background preloader

Faut-il « augmenter » les animaux

Faut-il « augmenter » les animaux
Un papier paru dans le Journal of Neuroscience et présenté par le New Scientist ouvre un débat qui promet d'être complexe. Des chercheurs de l'université de Rochester, dans l'Etat de New York, ont en effet "créé" des souris dont les neurones restent inchangés, mais dont les cellules gliales sont d'origine humaine. Pour ce faire, l'équipe de Steven Goldman a extrait des cellules gliales d'embryons humains et les a injectées dans le cerveau de souriceaux. Un an plus tard, les cellules gliales humaines avaient entièrement remplacé celles du rongeur. Bien que les cellules gliales ne soient pas des neurones, leur rôle dans notre fonctionnement mental est fondamental. Il s'est avéré que les capacités cognitives des souris "transformées" étaient grandement améliorées par cette greffe. Ce résultat soulève évidemment une multitude de questions éthiques. Il faut savoir, commente Cascio. La question des droits de ces animaux ne se pose pas dans un lointain futur, mais maintenant, affirme Cascio. Related:  Transhumanismeavenir santéH+

Pourquoi Google a créé un bras en peau synthétique James Hamblin, patron de la division Google Life Sciences, dans une vidéo publiée par The Atlantic. (crédit : D.R.) Dans le cadre de ses travaux en matière de recherche contre le cancer, Google a développé un bras en peau synthétique. Le patron de la division Life Sciences de la firme de Redmond s'explique dans une vidéo. Aux côtés de ses projets de voitures autonomes et de ballons à l'hélium pour fournir de l'accès à Internet, Google travaille depuis plusieurs années sur des projets dans le domaine de la santé. Ce projet comporte plusieurs aspects : le premier est la mise au point de pilules contenant des nanoparticules dont le but est de se balader dans le corps et de « s'attacher » à des cellules spécifiques (protéines par exemple) pour détecter des traces de cancer.

Médécine régénérative : les dix champions français des thérapies cellulaire et génique - Pharmacie MADE IN FRANCE Alors qu'une équipe de chercheurs de Nantes vient de réaliser un premier test réussi d'injection de "gêne médicament"pour lutter contre la myopathie de Duchenne, L'Usine Nouvelle vous propose ici de découvrir les 10 champions français de ces thérapies innovantes, à base de gènes ou de cellules souches. Hopitaux, industriels start-up... notre pays est en train de développer une vraie filiière pour la médecine de demain. Découvrez également notre enquête sur "Les promesses des thérapies cellulaires et géniques" 1. CELLECTIS : l’ingénierie des génomes André Choulika, PDG et fondateur Traitements du cancer Fondé en 1999 Dirigé par le chef de file du plan biotechnologies médicales, Cellectis innove en développant des produits cellulaires industrialisables. 2. Philippe Hénon, fondateur et président Traitement de l’infarctus du myocarde Fondé en 2008 À Mulhouse, le professeur Hénon a créé CellProthera pour offrir une alternative à la transplantation cardiaque. 3. 4. 5. 6. 7. 8.

Séminaire "Transhumanisme : de la fiction à la réalité" (programme de recherche) Ce séminaire est proposé par Jean-Yves Goffi (UPMF-Grenoble 2/PLC) et Isabelle Krzywkowski (Stendhal-Grenoble 3/CRI), dans le cadre du programme de l’ARC 5 "Human enhancement et anthropotechnie : entre réalité et fiction". Il se déroulera de novembre à avril 2014, à la MSH-Alpes (salle du 2e étage), de 14h00 à 17h30. Ce séminaire a pour objectif : d’opérer un certain nombre de distinctions essentielles à propos du mouvement ou de l’idéologie transhumaniste ; de dresser un état de l’art en mettant, dans un premier temps, l’accent sur les questions éthiques, (bio)politiques, sociales et épistémiques soulevés par ce mouvement (ou cette idéologie). Bibliographie : Kurzweil R., The Singularity is Near, Londres, Duckworth, 2009 [2005].

L’intelligence artificielle menace-t-elle l’humanité Si le rêve d’immortalité de l’homme devient réalité… peut-il tuer l’humanité ? Un des plus vieux rêves de l’homme n’est-il pas « la mort de la mort », rêve repris par Google et sur lequel il investit au point que, selon le Docteur Laurent Alexandre, « l’objectif des dirigeants de Google est de transformer leur moteur de recherche en intelligence artificielle… » ! Il explique aussi que même si l’on ne s’en est guère aperçu, le géant du web serait plus près du but qu’on ne l’imagine. Il n’est qu’à voir le nombre de start-ups rachetées par Google, dans le domaine de la santé et dans celui de la robotique, des objets intelligents… Mais doit-on s’en réjouir ? Des voix s’élèvent… scientifiques et entrepreneurs du numérique s’inquiètent pour l’avenir de l’humanité Une de ces voix est celle de Stephen Hawking, chercheur distingué du Perimeter Institute for Theoretical Physics, auteur réputé dans le domaine de la cosmologie et de la gravité quantique. Et si nous prenions, nous aussi, la parole ?

Scientists generate first human stomach tissue in lab with stem cells -- ScienceDaily Scientists used pluripotent stem cells to generate functional, three-dimensional human stomach tissue in a laboratory -- creating an unprecedented tool for researching the development and diseases of an organ central to several public health crises, ranging from cancer to diabetes. Scientists at Cincinnati Children's Hospital Medical Center report Oct. 29 in Nature they used human pluripotent stem cells -- which can become any cell type in the body -- to grow a miniature version of the stomach. In collaboration with researchers at the University of Cincinnati College of Medicine, they used laboratory generated mini-stomachs (called gastric organoids) to study infection by H. pylori bacteria, a major cause of peptic ulcer disease and stomach cancer. It also is the first time researchers have produced 3D human embryonic foregut -- a promising starting point for generating other foregut organ tissues like the lungs and pancreas, he said. Video:

untitled untitled Les virus vecteurs de molécules thérapeutiques Jean-Christophe Pagès est professeur de biochimie à la Faculté de médecine de Tours. Éric Piver est assistant hospitalo-universitaire en biochimie et biologie moléculaire. Ils mènent leurs recherches dans l’équipe inserm (eri 19) « Virus, pseudo-virus et morphogenèse » de l’Université François Rabelais, à Tours. Vingt ans après l'obtention des premiers vecteurs rétroviraux, en décembre 1999, des « enfants bulle » ont été soignés par thérapie génique. Les scientifiques avaient envisagé l'utilisation des virus pour introduire une information génétique dans les cellules d'un malade dès les années 1970. Jusqu'à récemment, la préférence allait aux vecteurs qui intégraient l'information génétique dans le génome du patient. Comment dompter des virus La thérapie génique repose sur l'introduction d'une information génétique dans les cellules d'un malade. Après avoir modifié le génome viral, on produit les vecteurs dans des cellules spécialisées, les cellules productrices.

AI Has Arrived, and That Really Worries the World's Brightest Minds On the first Sunday afternoon of 2015, Elon Musk took to the stage at a closed-door conference at a Puerto Rican resort to discuss an intelligence explosion. This slightly scary theoretical term refers to an uncontrolled hyper-leap in the cognitive ability of AI that Musk and physicist Stephen Hawking worry could one day spell doom for the human race. That someone of Musk’s considerable public stature was addressing an AI ethics conference—long the domain of obscure academics—was remarkable. But the conference, with the optimistic title “The Future of AI: Opportunities and Challenges,” was an unprecedented meeting of the minds that brought academics like Oxford AI ethicist Nick Bostrom together with industry bigwigs like Skype founder Jaan Tallinn and Google AI expert Shane Legg. Musk and Hawking fret over an AI apocalypse, but there are more immediate threats. Click to Open Overlay Gallery AI problems that seemed nearly unassailable just a few years ago are now being solved.

Un œil bionique pour soigner certaines formes de cécité Les avancées technologiques participent à l'amélioration du corps humains. Les cyborgs sont aujourd'hui une réalité et les géants du web promettent un allongement de la durée de vie grâce à la technologie. Les premières liaisons du corps humain avec les machines voient le jour, à l'image de l'œil bionique. La rétinite pigmentaire fait partie des maladies dégénératives de la rétine, pouvant mener à la cécité du patient. Cette maladie héréditaire touche une personne sur 4 000. Créé par une société américaine, cet implant compte aujourd’hui parmi les dispositifs remboursés par la sécurité sociale en France. Mais le modèle a en tout cas le mérite d’exister. En septembre 2014, un septième patient américain bénéficiait de cette greffe et était capable, à 66 ans, de revoir pour la première fois en 30 ans.

Les vaccins génétiques L'auteur David Weiner est professeur de pathologie à l’Université de Pennsylvanie. Ronald Kennedy est professeur d’immunologie et de microbiologie à l’Université de l’Oklahoma. Du même auteur La vaccination est un succès incontesté de la médecine : des vaccins ont éradiqué la variole, quasiment supprimé la poliomyélite et sauvé des millions de personnes du typhus, du tétanos, de la rougeole, des hépatites A et B, et d'autres infections graves. Pourtant, d'autres maladies mortelles ou invalidantes, notamment le paludisme, le sida, l'herpès et l'hépatite C, résistent encore à l'immunisation, car les vaccins classiques sont peu efficaces ou font courir des risques inacceptables. Après avoir été considérés comme dangereux, les vaccins contenant du matériel génétique, tel l'adn ou l'arn, sont aujourd'hui testés. Les vaccins à l'œuvre Idéalement, un vaccin doit être efficace et sans danger. Malgré leur supériorité, ces vaccins vivants...

Related: