background preloader

SITES IMPORTANTS

Facebook Twitter

Fin de vie. Fin de vie : ce qu’il faut savoir avant l’ouverture du débat. Pourquoi ouvrir un débat sur la fin de vie ?

Fin de vie : ce qu’il faut savoir avant l’ouverture du débat

En 2012, François Hollande, alors candidat à l’élection présidentielle, proposait, dans son engagement n° 21, que "toute personne majeure en phase avancée ou terminale d’une maladie incurable, provoquant une souffrance physique ou psychique insupportable, et qui ne peut être apaisée, puisse demander, dans des conditions précises et strictes, à bénéficier d’une assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité".

Cet engagement répondait à une demande sociétale forte, ce que confirme le rapport Claeys-Leonetti, du nom des deux députés missionnés par le Premier ministre le 20 juin 2014, remis au président de la République le 12 décembre dernier. "Le débat sur la fin de vie est actuellement très présent dans notre société, alimenté tant par des expériences personnelles que par des convictions éthiques, morales et religieuses et par des événements très médiatisés", explique en effet le rapport dans son introduction. Rapport et proposition de loi creant de nouveaux droits en faveur des malades et des personnes en fin de vie.

Fin de vie, les directives anticipées font débat. La proposition de loi UMP-PS prévoit que ces directives pourront s’imposer au médecin, ce qui inquiète certains parlementaires.

Fin de vie, les directives anticipées font débat

Les uns après les autres, ils sont montés à la tribune pour prendre la parole. Cinq minutes pour les uns, dix pour les autres. Un long défilé de mots, souvent solennels, pour permettre à chacun de s’exprimer sur la fin de vie des Français. « Personne ne peut prétendre détenir la vérité sur un tel sujet », ont admis plusieurs députés, en faisant part de la difficulté de légiférer sur des questions aussi intimes. « Personne ne peut dire qui est digne et qui ne l’est pas.

Personne ne peut dire quelle vie mérite d’être vécue », a ainsi expliqué le député UMP Jean Leonetti, co-auteur, avec son collègue socialiste Alain Claeys, de la proposition de loi sur la fin de vie, examinée par l’Assemblée nationale. > À lire également : Premières escarmouches à l’Assemblée autour de la sédation profonde. Association Odysée. La version de votre navigateur est obsolète.

Association Odysée

Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version. Personne de plus de 60 ans , dossier APA ; télécharger le dossier Personne de moins de 60 ans, dossier MDPH, télécharger le dossier Le conseil général des Yvelines met en place un simulateur pour calculer le montant de l'APA: simulateur. Accueil - Sos Fin de Vie. AAVIVRE. Débat dévisant les partis politiques. Définitions. Pour vous aider à mieux comprendre la fin de vie, et avoir des repères sur ce sujet difficile et douloureux, Aidant attitude vous propose quelques définitions.

Définitions

Connaissez-vous la différence entre fin de vie, soins palliatifs, suicide assisté, Euthanasie ? Pour vous qui, peut-être, accompagnez déjà un proche en fin de vie, ou allez devoir le faire, voici quelques repères simples … Qu’est-ce que la fin de vie ? ( tentative et proposition de définition des bénévoles d’Aidant attitude) Le mot « fin » employé comme nom s’entend ici comme limite, terminaison. Ce nom peut aussi désigner le but vers lequel on tend. La définition du mot « vie », temps s’écoulant entre la naissance et la mort a au moins le mérite de placer la fin de la vie à l’intérieur de celle-ci et non déjà dans la mort comme le laisseraient entrevoir des expressions telles que « morts-vivants » ou bien « à moitié mort » ou encore, selon l’expression médiatique consacrée, une situation hypothétique « entre la vie et la mort ». Textes de loi. INSEE. En Picardie comme au plan national, les femmes sont majoritaires parmi les personnes âgées.

INSEE

En 2010, elles représentent 55 % des 60 ans et plus et cette part augmente avec l'avancée en âge : elle est de 62 % parmi les 75-84 ans et de 71 % au-delà de 85 ans. Deux tiers des personnes âgées dépendantes sont des femmes Les personnes âgées dépendantes sont à 65 % des femmes (67 % au plan national). En effet, leur espérance de vie (83 ans en 2011) est supérieure, en moyenne, de 6,5 ans à celle des hommes et contribue à faire qu'elles sont les plus nombreuses aux âges où la perte d'autonomie survient. Ainsi, le taux de dépendance n'est actuellement que de 3 % entre 60 et 75 ans, de 10 % entre 75 et 84 ans, 26 % entre 85 et 89 ans et devient majoritaire à partir de 90 ans.

Retour haut de page Légère mortalité prématurée des femmes avant 65 ans Chaque année, le nombre de décès en Picardie des femmes est un peu inférieur à celui des hommes. ADMD.