background preloader

Anonymat, pseudonymat

Facebook Twitter

Droit à l'oubli. Vie privée / surveillance. Vidéo Lambert dit non à la loi sur l’anonymat des bloggueurs de. Anonymat des blogueurs. Sur Internet, on n’envisage pas l’anonymat » Article » owni.fr, La proposition de loi visant à interdire l'anonymat des blogueurs montre la profonde méconnaissance qu'à son auteur du fonctionnement de la blogosphère.

Sur Internet, on n’envisage pas l’anonymat » Article » owni.fr,

Une autre saillie contre le net. Cette fois-ci contre les blogueurs. L’attaque est portée par J.L. Masson, sénateur mosellan de son état qui souhaite ni plus ni moins, réviser la loi du 21 juin 2004 sur la confiance dans l’économie numérique. La croisade d’un « allumé de première » Son objectif : mettre un terme à l’anonymat des blogueurs en obligeant ces derniers à se plier aux mêmes contraintes que les éditeurs de sites professionnels. La charge est rude et on peut légitimement s’interroger sur les raisons d’une telle croisade. Surtout que, volontairement ou non, cette polémique s’inscrit dans un processus plus large de dénigrement systématique du web. La vie secrète de nos pseudos » Article » owni.fr, digital journ. Le recours à différents pseudonymes permet de jongler avec ses identités numériques et donc de s'exprimer avec une plus grande liberté dans plusieurs sphères.

La vie secrète de nos pseudos » Article » owni.fr, digital journ

Crédit CC Flickr andrefromont/fernandomo rt Peut-être suis-je naïve, mais pour différentes raisons, je ne crois pas que la loi proposée par le sénateur Masson (voir à ce propos le pearltree alimenté par Yann Savidan) puisse voir le jour. En parcourant quelques billets à ce sujet, j’ai été interpelée par un commentaire de Hipparkhos sur le blog d’Autheuil. Et notamment cette phrase : “L’obligation de publier son nom sur son blog rendrait impossible sur Internet ce qui est possible dans la vie réelle, compartimenter ses relations”. Je crois que cela explique bien l’émotion que suscite le projet de M. Attention, révélation : dans mes navigations sur Internet, j’ai recours à plusieurs pseudos… même si celui de See Mee domine à 90 %.

Quand jongler avec les pseudos délimite des sphères d’expression différenciées. A quoi ressemblerait l'Internet sans anonymat. La proposition de loi déposée par le sénateur Jean-Louis Masson a peu de chances de passer, mais elle a le mérite d'ouvrir un débat passionnant.

A quoi ressemblerait l'Internet sans anonymat

Le sénateur (non inscrit) de Moselle propose d'obliger les blogueurs à écrire sous leur vraie identité. La proposition suscite une levée de bouclier des acteurs du web français: un appel «pour la défense du droit à l'anonymat sur Internet» a été lancé par des personnalités comme Pierre Chappaz, PDG de Wikio, Tristan Nitot, président de Mozilla Europe et Jean-François Julliard, secrétaire général de Reporters sans frontières (RSF). Si le débat se polarise sur la question des blogueurs, la proposition de loi est assez confuse pour englober en fait toutes les publications d'internautes sur «les services de communication au public par voie électronique», autrement dit partout sur le web à partir du moment où le contenu est public.

Publicité Twitter: les mentions légales en 160 signes. Faut-il une loi sur l'anonymat des blogueurs ? - Cédric Deniaud. Certains d'entre vous ne sont sûrement pas passés à côté de cette proposition de loi du sénateur Masson d'interdire aux blogueurs de publier à visage masqué.

Faut-il une loi sur l'anonymat des blogueurs ? - Cédric Deniaud

Cette proposition de loi a déjà fait couler beaucoup d'encre (Un sénateur contre l'anonymat pour se faire un nom ? Et Sur Internet, on n'envisage pas l'anonymat), et certains au premier rang desquels les plateformes de blogs emmenées par Pierre Chappaz de défendre la possibilité de rester anonyme sur son blog, au nom de la liberté d'expression. En effet, vous pouvez signer la pétition mise en place par Philippe Aigrain de La Quadrature du Net, Jean-Baptiste Clot de Canalblog, Olivier Creiche, PDG d'EZ Embassy (distributeur du service TypePad), Frédéric Montagnon d'Over-blog, Philippe Pinault de Blogspirit/Hautetfort Je pense qu'ici il y a deux sujets à différencier.

Au fait, pourquoi être anonyme ? Personnellement, je suis de ceux qui dès le début et notamment via ce blog lancé en 2006 (et oui déjà !!) La fin de l'anonymat sur les blogs ? Quand les politiques parviendront-ils à comprendre le net et leurs concitoyens ? Ce n'est pas pour maintenant, comme le prouve une nouvelle proposition de loi aussi stupide que pernicieuse : mettre fin à l'anonymat des blogueurs. Pour quelle raison ? Pour "protéger les éventuelles victimes de propos inexacts, mensongers ou diffamations qui sont, hélas, de plus en plus souvent colportés sur la toile".

Encore une loi inutile, puisque même anonyme, vous ne pouvez pas écrire n'importe quoi sur vos blogs sans risquer des poursuites. Si, demain, je balançais que le sénateur Masson, qui propose cette loi, est un zoophile notoire ayant appartenu à des groupuscules néo-nazis dans sa jeunesse, il lui suffirait de s'adresser à Over-Blog pour censurer mon article (voire de faire fermer mon blog), et de me poursuivre en justice pour diffamation. Une loi inutile, et, surtout, qui fera beaucoup plus de mal que de bien.

Anonymat sur internet. Je ne sais pas ce que c'est Twitter et l'iPad" J.L Masson - une. Haut les masques. Depuis une quinzaine de jours, on parle beaucoup sur la toile d’une proposition de loi déposée par le sénateur Jean-Louis Masson (Moselle, non inscrit), tendant à faciliter l’identification des éditeurs de sites de communication en ligne et en particulier des « blogueurs » professionnels et non professionnels, dont le titre est presque plus long que le contenu.

Haut les masques

Le contenu de la proposition de loi Rappelons qu’on parle de projet de loi quand le Gouvernement en est à l’origine, et proposition de loi quand c’est un parlementaire, député ou sénateur. Article unique L’article 6 de la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique est ainsi modifié : 1° Au c) du 1 du III, après les mots : « Le nom », sont insérés les mots : « ainsi que l’adresse électronique » ; 2° Les deux alinéas du 2 du III sont remplacés par un alinéa ainsi rédigé : Je sais, lu comme ça, c’est pas très clair.

III.-1. 2. C’est plus clair, comme ça, non ?