background preloader

Guerre des prix

Facebook Twitter

Crise porcine : des enseignes de grande distribution soutiennent les éleveurs. Casino, Intermarché et Leclerc appellent les autres acteurs de la filière à respecter les engagements pris au mois de juin...

Crise porcine : des enseignes de grande distribution soutiennent les éleveurs

(Boursier.com) — Alors que certains industriels protestent contre le prix du porc fixé par le gouvernement en juin dernier, plusieurs enseignes de la grande distribution ont réaffirmé leur soutien aux éleveurs, à l'image de Casino, Leclerc ou Intermarché. De son côté, le gouvernement a appelé l'ensemble des acteurs à respecter les engagements pris... "Querelle" Lundi, le marché du porc breton du Plérin (MPB) qui détermine les cours de la viande servant de référence au niveau national - pour fixer les prix dans les contrats de la grande distribution avec les abatteurs-découpeurs et l'industrie de transformation, par exemple - deux fois par semaine, n'a pu établir de cotation sur le marché, en raison de l'absence de trois acheteurs sur quatre, dont Cooperl et Bigard.

"On ne rentrera pas dans ces querelles", prévient Michel-Edouard Leclerc sur son blog. Crise de l'élevage: l'Etat veut mouiller la grande distribution. Le gouvernement, dans la ligne de mire des éleveurs en crise, cherche désormais à enrôler la grande distribution, dont les représentants seront reçus lundi à Matignon, en les appelant à la "responsabilité" sur les prix.

Crise de l'élevage: l'Etat veut mouiller la grande distribution

Depuis quelques jours, les agriculteurs en colère ont commencé à cibler les grandes et moyennes surfaces de l'ouest - Ille-et-Vilaine, Sarthe, Finistère et Morbihan - pour dénoncer les marges confectionnées à leurs dépens et le manque de transparence sur l'origine des viandes. Une opération "zéro chiffre d'affaire", qui vise principalement Carrefour, Leclerc, Casino et Auchan.

Pour la deuxième semaine, les éleveurs de porcs et de bœufs et les producteurs de lait, trois filières dont les cours se sont effondrés en 2015 pour passer sous les coûts de production, sont descendus dans la rue pour exprimer leur colère et désespoir, bloquant les routes et brûlant des pneus, au prix d'affrontements parfois musclés avec les forces de l'ordre. [Video] La grande distribution montre du doigt les intermédiaires, Elevage.

D'après Jacques Creyssel, 99% de la viande vendue en grande distribution est déjà d'origine française (DR) 20/07/15 Elevage.

[Video] La grande distribution montre du doigt les intermédiaires, Elevage

Prix du lait: éleveurs et grande distribution s'interpellent. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.

Prix du lait: éleveurs et grande distribution s'interpellent

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies... pluie modérée Vent : 15km/h - UV : 2 Clôture veille : 3896.71. Comment la grande distribution pressure ses fournisseurs. Alors que Novelli poursuit 9 enseignes, Eco89 recense les pratiques abusives des distributeurs envers les fournisseurs.

Comment la grande distribution pressure ses fournisseurs

Dans un Carrefour d’Antibes le 24 mars (Eric Gaillard/Reuters) Depuis les premières épiceries Leclerc ou Mulliez des années 60, la grande distribution n’a cessé de court-circuiter ses fournisseurs. La grande distribution écrase les prix et ses fournisseurs. Comment une salade Batavia payée 32 centimes à un producteur par son grossiste qui la revend 50 centimes à la grande distribution, est au final proposée autour de 1 € aux clients ?

La grande distribution écrase les prix et ses fournisseurs

C’était le thème d’Envoyé Spécial (la suite) diffusé ce samedi 29 mars "La guerre des prix, 6 ans après". Tordons le cou à l’argument des distributeurs qui mettent en avant les prix bas pour les consommateurs, alors que le prix de la salade a augmenté de 15% ainsi que celui de nombreux autres produits. Cette recherche de prix bas est un argument fallacieux à l’heure où le prix de l’immobilier, ceux de l’énergie ont explosé et que les taxes diverses et prélèvement divers ne cessent de monter. Le résultat de ce bras de fer déséquilibré et violent, entre des producteurs qui font des marges infimes et une grande distribution qui use de toutes les techniques pour mater leurs fournisseurs, est une perte importante sèche de revenus pour les producteurs.

Des sanctions inopérantes.

Marge arrière

La tension reste forte entre grande distribution et industriels. L'appel à l'apaisement lancé par Stéphane Le Foll n'a rien changé.

La tension reste forte entre grande distribution et industriels

Entre les industriels et la grande distribution, la situation s'est encore envenimée. Avant même de commencer les traditionnels renégociations sur les prix, les enseignes demandaient déjà aux industriels des baisses de tarifs comprises entre 5% et 8% par rapport à l'année dernière. Or, beaucoup estiment que la guerre des prix dans les hypermarchés est allée beaucoup trop loin et tire tout le monde vers le bas. A force de vouloir toujours réduire les tarifs, les marges sont devenues trop faibles. "Si ça continue comme ça, les industriels seront les éleveurs de demain". L'innovation est sans doute la clé pour s'en sortir.