background preloader

"La multiplication des chefs de projet est une catastrophe managériale majeure", affirme le sociologue François Dupuy

"La multiplication des chefs de projet est une catastrophe managériale majeure", affirme le sociologue François Dupuy
L'Usine Nouvelle - Qu'est ce qui vous a poussé à revenir sur un sujet dont on pouvait penser que vous aviez fait le tour dans votre précédent livre ? François Dupuy - Beaucoup de personnes, et pas seulement mon éditeur, m'ont demandé d'écrire la suite. De mon côté, j'avais envie de revenir sur certains phénomènes que j'ai observés en intervenant dans des entreprises ou dans mes travaux de recherche. Certaines personnes me disaient que j'avais bien démonté les mécanismes de ce qui ne marchait pas mais que je ne donnais pas de solutions. Le titre de votre essai fait référence à une pensée managériale. Quand je parle de pensée, je ne me réfère pas à un grand système d'explication du monde avec des concepts définis. A l'origine du phénomène, il y a la formation des managers encadrants. Comment expliquez-vous ce choix qui semble peu raisonnable ? Il y a une forme de paresse intellectuelle terrifiante. Comme on ne pense pas ces questions, on pratique soit la coercition soit l'incantation. Related:  Innovation RH

Le télétravail permettrait de faire gagner 10 milliards d'euros à la France Le télétravail, le fait de travailler chez soi quelques jours par semaine, on sait que c’est bon pour la qualité de vie. Mais ce serait aussi excellent pour l’économie. Une économie réelle Près de dix milliards d’euros par an. Alors d’où sort ce chiffre de 9, 8 milliards d’euros, pour être précis ? Des heures d'activité en plus Citrix affirme que si l’ensemble de ces travailleurs, par nature plus nomades que les autres, pouvaient effectivement travailler deux jours par semaine à distance, ça ferait déjà gagner beaucoup d’argent à la société : économie de temps, économie de transport… En rentrant chez lui pour y travailler après un rendez-vous client par exemple plutôt que de repasser par le bureau, un travailleur de ce type pourrait gagner jusqu’à trois heures d’activité. Et comme ces travailleurs du savoir ne sont pas que des bêtes de somme, ils disent aussi qu’ils auraient plus de temps libre. La culture doit changer Cette demande est récente.

Pourquoi Docteur Travail en excès, alcool à la clé Par : Marion GuérinPublié le 15 Janvier 2015 Un volume important de travail est associé à un surrisque d'alcoolisme, selon une étude. En France, les entreprises commencent à prendre conscience de ce phénomène. Témoignages. C’est l’un des risques insoupçonnés du travail : l’alcoolisme. Pour s’en convaincre, il suffit de jeter un œil à l’une des multiples études sur le sujet. Taire la fatigue et booster ses performancesEn France, l’alcool au travail est devenu un enjeu de santé publique. Sur le terrain, les médecins du travail constatent cette consommation problématique. « Le surtravail s’accompagne d’une mise en tension au niveau du système biologique, explique Roger Salengro, médecin du travail et membre de la CFE-CGC. Entre les déjeuner d’affaire, les apéros au bureau, les pots de départ et d’arrivée, l’employé est régulièrement incité à boire un verre ou deux. Certains ont même installé dans leurs locaux des fontaines à bière. (1) Non!

Note du Mardi - Le TPI pour les salaires des pilotes F1 ? - TomorrowNewsF1TomorrowNewsF1 Si le Football est entré dans une période de longue bataille judiciaire entre les instances dirigeantes (UEFA et FIFA) et les fonds d’investissements à propos de la tierce propriété des joueurs. La progression de la société chypriote Doyen Sport est révélatrice d’une évolution future dans le sport. Une évolution déjà entrevue par le passé en Formule 1, mais pas réellement sous cette forme. Avant, l’histoire du pilote payant… En 2002, le pilote Justin Wilson est le premier pilote introduit en Bourse. En 2011, Gravity Sport Management entre en scène avec un système différent. Le monde selon Doyen Sport Le système Doyen Sport dans le monde du football s’inspire du modèle Formule 1 et ce modèle pourrait être utilisé dans le futur dans le paddock. Doyen Sport procède de la manière suivante : Il prête à un club 3 millions d’euros pour acheter un joueur en échange d’obtenir 75% de ses droits économiques. Un modèle pour la Formule 1 ? Concernant la Formule 1, le marché des pilotes évoluera.

Pour motiver votre équipe, avez-vous testé ces 12 astuces ? Dans un article publié sur le site Medium, on apprend que 52% des employée ne sont pas engagés dans leur travail. Pourtant, un bon management permet souvent de faire en sorte que son équipe va se sentir impliquée et va fournir de meilleurs résultats, tout en se sentant mieux. Voici 12 attitudes essentielles pour atteindre cet objectif ! 1. Avez-vous déjà parlé des valeur de votre entreprise à votre équipe ? 2. Plus qu’un manager, il est essentiel d’être également un coach et un leader. 3. Faire confiance à son équipe et leur donner de l’autonomie est la clé pour qu’elle s’investissent. 4. Source : HBR Plus que le salaire, responsabiliser son équipe s’avère être un formidable levier de motivation. 5. Dire que l’on ne réagit pas avec son équipe comme avec des enfants peut sembler une évidence. 6. L’humour et le bien-être ont tout à fait leur place au travail. 7. Incitez votre équipe à réaliser des petites avancées à un rythme régulier. 8. 9. Source : Medium 10. 11. 12.

Trop de travail pousserait à la consommation d'alcool Selon une étude publiée cette semaine dans la revue britannique BMJ (British Medical Journal), trop travailler nuirait à la santé ! Au delà des risques de maladies cardiovasculaires, d’accidents du travail et de problèmes de santé mentale, c’est le risque d’une consommation excessive et régulière d’alcool qui est ici pointé. Cette méta-analyse, qui porte sur près de 335 000 employés dans 14 pays (l’Allemagne, l’Australie, la Belgique le Canada, le Danemark, l’Espagne, les Etats-Unis, la France, la Finlande, le Japon, la Nouvelle Zélande, le Royaume-Uni, la Suède, et Taïwan), révèle qu’au-delà de 48 heures hebdomadaires (seuil maximal fixé par l’Union européenne) un travailleur a 11% de risque en plus d’augmenter sa consommation d’alcool, par rapport à un autre employé. Gladys Lutz, Présidente d’Additra, a pu s’exprimer sur ce sujet pour le site pourquoidocteur.fr

Maîtriser l’information stratégique : l’intelligence économique comme facteur-clé de puissance Tribune 3 juillet 2015 Par Cynthia Glock, Directrice de la communication, Sommet IES 2015 Dans un monde hyperconnecté où les informations de toutes sortes circulent sans frontière et sans filtre, leur maîtrise est devenue un enjeu capital pour les administrations et les entreprises. C’est l’une des grandes conclusions du premier Sommet de l’intelligence économique et de la sécurité, qui s’est déroulé du 4 au 6 juin 2015 à Chamonix-Mont-Blanc. Pour de nombreux experts de l’intelligence économique et de la sécurité, nous sommes à l’aube d’une révolution cyber, industrielle et économique, centrée sur la maîtrise de l’information stratégique. Qualifier l’information, c’est-à-dire lui attribuer une valeur en fonction de son degré d’importance stratégique, s’avère désormais nécessaire à la prise de décision et à la conduite de l’action. Maîtriser l’information stratégique, c’est aussi savoir la protéger des attaques informatiques.

La génération Z va semer la zizanie dans le monde de l'entreprise Les entreprises perdaient déjà leur latin avec la génération Y- zappeuse, frondeuse, insoucieuse des hiérarchies. La vague suivante, la génération Z, s’annonce comme une déferlante plus redoutable encore. Car les moins de vingt ans, nés après 1995, portent un regard très dur sur l’entreprise tout en ayant des attentes extrêmement fortes à son égard. C’est ce que révèlent les résultats d’une première étude consacrée à cette génération, réalisée auprès de 3.200 jeunes par The Boson Project et BNP Paribas, et divulgués cette semaine. Alors que leur seul contact avec l’entreprise s’est limité, pour la grande majorité, à un stage en classe de troisième, les moins de vingt ans emploient des mots très durs pour la qualifier. Ce portrait noir ne rime pourtant pas avec un dégoût de l’entreprise, perçue d’abord comme stressante. Une refonte des attributs du leadership La génération Z exige aussi une refonte des attributs du leadership. Ni hipsters, ni intellos, ni geeks

Pourquoi Docteur Pénibilité au travail : les ouvriers non qualifiés en première ligne Par : Léa DrouellePublié le 11 Décembre 2014 Horaires décalés, travail répétitif, en France, 4 salariés sur 10 s'exposent à au moins un des facteurs de pénibilité au travail, révèle une étude de la Dares. Posture pénible, bruit nocif, vibrations mécaniques, les conditions de travail difficiles sont nombreuses et prennent des formes différentes suivant les métiers. Et selon un nouveau rapport de la Direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares), quatre salariés sur dix s'exposent à au moins 3 des 10 facteurs de pénibilité au travail définis par la loi du 20 janvier 2014 dans le cadre de réforme des retraites. Travail en environnement agressif « Les contraintes physiques marquées » arrivent en tête de liste des facteurs. Pas de compte prévention pénibilité Par ailleurs, les ouvriers non qualifiés sont de jeunes apprentis et tendent donc à rétablir l'équilibre.

Conférence sur la Diplomatie économique : compte-rendu | Fondation Prometheus Le jeudi 9 juillet 2015, sous la présidence d’Elisabeth Guigou et de Jean-Pierre Raffarin, le Sénat accueillait une conférence sur la diplomatie économique, où se succédèrent des intervenants de qualité du public et du privé. Un constat fit l’unanimité : la France doit se donner les moyens de ses ambitions pour déployer sa politique de puissance, et se projeter à l’international avec pertinence et succès, tout en sachant attirer les investissements sur son territoire. Nos entreprises sont en pointe dans de nombreux domaines internationaux : aéronautique, agroalimentaire, santé, luxe, électricité, éducation (succès des lycées français à l’étranger). La situation semble néanmoins évoluer dans le bon sens. Lorsque la France combine la montée en gamme et l’innovation, elle gagne des contrats.

Les 4 postures-types des entreprises face à la digitalisation Les technologies bouleversent le monde de l’entreprise, le travail des salariés, les méthodes de management et d’organisation. Face à ces mutations toutes les entreprises n’ont pas le même niveau de maturité. Elles n’ont pas non plus les mêmes réactions : certaines résistent aux évolutions quand d’autres préfèrent les intégrer rapidement pour ne pas se laisser distancer par l’économie numérique. Etes-vous plutôt engagé, résistant, réservé ou paradoxal ? Selon l’observatoire des RH et de la e-transformation il existe 4 postures-types des entreprises face à la digitalisation : paradoxale, engagée, résistante ou réservée. Cette typologie, définie par Arctus, une société de conseil spécialisée dans l’accompagnement de la transformation des organisations par le numérique, permet de mieux comprendre comment les entreprises se positionnent face aux bouleversements technologiques. 1. 55% des entreprises sont réservées face à la digitalisation. 2. 3. 4.

2013-005.pdf La diplomatie d'entreprise, un atout compétitif - Les Echos Aéronautique - Défense Les trois premiers Rafale livrés à l'Egypte Les appareils s'envolent demain pour le Caire où ils participeront à la cérémonie d'élargissement du canal de Suez le 6 août prochain. En Inde, la... Rafale : les raisons du succès Pour un appareil brocardé pendant des années pour ses échecs à répétition à l’exportation, les succès récents ont de quoi laisser pantois : en deux mois et demi à peine, le Rafale a engrangé trois contrats ou engagement d’achat.... Conso - Distribution Le Foll rencontrera les éleveurs en colère jeudi + VIDEO Les dizaines d’éleveurs qui bloquent lundi les accès à Caen refusent de lever leurs barrages et continuent de demander la venue du ministre de...

Dans l'entreprise, fini l'autoritarisme, bonjour l'intelligence collective ! Pied de nez à la traditionnelle SARL (société à responsabilité limitée), Probionov, implantée à Aurillac, dans le Cantal, depuis soixante ans, se définit désormais comme une Sara, une société à responsabilité augmentée. Comprenez : une entreprise dont les quelque 100 salariés sont pleinement impliqués dans leurs tâches. Il y a dix-huit mois, Stanislas Desjonquères, qui dirige cette PME spécialisée dans la recherche et la fabrication de probiotiques pour l'industrie pharmaceutique (15 millions d'euros de chiffre d'affaires), a entrepris de révolutionner le mode de management. Misant sur l'intelligence collective, ce patron a gommé un à un tous les signes d'injustice ou de défiance (comme les fournitures de bureau sous clé) et a proscrit les tâches absurdes et improductives, identifiées en interne sous la dénomination 5C : «C'est con mais c'est comme ça.» Probionov commence à récolter les fruits de cette démarche, avec notamment un regain d'initiatives à tous les niveaux. Christine Halary

Related: