background preloader

Satire et droit à l’humour, un si long combat judiciaire

Satire et droit à l’humour, un si long combat judiciaire
Le texte mériterait d’être affiché, étudié, débattu dans toutes les écoles de France, aux côtés de la Déclaration des droits de l’homme et du ­citoyen de 1789. Une dizaine de ­pages, celles du jugement rendu le 22 mars 2007 par la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris dans l’affaire des caricatures de Mahomet, constituent une magistrale leçon d’instruction civique. Elles s’ouvrent sur ce rappel solennel : « Attendu qu’en France, ­société laïque et pluraliste, le respect de toutes les croyances va de pair avec la liberté de critiquer les religions quelles qu’elles soient et avec celle de représenter des sujets ou objets de vénération religieuse ; que le blasphème, qui outrage la divinité ou la religion, n’y est pas réprimé (…) ». Le journal, qui était poursuivi pour « injures publiques envers un groupe de personnes en raison de sa religion » par deux associations musulmanes, est donc relaxé. La Révolution française l’avait proclamée avant de l’étouffer bien vite. Related:  Sacré, société laïque et liberté d'expressionCaricature et dessin de presseREFLEXION

« Notre société a produit ce qu’elle rejette aujourd’hui comme une monstruosité infâme » Par Didier Fassin, professeur de sciences sociales à l’Institute for Advanced Study de Princeton (New Jersey) Après le temps de la sidération, le temps de la communion et le temps du recueillement autour des victimes des assassinats des 7, 8 et 9 janvier, devra venir le temps de la réflexion sur ces événements tragiques. Or l’émotion légitime et l’apparent consensus qui en a résulté tendent à délimiter l’espace du pensable et a fortiori du dicible. Condamner est nécessaire, analyser devient suspect. « Il y en a assez de toujours essayer de comprendre. « Excuses sociologiques » On devine en effet le danger qu’il y aurait à tenter d’expliquer : ce serait s’exposer au risque de découvrir en quoi notre société a produit ce qu’elle rejette aujourd’hui comme ...

Classe média : les caricatures Dans le cadre de la classe média, on ne pouvait pas passer à côté des événements tragiques de mercredi dernier. D’autant plus que dans le collège, nous avons eu certaines réactions très particulières, de type « bien fait pour eux » (pour rester soft). Toutes les classes ont bien entendu eu un moment d’explication et de recueillement jeudi, mais des incompréhensions demeures. Les élèves font des confusions, s’en tiennent à des brides d’informations. Bref, il reste du boulot. J’ai voulu par cette séance remettre la caricature au centre. Pour cette séance d’une heure, en petit groupe, j’ai commencé par leur demander ce qu’était une caricature. Je leur dis que les caricatures ne sont pas que dessinées, et leur demande quel autre type de caricatures connaissent-ils. Je leur demande alors quel est leur humoriste préféré. Vient la question : « oui, mais si je n’aime pas cet humoriste, qu’est-ce que je fais ? Enfin, on finit par une caricature collective (même si on ne sait pas dessiner !).

Lettres : Un journal du futur en quatrième Julien Delrieu, professeur de lettres au collège Le Joncheray de Beaumont-sur-Sarthe, propose à ses classes de quatrième un beau défi : réaliser une édition quotidienne d'un journal qui pourrait paraître 1000 ans après notre ère. Chaque élève prend en charge la rédaction de deux articles de presse qui s'intègrent dans une rubrique du journal (éditorial, mode, tourisme, actualité internationale, archéologie, petites annonces, sports, faits divers...). Le travail mené articule recherches, lectures, écritures, débats…, favorise une réflexion distanciée et critique sur le monde actuel, stimule l’activité et la créativité des élèves, met en place une relation de confiance et de responsabilisation : est-il envisageable d’apprendre la natation sans nager ? est-il possible d’éduquer aux médias ou à la science-fiction sans les pratiquer ? ... Le projet prolonge une séquence consacrée au genre de la science-fiction : pouvez-vous expliquer en quoi a consisté celle-ci ?

Education et Numérique - Activité en ligne : La Liberté de la Presse Après les événements tragiques survenus à Paris le mercredi 7 janvier 2014, nombreux sont les enseignants qui se questionnent sur la façon d’aborder un sujet aussi délicat en classe. Sophie Garcia, professeur de FLE, propose à cette occasion une activité qui aborde premièrement le concept de « Liberté de la presse », pour ensuite tenter de fournir aux apprenants un panorama des attentats contre Charlie Hebdo. Elle met à leur disposition une sélection d’images et des videos pour mieux comprendre cette tragédie, car il est nécessaire d’en parler, et surtout de fournir aux élèves les outils nécessaires à la comphréhension de cette tragédie pour que cela ne se reproduise plus jamais. L’activité a été créée originalement pour des élèves de FLE niveau B1-B2, mais elle est tout à fait adaptée aux élèves de primaire ou de collège. Jouer l’activité en pleine pageAncrage au programme scolaire Partagez cette activité Copier ce lien html :

20 mapas que cambiarán tu forma de ver el mundo 20 mapas que cambiarán tu forma de ver el mundo Comentar Iñaki Berazaluce Puede que en el colegio aprendieras los nombres de las capitales del mundo (de la Península Ibérica, si eres de la ESO), los mapas de la deriva continental y los ríos de España. Interesante, sin duda, pero no demasiado excitante. Si quieres ver los mapas a tamaño completo haz clic sobre Antananarivo. ¿Por qué lado de la carretera conducen? Fuente: Chartsbin. Todos los países que Inglaterra ha invadido (todos menos 22) Fuente: Telegraph. Evolución del centro de gravedad de la economía mundial Fuente: Cooking Ideas. Los apellidos más comunes en los países europeos Fuente: Imgur. Consumo de alcohol per capita Fuente: Organización Mundial de la Salud. Las tasas de fertilidad del mundo Fuente: Wikipedia. Densidad relativa del mundo Fuente: Reddit. Premios Nobel por cada región del globo Fuente: Washignton Post. Diez países donde mejor no te fumes un porro Fuente: Dinafem Los nombres de los países europeos, traducidos literalmente del chino

De « Charlie » à Dieudonné, jusqu'où va la liberté d'expression ? « Pourquoi Dieudonné est-il attaqué alors que “Charlie Hebdo” peut faire des “unes” sur la religion ? » La question revient souvent. « Pourquoi Dieudonné est-il attaqué alors que Charlie Hebdo peut faire des “unes” sur la religion » ? 1. La liberté d'expression est un principe absolu en France et en Europe, consacré par plusieurs textes fondamentaux. « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi », énonce l'article 11 de la Déclaration des droits de l'homme de 1789. Le même principe est rappelé dans la convention européenne des droits de l'homme : « Toute personne a droit à la liberté d'expression. Cependant, elle précise : La liberté d'expression n'est donc pas totale et illimitée, elle peut être encadrée par la loi. 2. Lire : Quels risques juridiques pour les utilisateurs de réseaux sociaux ? 3. 5.

Daumier La Révolution de 1789 va multiplier ces images (mille cinq cents gravures satiriques entre 1789 et 1792) et la demande suscitée par l'actualité va être à l'origine d'un appareil de production organisé. Des journaux hebdomadaires comme Les Révolutions de France et de Brabant de Camille Desmoulins ou les Révolutions de Paris de l'éditeur Prudhomme font une large place au dessin, satirique pour l'un, d'inspiration plus "reportage" pour l'autre. La presse royaliste publie de son côté des caricatures anti-révolutionnaires tandis qu'en 1793 le Comité de Salut Public demande au député David de "multiplier les gravures et les caricatures qui peuvent réveiller l'esprit public et faire sentir combien sont atroces et ridicules les ennemis de la liberté et de la république".Cité dans "La caricature, deux siècles de dérision salutaire", Historia, n° 651, mars 2000, p.52.

Education et Numérique - La liberté de la Presse Les évènements tragiques survenus le 7 janvier à Paris relèvent plusieurs questions en relation à la façon d’aborder certains sujets en classe, notamment celui de la Liberté de la Presse. E&N a préparé un ensemble d’activités pédagogiques pour réfléchir avec vos élèves sur des sujets d’actualité. Liberté de la Presse Pour aborder les questions d’actualité avec vos élèves, deux activités pédagogiques en FLE : celle de Sophie Garcia sur la Liberté de la Pressse ; celle de l’Alliance Française de Kuala Lumpur sur la presse et les médias francophones. Les valeurs de la République Les tragiques événements récents sont aussi l’occasion de rappeler aux élèves les Valeurs de la République Française. Volonté, motivation, liberté Pour aborder l’actualité avec les lycéens en philo, Maryse Emel propose de s’interroger sur la notion de liberté. Semaine de la Presse 2015 Des outils pédagogiques supplémentaires pour aborder l’actualité avec vos élèves Je suis Charlie – Le site du CLEMI

Non, les hommes n’ont pas toujours fait la guerre, par Marylène Patou-Mathis (Le Monde diplomatique, juillet 2015) Sur la question de la violence chez les humains, deux conceptions radicalement opposées s’affrontent. Le philosophe anglais du XVIIe siècle Thomas Hobbes pensait que la « guerre de tous contre tous » existait depuis l’aube des temps (Léviathan, 1651). Pour Jean-Jacques Rousseau, l’homme sauvage était sujet à peu de passions et a été entraîné dans « le plus horrible état de guerre » par la « société naissante » (Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, 1755). L’image de l’homme préhistorique violent et guerrier résulte d’une construction savante élaborée par les anthropologues évolutionnistes et les préhistoriens du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Elle a été gravée dans les esprits à la faveur du présupposé selon lequel l’humanité aurait connu une évolution progressive et unilinéaire (1). Dès la reconnaissance des hommes préhistoriques, en 1863, on a rapproché leur physique et leurs comportements de ceux des grands singes, gorilles et chimpanzés.

Liberté, égalité, fraternité, laïcité. Mais quelle laïcité? La laïcité apparaît de plus en plus comme la panacée, radicale et salutaire, face à la montée du communautarisme et à la menace de division du pays. Faut-il donc revenir à la vieille «laïcité de combat», dirigée cette fois contre l‘islam, ou garder, sans naïveté, en l’aménageant, la souplesse actuelle du modèle laïque français, unique au monde? Liberté, égalité, fraternité, laïcité, a-t-on entendu dimanche 11 janvier dans les rues de Paris ou lu sur de nombreuses banderoles. Place de la République, le 11 janvier 2015 | Cécile Chalancon Ce n’est pas nouveau. Le mot laïcité n’existe pas en anglais et en allemand (les deux langues utilisent le mot «sécularisme», «secularism» et «Säkularismus»). Objet de surenchères et de confrontations dans l’histoire, la laïcité sent de nouveau la poudre (récemment à propos des crèches dans l’espace public). La fin d'une laïcité de compromis? Des relations apaisées avec les religions C’est cette laïcité pacifiée qu’il faut aujourd’hui préserver. Henri Tincq

Histoire du rire et de la dérision, de Georges Minois Le rire est une vertu que Dieu a donnée aux hommes pour les consoler d'être intelligents, disait Marcel Pagnol. Une vertu qui a plus de deux mille ans, comme en témoignent les recueils d'histoires drôles dont Grecs et Romains étaient déjà friands. Mais peut-on rire de tout ? Oui, affirme Démocrite, dont le rire désabusé a des accents étonnement modernes. Oui, dit aussi Cicéron qui répertorie mille façons de faire rire. Non, proclament en revanche les pères de l'Eglise, car le rire est un phénomène diabolique, une insulte à la création divine, une manifestation d'orgueil. Georges Minois, professeur d'histoire et historien des mentalités religieuses, est l'auteur de nombreuses synthèses sur le culture occidentale. « Charlie », Dieudonné, réseaux sociaux... la foire aux questions de la liberté d'expression Depuis une semaine, des lecteurs nous posent des questions sur la liberté d'expression, ou s'étonnent de la manière dont est appliquée la loi. Depuis une semaine, de nombreuses remarques et questions de nos lecteurs et des internautes nous interpellent sur la liberté d'expression et ses limites, ou s'étonnent de la manière dont est appliquée la loi. Nous avons tenté de faire un tour d'horizon des messages les plus fréquents. « J'ai le droit de dire ce que je pense » Vous avez le droit, oui, mais en privé, et encore. La liberté d'expression n'est pas absolue. Lire aussi l'analyse : Jusqu'où va la liberté d'expression ? « Mais alors je ne peux pas dire ‘les Syldaves sont des salauds', même sur mon Facebook visible uniquement par des amis ? Non. Encore une fois, tout dépend de l'existence d'une plainte. « J'ai bien le droit de faire de l'humour » Oui, vous avez le droit. « Les gens ne sont jamais condamnés pour ce qu'ils disent sur Internet » C'est faux. C'est faux.

Conflit israélo-palestinien: 5 films pour mieux comprendre À travers la comédie, le thriller ou le documentaire, les réalisateurs contemporains se sont appropriés ce sujet brûlant. Petit florilège de long-métrages qui proposent, chacun à leur manière, une lecture originale de cet affrontement entre deux peuples. Bethléem (2014): le thriller co-écrit par un Israélien et un Palestinien Ce drame réalisé par Yuval Adler retrace la relation complexe entre Razi, un agent des services secrets israéliens et Sanfu, son informateur palestinien. En choisissant ce thème pointu comme toile de fond à la fiction, le réalisateur israélien parvient à saisir, dans sa réalité crue comme dans ses aspects insaisissables, la nature des rapports de manipulation entre les deux camps. Omar (2013): le dilemme comme cristallisation des oppositions Une bouteille à la mer (2012): le conflit à l'échelle adolescente La missive enfermée dans son écrin de verre est un appel. Would you have sex with an Arab? «Coucheriez-vous avec un arabe?»

Related: