background preloader

Travailkcfr

Facebook Twitter

travaildeclasse

Littérature française. Le Roman de chevalerie XV-XVIème siècle Nous connaissons les contes du Graal, le roi Arthur, Tristan, les chevaliers de la Table Ronde >-> §. Mais ce ne sont là que les lointains ancêtres médiévaux, parfois les modèles, des chevaliers qui peuplent une littérature en vogue à l'époque de Cervantès : le Roman de chevalerie. Le héros du Roman de Chevalerie est préoccupé par l’amour, par sa propre valeur guerrière qui doit être entretenue au moyen d’exploits retentissants, et par le salut de son âme, que doit assurer une certaine forme d’ascèse.

Pour ce qui est de l’amour, il reprend l’idéologie de la fin’amor qui vient des Troubadours et qui s’est vite répandue dans toute la France et ailleurs en Europe. Le chevalier présenté dans les romans [...] Ce type de roman que raillera Cervantès dans son Don Quichotte a pour caractéristiques essentielles: [...] Voir aussi : Origine et caractéristiques du roman au Moyen-Âge.

Roman de chevalerie. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Romance. Un roman de chevalerie est une œuvre romanesque, le plus souvent en prose, inspirée ou adaptée des romans courtois et des chansons de geste en vers des XIe et XIIIe siècles. Les premiers romans de chevalerie ont été Lancelot du Lac et Yvain ou le Chevalier au lion, tous deux de Chrétien de Troyes, au XIIe siècle.

Le genre littéraire a bénéficié d’une grande popularité au XVIe siècle en Italie avec La Jérusalem délivrée du Tasse, ainsi qu'en Espagne et en France (Amadis de Gaule) et au Portugal (Palmerin d'Angleterre). Le roman de chevalerie a eu un regain de faveur au XVIIIe siècle, en particulier en France avec les adaptations du comte de Tressan, intitulées Extraits de romans de chevalerie, outre sa nouvelle traduction d'Amadis de Gaule. Ces romans, très en faveur aussi en Angleterre où ils sont appelés « romances », ont inspiré le romantisme, auquel ils ont donné son nom.

Chrétien de Troyes. Comment les écrivains français ont-ils pu connaître cette " matière de Bretagne " ? L’Irlande, à cause de son isolement géographique, n’a probablement pas joué un rôle important. Il faut plutôt envisager les zones de contact entre celtes et français, entre le pays de Galles et la Cornouailles qui sont proches du continent, du domaine normand et de l’Armorique. Deux thèses se sont affrontées : celle qui affirme que l’Armorique aurait été le lieu et la source de cette diffusion, l’autre qui ne reconnaît de rôle important qu’au pays de Galles et à la Cornouailles.

On suivra une position médiane pour laquelle la " thèse continentale " et la " thèse insulaire " ne s’excluent pas, mais se complètent. Imaginons ainsi un monde où, grâce à l’importance de la transmission orale, la légende fut confiée spontanément à une forme de colportage par les harpeurs et les jongleurs. C’est à Chrétien de Troyes que revient le mérite d’avoir tiré du fond breton la matière de ses romans. Chrétien de Troyes & la légende du roi Arthur. La légende du roi Arthur.

Le nombre de chevaliers de la Table ronde varie selon les auteurs et les textes, de douze pour Robert de Boron... jusqu'à mille six cents pour Layamon ! Arrêtons-nous sur cinq figures emblématiques : Perceval, Yvain, Gauvain, Lancelot et Galaad. Perceval, chevalier prédestiné ? Au début du roman de Chrétien de Troyes, Le Conte du Graal, Perceval n'est pas encore prédestiné à de hautes aventures.

Héros sans nom, il n'est qu'un jeune garçon, naïf et fruste, élevé dans la forêt galloise et tenu par sa mère dans l'ignorance de tout ce qui concerne la chevalerie. Initié par Gornemant de Goort à la technique et aux règles du combat, il réussit dès sa première aventure à s'emparer des armes d'un chevalier redoutable, ennemi de la cour et, devenant ainsi le Chevalier Vermeil, il est intégré dans le monde arthurien qui le fascinait. Quelles questions aurait dû poser le jeune homme devant le Cortège au Château du Roi-Pêcheur ?

Prédestination de Perceval ? Le parcours exemplaire d'Yvain. La légende du roi Arthur. Clerc rompu aux exercices de rhétorique et à la lecture des œuvres d’Ovide en particulier de L’Art d’Aimer, Chrétien de Troyes (ca. 1135-ca. 1185) dépeint avec habileté les différents moments de l’amour. D’un récit à l’autre des personnages sont placés dans des situations diverses : une jeune fille qui avait toujours dédaigné l’amour découvre ce sentiment telle Soredamor dans Cligès, une jeune femme, Fénice, refuse de se donner à son mari parce qu’elle en aime un autre, Laudine, l’épouse d’Yvain, est désespérée que son mari ait oublié de la rejoindre au terme d’un an, Énide se lamente que son mari, Érec, oublie ses devoirs guerriers pour rester avec celle par amour… Cette diversité romanesque correspond à des approches successives de la vérité humaine. De la beauté naît l'amour Chrétien de Troyes répète après Ovide et les clercs du Moyen Âge que c’est de la vue de la beauté que naît l’amour : les yeux sont les messagers du cœur et le coup de foudre est immédiat.

Index. Cette nouvelle a été retenue à cause de son titre, Lance, qui jouait avec un certain nombre d'autres mots générateurs [1] et parce qu'elle était de Nabokov, l'un des écrivains récurrents des Eglogues. Comme souvent, une lecture de la nouvelle fait apparaître plusieurs autres points de convergence: le titre et l'auteur justifiaient à eux seuls l'inscription de ce texte dans L'Amour l'Automne, le contenu fait apparaître bien d'autres raisons de le retenir.

Les noms de Lancelot et les cycles romanesques du Moyen Âge La nouvelle Lance s'ouvre sur l'affirmation suivante: «The name of the planet, presuming it has already received one, is immaterial»[2], affirmant le caractère abstrait et arbitraire du nom, posant également l'acte fondateur de l'homme depuis la Genèse: nommer. Cette phrase rejoint l'une des préoccupations des Eglogues: «What's in a name?» , reprenant la question de Shakespeare rafraîchie par Joyce.

"Chevalerie" nous ramène à un passage de L'Amour l'Automne : Et plus loin : Chevaliers de la Table ronde. La Quête du Graal selon Chrétien de Troyes - Les Mondes de Gwenn. Dans son Perceval ou le Conte du Graal, Chrétien de Troyes lance Perceval et Gauvain dans la quête du Graal et de la Lance qui Saigne. C’est la toute première évocation de ce mythe du Graal, qui va devenir le symbole de la matière de Bretagne : ce calice qui aurait contenu le sang du Christ apporterait pureté et sainteté à celui qui le trouverait.

Ce Saint Graal a fait de nombreuses interprétations, dont la récente et retentissante version de Dan Brown, reprise d’un essai paru dans les années 1980, avec l’éthymologie de Sang Réal… Un chevalier (Perceval ?) Arrive devant le Graal, objet sacré (tapisserie médiévale, non datée) Il est cependant bon parfois de remettre les choses dans leur contexte : jamais Chrétien de Troyes n’associera le Graal au sang du Christ. En effet, ni ce Graal, ni la Lance qui Saigne ne sont véritablement attachés à l’histoire du Christ.

Le Graal, un objet païen ? Dans la littérature médiévale, ces mélanges ne sont pas si rares. La Lance qui Saigne. Chrétien de Troyes. English quotations are taken from the translations by D. D. R. Owen: Chrétien de Troyes Arthurian Romances (London, 1987) ISBN 0460116983. Sourced[edit] Love without fear and trepidation is fire without flame and heat. Amors sanz crieme et sans peor Est feus sanz flame et sanz chalor, Jorz sanz soloil, bresche sanz miel, Estez sans flor, iverz sanz giel, Ciaus sanz lune, livres sanz letre.Love without fear and trepidation is fire without flame and heat, day without sun, comb without honey, summer without flowers, winter without frost, sky without moon, a book without letters.Cligès, line 3893.

Yvain or Le Chevalier au Lion[edit] Bien pert que c'est aprés mangier, Fet Kex, qui teire ne se pot Plus a paroles an plain pot De vin qu'an un mui de cervoise. " For hunger is a sauce, well blended and prepared, for any food. Qu'a toz mangiers est sausse fains Bien destanpree et bien confite.For hunger is a sauce, well blended and prepared, for any food.Line 2854 Perceval or Le Conte du Graal[edit] Chrétien de Troyes. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Chrétien de Troyes Œuvres principales Ses œuvres majeures sont Érec et Énide, Cligès, Lancelot ou le Chevalier de la charrette écrit probablement en même temps que Yvain ou le Chevalier au lion, et Perceval ou le Conte du Graal, œuvre inachevée. Ses romans reflètent les idéaux politiques et culturels du milieu pour et dans lequel il écrit. Ils mettent en scène un idéal aristocratique mêlant l'aventure chevaleresque, l'amour courtois et les aspirations religieuses que symbolise l'esprit de croisade.

Biographie Nous ne savons que peu de chose sur la vie de Chrétien de Troyes, si ce n'est ce qu'il en dit lui-même dans ses ouvrages. Certitudes sceau de Marie de Champagne La mort de Chrétien est tout aussi peu connue que sa naissance, et si l'on en croit Gerbert de Montreuil, celle-ci est responsable de l’inachèvement du Conte du Graal[9] . … et suppositions On[Qui ?] Son œuvre Traductions d'Ovide Les romans arthuriens Érec et Énide Cligès. Biographie Chrétien de Troyes. L'Internaute > Dictionnaire > Noms Propres > Biographie > Chrétien de Troyes Chrétien de Troyes Né à Troyes (France) en 1135 ; Mort en 1183 Chrétien de Troyes naît aux environs de 1130. Il écrit de nombreux romans chevaleresques en vers octosyllabiques.

S'inspirant des légendes bretonnes et celtes autour du roi Arthur et de la quête du Graal, Chrétien de Troyes produit Lancelot ou le Chevalier de la charrette (1177), Yvain ou le chevalier au lion (vers 1176), ou encore Perceval ou le Conte du Graal (vers 1180). Ces aventures mythiques sont parfaitement réadaptées dans le cadre de la littérature courtoise. Sélection bibliographique : Érec et Énide (1170)Cligès ou la Fausse morte (1176)Lancelot ou le Chevalier de la charrette (1175-1181) - achevé par Godefroy de LagnyYvain ou le Chevalier au lion (1175-1181)Perceval ou le Conte du Graal (1182-1190) - inachevéGuillaume d'Angleterre Chrétien de Troyes : 11 citations.