background preloader

Réflexions et Débats

Facebook Twitter

Réseau français pour le revenu de base : méconnaissance ou malhonnêteté intellectuelle ? Revenu universel vs. salaire universel - Bernard Friot. Le revenu de base arrive en Finlande : exemple à suivre ou à fuir. La Finlande est en train d’étudier de manière sérieuse l’instauration d’un revenu de base.

Le revenu de base arrive en Finlande : exemple à suivre ou à fuir

Pendant deux ans, la mesure sera testée auprès de 2000 personnes et pourrait être étendue par la suite. La prudence reste cependant de mise : la généralisation de cette disposition dans le pays pourrait être accompagnée d’une suppression des aides sociales d’autre part. Les militants restent globalement divisés sur la manière de mettre en place un tel système. Le gouvernement finlandais a pris la décision de tester un revenu de base. Celui-ci sera versé à chaque citoyen, sans conditions. Le lancement de la mesure intervient alors qu’un débat important sur la réforme de l’État est en cours en Finlande, tout comme ailleurs en Europe. «[le système de couverture sociale] est beaucoup trop rigide.

Pendant deux ans à partir du 1er janvier 2017, le système doit être testé sur un échantillon de 2000 personnes en âge de travailler et choisies au hasard. Création d’emplois et simplification administrative. Revenu de base ou salaire à vie : vers une société sans travail ? BALLAST Salaire à vie et revenu de base en débat : Bernard Friot et Baptiste Mylondo. Vidéo inédite pour le site de Ballast C’est le philosophe, sociologue, économiste belge Philippe Van Parijs qui, le premier, conceptualisa dès les années 1980 le principe contemporain du « revenu de base ».

BALLAST Salaire à vie et revenu de base en débat : Bernard Friot et Baptiste Mylondo

Rétif aux modèles de croissance en place, destructeurs pour la planète et ne pouvant résorber un chômage toujours plus élevé, il envisage un « revenu inconditionnel [...] interprétable comme un chemin capitaliste vers le communisme entendu comme une société qui peut écrire sur ses bannières : « de chacun (volontairement) selon ses capacités, à chacun (inconditionnellement) selon ses besoins ».

Ce système d’allocation est pourtant défendu par des personnalités politiques situées sur tout le spectre politique. Débat intégral : Extraits : ★ Bernard Friot : « Un projet révolutionnaire ne peut jamais passer par un simple soutien aux pauvres ! ★ Baptiste Mylondo : « Un revenu inconditionnel pour soulever la question des tâches pénibles » Le revenu garanti et ses faux amis, par Mona Chollet (Le Monde diplomatique, juillet 2016) «Parler d’instaurer un revenu garanti sans préciser ce que l’on entend par là revient à discuter de l’adoption d’un félin sans dire si on pense à un chaton ou à un tigre », remarque M.

Le revenu garanti et ses faux amis, par Mona Chollet (Le Monde diplomatique, juillet 2016)

Olli Kangas, directeur de recherche de Kela, l’institut finlandais de protection sociale (1). Or, depuis quelques mois, l’idée rencontre de plus en plus d’écho en Europe et au-delà ; et ses partisans de la première heure ne peuvent se défendre de l’impression de voir des chatons, des tigres et diverses créatures hybrides bondir en tous sens devant leurs yeux ahuris. Certes, sur une définition minimale du revenu de base, tout le monde s’entend. Chaque individu recevrait de la collectivité, de sa naissance à sa mort, sans condition ni contrepartie, une somme régulière, cumulable avec ses autres revenus, dont ceux tirés d’un travail. Alliances transpartisanes.

Va-t-on vers la fin du salariat? En septembre 2013, un article de Carl Benedikt Frey et Michael A.

Va-t-on vers la fin du salariat?

Osborne, chercheurs à l’université d’Oxford, avait alerté le monde entier en affirmant que «47% de l’ensemble des emplois aux Etats-Unis» risquaient de disparaître d’ici à vingt ans à cause de l’automatisation. Abondamment repris par les médias, ce propos a été au centre des discussions du Forum économique mondial de Davos (WEF), d’où il ressort que plus de 5 millions d’emplois pourraient être supprimés dans les quinze principales puissances économiques mondiales d’ici à 2020. Selon un rapport du WEF relayé par Les Echos, cette quatrième révolution industrielle aura également des conséquences pour les femmes qui vont se retrouver «sur la ligne de tir». Scanner, payer en ligne… Sur nos propres ordinateurs, nous réalisons nos opérations bancaires, nous cherchons des billets de train, d’avion, de spectacles, que nous imprimons avec notre imprimante en payant le papier et l’encre.

Revenu universel de base ou salaire à vie : deux logiques antagoniques. Article paru dans la revue L’Anticapitaliste n°76 (mai 2016) On s’est d’abord frotté les yeux : quelques plumitifs ultralibéraux agitent désormais l’idée d’un « revenu universel de base », qui est même maintenant étudiée par des officines gouvernementales.

Revenu universel de base ou salaire à vie : deux logiques antagoniques

Rassurons-nous. Loin de se rallier au droit de chacun à une existence digne, ils voudraient nous faire ainsi avaler une précarité universelle. C’est une vieille habitude : les idéologues du capital s’appuient sur les mutations technologiques pour proclamer que les protections des salariés sont désormais caduques, archaïques et contre-productives. Elles brideraient le progrès et empêcheraient in fine les travailleurs de bénéficier de tous les bienfaits de la nouvelle économie. Un filet de sécurité pour les travailleurs ubérisés Les nouvelles technologies sont une merveilleuse opportunité pour les capitalistes et leurs idéologues.

Une subversion du capitalisme ?