background preloader

Yggdrasil l'Arbre des Mondes

Facebook Twitter

Les runes (Définitions de Morigan) Gebo (Gyfu,Gipt, Giba, Gifu, Geofu) Phonétique : G de gaieté ou de gâteau. Symboles et images associés à Gebo :La croix représente l’interaction de deux forces, le point de rencontre de deux énergiesdifférentes. Gebo peut désigner l’hospitalité mais surtout le don. Correspondances :- Élément : Air- Polarité : Mâle et Femelle- Couleurs : Gebo représente la rencontre du bleu du Ciel et du vert de la Mer, mais aussi lanaissance de la couleur turquoise.- Arbres : le Frêne (Fraxinus excelsior), et l'Orme des montagnes (Ulmus glabra).- Herbe : la Pensée (Viola tricolor)- Pierres : Rhodocrosite, Jade et Malachite.- Animal : l’Abeille (généreuse par le miel qu’elle nous offre), le Dauphin (communémentreconnue comme créature d’amour et de bonté) et enfin la Baleine qui symbolise la fusion.

Symbolisme de cette rune :Gebo désigne un pouvoir de profonde harmonie et d’union, elle représente ainsi ce qui estéchangé. La Prophétie Viking de Ragnarôk - Le Blog de Lazare. Le "Ragnarök" ou "crépuscule des Dieux" écrit par l’auteur d’école chrétienne Snorri Sturluson longtemps après l’époque Viking est peu connu si ce n'est par le biais de musicien comme Richard Wagner ou par les amateurs de jeux vidéos. Cet ensemble de légendes et de contes mythologiques faisant partie d’une tradition orale fut transcrit à partir du XIIIe siècle. le Ragnarök (littéralement Consommation du Destin des Puissances) est la bataille de la fin des temps qui amènera le renouveau du monde.

Pour le comprendre, il est nécessaire d'avoir quelques bases de mythologie nordique. Voici un texte de la Prophétie, mais un résumé parce que les textes originaux sont trés complexes. C'est la dernière confrontation entre les forces du bien et du mal. Tout part en fait que le loup Fenrir se libère. Ainsi à l'heure de Ragnarök, Fenrir parvient à se dégager et se rue sur le soleil qu'il dévore. Le combat final a lieu dans la plaine de Vigrid. Lançons nous dans l'interprétation. Nous sommes en 2012. La légende nordique de l’arbre-monde Yggdrasil. L’univers est rempli de mystères qui remettent en question notre savoir actuel. Dans la série « Au-delà de la science », Epoch Times rassemble des récits à propos de ces phénomènes étranges pour stimuler notre imagination et nous amener à découvrir des horizons insoupçonnés.

Sont-ils vrais ? À vous de décider. En 1643, un évêque appelé Brynjolf Sveinsson a reçu quarante-cinq étoffes de vélin contenant de la poésie et de la prose du cœur de l’ancienne culture indigène d’Europe. Le Codex Regius (Livre du Roi) des poèmes eddiques et le Flateyjarbok. Des navires de guerre ont dû transporter le manuscrit à travers la mer, le voyage en avion ayant été jugé trop risqué en raison de la rareté de ces écrits.

En ouvrant ces vieilles écritures nous nous trouvons au cœur de la mythologie nordique contenue en un symbole très ancien : l’Arbre-Monde Yggdrasil. La traduction la plus satisfaisante du nom Yggdrasil est « Cheval d’Odin ». Odin créé Ask et Embla. L’Yggdrasil de l’Edda en prose, 1847. Mythologie nordique : Yggdrasil. Yggdrasil (ou Yggdrasill) était l'arbre cosmique; un gigantesque frêne toujours vert, qui représentait l'axe du monde autour duquel étaient disposés les neuf mondes. Yggdrasil Il possédait trois racines qui plongeaient dans trois mondes: La première racine naissait dans la source d'Hvergelmir dans Niflheim. Un serpent, appelé Nidhogg, gardait cette source mais il rongeait en même temps la racine pour la détruire.

La deuxième racine prenait naissance dans la fontaine de Mimir (Mímisbrunnr) dans Midgard. L'eau de cette fontaine était la source de toute la sagesse. La troisième racine atteignait le puits d'Urd, en Asgard, gardé par les Nornes qui étaient trois vieilles femmes très sages et qui décidaient du destin de chaque être. Plusieurs animaux vivaient dans l'arbre. Quatre cerfs (Dain, Duneyr, Durathor et Dvalin) broutaient le feuillage des branches les plus basses.

La chèvre Heidrun, qui vivait dans l'arbre, se nourissait de ses feuilles. Le frêne Yggdrasil, mythologie nordique. « L’origine du monde est souvent représentée par un arbre ayant les racines dans le ciel. Il représente la force universelle qui se déploie dans la manifestation.

Elle part des racines cachées, d’en haut et se manifeste dans le tronc, les branches, le feuillage et les fruits ; les racines obscures contiennent potentiellement toutes les semences. » L’arbre-monde dans la mythologie nordique, est représenté par le frêne Yggdrasil, le plus grand et le meilleur des arbres. Son nom signifie le « destrier du Redoutable », ygg – le redoutable représente ici Odin, le « père de tous les dieux », celui de la guerre. Yggdrasil a trois racines très larges qui le maintiennent droit. La première racine provient de la source de Hvergelmir, située en Niflheim, source de tous les fleuves. Yggdrasil est aussi l’hôte d’autres personnages. Cet arbre-monde grandiose, symbolise la lutte continuelle entre les forces de vie et les puissances de destruction à l’œuvre dans le monde. Notes : 47. Notes : – 1. 7005-2 : Yggdrasill, L'Arbre Scandinave.

Yggdrasill, L'Arbre Scandinave L’arbre est un symbole universel, tout autant que le soleil et la lune, et dont la bibliographie, à elle seule, formerait un livre. Pour pouvoir analyser les différents aspects des arbres, Mircea Eliade propose une classification, toute provisoire, de l’immense matériel qui est à notre disposition. Il distingue sept groupes de « cultes de la végétation », dont je citerai seuls les deux qui sont en rapport avec Yggdrasill, l’Arbre des Scandinaves. 1) L’arbre-image du Cosmos. La tradition indienne, dès les textes les plus anciens (Atharva Veda), représente le Cosmos sous la forme d’un arbre géant, (le Skambha) dont le sens est « pilier cosmique ». Dans la Bhagavad-Gita, l’Univers est un « arbre renversé », plongeant ses racines dans le Ciel et étendant ses branches en bas, dont les hymnes du Veda sont les feuilles. 2) L’arbre-centre du monde et support de l’univers, l’Axis Mundi.

Odin donne ensuite la vie au premier couple humain. J’ai dit. Ratatosk. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Dans le mythe scandinave du frêne Yggdrasil de la mythologie nordique, l'écureuil Ratatosk va et vient sans cesse entre le serpent Nídhögg, qui dévore la racine de l'arbre cosmique et l'aigle sans nom qui survole celui-ci. Il rapporte les paroles haineuses de Nídhögg à l'aigle, et vice-versa.

Car, du temps qu'il entretiendra la haine entre Nídhögg et l'aigle sans nom, il ne les craindra plus jamais. Dans la culture moderne[modifier | modifier le code] Ratatosk est l'alter-ego d'Emil Castagnier (personnage principal) dans le jeu vidéo Tales of Symphonia: Dawn of the New World sorti sur Wii en 2008 / 2009. Ratatosk rejoint les dieux jouables dans le jeu vidéo SMITE le 2 juin 2015, sous le nom de Ratatoskr. Il y est librement représenté sous la forme d'un écureuil commun. Ratatoskr était une dragonne, fille de Midgardsormr. Notes et références[modifier | modifier le code] Annexes[modifier | modifier le code] Écureuil. Hvergelmir.

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Dans la mythologie nordique, Hvergelmir (hverr, « source chaude », et -gelmir, « tonner »[1]) se trouve dans Niflheim. Aussi surnommé le « chaudron hurlant », c'est la rencontre entre la lave et la glace qui donne naissance aux douze rivières Élivágar. ↑ Snorri Sturluson, François-Xavier Dillmann, L'Edda : récits de mythologie nordique, Paris, Gallimard, 1991, p. 143 Portail de la mythologie nordique. Eikthyrnir. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dans la mythologie nordique, Eikthyrnir, ou Eikþyrnir (vieux norrois « chêne-épineuse »[1], « celui qui a des cornes, des bois de chêne »), est le nom d'un cerf fabuleux se nourrissant des jeunes pousses de Læradr, arbre qui peut être identifié au frêne Yggdrasil. Il est dit au chapitre 39 de l’Edda de Snorri[2] qu'il se tient sur le Valhalla et qu'il draine de par ses bois tant d'eau vers Hvergelmir que c'est de là que proviennent toutes les rivières. Note[modifier | modifier le code] Sources[modifier | modifier le code] Edda de Snorri, chap. cit. ainsi que les notes de F-X. Heidrun (mythologie) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Heidrun. Heidrun Manuscrit islandais du XVIIIe siècle.

Dans la mythologie nordique, Heidrun (Heiðrún en vieux norrois) est la chèvre qui se nourrit des feuilles de l'arbre Læradr (v. isl. Hléraðr, "celui qui procure le repos")[1]. De ses pis sort une abondante quantité d'hydromel qui emplit une cuve et qui est recueilli par Andhrimnir afin que les dieux et les guerriers d'Odin puissent s'en abreuver[2]. Faucon. Taxons concernés En France, citons parmi les espèces les plus connues le Faucon crécerelle connu pour son chant chevalin, (Falco tinnunculus), un rapace commun sur le territoire, et le Faucon pèlerin (Falco peregrinus) qui a souvent été apprivoisé dans le cadre de la fauconnerie.

Le petit du faucon est appelé fauconneau. Fauconneaux. Cliquez sur une vignette pour l’agrandir. Physiologie, comportement et écologie[modifier | modifier le code] Liste des oiseaux nommés « Faucons »[modifier | modifier le code] Note: Plusieurs noms vernaculaires peuvent correspondre à une même espèce. Les faucons dans la culture[modifier | modifier le code] Mythologie et religion[modifier | modifier le code] Une représentation du dieu Horus.

Le faucon a une place en mythologie et en religion. Dans la mythologie scandinave, plusieurs dieux prennent des formes de faucon, comme Freyja. Le faucon dans la littérature en ancien français[modifier | modifier le code] Si j'eusse esté esmerillon, Je me feusse gardé de celle. Vedrfölnir. Adler und Habicht am Weltenbaum. Aus einer isländischen Handschrift des 17. Jahrhunderts. Vedrfölnir (altnordisch Veðrfǫlnir), eingedeutscht auch Wedrfölnir, ist in der nordischen Mythologie ein Habicht, der am Weltenbaum Yggdrasil zwischen den Augen des dortigen Adlers sitzt. Quellen[Bearbeiten | Quelltext bearbeiten] Dieser Habicht wird in der eddischen Literatur nur in der Prosa-Edda Snorri Sturlusons erwähnt: „Örn einn sitr í limum asksins, ok er hann margs vitandi en í milli augna honum sitr haukr, sá er heitir Veðrfölnir.

„Ein Adler sitzt in den Ästen der Esche, der hat manches Wissen und zwischen seinen Augen sitzt der Habicht mit Namen Wedrfölnir. . – Snorri Sturluson, Prosa-Edda: Gylfaginning, Kapitel 16 (Übersetzung von Arnulf Krause)[1] In den Þulur ist Vedrfölnir ein Heiti für Habicht.[2] Das heißt, ein Dichter konnte den Namen als Synonym für den Habicht verwenden.

Rezeption[Bearbeiten | Quelltext bearbeiten] Etymologie[Bearbeiten | Quelltext bearbeiten] L'aigle Hraesvelg et l'écureuil Ratatosk qui vivaient sur Yggdrasil, l'arbre du monde. L'Arbre du Monde " Yggdrasil " ou " Cheval d'Ygg = Cheval d'Odin ": Dans la mythologie nordique, Yggdrasil est un gigantesque frêne dont les branches se déployaient dans le ciel de telle sorte que son ombre s'étendait à l'ensemble de l'univers connu. Il s'agit d'un arbre éternellement vert ; une fine pluie tombait de ses feuilles. D'après les légendes, Yggdrasil reposait sur trois grandes racines : * La première racine s'étendait jusqu'à " Godheim ", le paradis, l'emplacement du pays des dieux " Asgardr ou Asgard ; séjour des Ases ".

Afin que l'arbre garde ses feuilles vertes, les trois Nornes arrosaient la racine en tirant l'eau depuis le puits sacré du destin " puits d'Urd " qui se trouvait sous cette racine. Les Nornes qui arrosent cette racine sont les trois déesses qui contrôlent le Destin des humains (semblable aux trois Parques de la mythologie gréco-romaine)

. * La deuxième racine s'étendait jusqu'au " Jotunnheim ", le pays des géants de glace. Mythologie nordique : Hraesvelg. Hraesvelg dont le nom signifiait « L'Avaleur de cadavres » était un géant qui pouvait prendre la forme d'un aigle. On trouve aussi les graphies Hresvelgr, Hraesveglur, ou Hraesvelg. Lorsqu'il s'envolait, ses ailes étaient tellement grandes qu'elles produisaient un vent glacial (Helheim) qui soufflait alors sur la terre . Quelques livres de librairie pour approfondir le sujet Dictionnaires et encyclopédies Larousse. Encyclopédie Universalis. Aigle. Silhouette d'« aigle ». Taxons concernés Physiologie, comportement et écologie[modifier | modifier le code] Les caractéristiques générales des aigles sont celles des Accipitridés, avec des nuances pour chaque espèce : voir les articles détaillés pour plus d'informations sur leur description ou leur mode de vie.

Caractéristiques communes[modifier | modifier le code] De nombreuses espèces sont vulnérables à la destruction de leur habitat. De plus, situés en tête de chaîne alimentaire, ces oiseaux de proie concentrent dans leur organisme de nombreux polluants (pesticides, métaux lourds...) et par conséquent, de même que de nombreux prédateurs et nécrophages, ils sont fréquemment victimes de saturnisme aviaire[1],[2], notamment quand ils ingèrent des grenailles de plomb.

Lexicologie[modifier | modifier le code] On dit que l'aigle glatit ou trompette pour désigner son cri. Étymologie[modifier | modifier le code] Double genre du mot « aigle »[modifier | modifier le code] Nornes. Puits d'Urd. Mímir. Nídhögg. Hvergelmir. Taxus. Forseti (dieu) Nóatún. Eiríksmál. La Prophétie Viking de Ragnarôk - Le Blog de Lazare. Skadi. Utgard. Sleipnir. Jötunn. Ragnarsdrápa. Odin. Arbre du Monde. Njörd. Ragnarök. Ásgard. Vanaheim. Álfheim. Jötunheim. Niflheim. Muspellheim. Hel (lieu mythologique) Svartalfheim. Midgard. Les runes (Définitions de Morigan) Signification et symbolisme de la Rune Isa ou Is - Que veut dire Isa. 11ème rune : IS. Vieux norrois.