background preloader

Tpegrippespagnol

Facebook Twitter

TF,NJ,AB

La grippe espagnole de 1918, la pire pandémie de l'Histoire. Temps de lecture: 6 min Il y a 95 ans, un nouveau virus mortel ravagea brutalement le village de Brevig Mission, en Alaska.

La grippe espagnole de 1918, la pire pandémie de l'Histoire

La grippe espagnole, c’est son nom, tua 90% de la population de cette localité inuit, laissant derrière elle des corps par dizaines [PDF]. Des corps que peu de survivants étaient prêts à toucher. Alors pour enterrer les morts, le gouvernement territorial d’Alaska recruta des chercheurs d’or dans la ville de Nome et les envoya dans les localités dévastées par la grippe. Ceux-ci arrivèrent à Brevig Mission peu après le désastre, ils jetèrent les victimes dans une fosse de deux mètres de profondeur et les recouvrirent de terre gelée. Et on ne toucha plus aux victimes de la grippe espagnole jusqu’à 1951. Près d’un demi-siècle plus tard, des chercheurs exhumèrent une autre victime du même site, une femme obèse au corps mieux conservé car en grande partie congelé.

Terrible mais brève Mais un simple segment d’ADN peut faire beaucoup de dégâts. Une origine animale? La grippe espagnole de 1918 est due aux vaccins. Autres articles Pour continuer sur le sujet de la grippe, voici un texte traduit par Caralmera (je le précise) qui n'est pas récent (1976), mais qui met bien en lumière les vraies causes de la fameuse grippe dite "espagnole" qui a tué 20 millions de personnes à la fin de la première guerre mondiale.

La grippe espagnole de 1918 est due aux vaccins

L'ÉPIDÉMIE DE GRIPPE ESPAGNOLE DE 1918 A ÉTÉ PROVOQUÉE PAR LES VACCINATIONS Comme cela a été exposé auparavant, toutes les autorités médicales et non-médicales sur la vaccination conviennent que les vaccins sont conçus pour provoquer de manière atténuée les maladies qu'ils sont censés prévenir. Mais ils savent aussi et reconnaissent qu'il n'y a aucun moyen de prédire si le cas sera léger ou sévère - voire mortel. Cette grande incertitude qui met en jeu la vie des gens fait de la vaccination une procédure douteuse, anti-scientifique et extrêmement dangereuse. Beaucoup de vaccins provoquent aussi d'autres maladies en plus de celle contre lesquelles ils sont conçus.

Grippe espagnole de 1918. La grippe de 1918, aussi nommée à tort « grippe espagnole », est due à une souche (H1N1) particulièrement virulente et contagieuse de grippe qui s’est répandue en pandémie de 1918 à 1919.

Grippe espagnole de 1918

Cette pandémie a fait de 20 à 40 millions de morts, 30 millions selon l’Institut Pasteur, voire 100 millions selon certaines réévaluations récentes. Elle serait la pandémie la plus mortelle de l’histoire dans un laps de temps aussi court, devant les 34 millions de morts (estimation) de la Peste noire. Son surnom « grippe espagnole » vient du fait que seule l’Espagne - non impliquée dans la Première Guerre mondiale - a pu, en 1918, publier librement les informations relatives à cette épidémie. Les journaux français parlaient donc de la « grippe espagnole » qui faisait des ravages « en Espagne » sans mentionner les cas français qui étaient tenus secrets pour ne pas faire savoir à l’ennemi que l’armée était affaiblie. En 1918, le roi d’Espagne Alfonso XIII tombe malade, grippé comme beaucoup d’espagnols. Grippe - Symptômes, traitement et recherche grippe - Institut Pasteur.

Les épidémies de grippe touchent chaque année des millions de personnes dans le monde.

Grippe - Symptômes, traitement et recherche grippe - Institut Pasteur

Si la grippe saisonnière reste la plupart du temps bénigne, elle est cependant à l’origine de centaines de milliers de décès annuels, principalement chez les personnes au système immunitaire affaibli. Les virus grippaux, facilement transmissibles et dont le génome évolue rapidement, constituent par ailleurs des candidats potentiels à l’émergence d’épidémies plus sévères et de grande ampleur. L'origine du virus de la grippe espagnole de 1918 enfin précisée. L'agent infectieux serait né d'une souche humaine et de gènes aviaires.

L'origine du virus de la grippe espagnole de 1918 enfin précisée

La pandémie de grippe espagnole, responsable de 25 à 50 millions de morts à la fin de la Première Guerre mondiale, a marqué l'inconscient collectif au point d'incarner l'essence du fléau épidémique, au même titre que la peste. Ces dernières années, les recherches se sont multipliées sur son origine mystérieuse. Dernière en date, une étude parue lundi dans les Comptes rendus de l'Académie américaine des sciences (PNAS) lève un nouveau voile sur l'évolution du virus qui a conduit à la naissance d'une nouvelle souche particulièrement létale pour les jeunes adultes, une population traditionnellement épargnée par cette maladie.

La grippe espagnole, baptisée ainsi parce que l'Espagne, non concernée par le secret militaire, fut la première à la mentionner publiquement, fut dévastatrice, touchant quasiment tout le globe. Grippe espagnole : le mystère de son origine enfin résolu - 30 avril 2014. ORIGINE.

Grippe espagnole : le mystère de son origine enfin résolu - 30 avril 2014

Si l'origine exacte de la pandémie est restée un mystère jusqu'alors, une étude parue lundi dans les Comptes rendus de l'Académie américaine des sciences (PNAS) lève le voile sur l'apparition du virus de la grippe espagnole. Selon les travaux de chercheurs américains, la maladie serait née de la combinaison d'une souche humaine (H1), provenant de la grippe saisonnière H1N8, en circulation entre 1900 et 1917, et de gènes aviaires de type N1. De ce croisement aurait émergé une souche H1N1 entre 1917 et 1918, variante lointaine de celle qui fit trembler le monde en 2009. Un virus né au Kansas JEUNES ADULTES. Selon Michael Worobey, principal auteur de l'étude et professeur de l'Université d'Arizona aux Etats-Unis, "la vulnérabilité inhabituelle des jeunes adultes face à ce virus s'explique par le fait que ces individus, nés entre 1880 et 1890, aurait connu la grippe H3N8 étant enfants".

KANSAS. Pandémie de la grippe de 1918. Grippe de 1918. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Grippe de 1918

Virus reconstitué de la grippe espagnole, celui qui est le plus proche par ses effets sur l'organisme du virus H5N1.