les jouets ne sont plus catégorisés en jouets pour filles, et jouets pour garçons, en rose et en bleu, mais en univers, celui des poupées, des bolides, de "je fais comme les grands". Un référencement en fonction des goûts et non du sexe Et même si leur démarche tient davantage aux intérêts marketing qu'à la démarche militante, elle avance dans le bon sens, ce qui reste à saluer.

Pénélope Bagieu : "C'est en faisant sauter les verrous que l'égalité homme-femme progressera" La dessinatrice publie le deuxième tome des "Culottées" : des histoires de femmes méritantes, mais méconnues, et à Angoulême, elle donnera un concert dessiné avec China Moses. L'occasion d'une rencontre. Vous vivez aux États-Unis depuis plus depuis plus d’un an. Vous attendiez-vous à l’élection de Donald Trump ? Pénélope Bagieu : Pas du tout ! Voyez-vous déjà des conséquences ? Pénélope Bagieu : J’ai des amis qui travaillent dans des entreprises internationales, asiatiques notamment, qui ont assez peur pour la suite. Qu’est-ce que ces résultats disent de la société américaine ? Pénélope Bagieu : Comme en France, il y a un refus de voir en face l’existence de l’intolérance. Les Culottées du tome 2 sont pour beaucoup américaines. Pénélope Bagieu : C’est le hasard. Qu’est-ce qui vous préparait à devenir la raconteuse d’histoires de femmes ? Pénélope Bagieu : J’aime donner envie. Avez-vous eu à lutter plus qu’un homme ? Souvent vos héroïnes ont eu des parcours avec des enfances très difficiles.

Raconte-moi une histoire non-sexiste Temps de lecture: 8 min Des héros forts qui ne pleurent jamais, des filles pas souvent héroïnes qui se retrouvent à materner les garçons rentrés de la chasse au dragon, de la poupée rose à foison contre des voitures bleues... Les stéréotypes sexistes fourmillent dans les albums jeunesse, renvoyant plus ou moins implicitement des messages sur le rôle et la place à tenir dans la société des garçons et des filles, des hommes et des femmes. Ce n’est pas nouveau et on sait l’urgence de s’attaquer dès la petite enfance aux stéréotypes tant leur impact commence dès le plus jeune âge. Ce que l'on sait moins, c’est que la loi du 9 juillet 2010 sur les violences faites aux femmes prévoit notamment «une information consacrée à l'égalité entre les hommes et les femmes, à la lutte contre les préjugés sexistes» et ce «à tous les stades de la scolarité». Pour pouvoir informer les enfants sur ces préjugés, il faut commencer par les débusquer, ce qui n'est pas toujours évident. Quand Lulu sera grande

Period pain can be “almost as bad as a heart attack.” Why aren’t we researching how to treat it? It’s time to talk about period pain. Every month, every woman you know who’s pre-menopause and post-puberty bleeds from their vagina. Periods are one of the most basic facts of life. Any squeamishness around the subject is both ridiculous and harmful, because too many women are suffering in silence, grimacing through the agony they experience with their periods. That’s right—agony. Frank Tu, director of gynecological pain at NorthShore University HealthSystem, tells Quartz some physicians are taught that ibuprofen “should be good enough.” Over the past two years, my period pain has become as severe as a slipped disc. Before I had my MRI scans, I told my primary care doctor that the pain seemed to be triggered by my period. It turns out that taking the pill continually doesn’t completely stop periods, or the accompanying pain. For now, without official diagnosis, my monthly pain is something of a mystery. The medical conditions linked to period pain Legro’s experience is instructive.

« Je ne publierai plus jamais dans une revue scientifique » Enseignant-chercheur, je ne publie plus que vraiment très occasionnellement dans des revues scientifiques. Et ce pour plusieurs raisons. Monde de dingue D’abord le modèle économique de l’oligopole (voire du quasi monopole dans le cas des SHS), qui gère aujourd’hui la diffusion des connaissances au travers de revues, est celui d’une prédation atteignant des niveaux de cynisme (et de rente) de plus en plus hallucinants. A tel point que de plus en plus d’universités préfèrent carrément renoncer à l’ensemble de leurs abonnements chez Springer ou Elsevier. Montage déononçant Elsevier Cette situation est hallucinante et ubuesque : Merci, votre inscription a bien été prise en compte. Hallucinante tant les tarifs d’Elsevier (ou de Springer) et les modalités d’accès proposées relèvent du grand banditisme et de l’extorsion de fonds.Ubuesque car nous sommes dans une situation où des universités doivent renoncer, j’ai bien dit renoncer, à accéder à des revues scientifiques. Making of Qui a écrit :

T’as couché avec combien de gars? | Plus que des maux Je dis « combien de gars » parce qu’il est assez rare qu’un gars va se faire juger sur le nombre de partenaires sexuelles qu’il a eues. Bien qu’on soit en 2015 et que nous sommes censés être évolués et dotés d’une capacité de jugement, les phrases telles que : « T’sais bro, une clé qui débarre tous les cadenas, c’est boss, mais un cadenas qui se fait ouvrir par toutes les clés, c’est dégueulasse » ou encore : « T’sais, nous les gars, c’est plus physique. C’est nous qui avons le pénis. On entre en vous alors que vous ben… vous vous faites rentrer dedans. Ça fait que… » semblent encore avoir la cote. Je ne sais pas si c’est parce que nous avons la tendance obsessionnelle facile en ce qui concerne le passé de l’autre, mais la fameuse question du « Pis toi… T’as couché avec combien de gars? Dans une société où les gens prétendent être libres, ils ne laissent pas les autres, et plus particulièrement les femmes, être libres de leur corps, de leur intimité et de leurs désirs. Aimer :

Sexualité : avec ou sans poils ? La femme à poil doit-elle impérativement être sans aucun poil nulle part ? Le retour du poil est-il désormais impossible ? Les femmes sont-elles condamnées à ne pouvoir se montrer que dans l'impudeur d'un corps nubile, c'est-à-dire sans poils ? Le point de vue de notre experte Sophie Bramly. C'est une des questions que posait déjà en 2009 la journaliste allemande Charlotte Roche dans son livre « Zones Humides » qui a dépassé le million d'exemplaires vendus, dans son pays natal. C'est également la question que posaient en Angleterre les présentateurs de télévision Emer O'Toole et Michelle Devine, au début du mois de mai dernier, dans leur émission « This Morning », où ils recevaient une femme qui depuis 18 mois avait choisi de ne plus s'épiler, effrayée, énervée, révoltée par la façon dont les femmes doivent se soumettre à de plus en plus de diktats, au prix de souffrances et de sacrifices. Merci à Pierre Griffet. Crédit photo : Comstock La ceinture, symbole érotique ?

Dis maman, c’est quoi des préjugés sexistes ? - Clara Morgane répond... Le sexisme ordinaire constitué de petites phrases anodines, de regards, de silences dans le meilleur des cas, cautionné par notre société, est partout. Harcèlement de rue ou sur les réseaux sociaux, slut-shaming et discrimination au travail, la vie des Françaises n’est pas toujours une partie de plaisir. Oui, il ne faut pas être trop belle ou bien trop moche, trop grosse ou bien trop maigre, trop libérée ou trop coincée. Alors comment préparer nos petites filles à ces attentes sociales improbables et les élever dans un tel climat ? C’est la question que je me suis posée. Sois belle et tais-toi. Si tu n’es pas belle ma fille, ta vie ne sera donc pas plus simple puisque tu seras quoi que tu fasses, soumise aux critiques et jugements des autres, surtout à l’heure des réseaux sociaux puisque le moindre idiot est devenu un média à lui tout seul. Sois mince ou ne soit pas ! Soit Salope, soit coincée ! Clara Morgane à sa fille.

Cinq astuces pour soulager les crampes menstruelles – Passion Menstrues (Source : Sarah Graley) Si les médicaments ne suffisent plus, ou si préférez vous en passer (par choix ou par obligation médicale), il existe quelques astuces pour soulager les crampes menstruelles (ou « monstruelles » hahahahahahahaha) (ça va, laissez-moi tranquille). Selon ce que vous avez à disposition et la situation dans laquelle vous vous trouvez, voici X trucs à tester pour vous rendre la vie un peu plus supportable. 1. La bouillotte Un peu dure à supporter quand il fait plus de 20 degrés dehors, mais le reste du temps, l’astuce de la bouillotte est assez inégalable. Si vous êtes en galère de bouillotte, remplissez une bouteille d’eau chaude et enroulez-là dans une petite serviette, ça fera l’affaire. 2. C’est la solution à tous les problèmes. Ça fera moins de ménage/lessive à faire, ils peuvent s’utiliser par-dessus les sous-vêtements, et c’est assez rare qu’on se retrouve avec du sang sur le clito, donc vous pouvez y aller sans crainte.C’est RAPIDE. 3. 4. 5. Nan, je déconne pas.

Culture: ne pas prendre les enfants pour des cons donne des résultats surprenants La muséographie, un jeu d'enfant? «À coup sûr, ils s'attendaient à des peluches, des nounours, des arcs-en-ciel. Mais ils verront une exposition sérieuse, parce que NOUS sommes sérieux.» Pendant six mois, Janek, 10 ans, et ses 68 camarades âgés de 6 à 14 ans ont planché sur l'exposition «Anything Goes» réunissant 300 œuvres. Développant (quasi) seuls scénographie, commissariat, audioguides et catalogue: «On a refusé les suggestions. C'est nous les commissaires, pas les adultes. Six segments couvrent les spécialités du musée: objets anciens et orientaux, artisanat, sculpture classique et contemporaine, photographie, dessins et estampes, pièces et médailles, vêtements et peintures. Parcours, énigmes, multimédias… Le titre laisse imaginer à tort un certain flou. «La pièce fantôme» réunit les œuvres les plus «effrayantes» du fonds, à grand renfort d'effets spéciaux et de sons lugubres Trésors et fantômes Mode, tables rondes et conférences

8 mars: Quand la journée des femmes était une fête des mères communiste et an... Le 8 mars, c'est entendu, c'est la Journée des femmes. Ou la Journée internationale de la femme. Ou la journée internationale des droits des femmes. Toujours est-il qu'on s'attend à se farcir des remarques plus sexistes qu'à l'accoutumée: «— Attend, je te tiens la porte, c'est la Journée des femmes! Sans oublier, des promesses gouvernementales et des cortèges aux revendications protéiformes, entrecoupés de «à quand une journée des hommes?» La Journée des femmes naît d'une «réunion clairement anti-féministe», insiste la chercheuse. «On interdit aux femmes socialistes de mener des luttes communes avec des féministes bourgeoises. Voilà qui commence bien... Le début de la Révolution de 1917 A la suite de cette décision, des Journées des femmes sont célébrées par des organisations socialistes à différents jours de l'année, dans différents pays: des manifestations ont lieu en Allemagne, en Autriche, au Danemark le 19 mars 1911. Le 8 mars 1917, la journée est de nouveau célébrée en Russie.

Ces ?tudes ? la con qui nous prennent pour des connes Les dangers du neurosexisme à travers le portrait-robot de «Gwendoline», LA femme telle qu'elle est décrite par des pseudo-études scientifiques. Mi-janvier, le psychologue évolutionnaire, Jesse Bering, a écrit un article pour Slate.com, où il présentait quatre manières dont les femmes avaient évolué pour se protéger des viols lorsqu’elles ovulaient. Son article a déclenché de violentes critiques, au sein de Slate et sur des sites scientifiques notamment. Nous publions en même temps le premier article de Bering, une des réponses de Double X, la réponse aux réponses de Bering, ainsi qu’un article de Peggy Sastre sur le problème des féministes avec la psychologie évolutionnaire et enfin un article de Titiou Lecoq qui porte plus généralement sur les études scientifiques et «la femme». Les études pseudo-scientifiques à la con mettent en général en place un protocole pas intelligent et en tirent des conclusions débiles. Le portrait-robot de Gwendoline Qu’est-ce qui ressort de tout ça? Et donc:

« S’exprimer de façon affirmée est particulièrement risqué pour les femmes » | Les Nouvelles NEWS Une femme trop sûre d’elle est perçue comme moins compétente et méritant un salaire moindre. Une nouvelle étude illustre les discriminations inconscientes que subissent les femmes en position de leadership . Une femme sûre d’elle, qui affirme son point de vue, est jugée plus durement que ses homologues masculins. Elle est perçue comme moins compétente et méritant un salaire moindre. « S’exprimer de façon affirmée, assurée, est particulièrement risqué pour les femmes. » Voici comment Joseph Grenny et David Maxfield, chercheurs en sciences sociales du cabinet VitalSmarts, dans l’Utah, résument l’étude qu’ils ont menée. Le comportement décidé de l’homme les conduit à minorer ses aptitudes supposées de 22% et son salaire de 6 500 dollars. Les auteurs de l’étude expliquent, dans une vidéo fort pédagogique, que cette perception biaisée reste la plupart du temps inconsciente. Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS : Dossier – ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE Tous les articles de la rubrique Point de vue

Related: