background preloader

Typhaineb

Facebook Twitter

Phosphorylation. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. chaîne latérale de sérine phosphorylée. Les atomes d'oxygène sont en rouge, ceux de phosphore, en orange, le carbone en gris et l'azote en bleu. Les atomes d'hydrogène ne sont pas représentés. La phosphorylation est l'addition d'un groupe phosphate (un phosphoryl PO32- plus précisément) qui est transféré à une protéine ou à une petite molécule, telle le glucose ou l'adénine.

Son rôle prééminent en biochimie est le sujet de très nombreuses recherches (la base de données MEDLINE signale plus de 100 000 articles sur ce sujet, pour la plupart concernant la phosphorylation des protéines). Phosphorylation des protéines[modifier | modifier le code] Fonction[modifier | modifier le code] Un exemple qui peut servir d'illustration de l'antagonisme entre phosphatases et kinases est celui donné par l'équilibre entre la dégradation du glycogène (glycogénolyse) et sa synthèse (glycogénogenèse). Réseaux de signalisation[modifier | modifier le code] NEW! Hexokinase Physiology, Biochemistry, and Mechanism. Phosphorylase. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les phosphorylases sont les enzymes responsables de la phosphorolyse. Ils ajoutent un ion phosphate PO43- (ou orthophosphate) à partir d'un ion hydrogénophosphate HPO42- (parfois appelé phosphate inorganique[1] ou encore phosphate d'hydrogène) sur une molécule organique lors d'une phosphorolyse, contrairement aux kinases qui le transfèrent d'une molécule organique à une autre et aux phosphatases qui les ôtent par hydrolyse. ↑ Biologie moléculaire de la cellule Par Harvey Lodish, Arnold Berk, Paul Matsudaira, James Darnell, Chris A.

Kaiser, Pierre L. NEW! Hexokinase Physiology, Biochemistry, and Mechanism. Régénération: l'axolotl fait du neuf avec du vieux. La capacité des salamandres, des axolotls ou des tritons à réparer des tissus endommagés ou des membres perdus est un Graal pour les chercheurs qui espèrent mettre au point une médecine régénératrice pour les humains. Or, selon une étude publiée aujourd’hui par la revue Nature, les cellules qui œuvrent à la régénération seraient plus faciles à trouver chez les mammifères qu’on ne pensait. Coupez la patte d’un axolotl et vous verrez se former une petite bosse, appelée blastème, qui formera un nouveau membre identique au précédent en trois semaines.

Jusqu’à présent les chercheurs pensaient que les cellules du blastème, qui paraissent toutes identiques, étaient pluripotentes : autrement dit qu’il s’agissait de cellules de type embryonnaire, capables de se différencier en tout type de tissus. Celles-là même que les adultes n’ont plus. L’axolotl a en effet la particularité d’être la forme larvaire d’une sorte de salamandre aquatique. Régénération chez la salamandre : un secret biochimique a été découvert. Régénérer un membre, ce n'est pas possible chez les mammifères, comme chez la plupart des vertébrés. Mais chez la salamandre oui !

Cet amphibien le fait même très bien, capable qu'il est de fabriquer aussi la queue, un œil ou le museau. Depuis très longtemps, les scientifiques tentent de comprendre ce secret de la salamandre, ou celui du poisson-zèbre, parce que la réponse est scientifiquement intéressante mais aussi, bien sûr, parce que l'on peut espérer en tirer parti pour imaginer un jour des traitements médicaux pour des membres lésés. Il y a à peine plus d'un an, une équipe australienne montrait le rôle des macrophages, des cellules du système immunitaire. Mais la salamandre a visiblement plus d'un tour dans son sac et un pas de plus vient d'être franchi dans cette quête de son secret : dans Stem Cell Reports, des chercheurs de l'University College London décrivent un mécanisme biochimique particulier, qui concerne les muscles et met en jeu une voie de signalisation appelée ERK.

La régénération de membres humains, une possibilité grâce à la salamandre ? Une nouvelle étude a identifié la voie métabolique qui contrôle la régénération. Baptisée ERK, elle est constamment active chez les salamandres afin de permettre aux cellules de se reprogrammer. Bien qu'une telle activité ne soit pas présente chez les mammifères adultes, cette découverte pourrait permettre d'en savoir plus sur le potentiel régénérateur des cellules chez les animaux. L'homme possède certainement des capacités régénératrices. Mais à côté de celles de la salamandres, dont les membres repoussent après une blessure, elles font pâle figure.

Les amphibiens sont, non seulement, les seuls vertébrés adultes capables de faire repousser un de leurs membres. Depuis plusieurs années, les chercheurs étudient cette impressionnante capacité régénératrice dans l'espoir de mieux comprendre le phénomène chez les humains. Constamment active chez ces amphibiens, le processus n'est pratiquement pas observé chez les mammifères. Reprogrammation des cellules Régénération humaine ? Les macrophages : le secret de la régénération de la salamandre. Mieux que la queue du lézard, la salamandre. Cet amphibien, dont le nom regroupe plusieurs espèces, possède une capacité unique chez les vertébrés : celle de pouvoir régénérer intégralement ses membres amputés ou ses organes partiellement détruits. Une propriété exceptionnelle qui, évidemment, intéresse les scientifiques au plus haut point, pour essayer d'appliquer ce processus à des patients humains. Beaucoup de chercheurs pensent d'ailleurs que cette capacité est intrinsèque à tous les vertébrés, mais qu'elle se trouve inactivée chez la quasi-totalité d'entre eux.

C'est pourquoi ils continuent leurs efforts pour découvrir le bouton « On » que nous posséderions en nous. Nous en sommes encore loin. Pour l'heure, les biologistes tentent encore de comprendre par quels mécanismes la salamandre réalise cet exploit. De nouvelles informations, émanant de l'institut australien de Médecine régénérative de l'université Monash de Melbourne, pourraient bien indiquer la direction à suivre. Kinase. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Schéma de fonctionnement des kinases Les kinases, appelées à tort phosphorylases[1] (catalyseur de la phosphorolyse), sont des enzymes du groupe des transférases catalysant les réactions de phosphorylation par l'ajout d'un ion phosphate à une molécule cible à partir de l'ATP. La molécule cible, appelée le substrat, peut être une protéine, un lipide, un sucre ou encore une kinase. Les kinases sont plus ou moins spécifiques et sont régulées par des combinaisons de seconds messagers. Il existe un grand nombre de kinases, parmi lesquelles : Les protéines kinases[modifier | modifier le code] Notes et références[modifier | modifier le code] ↑ Les phosphorylases catalysent la production de glucose-1-phosphate, par exemple la glycogène phosphorylase dégrade le glycogène (glycogénolyse à partir de phosphorolyse).

Portail de la biochimie. Régénération: l'axolotl fait du neuf avec du vieux. Extracellular signal-regulated kinases. La régénération de la salamandre. L'étonnante capacité de régénération de la salamandre Dans son laboratoire à l'Université Laval, Pierre Savard étudie les salamandres. Il possède une colonie de plus d'une centaine d'individus dispersés dans 24 aquariums. C'est l'espèce la plus évoluée qui a gardé intacte une étonnante capacité de régénération. On coupe la patte de l'animal : elle repousse sans laisser la moindre cicatrice.

La salamandre est un animal étrange. Pour Pierre Savard, biologiste à l'Université Laval, le plus grand mystère de la salamandre, c'est son étonnante capacité de régénération. . « La salamandre, si vous voulez, est un vertébré, nous dit Pierre Savard . Comment la salamandre réussit-elle un pareil exploit? « Deux heures après l'amputation, si on offre de la nourriture à la salamandre, elle va la prendre.

Après un début de coagulation, certaines cellules se transforment. . « Immédiatement après l'amputation, il y a un saignement et une coagulation. Au bout du moignon, un bourgeon de ces cellules apparaît. La régénération de membres humains, une possibilité grâce à la salamandre ? Régénération chez la salamandre : un secret biochimique a été découvert. La recherche scientifique sur l’axolotl | L'axolotl et ses propriétés régénératives. L’axolotl, après une coupure ne forme pas de cicatrice et est capable de repousser ses pattes ou sa queue s’ils sont amputés contrairement à l’être humain qui forme une cicatrice. Après que le salamandre perd sa patte, une bosse se forme à l’extrémité du membre manquant.

Cette bosse se nomme le blastème et est composé de cellules qui reconstruiront la partie manquante. Il va produire les muscles, les nerfs, les os, la peau et les vaisseaux sanguins. Le nouveau membre sera identique à l’ancien et est complètement fonctionnel. Dans le futur on pourra peut-être effacer nos cicatrices ou régénérer un bras. L’axolotl peut vivre jusqu’à 25 ans et grandit à 30 cm de longueur. English: Image of Ambystoma mexicanum taken at the Vancouver Aquarium. La recherche montre que cette fonction origine du système immunitaire, qui permet même de régénérer des parties de leurs organes. J'aime : J'aime chargement… Newts Can Regenerate Limbs After Amputation— HHMI BioInteractive Video. Science et Culture - Science-et-vie.com. Fermer X Il semble que vous utilisiez un bloqueur de publicités ! Ce site est financé par la publicité, celle-ci permet de produire du contenu gratuitement.

Nous nous engageons activement à respecter les règles du marché fixées par l’IAB et à réduire sensiblement la publicité intrusive. Merci de bien vouloir désactiver votre bloqueur et recharger la page.Trouver de l’aide pour désactiver votre bloqueur (didacticiel) En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d’intérêts et réaliser des statistiques de visites.

En savoir plus Fermer Suivre Science-et-vie.com sur S'abonner au magazine : Magazine J'achèteFormat papier ou numérique Hors-Série Je m'abonne : les meilleures offres S'abonner à la version numérique Science et Culture Espace Par la rédaction de Science & Vie Lundi 10 octobre, soirée "carte blanche à Science & Vie TV" au Festival Pariscience évolution Par Roman Ikonicoff Mars. Fluides non-newtoniens. Un article du site scienceamusante.net. En termes très simplifiés, un fluide newtonien est un liquide dont la viscosité ne dépend ni de sa vitesse de cisaillement (analogue à la vitesse d'écoulement dans un tuyau), ni du temps pendant lequel le liquide est cisaillé : l'eau, par exemple, a une viscosité qui reste constante (pour une température donnée), quelle que soit son débit dans un tuyau et le temps qu'elle y circule.

On parle de cisaillement quand, par exemple, les différentes parties d'un liquide qui s'écoule ne vont pas à la même vitesse : dans un tuyau, l'eau qui circule au centre va plus vite que l'eau qui longe la parois du tuyau. Cette différence de vitesse entre les deux endroits provoque comme un glissement relatif des deux endroits : il existe une variation de vitesse entre les deux endroits. On distingue plusieurs types de comportement non-newtonien : 1 Voir aussi Le Slime Vidéos sur Youtube : Mélange (maïzéna+eau) soumis aux vibrations : Glace chaude instantanée ! - [Science 2.0] Liquide ou Solide ?! - Fluide Non-Newtonien ! [Science 2.0] La régénération de membres humains, une possibilité grâce à la salamandre ?

Cellules souches et thérapie cellulaire. *Dossier réalisé en collaboration avec les Pr Marc Peschanski, directeur de l’Institut des cellules souches pour le traitement et l'étude des maladies monogéniques (I-Stem, unité Inserm 861, Genopole d'Évry), et Christian Jorgensen, directeur de l’Institut de médecine régénératrice et de biothérapies (unité Inserm 844) et coordinateur de la plateforme nationale de thérapie cellulaire ECellFrance au CHU de Montpellier – Avril 2015 Les différentes sortes de cellules souches © Inserm, F.

Guénet Centre d'étude des cellules souches (CECS) Plusieurs sortes de cellules souches sont utilisées pour obtenir des cellules différenciées et fonctionnelles adaptées à la thérapie cellulaire. Ces différents types de cellules partagent toutefois deux propriétés : celle de s’autorenouveler indéfiniment, offrant un stock illimité de matériel, et celle de pouvoir donner naissance à plusieurs types cellulaires. Les cellules souches pluripotentes Les cellules souches multipotentes © Inserm, F. . © Inserm, D. Quel est le seul organe du corps humain capable de se régénérer ? Le gecko est un animal fascinant qui a la capacité de régénérer ses membres perdus ou endommagés.

Une incroyable faculté qui manque malheureusement au corps humain. Du moins c'est ce qu'on croit ! En effet, notre corps est bel et bien capable de régénérer l'un de ses organes, mais lequel ? Qui n'a pas rêvé d'avoir des pouvoirs fantastiques ? De voler, devenir invisible voire se régénérer ? Chez les vertébrés, cette faculté est plus rare mais on la rencontre chez certains reptiles tels que les geckos. Toutefois, l'être humain n'est pas totalement dénué de ce pouvoir contrairement à ce qu'on croit ! Le foie, un organe capable de se régénérer Le foie est situé en haut à droite du système digestif humain dans la cavité abdominale.

Pour cela, le foie reçoit chaque minute plus de 1,5 litre de sang. C'est d'ailleurs grâce à ce processus que de nombreuses interventions chirurgicales comme les greffes de foie sont possibles. La régénération cellulaire Vous nous aimez déjà ? Régénération : qu'est-ce que c'est et comment ça marche ? | L'essentiel sur les cellules souches en Europe | EuroStemCell. La régénération chez l'homme La régénération consiste en une reformation ou recroissance d'une partie endommagée ou manquante d'un organe à partir du tissu restant.

À l'âge adulte, l'être humain peut régénérer certains organes comme le foie. Si une partie du foie est détruite à cause d'une maladie ou d'une lésion, le foie se régénère et retrouve sa taille initiale, mais pas sa forme. Et notre peau est constamment renouvelée et réparée. Malheureusement, beaucoup d'autres tissus humains n'ont pas cette capacité, et un des objectifs de la médecine régénérative est de trouver des moyens de stimuler la régénération tissulaire ou de fabriquer des tissus de remplacement La régénération chez l'animal De nombreux animaux ont la capacité de régénérer complètement la structure et la fonction de parties complexes de leur corps après une amputation ou une lésion. Comment ces animaux dotés de capacités régénératives parviennent-ils à faire repousser des structures aussi complexes ? En savoir plus. Autotomie. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Certains lézards sont capables d'abandonner une partie de leur queue pour échapper à un prédateur.

L'autotomie est la capacité qu'ont certains animaux de perdre une partie de leur corps volontairement, en particulier certains reptiles et invertébrés. Au sens strict, l'autotomie est un réflexe nerveux spécifique de l'animal qui agit sur un muscle particulier et on la distingue alors de l'autospasie qui consiste en la perte d'un appendice lorsque ce dernier est tiré ou retenu prisonnier par un agent externe[1]. Certains rongeurs peuvent ainsi perdre une partie de leur queue. Principe[modifier | modifier le code] En général le membre abandonné reste agité de mouvements réflexes grâce aux ganglions nerveux présents, et ce jusqu'à plus d'une heure, donnant une illusion de vie et occupant le prédateur[2].

Invertébrés, reptiles et amphibiens[modifier | modifier le code] Rongeurs[modifier | modifier le code] Autotomie fatale[modifier | modifier le code] "Il ne faut pas confondre la matière noire et l'anti-matière"