background preloader

Tpesevigne

Facebook Twitter

Biochimie - Donald Voet, Judith G. Voet. La sonoluminescence : une étoile dans un verre d’eau. Il est fréquent que l’on compare le son et la lumière.

La sonoluminescence : une étoile dans un verre d’eau

Il est vrai que ce sont tous les deux des phénomènes mettant en jeu des ondes, et qu’ils correspondent à deux de nos cinq sens. Et pourtant leurs principes physiques sont très éloignés, comme en témoigne le fait que la lumière se propage 1 million de fois plus vite que le son. Malgré des différences fondamentales, il existe un mécanisme étonnant qui permet de convertir le son en lumière : la sonoluminescence. Ce phénomène peut être mis en évidence en envoyant des ultrasons dans un simple récipient rempli d’eau.

Et pourtant il fait intervenir des températures gigantesques que l’on retrouve habituellement plutôt dans les étoiles que dans les salles de TP. L'incroyable coup de marteau de la "crevette mante" Le Rocky Balboa de l’océan Indo-Pacifique Quand la squille multicolore lâche son coup contre la coquille d’un mollusque, c’est comme si elle tirait une balle avec un 22 long rifle.

L'incroyable coup de marteau de la "crevette mante"

La force de l’impact représente plus de 1000 fois le poids de la squille. La squille : un condensé de perfection ! Biochimie - Reginald H. Garrett, Charles M. Grisham. Le «coup de marteau» de la crevette-mante décrypté. VIDÉOS - Des chercheurs américains ont montré que les «massues» au bout de leurs pattes, qui leurs permettent de casser des coquillages, étaient bien plus denses que le reste de leur corps.

Le «coup de marteau» de la crevette-mante décrypté

Les plongeurs se méfient des crevettes-mantes car ils savent que ces crustacés peuvent leur donner un violent coup de patte et leur faire très mal. Sheila Patek, de l'université du Massachusetts à Amherst, avait été la première à décomposer le mouvement de catapulte de leurs deux pattes placées à l'avant qui leur permettent de casser n'importe quelle coquille pour se nourrir. Désolé, cette vidéo n'est pas disponible sur votre appareil. Chitine et chitosane - Société Chimique de France. Déjà utilisé pour sa bio dégradabilité et sa biocompatibilté pour le fil de sutures et divers pansements, le chitosane trouve de nouvelles applications avec la mise au point, au Japon, d’un pansement adhésif et auto-cicatrisant, particulièrement fin (75 nm) et souple, qui épouse ainsi parfaitement la forme de l’organe sur lequel on le fixe : un poumon de chien lésé a ainsi été pansé avec cicatrisation et résorption du matériau en moins d’un mois.

Chitine et chitosane - Société Chimique de France

Des substituts vasculaires à base d’hydrogel physique de chitosane sont expérimentés. La voie est aussi ouverte à de nouvelles techniques en agriculture, agro-alimentaire et biotechnologie, avec l’immobilisation d’enzymes, de produits phytosanitaires, la protection et la diffusion contrôlée d’arômes… Il est également possible de construire des bio-composites haute performance, dont la matrice polymère est renforcée par des nano-fibrilles cristallines à l’instar de ce qui se passe naturellement dans la nature. MANTIS MURDER SHRIMP (Slow Motion) - Smarter Every Day 121. A Mantis Shrimp Inspires a New Camera for Detecting Cancer. The mantis shrimp is known mostly for its bullet-like punch, which has inspired both super-strong composite materials for future body armor and a viral Web comic about the curious crustacean.

A Mantis Shrimp Inspires a New Camera for Detecting Cancer

But it turns out the animal’s eyes are just as interesting as its claws. A group of researchers has been working on a way to model the mantis shrimp’s compound eyes and polarized vision to create a camera that can detect various forms of cancer. They now have a proof-of-concept camera sensor that is smaller, simpler and more precise than previous attempts at polarized imaging. The interdisciplinary group, including a neurobiologist at the University of Queensland, Australia, a computer engineer at Washington University in St. Odontodactylus scyllarus. Indo-Pacifique tropical Ouest Clé d'identification Animal généralement de couleur vert brillantYeux globulaires et pédonculés2 larges écailles antennaires2 pattes ravisseuses avec une massue et dans une posture rappelant la mante religieuse3 paires de pattes locomotricesAppendices (écailles antennaires, pattes, pléopodes, uropodes...) bordés de longs poils rouge vif.

Odontodactylus scyllarus

Natural Sunscreen Explains Mantis Shrimp's Amazing UV Vision. The bizarre visual system of the colorful mantis shrimp just got weirder: New research finds these animals use a natural sunscreen compound to see ultraviolet light.

Natural Sunscreen Explains Mantis Shrimp's Amazing UV Vision

Researchers knew that mantis shrimp, marine crustaceans sometimes known to crack aquarium glass with their powerful claws, had a very impressive visual system. The animals can see ultraviolet light, which is light with shorter wavelengths than humans can see. They can also see the orientation, or polarization, of light waves. Squille multicolore - Voyages plongée Ultramarina. Mantis shrimp may hold the secret to lighter, tougher body armors. The mantis shrimp is a fascinating creature that has the ability to punch its prey into submission with a club that accelerates underwater at around 10,400 g (102,000 m/s2).

Mantis shrimp may hold the secret to lighter, tougher body armors

By studying the secrets behind this formidable weapon, a Californian researcher hopes to develop an innovative, hi-tech material that is one third the weight and thickness of existing body armor. Some animals are very poorly named: the flying lemur can't fly and is not a lemur, the rabid wolf spider is as placid and innocuous as spiders come, and the jackass penguin gets along just fine with its peers. True Facts About The Mantis Shrimp.

Why the mantis shrimp is my new favorite animal. Quand l’inimaginable se fait crevette. C’est lors d’une conférence fascinante sur le biomimétisme que le chercheur de l’université de Stanford et de l’école Polytechnique de France, Idriss Aberkane, présente cette image.

Quand l’inimaginable se fait crevette

Un proverbe bien connu dit qu’une image vaut mille mots. À première vue, voici un crustacé marin, plus précisément une crevette-mante (qui n’est, en fait, ni vraiment une crevette ni une mante). Sa variété de couleur est impressionnante et ses yeux sont proéminents. Il serait facile de continuer cette analyse descriptive, mais croyez-moi, cette crevette camoufle une réalité bien plus large et intéressante qu’elle ne le laisse entrevoir. La squille, un crustacé marin, aidera-t-elle à mieux lire les DVD ?

On l'appelle souvent la crevette-mante, car son allure générale évoque vaguement celle des crevettes et parce que ses pattes avant, longues et pliées au repos, ressemblent à celles de la mante religieuse, un grand insecte.

La squille, un crustacé marin, aidera-t-elle à mieux lire les DVD ?

Voir la vie en UV, comme la crevette-mante - 3 juillet 2014. SQUILLES. À quoi peut bien ressembler le monde vu par une crevette-mante - aussi appelée squille ? Difficile à savoir tant la structure de ses yeux et la façon dont son cerveau traite l'information visuelle sont fondamentalement différentes de ce qui se passe chez l'homme. Une chose est sûre, elle peut observer des choses "complètement hors de notre portée visuelle" insiste Michael Bok de l'université du Maryland Baltimore County. Claw of peacock mantis shrimp possible model for body armor - latimes.

L’incroyable crevette-mante qui fait bouillir l’eau lorsqu’elle frappe. Le prédateur de plus agressif des océans n'a pas les mâchoires des Dents de la mer et possède la meilleure vision du règne animal. L'étonnante vision des couleurs de la crevette-mante. Outre l'uppercut le plus rapide du règne animal, les crevettes-mantes, ou squilles, ont aussi l’un des systèmes visuels les plus élaborés. Elles ont deux yeux indépendants, capables de voir jusque dans l’ultraviolet et de détecter la polarisation de la lumière (la direction dans laquelle oscille le champ électrique de l’onde lumineuse).

Hanne Thoen, de l’Université du Queensland, en Australie, et ses collègues ont montré que certaines espèces ont aussi un système original de perception des couleurs, fondé sur une variété inhabituellement élevée de cellules photoréceptrices et un traitement cérébral simplifié. Les animaux détectent les couleurs grâce à plusieurs types de cellules photoréceptrices, sensibles à des bandes de longueurs d’onde différentes. Chez la plupart d’entre eux, le cerveau compare l’intensité des signaux de chaque type de cellule pour construire une impression de couleur.