background preloader

Flattr

Facebook Twitter

Flattr : ou comment monétiser toutes les oeuvres sur Internet - Les initiatives privées pour monétiser les œuvres se multiplient.

Flattr : ou comment monétiser toutes les oeuvres sur Internet -

Après le français MooZar, voilà Flattr. Conçu par Peter Sunde, connu pour avoir participé à l’aventure The Pirate Bay, Flattr est un système de micro-paiement pas comme les autres. Ouvert depuis peu et pour l’instant en phase bêta, Flattr se base sur la volonté des internautes à rémunérer les créateurs, quels qu’ils soient, qu’ils rédigent un texte, créent de la musique, mettent en place un podcast, publient des photographies, etc. Le concept est simple : vous allouez une somme de départ. Cinq euros par exemple. Si l’idée peut plaire en théorie, de nombreux détails manquent encore. Il n’empêche que si Flattr se propage sur tout le Web, cela pourrait permettre à tous les créateurs, qu’ils soient professionnels ou non, de générer un peu (voire beaucoup) d’argent.

Flattr rémunération de la création libre, comment ça marche - Ph. Cet article a été publié il y a 3 ans 9 mois 1 jour, il est donc possible qu’il ne soit plus à jour.

Flattr rémunération de la création libre, comment ça marche - Ph

Les informations proposées sont donc peut-être expirées. Je viens de recevoir mon invitation pour la bêta de Flattr. Pour ceux qui ne connaitraient pas encore ce nouveau service, sachez qu’il s’agit d’une projet visant à simplifier la gestion des micro-dons dans le cadre de l’économie de la création libre. A ce sujet, je vous invite à vous reporter à l’article que j’avais écrit sur les solutions de rémunération des créations libres. Lorsque vous activez votre compte, la première opération consiste à l’alimenter avec des euros. Le versement se fait via le service Paypal. Test de Flattr. Peter Sunde (The Pirate Bay) a commencé à lancer ses premières invitations pour Flattr, une nouvelle façon de rémunérer les artistes et producteurs de contenu, dont j'avais déjà parlé.

Test de Flattr

Du coup, je me suis procuré une invitation Flattr et je vais vous présenter le site en quelques screens. Sur la home de Flattr, plusieurs onglets qui présentent les sites web inscrits dans le système. Il y a pas mal de sites en Suédois mais ce qui est intéressant, c'est que vous pouvez vous dans le petit carré sur la gauche, semblable à un bouton Digg, le nombre de "dons" qui ont été effectué pour récompenser l'auteur de ces sites pour leur travail. C'est bien sûr valable pour des producteurs de contenu texte, visuel (vidéo et photo) mais aussi audio et logiciel (etc ... etc...) Flattr : Un pirate veut rémunérer les créateurs. Tutoriel : Intégrer un bouton Flattr à son thème WordPress. 16 mai 2010 Présentation de Flattr Flattr est un nouveau système de « digg-like social » permettant de valoriser et de monétiser la création de contenu sur le web.

Le service offre en outre un moyen simple et innovant de rémunérer les auteurs tels que les blogueurs. Veuillez toutefois noter qu’à l’heure ou j’écris ce billet, Flattr est toujours en beta privée. Flattr. Flattr Blog. Flattr : la rémunération des créateurs par les fondateurs de The. Mise à jour : Alors que Flattr est proche de son lancement officiel, Peter Sunde a livré à la conférence Re:publica une présentation du système de micro-paiement.

Flattr : la rémunération des créateurs par les fondateurs de The

En voici la vidéo, pour ceux qui comprennent l'anglais (nous avons activé la transcription sur YouTube mais l'accent suédois de Peter Sunde la rend quelque peu... perfectible) : Article du 11 février 2010 - Les créateurs du site de liens BitTorrent The Pirate Bay vont-ils être ceux qui trouveront la meilleure solution à la rémunération de la création sur Internet ? Avouons que ça serait savoureusement ironique. Et pourtant. Peter Sunde, ancien porte-parole et co-fondateur présumé du site suédois a révélé le concept de Flattr, une solution de micropaiement en ligne sur laquelle ils travaillent depuis de nombreux mois, proche du concept du Mécénat Global. Les explications en vidéo (en anglais) :

Flattr. Flattr : le système de micropaiement qui va sauver la presse ? Les fondateurs de The Pirate Bay, le plus célèbre site d’échange de fichiers (illégaux), seraient-ils les détenteurs du modèle économique qui sauvera l’industrie de la presse ?

Flattr : le système de micropaiement qui va sauver la presse ?

Amusant et paradoxal n’est-ce pas ? Entre deux procès, Peter Sunde, le co-fondateur du navire pirate, travaille sur Flattr, un nouveau service de micropaiement inédit inspiré des fondamentaux et de l’esprit du web social. Le principe est en réalité assez simple. Chaque utilisateur du service définit librement le montant mensuel qu’il souhaite allouer à la rémunération de contenus en ligne (musique/vidéo/articles…). A l’instar de Facebook avec “Like” ou de Tweetmeme avec “Retweet”, Flattr proposera un bouton “Reward”, qui permettra à chacun de récompenser les contenus appréciés dans la limite du budget défini.

Ainsi mettons que vous consacriez un budget de 10€/mois, et que vous votiez pour 10 articles d’eBouquin en même temps que 90 articles sur d’autres sites. Flattr – Resterons nous radins ? Flattr, le "modèle" s'enlise... L’excellent Philippe Scoffoni nous gratifie d’un nouveau billet sur le démarrage de Flattr en version bêta.

Flattr, le "modèle" s'enlise...

J’ai déjà fait un post sur ce sujet intéressant « Flattr un bon modèle mais à compléter« … Mais dès qu’il s’agit de pognon l’esprit décidément malade des hommes refait surface pour enfoncer le clou là où ça fait mal : dans l’incompréhension totale de la nature de la monnaie, dans l’ignorance du mécanisme monétaire et dans l’allégeance forcée à son centre d’émission. Imaginons qu’une communauté « libre » potentiellement autonome décide d’utiliser un système comme Flattr tel qu’il est proposé. Dans cette communauté formée de blogueurs, de codeurs, de musiciens, on retrouve aussi des producteurs alimentaires, des bâtisseurs etc… et tous ensembles sont susceptible de pourvoir à l’ensemble des besoins de chacun… Wikimedia Common : « Vampire »