background preloader

La richesse des monnaies locales

La richesse des monnaies locales
Est-on riche quand on a deux fois plus d’emplois que d’actifs sur son territoire ? Quand on compte un million de mètres carrés de bureaux dont plusieurs sièges d’entreprises nationales et internationales ? Quand l’ensemble des entreprises installées sur le territoire dégagent un chiffre d’affaires de 29 milliards d’euros ? La richesse n’est pas ce que l’on croit. Quelques cas européens Mais avoir un regard juste ne suffit pas. Si l’on se penche plus particulièrement sur les monnaies adossées à la monnaie officielle et non au temps tels que les SEL, le Time share et autres Time banking), on s’aperçoit qu’elles ont deux atouts essentiels. La monnaie complémentaire : une chance pour Nanterre De telles pistes ne sont pas incongrues en France. Si les monnaies complémentaires représentent une chance locale, elles sont aussi une voie de sécurisation de l’économie mondiale. Related:  Expliquer l'intérêts aux territoires

L’aventure des mots de la ville Le programme international de recherche sur les mots de la ville lancé au milieu des années 1990 dans le giron de la recherche incitative française et sous l’égide de l’Unesco, débouche après plus de dix ans de travaux sur un imposant volume, L’aventure des mots de la ville à travers le temps, les langues, les sociétés. 264 articles, 160 auteurs, 7 langues traitées. Avec cette somme qui sort des normes habituelles, il s’agit de visiter le champ de l’urbanisme à partir d’une interrogation sur les mots, partant de l’observation que les mots qualifient l’espace de la ville. Loin d’être de simples étiquettes posées sur des objets préexistants que les acteurs pourraient manipuler à leur guise, ils structurent l’espace urbain en profondeur, organisent et conditionnent les transformations spatiales autant qu’ils en rendent compte. Quelle est l’origine du projet qui a donné lieu à L’aventure des mots de la ville ? Question 1 / 5. L’aventure des mots de la ville - 1 Question 2 / 5.

Local Money: How to Make it Happen in Your Community Local Money: How to Make it Happen in Your Community Local Money: how to make it happen in your community by Peter North. “Whoever controls money controls our lives. Taking back that power for good, not harm, has to be at the heart of new thinking after the crash. “A local currency is essential for greater local resilience. In past recessions and depressions, a popular response from communities has been to create their own forms of money. An inspiring yet practical new Transition Book, Local Money helps you understand what money is and what makes good and bad money, and reviews how people around the world and in the past have experimented with new forms of money that they create themselves. The book draws on the track record of experimentation with local money to show those in the Transition movement and beyond what has been tried, what works, and what to avoid. How can local banks and bonds help us move our cities, communities and homes on to a more sustainable footing?

L’innovation monétaire (1/5) : Monnaie, vous avez dit monnaie A l’occasion de la publication prochaine de De l’innovation monétaire aux monnaies de l’innovation dans la collection Fabrique des possibles chez Fyp éditions, Jean-Michel Cornu, responsable scientifique de la Fondation internet nouvelle génération (Fing), nous propose d’entamer avec lui un vaste tour d’horizon pour comprendre le rôle de l’innovation monétaire. Dans cette première partie, il revient sur le rôle que joue la monnaie dans nos sociétés. L’innovation est devenue le moteur de notre société, mais de quelle innovation parlons-nous ? Il y a bien sûr l’innovation technologique qui comprend sa petite sœur moins connue : l’innovation architecturale (ainsi, c’est l’architecture de l’internet qui en apporte avant tout sa valeur). Cette première génération d’innovation a toujours cours, mais elle a été complétée par une deuxième génération : l’innovation de service qui voit son explosion avec le web puis le web 2. Image : Money par Nick Ares. 1. 2. 3. Jean-Michel Cornu ___________ 1.

Comment influencer les citoyens sans en avoir l’air… Écrit par un économiste féru de psychologie et un juriste proche de Barack Obama, le livre fait un tabac aux États-Unis : Nudge, ou comment aider les citoyens à prendre de meilleures décisions en les influençant par un simple petit coup de coude (la traduction littérale du mot nudge en français). Le Premier ministre britannique, David Cameron, convaincu par les analyses et propositions contenues dans l’ouvrage, a créé au sein de ses services une équipe spéciale dédiée au nudge. Sa vogue atteint désormais la France : le Centre d’analyse stratégique a publié au mois de mars une note d’information affirmant l’intérêt de cette approche, notamment pour favoriser les comportements écologiquement responsables. La méthode prônée par Richard Thaler considéré comme un pilier de l’économie comportementale, et Cass Sunstein, administrateur du principal organe de régulation américain et grand adepte de l’analyse coût-bénéfice, est d’abord séduisante par son apparente simplicité. © Telos.

L’artiste et ses territoires C’est en spécialiste soucieuse de rendre accessible son propos qu’Elsa Vivant esquisse les contours d’un débat contemporain soulevé, notamment, par le très controversé Richard Florida. Universitaire et consultant nord-américain, ce dernier soutient que dans la nouvelle concurrence urbaine mondiale, les villes qui « gagnent » sont celles qui parviennent à capter les membres de ce qu’il nomme la « classe créative », regroupant l’ensemble des travailleurs rémunérés pour leur capacité de création (scientifiques, ingénieurs, artistes, architectes, etc.) mais également pour la créativité qu’ils déploient dans la résolution de problèmes complexes (juristes, financiers, médecins, etc.). Dès lors, le principal enjeu pour les gouvernements urbains serait de connaître les facteurs d’attractivité de ces individus, plus encore que ceux des entreprises qui les emploient. La ressource culturelle, nouvelle clé du développement des villes La ville créative entre culture et créativité

Le boom des monnaies parallèles Depuis le début des années 80, les monnaies complémentaires fleurissent en marge des Etats. Avec des motivations très diverses, qui vont du gain individuel à la recherche de lien social. En 1981, la compagnie aérienne American Airlines distribuait les premiers miles à ses clients. Mais s'agit-il encore de monnaie? Fidéliser le client La logique peut être purement commerciale. Les entreprises peuvent aussi avoir intérêt à se passer de monnaie officielle quand elles échangent entre elles. Logique sociale Mais c'est une tout autre logique qui anime les monnaies dites sociales. Celle-ci est accusée d'abord de ne pas valoriser les "vraies richesses": de nombreuses activités moralement répréhensibles ou écologiquement nuisibles engendrent d'importants flux monétaires, alors que d'autres, qui créent un véritable bien-être, comme les activités domestiques ou bénévoles, ne sont pas valorisées. Le Cercle économique WIR Le WIR est un survivant de la grande crise. Monnaies locales Impact limité

Monnaie complémentaire Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Une monnaie complémentaire communautaire (MCC) est une forme de monnaie, qui comprend les monnaies locales et monnaies sectorielles, qui se veut complémentaire aux monnaies officielles. Une monnaie complémentaire communautaire favorise les systèmes de don et d'échanges locaux avec moins d'endettement. Histoire[modifier | modifier le code] Les monnaies complémentaires existent depuis longtemps, et plusieurs monnaies complémentaires différentes ont pu être en circulation dans une même région à certaines époques[1]. Plus récemment, à la suite de la crise de 1929, des monnaies locales avaient permis en Autriche, à Wörgl notamment de maintenir un taux d'emploi permettant à de nombreuses familles de vivre sans faire appel au Mark, mais la banque autrichienne a interdit cette monnaie, ce qui a maintenu au chômage 30 à 35 % de la population autrichienne et selon certains économistes aidé Adolf Hitler à prendre le pouvoir[LietaerAube 2].

Qui seront les « hussards » de la rénovation ? - Management Pour Dominique Bidou, Président du Centre d’information et de documentation sur le bruit, ancien directeur au ministère de l’environnement et président d’honneur de l’association HQE , les aides financières à la rénovation sont indispensables mais l’argent ne suffit pas. Il faut aussi un puissant investissement humain pour accompagner les propriétaires. Des « Hussards », comme ceux qui ont permis à la République de s’imposer. Les dossiers qui sont retenus dans les grands programmes d’intervention ne sont pas les plus importants. Du moins, ce ne sont pas les plus urgents, les plus graves, les plus utiles qui s’imposent. Ce sont les dossiers qui sont prêts. Le grand programme aujourd’hui, à la suite du Grenelle de l’environnement, est la réhabilitation des bâtiments. Le chantier, en outre, n’est pas commode à appréhender. Incitations à travers les aides financières Insuffisance de la motivation financière La seule motivation financière est bien insuffisante.

Le « Royaume de la femme » et ses multiples usages La tour du Kingdom Centre à Riyad © Amélie Le Renard Le Royaume de la femme est l’étage réservé aux femmes à l’intérieur du centre commercial Le Royaume (al-mamlaka) dont la tour surplombe depuis 2001 le nouveau centre-ville « glamour » (Saskia Sassen, 1996) de Riyad, capitale de l’Arabie Saoudite. On y accède, à partir des étages mixtes, au moyen d’ascenseurs interdits aux hommes. Avec ses boutiques, ses cafés et ses restaurants, ce lieu fermé, sécurisé et destiné à la consommation est emblématique des conditions dans lesquelles se développe l’accès d’une certaine catégorie de femmes aux espaces publics [1], dans une ville paradigmatique de la ségrégation de genre depuis les années 1980. Marketing et politique Parmi la vingtaine de centres commerciaux qui ont poussé cette dernière décennie au bord du damier d’autoroutes qui constitue Riyad, le Royaume est le seul shopping mall mixte doté d’un étage réservé aux femmes. Sociabilités et parade

Related: