background preloader

The Spy Files Wikileaks

The Spy Files Wikileaks

http://spyfiles.org/Zm9yY2VTUg

Related:  Entre Business, Sécurité & Liberté

Copie à rendre dès novembre En lançant une réflexion sur le "rapprochement" de l'Arcep et du CSA, le gouvernement ressuscite un serpent de mer qui risque de faire des dégâts. Retour sur un projet dont les motivations politiques, culturelles et fiscales sont susceptibles d'engendrer un monstre de la régulation sur Internet. C’est le gros dossier de la rentrée. 27/09/2012 Conférence de Richard Stallman à l'ULB - BxLUG Le BxLug, en collaboration avec l’Université libre de Bruxelles et l’École supérieure d’informatique ont invité Richard Stallman à Bruxelles ce jeudi 27 septembre 2012 à 19 h 30 sur le campus du Solbosch, dans l’auditoire K, pour faire une conférence intitulée Vers une société numérique libre. Dans cette conférence au titre clair, Vers une société numérique libre, Richard Stallman développera ce thème très actuel : Les efforts développés pour inciter les gens à utiliser les nouvelles technologies numériques sont réalisés sur la supposition que cette utilisation est invariablement une bonne chose. En jugeant par le seul aspect pratique immédiat, cela semble être le cas. Cependant, si on juge en termes de droits de l’homme, que cette entrée dans ce monde soit bonne ou mauvaise dépend du monde numérique dans lequel nous voulons être inclus.

Big Apple Par le passé, nous avons souvent vu Apple rejeter des applications pour des motifs souvent contestables. On a ainsi vu la firme de Cupertino refuser de publier sur son App Store une bande dessinée jugée trop violente, un simulateur de bruits de pets jugé inutile, des magazines osant parler de sexe à leurs lecteurs, des contenus qui le concurrencent, ou encore des utilitaires permettant de contrôler BitTorrent à distance. La liste des applications rejetées pour d'autres motifs que la sécurité ou le bon fonctionnement est innombrable. Éduquer à distance La technologie est souvent merveilleuse par les possibilités nouvelles qu'elle offre. Elle est aussi parfois redoutable, par exemple lorsqu'elle permet de s'assurer qu'une interdiction n'est plus simplement une interdiction que l'on peut contourner, mais une impossibilité totale d'enfreindre la règle. Qu'il s'agisse de la loi adoptée par les parlementaires élus, ou de règles plus ou moins arbitrales édictées par des entreprises privées, ou par des autorités publiques. Hier, quand un règlement ou un contrat paraissait inepte, il était toujours possible de ne pas y obéir, et d'accepter d'en subir les éventuelles conséquences. L'Histoire a montré que la désobéissance civile peut être une nécessité. Et sans aller chercher les exemples les plus sombres, il est parfois heureux que les lois ne soient pas respectées.

QUOI DE NEUF ? CleanIT ! Après Hadopi, après Acta, voici venir CleanIT, le nouveau projet européen de réglementation du web qui risque de faire bondir les internautes et les défenseurs des libertés publiques sur internet. Il y a maintenant deux ans, le Programme de Commission européenne pour la prévention et la lutte contre la criminalité avait mandaté un groupe rassemblant responsables gouvernementaux et représentants du secteur privé afin de réfléchir aux moyens de lutter contre le terrorisme sur internet. Pour ce faire, le projet, baptisé "CleanIT", et mené par le responsable néerlandais de l’anti-terrorisme But Klaasen, avait été doté d’un budget de 400.000 euros. "Ridicule" et "effrayant" Depuis, ce groupe de réflexion travaille discrètement, rendant régulièrement des rapports d’étapes qui n’ont jusqu’à présent été que très peu médiatisés.

Pirate Box partager sans être fiché la pirate box A première vue c’est une petite boite qui passerait presqu’inaperçue si elle n’était pas ornée d’une tête de mort. Et pourtant rien de dangereux à l’intérieur, juste la possibilité d’échanger des fichiers en réseaux. Aussi librement et gratuitement que possible dans le plus parfait anonymat. PÉTITION Against the INDECT project Français : INDECT est un projet visant à créer le Big Brother. Imaginez un monde rempli de caméra dans les rues vous observant et vous identifiant comme un simple numéro, est identifiant chacun de vos mouvements et les identifiera comme dangereux ou non. (ceci par des logiciels et non par des humains) Imaginez ces mêmes caméras dotées de logiciels à reconnaissances faciales. Imaginez vous surveillés par un réseau de communication sans égal de puissance. Imaginez vous, vos informations et données disponibles par un simple clique par toutes les polices d'Europe.

INDECT PROJECT sortie mars 2014 … Bien, nous connaissons tous désormais ACTA n’est ce pas? Mais regardez bien attentivement ce qui suit, ceux que nous avons élu, ceux qui nous gouvernent ont une imagination tous les jours un peu plus débordante, malheureusement cela ne relève plus de la fiction. Perso, ça ne me fait plus rire non plus. Nous avons déjà eu quelques aperçus de ce qu’ils sont capables de faire, de cacher, de dealer, de comploter, de négocier en secret – et j’en passe – pour servir leurs intérêts – et comptes en banque – et bien entendu, et surtout, rester aussi à l’affût de ce que nous, LES(S) PEUPLE(S) pouvons faire … ou pas … Je vous laisse donc découvrir le nouveau scénario imaginé et développé rien que pour nous par les producteurs d’ACTA : 14 millions d’euros de budget, des travaux en cours débutés il y a 3 ans, une sortie prévue en mars 2014. Ne vous endormez pas, restez vigilants et mobilisez vous vite!

RSF liste 2012 Pays Ennemis d’Internet & sous surveillance Ce rapport, qui dresse la nouvelle liste 2012 des pays “Ennemis d’Internet” et “sous surveillance”, est une actualisation du rapport publié le 12 mars 2011. Lire en arabe / اقرأ التقرير بالعربية Lire en chinois / 看中文 Le précédent rapport , publié en mars 2011, soulignait la consécration des réseaux sociaux et du rôle du Web comme outil de mobilisation et de transmission d’informations dans le contexte des mouvements de soulèvements populaires dans le monde arabe. Les mois qui ont suivi ont montré la surenchère de ripostes menées par les régimes répressifs à ce qu’ils considéraient comme des tentatives inadmissibles de “déstabilisation”. Les net-citoyens ont été, en 2011, au cœur des changements politiques qui ont affecté le monde arabe.

MARIELLE GALLO députée européenne ProACTA Au Parlement Européen à Bruxelles, Marielle Gallo, membre de la Commission juridique, avait présenté un rapport favorable à l'accord anti-contrefaçon. Après le cinquième rejet d'ACTA cette fois en Commission sur le commerce international (19 vs 12), l'eurodéputée revient avec nous sur le chemin parcouru et l'avenir de ce texte décrié. Vote d'ACTA en commission INTA Quel est votre état d’esprit après le rejet d’ACTA en commission parlementaire ? Kim Dotcom provoque la Hadopi sur Twitter Depuis quelques temps, Kim Dotcom, fondateur de l'empire Mega dont le site phare Megaupload avait été mis hors ligne par le FBI en janvier dernier, joue la provocation sur Twitter. Il semble décidé à faire parler de lui de manière plus locale en s'attaquant aux lois spécifiques à chaque pays. Il vient ainsi de promettre la mort prochaine de l'HADOPI, rien de moins. C'est en effet en ce samedi après-midi que l'on a pu le voir publier le tweet suivant : Salut la France, l'Hadopi va mourir.

Richard Stallman donne son avis sur la HADOPI Richard Stallman était en France à la fin du mois de juin. Nos confrères des Inrocks ont eu l'occasion de le rencontrer pour évoquer avec lui le système de rémunération des artistes, ainsi que la position de la France, notamment avec l'émergence de la loi HADOPI. Sans surprise, ce père du logiciel libre et du projet GNU, président de la FSF appelle à la résistance vis-à-vis de ce genre de solutions qu'il juge oppressive. Il propose deux systèmes différents, dans lesquels les artistes seraient directement rémunérés, plutôt que les ayants droit « qui sont d'habitude des entreprises, [...] c'est une escroquerie de parler des ayants droit ». Une vision qui ne plaira sans doute pas à tout le monde, mais qui continue d'être dans la droite ligne de la vision de l'homme : le partage de la connaissance et des oeuvres, ouvert à tous. Retrouvez l'ensemble de l'interview chez nos confrères.

Pourquoi devons-nous arrêter la PIPA & la SOPA Ce 18 janvier 2012 est une journée d’action sur l’internet où de nombreux services américains ont décidé de se mettre en berne pour lutter contre la SOPA et la PIPA, deux projets de lois du Congrès visant à réguler l’internet à la manière de l’Hadopi, de la LOPPSI ou de l’Acta. Les gouvernements cherchent à restreindre les libertés des internautes en développant des technologies de surveillance, alors qu’on sait que c’est à la fois par le développement de services adaptés et en ouvrant de nouvelles perspectives légales mieux adaptées aux usages d’aujourd’hui (plutôt qu’en les renforçant) qu’on régulera le piratage. Joi Ito, directeur du Media Lab du MIT et Ethan Zuckerman, cofondateur de Global Voices et chercheur au Berkman Center for Internet and Society à l’université d’Harvard ont signé la lettre commune que nous traduisons ce jour et à laquelle nous souscrivons également. Image : Le pire dans la censure est … via ArsTechnica. Autres ressources contre la SOPA

Pour l'ONU, HADOPI, 1 violation des lois internationales Le rapport des Nations Unies paru vendredi dernier est clair : déconnecter les citoyens d’un pays d’Internet, notamment parce qu’ils ont enfreint des lois sur la propriété intellectuelle, est une violation des conventions internationales. l’HADOPI dit « aïe » ! Le rapport des Nations Unies paru vendredi dernier est clair : déconnecter les citoyens d’un pays d’Internet, notamment parce qu’ils ont enfreint des lois sur la propriété intellectuelle, est une violation des conventions internationales. l’HADOPI dit « aïe » ! C’est donc à la France et à l’Angleterre notamment avec les « three strikes » law, HADOPI pour ne pas la nommer et son équivalent britannique que le rapport s’adresse. Le point clé de l’accusation étant que le fait de priver les citoyens d’un pays de l’accès à internet va à l’encontre du droit fondamental à y accéder au nom du droit d’opinion et d’expression. Le rapport continue : Le rapport dans son intégralité.

Related: