background preloader

Des nanotubes de carbone pour détecter des cancers

Des nanotubes de carbone pour détecter des cancers
Dans l'hydrogel de cet échantillon se trouvent des nanotubes de carbone qui peuvent servir à détecter la présence de molécules signalant le début d'une maladie. Un fragment de cet hydrogel peut être placé sous la peau d'un patient et servir pendant plus d'un an à surveiller l'apparition de ces molécules. © Bryce Vickmark Des nanotubes de carbone pour détecter des cancers - 2 Photos Les chercheurs placent beaucoup d’espoirs dans les nanotechnologies pour trouver de nouveaux traitements contre les cancers. Or, depuis quelques années, les membres du laboratoire de Michael Strano au MIT développent des capteurs à base de nanotubes de carbone pour détecter des molécules bien spécifiques. Modèle moléculaire d'un nanotube de carbone fonctionnalisé avec des molécules fluorescentes (vertes) capable de pénétrer dans les cellules. © A. Sur le même sujet Related:  NanotechnologieNano

Des capteurs à nanotubes pour analyser la chimie d'une tumeur Les capteurs à nanotubes de carbone émettent une lumière dans le proche infrarouge (ici en vert) depuis l'intérieur de fibroblastes de souris (en rouge) © Dan Heller / MIT Des capteurs à nanotubes pour analyser la chimie d'une tumeur - 2 Photos Sa taille est si petite qu'il peut pénétrer à l'intérieur d'une cellule vivante. Ce capteur n'est en effet qu'un nanotube de carbone à paroi simple (constituée d'une seule couche monoatomique) sur lequel est fixé un brin d'ADN. Ces chercheurs explorent l'utilisation de nanotubes de carbone, par exemple pour détecter des polluants, dans un gaz ou un liquide, une possibilité maintenant bien connue. Leur dernière étude porte sur l'analyse de produits capables d'affecter l'ADN, comme des toxines ou des médicaments utilisés contre les tumeurs. Les nanotubes de carbone signalent leur présence à l'intérieur de cellules de souris par une émission lumineuse. © Dan Heller / MIT Mais les applications pourraient aussi intéresser la médecine. Sur le même sujet

Nanotechnologie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les nanotechnologies bénéficient de plusieurs milliards de dollars en recherche et développement[8]. L'Europe a accordé 1,3 milliard d’euros pendant la période 2002-2006[9]. Certains organismes prétendent que le marché mondial annuel sera de l’ordre de 1 000 milliards de dollars américains dès 2015. Historique[modifier | modifier le code] Vision de Feynman[modifier | modifier le code] Dans son discours donné le 29 décembre 1959 à la Société américaine de physique, Richard Feynman évoque un domaine de recherche possible alors inexploré : l'infiniment petit; Feynman envisage un aspect de la physique « dans lequel peu de choses ont été faites, et dans lequel beaucoup reste à faire[10] ». Se fondant sur la taille minuscule des atomes, il considère comme possible d'écrire de grandes quantités d'informations sur de très petites surfaces : « Pourquoi ne pourrions-nous pas écrire l'intégralité de l'Encyclopædia Britannica sur une tête d'épingle ?

Technologies - Nanotechnologies et nanosciences - Nanosciences et nanotechnologies, quelques repères Les nanosciences et les nanotechnologies peuvent être définies comme étant les sciences et les technologies des systèmes nanoscopiques. Elles se réfèrent à une même échelle, le nanomètre, soit le milliardième de mètre. Ces « sciences » ont émergé dans les années 80 avec la mise au point de nouveaux outils d’observation à l’échelle atomique, en l'occurrence les microscopes à effet tunnel, qui ont permis de franchir un pas décisif dans l’observation et le déplacement des atomes. Aujourd'hui, les nanosciences regroupent les recherches visant à comprendre et mettre en œuvre les phénomènes, lois physiques et propriétés apparaissant dans les objets, dispositifs et systèmes dont au moins une dimension est nanométrique. Elles constituent une base de connaissances sur les phénomènes nouveaux et spécifiques liés à cette échelle. Une échelle : le nanomètre © CEA Les nanotechnologies, un phénomène mondial A l’heure actuelle, les nanotechnologies sont utilisées dans un grand nombre de produits.

Détecter les pathologies grâce à un nez électronique | Techniques de l'ingénieur Le diagnostic et le suivi de pathologies, dont les cancers et les pathologies infectieuses, représentent des enjeux majeurs dans le domaine de la santé. De nouveaux nanobiocapteurs, dont les éléments sensibles sont des récepteurs olfactifs, donnent la possibilité de développer des dispositifs de détection performants, bon marché, permettant une mesure quantitative et directe, sans marqueur. Les odorants participent aux arômes, ils peuvent constituer une signature des états métaboliques ou pathologiques, ils émanent de drogues ou d’explosifs, signalent des polluants domestiques et environnementaux. Par conséquent, il y a un intérêt croissant pour l’émergence de technologies permettant l’évaluation rapide et non invasive des composés odorants volatils. Le potentiel considérable des nanotechnologies L’approfondissement des connaissances sur l’olfaction est accompagné du développement rapide des nanotechnologies et de leur influence significative dans les divers secteurs médicaux.

Nanotechnologies, biotechnologies, informatique et sciences cognitives Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les Nanotechnologies, biotechnologies, informatique et sciences cognitives (NBIC) désignent un champ scientifique multidisciplinaire qui se situe au carrefour des nanotechnologies (N), des biotechnologies (B), de l'intelligence artificielle (I) et des sciences cognitives (C)[1]. Certains utilisent la notion de « grande convergence » pour souligner l’interconnexion croissante entre « l'infiniment petit (N), la fabrication du vivant (B), les machines pensantes (I) et l'étude du cerveau humain (C) »[2]. Prospective[modifier | modifier le code] Dans le domaine médical et de l'informatique, un des défis que les NBIC cherchent à relever est d'acquérir l'autonomie par la commande directe du cerveau, assisté par des électrodes externes ou internes qui éviteraient la nécessité de passer par un clavier ou un système de reconnaissance des gestes, mouvements d'yeux, etc pour communiquer avec des systèmes informatisés.

Des nanotubes de carbone qui entrent en rotation en se tordant sur eux-mêmes › Matériaux <p>Lorsqu'il est électriquement chargé, un fil constitué de nanotubes de carbone peut se tordre sur lui-même, engendrant un mouvement de rotation très rapide <em>(Crédits : Université du Texas, Dallas).</em></p> Des nanotubes de carbone qui entrent en rotation ultrarapide après application d'un courant électrique ? Des chercheurs sont parvenus à provoquer un tel phénomène. Une première scientifique qui ouvre de nombreuses perspectives. Après application d'un courant électrique, un fil de nanotubes de carbone est capable de s'enrouler sur lui-même, ce qui produit alors un effet de rotation. Comment les chercheurs ont-ils obtenu ce résultat ? Une rotation à 590 tours par minute Résultat ? De surcroît, les chercheurs ont montré que ce fil était capable de tracter des poids extrêmement lourds pendant cette torsion. Comment "détordre" le fil de nanotubes de carbone ? Une nouvelle voie pour la conception de moteur à l'échelle nanométrique

Nanotechnologie : une puce peut détecter 17 maladies dans votre haleine Dès l'Antiquité, des médecins ont cherché à évaluer la santé de leurs patients à partir des composés organiques volatils (COV) qu'ils émettent, notamment dans les selles et les urines. Ici, une équipe du Technion-Institut de technologie d'Israël a décidé d'aller un peu plus loin grâce aux nanotechnologies. L'air expiré contient du dioxyde de carbone, du diazote et du dioxygène, mais aussi plus d'une centaine de COV, des molécules de faible poids moléculaire. L'analyse de l'haleine présente de nombreux avantages par rapport à celle d'autres fluides comme le sang : l'air exhalé est facilement accessible, ne nécessite pas de méthode invasive de prélèvement, il est peu complexe et peut être manipulé en toute sécurité. Les chercheurs ont construit un outil de diagnostic intelligent, avec des nanoparticules d'or. 2.808 échantillons d'air expiré ont été récupérés chez 1.404 personnes diagnostiquées avec 17 maladies différentes ou en bonne santé. Ces résultats paraissent dans la revue ACS Nano.

Nanotechnologies Contexte - Les nanotechnologies désignent les technologies qui exploitent les propriétés uniques de minuscules particules dont la taille est de l’ordre du nanomètre (millionième de millimètre). Les nanotechnologies représentent un marché en rapide expansion ; on les utilise déjà dans une variété de technologies et de produits de consommation. (Cliquer ici pour obtenir une liste de tels produits) Cependant, les matériaux contenant des nanoparticules peuvent être préoccupants pour la santé humaine et l’environnement, et il convient d’évaluer les risques induits par ces matériaux récemment développés. Les méthodologies qui existent pour évaluer ces risques sont-elles appropriées ? Une évaluation du Comité scientifique des risques sanitaires émergents et nouveaux (CSRSEN/SCENIHR) de la Commission européenne GreenFacts s’est engagé par contrat à préparer ce résumé pour la DG de la Santé et des Consommateurs de la Commission européenne, qui a autorisé cette publication. 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8.

La révolution du graphène est en marche › Matériaux Le graphène est un cristal de carbone en deux dimensions (voir ci-dessus), dont l'épaisseur correspond au diamètre d'un atome de carbone. Le graphène, ce matériau conducteur constitué d'une seule couche d'atomes de carbone, est pressenti pour succéder au silicium dans la conception des composants électroniques. Or, des travaux viennent de montrer qu'il peut aussi se comporter comme un isolant. Une faculté importante qui accroît ses chances d'être utilisé prochainement par l'industrie. Le graphène ? Il s'agit tout à la fois du conducteur le plus fin qui soit (son épaisseur est l'équivalent du diamètre d'un atome de carbone!) Découvert en 2004 par André Geim et Konstantin Novoselov, deux chercheurs de l'Université de Mancherster qui ont reçu le Prix Nobel de Physique en 2010 pour ce résultat, le graphène s'apprête à supplanter le silicium dans la conception des composants électroniques. Et force est de constater que ce matériau en deux dimensions possède des facultés étonnantes.

Arte

Related: