background preloader

Quand des mal-logés rénovent immeubles et maisons abandonnés pour y recréer des espaces de solidarité

Quand des mal-logés rénovent immeubles et maisons abandonnés pour y recréer des espaces de solidarité
A côté des squats, ou des hangars désaffectés occupés par des artistes, se développent de nouvelles manières d’investir des bâtiments vides ou des maisons laissées à l’abandon. Dans des villes situées aux extrémités de l’Europe, Bucarest et Malaga, deux initiatives récentes viennent questionner la notion de propriété et de communauté urbaine. En Roumanie, des jeunes sans emploi rénovent les vieilles bâtisses menacées de démolition, avec l’accord des propriétaires. En Espagne, face à la crise, des familles s’installent dans des bâtiments appartenant à des banques et assurances. Reportage à l’intérieur de ces alternatives au mal-logement, alors qu’en France des dizaines de milliers de personnes sont expulsées chaque année de leur habitation. À première vue, la ville de Malaga semble profiter de ses atouts touristiques. La « Corrala de Las Luchadoras », la corrala des combattantes, est l’une d’entre elles. L’espace vide comme outil d’intégration Aider les jeunes et les propriétaires

http://www.bastamag.net/Quand-des-mal-loges-renovent

Related:  Ville en transition / PermaculturePendant ce temps, ...Ces changeurs du Monde :)Logement Transition

Pierre Macherey et Isabelle Frémeaux : "L’utopie est-elle émancipatrice ? Dans le cadre de la saison 2012-2013 du Séminaire de la Fondation Copernic, "Pensées et pratiques d’émancipation", en partenariat avec la revue Mouvements et avec le soutien du programme ANR UTOPIES19 (retrouvez-en la présentation et le programme ici), la première séance du 11 septembre 2012 s’empare d’une question : Les invité-e-s : PIERRE MACHEREY, professeur émérite de philosophie à l’Université Lille 3 ; rattaché à l’UMR du CNRS "Savoirs Textes Langage", il est l’auteur de nombreux ouvrages dont, en 2011, De l’Utopie !, De l’incidence éditeur.

Cancer et herbicides : Monsanto préfère s’en prendre aux scientifiques Un agriculteur pulvérise du glyphosate sur son champ de maïs dans l’Illinois, aux Etats-Unis, le 1er juin 2010 (Seth Perlman/AP/SIPA) Vous ne connaissez pas le glyphosate ? En fait, si. C’est Monsanto qui a vendu le premier ce produit chimique, en 1974, via son célèbre Roundup. Depuis, le glyphosate est devenu l’herbicide le plus vendu au monde.

Je n'ai produit aucun déchet en 2 ans. Voici à quoi ressemble ma vie. Je m’appelle Lauren, j’ai 23 ans et je vis à New York. Je ne produis aucun déchet. Pour de vrai. Aucune poubelle, aucune décharge. Communauté intentionnelle Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Communauté intentionnelle est une expression, surtout utilisée au Québec[1], pour désigner un ensemble de personnes d'origines diverses ayant choisi de vivre ensemble en un lieu donné et sous une forme organisationnelle et architecturale définie. C'est l'intention qui distingue la communauté d'une autre[2],[3],[4] . Types de communautés[modifier | modifier le code]

La r.O.n.c.e accueille des personnes motivées Bonjour chers et chères ami-e-s de la ronce! Merci de trouver ci dessous notre invitation à venir partager un peu de temps avec nous… La r.O.n.c.e., notre collectif de huit personnes en cours d’installation dans le Morbihan (sud Bretagne), accueille à partir de mai des personnes motivées pour découvrir (tout comme nous !) la permaculture et le maraîchage biologique en donnant des coups de main aux activités qui se mettent en place. La « r.O.n.c.e. », acronyme pour résister/organiser/nourrir/créer/exister, est un collectif réunissant paysan-ne-s, artistes, mécano, cuisinier-ère-s, permaculturistes, botanistes, formateur-ice-s pour développer une base permettant l’expérimentation d’une vie post-capitaliste et de formes créatives de résistance. Notre collectif rassemble des gens engagés, en particulier dans la lutte de la ZAD (contre l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes) et attachés à la méthode, au consensus, à l’expression des émotions.

Libérez Koltchenko ! « Notre plus grande erreur, c’est l’oubli de l’internationalisme. » « L’antifascisme n’est pas un crime, libérez l’antifasciste de Crimée, Aleksandr Koltchenko. » Ce sont là des slogans de l’importante manifestation tenue à Moscou contre l’intervention russe en Ukraine le 21 septembre dernier. Pour sauver des légumes de la poubelle et cuisiner en fête : lancez une « disco soupe » ! Transformer des fruits et légumes invendus en un repas festif : voilà ce à quoi s’amusent des dizaine de disco soupes. Lancé en 2012, ce mouvement entend lutter contre le gaspillage alimentaire, sans culpabilité ni sanction mais dans une ambiance joyeuse ! Cette année, 25 000 kilos de fruits et légumes ont déjà été sauvés de la poubelle, et 30 000 repas ont été servis ! Reportage à Bordeaux, lors de la disco soupe d’Alternatiba Gironde. L’invitation peut paraître curieuse : « Venez déguster des fruits et légumes qui allaient finir à la benne », apostrophe une affiche. Une quinzaine de personnes nettoient et épluchent des fruits et légumes pour confectionner des brochettes aux pastèques, des smoothies au melon et, plus traditionnellement, des salades ou des soupes aux choux. « Ici, c’est une cuisine participative, précise Hugo.

Cohabitat Le cohabitat ou habitat groupé est une forme de communauté intentionnelle qui réunit quelques familles, ménages, habitants ou groupes d'habitants ayant décidé de mettre en commun leurs ressources pour concevoir, réaliser et financer ensemble leur logement, au sein d’un bâtiment ou d'un ensemble de bâtiments géré collectivement par une société dont ils sont fondateurs ou sociétaires. Ils décident alors aussi de vivre selon des principes communs dont ils ont ensemble décidé des modalités, souvent autour de valeurs éthiques, sociales et environnementales communes. Les logements et locaux ou infrastructures de services peuvent éventuellement être construits via une coopérative d'habitation. Certains projets incluent un volet autoconstruction ou sont entièrement « autoconstruits ».

Un permis pour végétaliser Paris – Paris.fr Vous pouvez demander votre permis de végétaliser. Présenté au Conseil de Paris des 29 et 30 juin, le permis de végétaliser est un nouveau dispositif qui permet à chacun de devenir acteur de la végétalisation de Paris. Avec l’opération « du vert près de chez moi » et le budget participatif, les Parisiens sont nombreux à exprimer leur envie de développer et renforcer la place de la nature dans la ville. Si vous rêvez de devenir le jardinier ou la jardinière de votre quartier, le permis de végétaliser est fait pour vous ! Il vous permet de disposer d’un site de votre choix, et surtout, de vous occuper vous-même de ce petit bout de jardin inédit. Les mystères du profil génétique des Sud-Américains, Sciences & Prospectives Une étude de l’Université d’Oxford sur la population d’Amérique du Sud démontre une forte présence de gènes basques et d’Afrique de l’Ouest. Une étude publiée mardi révèle la forte présence de gènes de certains peuples africains et européens, comme les Yorubas du Nigeria et les Basques, dans le génome de l’actuelle population d’Amérique du Sud. Cristian Capelli, de l’Université d’Oxford, et ses collègues ont utilisé les données génétiques de plus de 4.000 Américains, Européens et Africains pour déterminer la contribution de ces différentes populations ancestrales à la population nord et sud-américaine d’aujourd’hui. Pour les neuf pays hispanisants d’Amérique du Sud, la plus grande contribution européenne vient d’Espagne, selon l’étude. Mais les chercheurs assurent avoir découvert « pour la première fois » la signature génétique d’ancêtres basques chez cinq Sud-Américains sur six. La Sicile, l’Afrique du Sud...

#OccupyBelgium · les Mouvements Indignés de Belgique & International · Wees Gebelgd België #OccupyBrussels #NousNePayeronsPas leur crise Les mouvements Indignés, appelés aussi #Occupy ou #15M sont des mouvements assembléistes et non-violents né sur la Puerta del Sol, en Espagne, le 15 mai 2011, rassemblant des centaines de milliers de manifestants dans une centaine de villes, se prolongeant par divers modes d’actions, campements et marches. Des manifestations pacifiques, rassemblant jusqu'à plusieurs dizaines de milliers de personnes, sont organisées sur les réseaux sociaux et les sites web, exigeant Une vraie démocratie, maintenant!. 500 organismes soutiennent désormais cette lutte, parmi lesquels les collectifs ATTAC, Anonymous, NoLesVotes, Juventud Sin Futuro (Jeunesse sans avenir), etc… La journée mondiale des Indignés, le 15 octobre 2011, et la manifestation Rodea el Congreso (Prenons leParlement), en septembre 2012, a rassemblé des dizaines de milliers de manifestants.

A Bagnaia, on partage tout, la propriété a disparu, et ça marche Sur la terre rouge de Sienne, la Comune di Bagnaia est un projet hors du commun, et presque utopique. En trente ans, un réel exemple d’expérience de vie sociale basée essentiellement sur l’autonomie, la collectivisation de la richesse, l’égalité et la solidarité, a été mis en place. Bagnaia, c’est aussi une ferme, menée selon les principes de l’agriculture biologique, atypique de par ses objectifs de production et son fonctionnement. Fortement imbriquée dans le projet de la Comune, son premier objectif est de produire non pas pour générer un revenu mais pour nourrir les habitants du lieu. La Comune ou le « Vivere assieme » (Vivre ensemble) La Comune di Bagnaia est née de l’émergence des idées des années post 68, dans l’objectif de créer un lieu collectif le plus autonome possible permettant de se libérer des contraintes du libéralisme et de la consommation de masse.

Alternatiba, le village global et climatique qui monte, qui monte Tandis qu’il chemine dans le quartier de la « Consommation responsable » pour rejoindre la « zone de gratuité », le promeneur est attiré par une voix s’élevant du chapiteau « Naomi Klein ». Devant un auditoire captivé, l’agronome Marc Dufumier, parle brevetage du vivant et agroécologie. A quelques pas, des étudiants s’essaient à la construction de meubles à partir de palettes en bois. Plus loin, des enfants s’extasient devant un hôtel à insectes avant d’avaler une tartine – à prix libre – de confiture maison arrosée de jus de fruit bio. En ce deuxième week-end de juin, à Saint-Quentin-en-Yvelines (Yvelines), familles écolos et altermondialistes de tous poils ont trouvé leur coin de paradis. Crédit photo : Alternatiba

Related: