background preloader

17 mensonges que nous devons arrêter de dire aux filles à propos du sexe – Peuvent-ils souffrir ?

Que ce soit l’inquiétude constante concernant l’influence de Miley Cyrus sur les jeunes filles ou l’essor (troublant) des Bals de pureté, il est clair que la société a une fascination pour la sexualité des jeunes femmes, en particulier lorsqu’il s’agit de la contrôler. Mais qu’enseignons-nous aux filles d’aujourd’hui à propos du sexe ? Alimentés par des idéaux dépassés de rôles de genre et par l’idée selon laquelle la sexualité féminine a quelque chose de honteux, il semble que certains mythes pernicieux sur les filles et le sexe ne meurent jamais. Qu’il y ait des lacunes dans l’éducation sexuelle aux États-Unis n’a pas beaucoup aidé non plus ; un rapport récent du Centers for Disease Control (CDC) indique que seulement 6 filles sur 10 ont déclaré que le programme d’éducation sexuelle de leur école comprenait des informations sur le consentement et le refus d’avoir des rapports sexuels. 1. 2. 3. 4. 7. 8. 9. 12. 14. 16. 17. J'aime : J'aime chargement…

https://peuventilssouffrir.wordpress.com/2014/05/04/17-mensonges-que-nous-devons-arreter-de-dire-aux-filles-a-propos-du-sexe/#_=_

Related:  SEXESexuality Sexualité (1)Parenting

Les scripts de la sexualité - John Gagnon - Payot John H. Gagnon est l'un des maîtres actuels de la recherche sur la sexualité. On lui doit notamment d'avoir, bien avant Michel Foucault, démontré que la sexualité est une construction sociale : c'est la célèbre théorie des scripts de la sexualité qui, cependant, reste encore peu connue en France.

Agnès Giard : «Les pratiques de bondage sont "normalisées", mais faut-il s’en réjouir ?» Agnès Giard, docteur en anthropologie, écrivain, journaliste, auteur du blog Les 400 culs sur le site de Libération, s’est souvent penchée sur les cordes, qu’elle aimerait voir rester taboues. Le bondage et sa version japonaise, le shibari, peuvent-ils être considérés comme des pratiques taboues ? Depuis son apparition dans les années 50, le bondage ne cesse d’être une pratique déviante qui devient banale, qui redevient déviante… Le système récupère toujours ce qui se trouve dans les marges. A travers la notion d’interdit, de «tabou», des hommes négocient une voie d’accès au plaisir. Pour reconquérir leur part d’ombre, les pratiques doivent changer de forme.

ENJEUX - RADIO-CANADA.CA Partie 1 - 2 - 3 - 4 - 5 Que font nos jeunes exactement sur Internet? Très difficile d'aborder la question avec eux. D'ailleurs, 80 % des enfants avouent mentir à leurs parents sur la véritable utilisation qu'ils font d'Internet. Consommation massive de pornographie dégradante à faire rougir leurs parents, séances de webcam sexuelles plus qu'explicites où ils se permettent à peu près tout. La Suède cherche un mot pour désigner la masturbation féminine Cette pratique, que beaucoup associent à une activité essentiellement masculine, reste tabou dans de nombreux pays quand elle concerne les femmes. Une association suédoise essaye de trouver un mot du langage courant pour la désigner. Le suédois est une langue très riche. Par exemple, le mot «bortsupen» veut dire «je l'ai perdu parce que j'avais trop bu». En revanche, cette fait face à une pénurie de vocabulaire pour parler de masturbation féminine. L'association suédoise RFSU, qui «favorise un dialogue ouvert et positif sur les relations de couples et leur sexualité», a ainsi décidé de lancer une grande consultation.

En quoi consiste la Soumission ; Branche Issue du BDSM ? Ce qui fut considéré de jadis jusqu’à il y a peu comme une perversion étrange réservée à quelques curieux énergumènes inquiétants bénéficie désormais d’une nouvelle réputation plus fréquentable et d’une aura qui fascine, tout cela en grande partie grâce au succès littéraire intergalactique de « 50 Nuances »… La soumission et ses plaisirs ont ainsi pu sortir peu à peu du placard des tabous et intéresser de plus en plus de femmes et d’hommes, attirés par ces nouvelles perspectives d’expériences de jubilations qui s’offraient à eux. La soumission, qui détient place et statut au sein des célèbres et sulfureuses initiales « BDSM », représente en effet un moyen de varier les plaisirs en donnant une importance à la forme qui dépasse celle du fond : ce n’est plus la galipette qui compte, mais son contexte, la façon dont on y parvient, quand bien même galipette il y a. Pourquoi se soumettre ? Pour se débarrasser de toute volonté Pour goûter aux plaisirs du bondage

Mais qu’est ce que c’est que ce blog ? Quand j’étais petite, il y avait deux choses que je ne comprenais pas. J’entendais beaucoup d’adultes autour de moi parler d’éducation. Certains fumaient, d’autres buvaient joyeusement, d’autres encore couraient pour oublier qu’ils s’étaient promis de ne pas fumer et de ne pas boire. La révolution sexuelle au rayon X Née sous le signe du plaisir et de la joie, la révolution sexuelle vécue par le monde occidental dans les années 60 et 70 a apporté dans son sillage des libertés nouvelles : le droit à l’avortement, la visibilité des gays et des lesbiennes, la liberté du discours sur la sexualité. Puisque nous vivons cet héritage, si nous souhaitons comprendre ce qui est en jeu aujourd’hui dans nos relations sexuelles et leurs représentations il nous faut aller au-delà de cette image bien connue. C’est alors qu’un autre dessin apparaît.

Pourquoi la Douleur de la Fessée Procure du Plaisir ? Introduction classique et peu contraignante en terme de matériel pour s’initier en relative douceur aux plaisirs BDSM, une fessée parfaitement maitrisée pourra être à l’origine de tout un mélange de sensations délicieuses et nouvelles qui permettront de sortir de l’ordinaire de nos sempiternels préliminaires caressants et buccaux. Mais la fessée, par le biais d’une pensée générale sceptique et d’une réputation qui l’habille en noir, n’a pas toute la place qu’elle mériterait. Et pourtant, ses plaisirs sont réels et atteignables par tous et ne sont pas réservés à une élite aliénée à l’esprit bancal. Alors pour vous apporter quelques preuves que la fessée vaut la peine d’être goutée et que le fouet mérite sa place dans votre coffre à jouets, voici quelques explications scientifiques et cognitives expliquant en quoi la volée de bois vert peut mettre dans le rose… 1) La dopamine : point de rencontre entre plaisir et douleur

« La Reine des neiges » de Disney est le film le plus sexuel de l’année On pourrait penser que le nouveau-né des films Disney est une mièvrerie congelée, un énième film animé qui dissimule mal sa vraie nature : être un catalogue de jouets. Comme on se tromperait. Car, sous cette glace digitale se cache une fable à la modernité sidérante où l’on apprend que la libido féminine est un diamant givreux. Une main de glace dans un gant de velours – voilà comment Elsa, la Reine des neiges, régente son royaume. Comment nous en venons à avorter (nos vies sexuelles) - C. Delphy Par Chris­tine Del­phy, sociologue. (paru dans le jour­nal Le Monde daté du dimanche 22 octobre 2000) LE gou­ver­ne­ment a hésité à pro­po­ser au vote une réforme pour­tant mini­male de la loi de 1975 per­met­tant l’avortement. C’est que l’opposition à l’avortement, ou plu­tôt à la léga­lité de l’avortement, est grande en ce pays. La tra­di­tion de l’hypocrisie s’y main­tient : tout le monde le fait, mais per­sonne n’en parle, comme c’était déjà le cas pour la contra­cep­tion au début du siècle.

Sexe oral : 9 positions pour décupler votre plaisir ! Un cunnilingus de rêve, ça vous dit ? Pour beaucoup de femmes, c'est la base du plaisir. Alors pourquoi pas explorer de nouveaux territoires pour trouver LA position qui vous fera grimper aux rideaux ? Nous vous offrons ce guide illustré des 9 meilleures positions de sexe oral et espérons que vous en ferez bon usage (pour vous, et pour votre Jules aussi).

Comment nous sommes devenus les Big Brother de nos enfants Que s'est-il passé pour qu'en une génération, des enfants qui allaient à l'école tout seuls, parcourant parfois un long trajet, se mettent, une fois devenus parents, à enlever toute autonomie à leurs enfants? A 6 ans, je sortais chaque jour acheter le pain, très tôt le matin. J'ai commencé à aller seule à l'école dès le CE1 (soit vers 7 ans). L'établissement se trouvait à quinze bonnes minutes de chez moi à pied, il fallait traverser plusieurs routes, dont une bordant une station service, et mon quartier de l'époque serait aujourd'hui considéré comme une «zone urbaine sensible».

Related: