background preloader

Qui est Charlie ?

Qui est Charlie ?
Related:  Caricatures et dessins de presse

Fini de rire "Si vous voulez un baromètre de la liberté d’expression et comprendre les tabous dans un pays, il faut aller voir les dessinateurs de presse." Ce conseil de Plantu, Olivier Malvoisin l'a suivi à la lettre : Fini de rire revient sur les événements qui ont jalonné le début de ce XXIe siècle à travers les dessins et les témoignages de dessinateurs de presse des quatre coins du monde : de Plantu à Avi Katz (Israël), en passant par Danziger (États-Unis), Kroll (Belgique), Rainer Hachfeld (Allemagne), Khalil (Palestine)... Au fil du récit, le film trace les contours des tabous contemporains et pose la question suivante : où en est la liberté d’expression aujourd’hui ? L’affaire des caricatures de Mahomet en 2006 a soulevé bruyamment la question de la représentation religieuse.

«Charlie Hebdo», l’histoire unique d’un journal satirique C’est en 1960 qu’est créé Hara Kiri, journal lancé par Georges Bernier, alias le Professeur Choron, et François Cavanna. Ils s'étaient connus au journal Zéro qui était destiné à donner sa première chance aux jeunes talents. Choron dont le pseudonyme vient du nom de la rue dans le IXe arrondissement à Paris où est installé le journal. A l’époque, Choron est le directeur de la publication et Cavanna le rédacteur en chef. Ils rassemblent autour d'eux une équipe où se retrouvent Francis Blanche, Topor, Fred, Reiser, Wolinski, Cabu et Gébé. Un journal plusieurs fois interdit de publication Le journal est plusieurs fois interdit de publication, notamment en 1961 et en 1966, mais il reparaît chaque fois. En 1970, le Général de Gaulle meurt et, dix jours auparavant, un incendie dans une discothèque avait fait 146 morts. Malgré cette renaissance en 1970, Charlie Hebdo arrête de paraître en 1981, faute de lecteurs. Les caricatures de Mahomet Se moquer de toutes formes d'extrémismes

Un exemple de séance pédagogique sur les caricatures Dans le cadre de la classe média, on ne pouvait pas passer à côté des événements tragiques de mercredi dernier. D’autant plus que dans le collège, nous avons eu certaines réactions très particulières, de type « bien fait pour eux » (pour rester soft). Toutes les classes ont bien entendu eu un moment d’explication et de recueillement jeudi, mais des incompréhensions demeures. Les élèves font des confusions, s’en tiennent à des brides d’informations. Bref, il reste du boulot. J’ai voulu par cette séance remettre la caricature au centre. Pour cette séance d’une heure, en petit groupe, j’ai commencé par leur demander ce qu’était une caricature. Je leur dis que les caricatures ne sont pas que dessinées, et leur demande quel autre type de caricatures connaissent-ils. Je leur demande alors quel est leur humoriste préféré. Vient la question : « oui, mais si je n’aime pas cet humoriste, qu’est-ce que je fais ? Enfin, on finit par une caricature collective (même si on ne sait pas dessiner !).

Dessinateurs du monde entier, tous « Charlie » S’ils pensaient réduire au silence les dessinateurs de presse du monde entier, les auteurs de la tuerie perpétrée mercredi 7 janvier au siège du journal satirique Charlie Hebdo, qui a fait douze morts, parmi lesquels Cabu, Georges Wolinski, Charb, Tignous et Honoré, se sont trompés dans les grandes largeurs. Un flot continu de dessins, de caricatures et d’hommages graphiques n’en finit pas, depuis, d’alimenter les journaux et les sites Internet d’information aux quatre coins du monde. De très nombreux quotidiens ont d’ailleurs décidé de confier leur « une » à des dessinateurs, comme s’il fallait démontrer, à chaud, que ce genre fondateur de l’histoire de la presse qu’est l’illustration au sens large était capable de se relever immédiatement de la tragédie qui la touche aujourd’hui en plein cœur. Sollicités par Le Monde, certains auteurs – proches ou non des victimes – ont parfois mis du temps à réagir tant l’émotion était grande.

Rapide histoire de la caricature La Révolution de 1789 va multiplier ces images (mille cinq cents gravures satiriques entre 1789 et 1792) et la demande suscitée par l'actualité va être à l'origine d'un appareil de production organisé. Des journaux hebdomadaires comme Les Révolutions de France et de Brabant de Camille Desmoulins ou les Révolutions de Paris de l'éditeur Prudhomme font une large place au dessin, satirique pour l'un, d'inspiration plus "reportage" pour l'autre. La presse royaliste publie de son côté des caricatures anti-révolutionnaires tandis qu'en 1793 le Comité de Salut Public demande au député David de "multiplier les gravures et les caricatures qui peuvent réveiller l'esprit public et faire sentir combien sont atroces et ridicules les ennemis de la liberté et de la république".Cité dans "La caricature, deux siècles de dérision salutaire", Historia, n° 651, mars 2000, p.52.

Zineb El Rhazoui journaliste à "Charlie Hebdo" explique ce que ce journal est. Par Zineb El Rhazoui, journaliste et membre de la rédaction de « Charlie Hebdo » A Charlie, on se disait parfois qu’on s’aimait. Comme ça, pour signer un mail professionnel, après les angles du papier, le calibrage et les délais, il arrivait que l’on dise aux collègues : « Je vous aime ». Pas très sérieux, mais vrai. Cruellement vrai aujourd’hui. Lire aussi : Attentat contre « Charlie Hebdo » : Charb, Cabu, Wolinski et les autres, assassinés dans leur rédaction Peu d’échanges étaient sérieux à Charlie, même pas ceux du comité d’entreprise censé défendre les intérêts des salariés face à un patronat incarné par Charb, à savoir le remplacement prioritaire de cette satanée cafetière toujours en panne. Mustapha est mort. Un souci de langue ? Simon, lui, a survécu. C’est ainsi à Charlie, certains viennent de l’aluminium, d’autres sont cheminot, urgentiste, juriste, psy, économiste… Mais tous se réunissent le mercredi « pour voir ce qu’on fait dans le prochain numéro ». Tragiquement drôle

# Je dessine Charlie Hebdo a reçu des milliers de dessins après la tuerie préméditée des membres de sa rédaction. Les premiers furent envoyés dès le 7 janvier 2015, d’autres ont suivi, intégrant dans leur geste les répliques de ces assassinats des 8 et 9 janvier. Ils ont été réalisés par des enfants et des adolescents. Ces dessins expriment l’attachement de la jeunesse du pays aux valeurs de la République, à ses principes fondamentaux de liberté de créer, de dessiner, de s’exprimer, de publier. Ces dessins disent l’envie de toute une génération de vivre à l’opposé des assignations identitaires et des visions étriquées de l’autre et du monde. Charlie Hebdo, SOS racisme et la FIDL ont créé l’association Dessinez Créez Liberté, chargée d’assurer la diffusion de ces dessins, de les valoriser et d’en puiser des ressources susceptibles d’enrichir la réflexion collective.

Hommage des dessinateurs de "La Revue Dessinée" En hommage à toutes les victimes des attentats de Paris, de l’attaque du journal Charlie Hebdo, mercredi, à l’attentat antisémite de la Porte de Vincennes, vendredi, les rédactions de La Revue Dessinée et de Mediapart se mobilisent : Thibaut Soulcié, Loic Sécheresse, Bouzard, Charles Berberian, Philippe Dupuy, Etienne Davodeau, Emmanuel Lepage, Benjamin Flao, Jean Philippe Stassen, François Boucq, Hervé Bourhis, Stanislas, Marion Montaigne, Terreur Graphique, James, Jorge Gonzalez, Cyrille Pomès, Daniel Casanave, Kokor, Jeff Pourquié, Nicoby, Manu Larcenet, Stephane Roux, Julien Solé, Sébastien Vassant, Erich Salch, Jean Paul, Krassinsky, Christophe Gaultier, Rudy Spiessert, Benjamin Bachelier, Olivier Balez Par Charles Berberian 55 ans, auteur de bande dessinée, membre de l’Académie des grand prix du festival d’Angoulême. Il travaille pour de nombreux magazines et de nombreux éditeurs. Par Jorge Gonzalez 44 ans, auteur de bande dessinée argentin, il vit et travaille à Madrid. Par James

Images de presse : photos et dessins de presse Images de presse. Photos et dessins de presse, cédérom, CDDP du Val d’Oise-CRDP de l’académie de Versailles/Clemi, 2011 Ce cédérom, publié à l’occasion de la 22e Semaine de la presse et des médias dans l’école®, est un outil pour apprendre à lire la photo d’actualité et le dessin de presse, mais il va plus loin. À partir du corpus des photos choisies pour les festivals Visa pour l’image et du corpus des dessins réunis par Cartooning for Peace, 40 images, 20 photos et 20 dessins, sont reliées sur ce cédérom. Afin de vous aider à exploiter ces images en classe, chaque image est accompagnée d’une légende, de la biographie de son auteur et des contextes de parution. Travailler sur l’image, c’est également connaître les règles et lois qui régissent leur élaboration comme leur publication, c’est pourquoi vous trouverez également dans ce cédérom des articles qui abordent les questions du droit à l’image et de la propriété intellectuelle. La version web du cédérom

L'actu en patates - Le blog de Martin Vidberg Le dessin satirique expliqué aux cons - Charlie Hebdo Charlie Hebdo c’est un coup de poing dans la gueule Contre ceux qui nous empêchent de penser. Contre ceux qui ont peur de l’imagination. Contre ceux qui ne veulent pas qu’on s’amuse. Charlie Hebdo c’est un journal en colère, c’est un journal qui rit. C’est un journal qui cogne, c’est un journal qui rêve. Charlie Hebdo | Journal satirique, laïque, politique et joyeux, toutes les semaines en kiosque et tous les jours sur internet.

Related: