background preloader

3° - La marche à la guerre

3° - La marche à la guerre
Related:  3. L'Allemagne de la République à Hitlerallemagne nazie

République de Weimar Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Reich allemandDeutsches Reich de Hymne : Das Lied der Deutschen République de Weimar (1930) La République de Weimar (en allemand : Weimarer Republik [ˈvaɪ.ma.ʁɐ ʁe.pu.ˈbliːk ] Écouter) est le nom donné par les historiens au régime politique en place en Allemagne de 1918 à 1933. Révolution contrôlée : établissement de la république (1918-1919)[modifier | modifier le code] Depuis 1916, l'Empire allemand est gouverné par les militaires de Oberste Heeresleitung (OHL, commandement suprême de l'armée), avec comme chef d'État-major Paul von Hindenburg. Le 29 octobre, une insurrection éclate lorsque le commandement militaire, sans consultation du gouvernement, ordonne une ultime sortie à la flotte allemande. À l'origine, la demande des conseils d'ouvriers est modeste : ils veulent obtenir la libération des marins emprisonnés. Les représentants de la classe ouvrière sont eux-mêmes divisés. Durant les débats à Weimar, les combats continuent.

Chronologie: Le Chemin Des Nazis Vers Le Pouvoir 28 février Prenant prétexte de l’incendie du Reichstag (parlement allemand), Hitler publie des « décrets d’urgence » qui suppriment toutes les libertés fondamentales, dont la liberté d’expression, la liberté de presse et de réunion, et la protection contre les arrestations arbitraires. 23 mars La loi d'habilitation est adoptée, donnant au gouvernement le pouvoir de promulguer des décrets d'urgence sans le consentement du Parlement. Tous les députés communistes et 12 députés sociaux-démocrates ont fui ou ont été arrêtés et ne sont donc pas présents pour voter. 12 novembre Première élection législative fédérale sous le règne du Parti nazi.

Être gay ou lesbienne au temps du nazisme Le 70e anniversaire de la Libération est aussi l’occasion de commémorer les victimes de la persécution nazie, dont celles, longtemps oubliées, qui furent déportées parce qu’homosexuelles. Et d’évoquer ce que l’on sait sur la vie des gays et des lesbiennes aux quatre coins de l’Europe durant cette sombre période. C’est désormais un fait avéré : entre 1933 et 1945, les hommes homosexuels ont payé un lourd tribut à la barbarie des nazis qui voulaient « purifier » la « race aryenne » de ce « vice contagieux ». Accusés d’avoir enfreints le paragraphe 175 du code pénal allemand, selon lequel « un homme qui commet un acte sexuel avec un autre homme est puni de prison » 1, entre 50 000 et 100 000 hommes, principalement allemands, ont été incarcérés durant le IIIe Reich. Prisonniers au camp de concentration de Sachsenhausen, en Allemagne, surveillés par des gardiens nazis (19 décembre 1938). Une période de forte répression Que sait-on de la répression des amours entre femmes ? Et ailleurs ?

PEUT-ON FAIRE L'HISTOIRE DU NAZISME Le nazisme arrive comme réponse à une grave crise économique dans une Allemagne bouleversée par la Première Guerre mondiale, qui a ravagé sa population. Il fascine une partie des élites européennes, bien au-delà de l'Allemagne, car certaines mesures économiques semblent efficaces : on emprunte sans compter et on réinvestit dans l’aménagement du territoire et l’armement. Il vient donner un sens à la guerre aux yeux du peuple allemand : celle-ci est vue comme une lutte pour la survie de la race, ce qui entraîne des massacres effroyables au nom de la protection de la population. Johann Chapoutot, professeur d'histoire à l'Université Paris III - Sorbonne Nouvelle. Aller plus loin... Voir toutes les conférences de PSL.

La propagande nazie « La propagande vise à imposer une doctrine à tout un peuple… La propagande agit sur l’opinion publique à partir d’une idée et la rend mûre pour la victoire de cette idée. » C’est ce qu’écrivait Adolf Hitler dans son livre Mein Kampf (1926). Pour la première fois, il prônait l’utilisation de la propagande pour diffuser les thèmes du national-socialisme, notamment le racisme, l’antisémitisme et l’antibolchevisme. Après l'arrivée au pouvoir du parti nazi en 1933, Hitler fonda un ministère de la Culture et de la Propagande, que dirigea Joseph Goebbels. Sa mission était de véhiculer la doctrine nazie par l’intermédiaire des arts, de la musique, du théâtre, des films, des livres, de la radio, de documents pédagogiques et de la presse. La propagande nazie s'adressait à plusieurs types de publics. Les journaux allemands, Der Stürmer (L'Assaillant) en tête, utilisaient la caricature pour représenter les Juifs.

Berlin dans les années 30 : entre frénésie et chaos Contexte historique L’Allemagne en plein chaos La Première Guerre mondiale et la défaite allemande ont eu d’importantes conséquences politiques et économiques. D’une part, la chute de la monarchie en novembre 1918 et la proclamation officielle de la République de Weimar quelques mois plus tard n’ont pas réussi à étouffer l’agitation révolutionnaire, entretenue aussi bien par l’extrême gauche que par l’extrême droite et les formations militaristes. La guerre a fait place à une période de violents désordres intérieurs, en particulier à Berlin où se déroule la révolution spartakiste au début de l’année 1919. D’autre part, en 1923, la République de Weimar doit faire face à une crise économique très grave : l’Allemagne subit une inflation sans précédent, qui ruine des millions d’épargnants et marque durablement les esprits, tandis que certains industriels parviennent à s’enrichir durant cette période. Analyse de l'image La satire sociale de Grosz Interprétation

République de Weimar Certaines informations figurant dans cet article ou cette section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans les sections « Bibliographie », « Sources » ou « Liens externes »(juin 2015). Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes. Reich allemandDeutsches Reich(de) République de Weimar (1930). La république de Weimar (en allemand : Weimarer Republik [ˈvaɪ.ma.ʁɐ ʁe.pu.ˈbliːk] Écouter) est le nom donné par les historiens au régime politique en place en Allemagne de 1918 à 1933. Elle a été proclamée au cours de la révolution de 1918, le 9 novembre 1918, soit deux jours avant la fin des hostilités de la Première Guerre mondiale. Révolution contrôlée : établissement de la république (1918-1919)[modifier | modifier le code] Depuis 1916, l'Empire allemand est gouverné par les militaires de Oberste Heeresleitung (OHL, commandement suprême de l'armée), avec comme chef d'État-major Paul von Hindenburg. Gustav Stresemann en 1925.

untitled 6 février 1919 - Naissance de la République de Weimar - Herodote.net Le 6 février 1919, trois mois après l'armistice qui a mis fin à la Grande Guerre (1914-1918), une Assemblée constituante allemande se réunit dans le théâtre de Weimar, la ville de Goethe et Schiller, illustres représentants de l'âme allemande ! Elle régularise les institutions républicaines nées de la défaite allemande et de l'abdication de l'empereur Guillaume II. André Larané Une République mal née Dès le 9 novembre 1918, dans une atmosphère de révolution et de défaite, le leader social-démocrate Philipp Scheidemann a officiellement aboli le IIe Reich allemand et proclamé la République. Le même jour, un autre leader social-démocrate, Friedrich Ebert, a accédé à la chancellerie (la direction du gouvernement) en remplacement du prince Max de Bade. Ces révolutionnaires tentent de mettre à profit la défaite militaire pour instaurer dans les grandes villes allemandes des « Conseils ouvriers » (en fait des gouvernements dictatoriaux) inspirés de l'exemple russe. ... mais une image détestable

untitled Soon after Adolf Hitler took power in Germany in 1933, observers in the United States and other western democracies questioned the morality of supporting Olympic Games hosted by the Nazi regime. The International Olympic Committee obtained a pledge from the German Olympic committee in June 1933 that Germany would abide by the Olympic Charter. The charter banned all discrimination in sport. With concerns about the safety of black athletes in Nazi Germany thus put to rest, most African American newspapers opposed boycotting the 1936 Olympic Games. Writers for such papers as the Philadelphia Tribune and the Chicago Defender argued that victories by black athletes would undermine racism and the emphasis on "Aryan" supremacy found in Nazi racial views. ATHLETES In 1936 a large number of black athetes were Olympic contenders, and in the end, 18 African Americans—16 men and 2 women—went to Berlin. African American Medalists David AlbrittonHigh jump, silver Cornelius Johnson High jump, gold

Related: