background preloader

Commerce de détail d’habillement Archives

Commerce de détail d’habillement Archives
Êtes-vous fait pour ce secteur d'activité ? Compétences Qualification professionnelle Aptitudes commerciales Maîtrise de la gestion Spécificités Poids des investissements Importance de la qualité de l'emplacement Intensité de la concurrence Vie privée Niveau de rémunération Degré des contraintes horaires Facilité de remplacement Le secteur du commerce de détail de l’habillement est en perte de vitesse sous l’effet de la quasi stagnation de son chiffre d’affaires en volume et de sa très faible progression en valeur. Les professionnels se trouvent mis à mal par une évolution profonde de la société : dans un contexte économique plus tendu, les clients portent désormais une attention très forte aux prix. En outre, si les chaînes spécialisées et les indépendants restent les deux principaux circuits de distribution (assurant les trois quarts des ventes), le secteur connaît des mutations structurelles contribuant à accentuer les difficultés. Tendances L’organisation du marché

https://www.jesuisentrepreneur.fr/informations-sectorielles/commerce/commerce-de-detail-dhabillement/

Related:  etude pret a porterphiloghobreialétude de marchéetude de marché

Exclusif: Les hommes en mutation face aux... - Textile, habillement La mode est aussi une histoire d'homme! C'est l'un des enseignements à tirer de cette étude. D'autres faits sont à relever, comme la fin des idées reçues que commente Antoine Régis, co-fondateur de ChicTypes et commanditaire de l'étude réalisée par CCM Benchmark. L'activité du commerce de détail d’habillement L’installation Le coût élevé d’un emplacement de premier choix, le poids des stocks et la nécessité d’anticiper les nouvelles tendances afin d’ajuster les collections en conséquences, incitent les créateurs à opter pour un réseau sous enseigne ou à se spécialiser sur un segment moins concurrentiel (grandes tailles, commerce équitable, etc.). La commission-affiliation est la formule la plus répandue (pas de financement de stocks). Les investissements

Une analyse PESTEL du prêt-à-porter européen abonnez-vous Consulteztoutes nos études & analyses sectorielles en illimité ! à partir de19.95€sans engagementde durée Voir les offres Prêt-à-porter, un marché aussi complexe que dynamique Tous les experts sont formels : depuis plusieurs années, le marché du textile en franchise est loin d'être au top de sa forme. " La croissance en 2013 a été assez modeste, même si le bilan dans l'ensemble n'est pas si négatif comparé à d'autres secteurs, tels que les équipements de la maison ou l'alimentation, où les marges s'avèrent bien inférieures ", constate Chantal Zimmer, déléguée générale de la Fédération française de la franchise (FFF). Ainsi, d'après la FFF, le marché a affiché en 2013 un chiffre d'affaires de 4,43 milliards d'euros (contre 4,39 milliards d'euros en 2012) dans un secteur global du prêt-à-porter évalué à environ 30 milliards d'euros, dominé par les indépendants multimarques et les succursales. En 2013, le nombre de franchises s'élève à 356 (contre 350 en 2012) et le nombre de points de ventes à 7 764 (contre 7 325 en 2012). Quid des concepts tendance ayant fait fureur au cours des dernières années ?

Les hommes sont chaque jour plus coquets Traditionnellement, les femmes dépensaient le double des hommes en habillement. Mais depuis sept ans, ces messieurs consacrent une part croissante de leur budget à la mode. L'écart entre les unes et les autres tend à se resserrer selon la dernière étude réalisée par l'Institut français de la mode (IFM) et révélée par le site Challenges. Pendant la crise, « la consommation masculine a mieux résisté que la consommation féminine », explique le rapport de l'IFM. L’écart entre les deux, de 3,7 milliards d’euros il y a dix ans, s'est réduit à 2 milliards d’euros, peut-on lire. « Pendant longtemps, le masculin était à la traîne, mais il a entamé un phénomène de rattrapage il y a quelques années, avec une offre et des boutiques plus qualitatives, comme par exemple dans le quartier du Marais à Paris », note François-Marie Grau, secrétaire général de la Fédération française du prêt-à-porter féminin. « L’homme fait plus attention à la manière dont il s’habille, il est devenu plus coquet. »

La directive sur le commerce électronique (« e-commerce ») - Commission européenne Introduction de la directive Adoptée en 2000, la directive sur le commerce électronique institue au sein du Marché intérieur un cadre pour le commerce électronique garantissant la sécurité juridique pour les entreprises et pour les consommateurs. Elle établit des règles harmonisées sur des questions comme les exigences en matière de transparence et d’information imposées aux fournisseurs de services en ligne, les communications commerciales, les contrats par voie électronique ou les limites de la responsabilité des prestataires intermédiaires. Le bon fonctionnement du Marché intérieur dans le domaine du commerce électronique est garanti par la clause « Marché intérieur » qui prévoit que les services de la société de l’information sont en principe soumis à la législation de l’État membre dans lequel le prestataire est établi.

Les dépenses des Françaises en vêtements et... - Textile, habillement Les Françaises continuent à aimer la mode. Tel est le premier enseignement de l'étude réalisée par l'Ifop pour la Fédération française du prêt-à-porter féminin : 80% des quelque 1000 femmes de 15 à 65 ans interrogées en ligne début mai par l'institut estiment que faire du shopping est un plaisir. Un plaisir plutôt égoïste puisqu'elles sont aussi 70% à déclarer que la mode, c'est d'abord pour se faire plaisir à soi-même.

Prêt-à-porter: les femmes dépensent-elles toujours plus que les hommes ? - 17 septembre 2014 En matière de garde-robe, les règles de grammaire sont à prendre avec des pincettes car l'adage "le masculin l'emporte" n'y fait pas loi. Chaque année, la consommation de prêt-à-porter féminin en France dépasse celle du prêt-à-porter masculin de plus de 20% comme le montre le graphique ci-dessus, issu d'une étude de l'Institut Français de la Mode (IFM) à paraître en octobre. Un chiffre révélateur d'une tendance de fond. "Sur 100 euros dépensés dans des vêtements, un peu moins de 60 euros sont consommés par la femme, 30 euros par l’homme, et le reste par l'enfant", résume Lionel Guérin, directeur de la Fédération Française des Industries du Vêtement Masculin.

Le Marche et la Distribution de Pret a Porter Masculin Le prêt-à-porter masculin désigne les vêtements de dessus et de dessous pour hommes fabriqués en série et faisant l’objet de présentations saisonnières. Il regroupe également les accessoires pour hommes (sacs, cartables, chapeaux, écharpes, gants, etc.). En 2010, le marché de la fabrication et de la distribution de prêt-à porter-masculin représentait un chiffre d’affaires de 5.6 milliards d’euros, soit 17% du secteur du prêt-à-porter en France. Il représentait par ailleurs 18% des exportations et 30% des importations françaises de prêt-à-porter. Le marché du prêt-à-porter masculin s’est développé plus tardivement que le marché du prêt-à-porter féminin mais affiche une nette progression. Selon une étude de l’Institut français de la mode, il aurait relativement bien résisté à la récession.

Commerce de détail: la technologie au service de l'humain L'événement Retail's Big Show 2017, organisé à New York par la Fédération nationale américaine du détail, s'est conclu le 17 janvier dernier. Alexis Robin, associé et vice-président numérique de Lg2, revient sur l'effervescence observée en commerce de détail, propulsée par les nouvelles technologies. Contacté quelques heures à peine après la fermeture du salon, qui portait cette année une attention particulière à l'intégration de la technologie dans le commerce de détail, Alexis Robin retient un mot de sa visite: humain.

Les métiers des industries du textile et de l'habillement © Fotolia Héritières d'une longue tradition manufacturière française, les industries du textile et de l'habillement ont dû se réorganiser pour faire face à la concurrence étrangère. Introduction En 2013, selon l'Observatoire des métiers mode-textiles-cuir, l'industrie textile française comptait 2 175 entreprises employant environ 61 000 salariés, tandis que l'industrie de l'habillement regroupait 1 150 entreprises et environ 37 500 salariés.

Related: