background preloader

Articles

Facebook Twitter

Je suis un fainéant. Ou pas. – VIVRE EN RESILIENCE. J’ai passé toute ma première vie à me faire traiter de fainéant.

Je suis un fainéant. Ou pas. – VIVRE EN RESILIENCE

Par ma mère, par mes professeurs à l’école, au conservatoire, et par la suite par certains de mes collègues. J’entendais : « ça va, mais tu pourrais faire tellement mieux si tu travaillais un peu plus ! » Et ce, en dépit de résultats scolaires puis professionnels corrects. Le fait est que le job a toujours été fait. Que malgré ce dégoût profond pour la pression qu’on m’infligeait, ces projections de valeurs qui n’étaient pas les miennes, j’ai accompli ce qu’on attendait de moi. Quelle est la différence entre emploi et travail ? - AgoraVox le média citoyen. Voici deux notions que nous avons facilement tendance à confondre.

Quelle est la différence entre emploi et travail ? - AgoraVox le média citoyen

Et à tort vous vous en doutez. Car de cette confusion qui semble au départ peu importante, a découlé une nouvelle manière de penser mais aussi de présenter les choses aux travailleurs et à la population en générale, même celle qui ne travaille pas encore. Un petit rattrapage pour faire la différence entre les deux De nos jours le travail occupe le centre de nos vies, on y passe des heures et c’est même lui qui nous définit la plupart du temps en tant qu’être humain. Choming-Out Training, 3-4/12/2010 : chomingout. Reseau-salariat-idf. Propriété de soi-même — Wikiberal. Définition La propriété de soi-même (self-ownership) désigne pour les libertariens le droit moral exclusif, pour chaque individu, d'être maître de son corps et de régir sa propre vie comme il l'entend.

Propriété de soi-même — Wikiberal

Cependant, tous les libertariens n'adoptent pas ce concept (notamment dans la formulation "propriété de soi-même", qu'ils jugent confuse, préférant celle de "souveraineté individuelle", ou d'autonomie, ou de non-agression). D'un point de vue historique, on considère que Richard Overton, un des leaders parmi les levellers, affirme le premier le concept de propriété de soi-même (self-propriety), par son pamphlet An arrow against all Tyrants, écrit en 1646. Locke reprend ce principe en 1690 dans son Deuxième traité du gouvernement civil (chap V, 27)[1] : «Bien que la Terre, et toutes les créatures inférieures soient communes à tous les hommes, cependant chacun d'eux est propriétaire de sa propre personne. Plateforme contre l'emploi: La SECU. Face à l'impasse économique et politique de l'Europe, nous avons une piste intéressante garantie 100% sans emploi.

Plateforme contre l'emploi: La SECU

Il s'agit d'une idée déjà appliquée aux États-Unis d'Amérique (si, si) dans la seconde moitié du XIXe siècle. Ceux qui connaissent le Magicien d'Oz ont en fait été confrontés à une série d'allusions littéraires à cette innovation monétaire fulgurante. Les autorités des différents états puis les autorités fédérale ont imprimé des billets à partir de rien, sans aucune contre-valeur (genre avoirs, pétrole, or, devises étrangères ou terrains) et les ont distribués sous forme de salaires pour équiper le pays.(1) Si l'on néglige le court épisode de la Guerre de Sécession, forcément inflationniste, cette création monétaire salariale n'a générée rigoureusement aucune inflation.

Cette monnaie s'appelait le Greenback, elle était entièrement maîtrisée par les autorités publiques et était créée sans impôt et sans crédit. Le chômage n’est pas une fatalité, c’est une solution. Vous avez peut-être lu dans la presse qu’au Japon, un robot va remplacer 34 salariés en assurance.

Le chômage n’est pas une fatalité, c’est une solution.

Plus précisément, la société d’assurance-vie Fukoku Mutual Insurance va remplacer 25% de ses salariés du département des évaluations des paiements par un système d’intelligence artificielle (IA), l’IBM Watson Explorer. Un logiciel, donc. Le mot robot est souvent utilisé pour décrire des logiciels qui vont remplacer le travail des hommes de façon autonome et maintient une idée selon laquelle les robots vont remplacer les hommes dans le futur.

Le Monde Libertaire. Mis en ligne le 1 avril 2004 Charles Maestracci alias Alexandre Dumal a commis un premier récit chez Gallimard Je m'appelle reviens (Série Noire) qui fut, en son temps, remarqué par Jean-Patrick Manchette.

Le Monde Libertaire

Ce dernier affirmait alors que : « Les romanciers seront secrètement outragés de voir que le bandit écrit mieux qu'eux. » Il a depuis récidivé aux éditions Fleuve Noir (La Coupe immonde), Baleine (Burundunga) et l'Insomniaque (L'Ouvreur). Là, il a lancé sa « Troupe de non-travailleurs » (TNT !) À l'assaut de la « glaciation capitaliste » ; et, tous les mois, sous la plume d'auteurs différents, les adorateurs du libéralisme en prennent plein la gueule !

Bernard Friot : “Il faut que nous ayons un salaire qui ne dépend pas du lieu où nous travaillons” Pour la première fois, la question du revenu universel agite la campagne présidentielle.

Bernard Friot : “Il faut que nous ayons un salaire qui ne dépend pas du lieu où nous travaillons”

Certains prétendants de la primaire de la gauche, comme Benoît Hamon, portent cette mesure. Le chômage, peut-être un signe de progrès ! Suivez-nous : > Actualités > Economie > Le chômage, peut-être un signe de progrès !

Le chômage, peut-être un signe de progrès !

" L'éducation est l'arme la plus puissante qu'on puisse utiliser pour changer le monde " - Nelson Mandela Toute personne physique ou morale qui souhaiterait publier des points de vue dans la rubrique « Actualités » du site Internet www.legrain2sel.com peut accéder au service en devenant Contributeur. Comment ne jamais décrocher un emploi (2) : ne pas se poser de questions ! Comment ne jamais décrocher un emploi ! (1) Oui, mais la pression se fait de plus en plus forte : vous devez trouver un job !

Comment ne jamais décrocher un emploi ! (1)

Pas de panique ! En suivant nos conseils, vous devriez éviter n’importe quel job pour les 20 prochaines années… Nous ne pouvons vous garantir 100 % de réussite : on est jamais à l’abri d’un coup de chance ! Mais en suivant scrupuleusement notre méthode, nous pouvons vous assurer au moins 98 % de chances… de ne jamais trouver de boulot ! De ne jamais vous voir offrir le job de vos rêves… de ne jamais devoir vous lever le matin pour aller gagner votre croute…

Lettre d'un "Inemployable Volontaire" - Le blog de Gérard de Sélys. Par Le travail à tout prix ?

Lettre d'un "Inemployable Volontaire" - Le blog de Gérard de Sélys

, dimanche 9 décembre 2012, 20:13 · Madame la facilitatrice, Monsieur le facilitateur, Si je vous remets cette lettre aujourd'hui, c'est pour partager avec vous mes expériences, mes réflexions, mes recherches sur le plan d'accompagnement des demandeurs d'emploi et plus largement sur la problématique du chômage. Libérer le travail et se libérer du travail. Par le Mouvement Utopia. Le travail, en tant qu’activité rémunérée exercée essentiellement dans un but de subsistance et de satisfaction des besoins, a acquis une place démesurée dans notre société, au point de devenir le principal, voire l’unique vecteur de reconnaissance et de lien social. Élevé au rang de valeur par un système capitaliste qui consacre l’activité économique comme seule mesure de la richesse d’une société, il est à la base d’un nouvel ordre social fondé sur le salariat, au sein duquel les inactifs/inactives, qu’ils/elles soient jeunes, chômeurs/euses ou retraité-e-s, sont stigmatisé-e-s.

Il est de plus paradoxal que, dans un contexte de gains de productivité constants, d’épuisement des ressources naturelles et d’un chômage de masse, il ne soit question, dans les discours des politiques, que d’augmenter le volume et le temps de travail. Réduction du temps de travail, « coût » du travail et autres idées reçues… De la nécessité de remettre le travail à sa juste place. «Ma vie vaut plus qu’un salaire» Poète, philosophe et écrivain français d’origine algérienne, Pierre Rabhi appelle au travers de ses conférences et de ses livres à un réveil des consciences. «Le chômeur, au lieu d’être la rançon de la science, devrait en être la récompense!!!» Salariés, ils ont choisi de travailler moins pour « profiter de la vie » QUELQUES BONNES RAISONS POUR SE LIBÉRER DU TRAVAIL - Collectif feignasse. Texte d’une conférence donnée par Anselm Jappe à Bayonne dans le cadre du Forum Social du Pays basque en janvier 2005.

Que veut dire : « se libérer du travail » ? « Comment pourrait-on bien vivre sans travail ? » Il faut travailler pour gagner sa vie, à moins d’exploiter les autres. La société elle-même doit travailler pour trouver des ressources. Abolir le travail, pour en finir avec le chômage et autres tracas. La critique du travail peut sembler vaine, loufoque ou dangereuse, voir scandaleuse. Et pourtant, n’est-ce pas le système productiviste qui révèle aujourd’hui toute son absurdité, quand, au comble de l’aberration, nous en venons à regretter le fait que le travail se fasse toujours plus rare ?

[en illustration un des huit autocollants de la série "Le travail nuit"] Car c’était bien là le but du progrès et de ses machines, celui pour lequel tant de générations ont sacrifié leurs beaux jours : nous libérer enfin de la malédiction du travail...Mais alors que la Révolution industrielle et sa sœur informatique triomphent, voilà que les lendemains qui chantent s’avèrent ceux de l’enfer du chômage et de la « crise ».

Ces quelques observations montrent à elles seules l’actualité et la pertinence de la remise en question du travail salarié comme unique accès à la vie active, à la participation sociale et citoyenne. Les hors-emploi, avant-gardistes d'un autre monde? "Le treizième travail d'Hercule ? Trouver un emploi", écrivait l'auteur français Roland Topor. Restez chez vous (ça fait du bien) ! Déserter le marché du travail – On Vaut Mieux Que Ca. Mon témoignage n’en est pas vraiment un puisque je n’ai jamais fait l’expérience réelle du travail, en dehors de quelques stages et du bénévolat. Pour être franc, à l’époque du lycée mon cas (trop) particulier a pu bénéficier du choix de ne pas travailler. Tous les jeunes anarcho-gauchistes de 18 ans rêvent sans doute d’avoir ce choix.

Heureux sans travailler. «Je ne veux pas faire des trucs qui me font chier.» Camille - il a préféré donner ce prénom cher aux zadistes - ne travaille pas. « C’est confirmé : je suis plus utile au chômage. Notre société est obnubilée par un seul objectif : le plein emploi. Chômage: et si la solution c'était la fin du salariat ? Ne plus travailler, c'est l'avenir. J'ai décidé de ne pas travailler pour vivre - Témoignage. Top 6 des lettres de non-motivation de Julien Prévieux. En finir avec le travail à tout prix. Et si, et si on en finissait une bonne fois pour toutes ? Voyons depuis 1974, la crise est devenue une chose permanente. Elle a laissé sur le carreau un nombre incalculable, maintenant, d'êtres humains, et nous n'en avons jamais vraiment terminé avec elle.

Ainsi, malgré les théories économiques qui défendent à bon droit le fait que la croissance est quasi permanente depuis trente ans, le chômage de masse est resté et reste lui aussi une quasi constante de ces trente dernières années, presque quarante devrais-je dire... Aussi bien depuis le début de ce que certains nomment « crise sociale » la France ne s'est jamais défaite de ce poids et mieux, avec Nicolas Sarkozy elle a prétendu certaines fois qu'elle voulait s'en débarrasser sans pour autant vraiment améliorer la situation des demandeurs d'emploi ! Contre le travail et ses apôtres. Arrêter de travailler - Ne plus travailler. 10 Raisons Pour Lesquelles Vous Ne Devriez Jamais Chercher à Trouver Un Travail (1ère Partie) J’avais prévenu que les articles de Steve Pavlina en français s’inviteraient sur Etre-Meilleur.

Chose promise, chose dûe.