background preloader

Tommounier

Facebook Twitter

Qu'est-ce que la COP 21. C'est quoi, la COP 21. Ce qu’il faut savoir sur la COP21. Europe 1<author id="23294" type="name">Gabriel Vedrenne</author> Le monde aura les yeux tournés vers Paris pendant la première moitié de décembre, puisque la France accueille la COP21. Le président de la République en a d’ailleurs fait une priorité et a lui-même lancé les derniers préparatifs, jeudi depuis l’Elysée. "Ce qui est en jeu, ce n'est pas seulement la qualité de la vie, c'est la vie des populations, des territoires, des biosystèmes", a prévenu François Hollande, avant d’appeler à "la mobilisation et l'unité de l'équipe France dans la dernière ligne droite". Autant dire que vous allez en entendre parler dans les prochaines semaines. Mais au fait, de quoi s’agit-il ? Que signifie COP ?

Pourquoi ce numéro 21 ? A quoi sert cette conférence ? Comment arriver à limiter le réchauffement climatique ? Tout le monde joue-t-il le jeu ? Y a-t-il déjà eu des échecs ? Qui gère ce dossier côté français ? Combien va coûter cette conférence à la France ? Pourquoi parle-t-on des 2°C ? Posted at 16:38h by Julien Couvrand Un réchauffement supérieur à 2°C entraînerait des conséquences graves, comme la multiplication des événements climatiques extrêmes. À Copenhague en 2009, les pays ont affirmé leur volonté de limiter le réchauffement climatique à 2°C d’ici 2100. Pour atteindre cet objectif, les experts climatiques du GIEC (en savoir plus sur le GIEC) estiment que les émissions mondiales de gaz à effet de serre doivent être réduites de 40 % à 70 % d’ici à 2050 et que la neutralité carbone (zéro émission) doit être atteinte au plus tard à la fin du siècle.

L’objectif de 2°C en vidéo Comprendre les contributions des pays pour atteindre l’objectif des 2°C Lire le 5e rapport du GIEC. Paris Climat 2015 : qu'est-ce que la COP21 ? Cette année, la Conférence annuelle sur le climat aura lieu à Paris, entre le 30 novembre et le 11 décembre 2015. Mais au fait, c’est quoi une COP ? Chloé Poignant de l'agence Créative CulturElle | | MAJ : On l'appelle la Conférence internationale du climat et, cette année, le Paris Climat 2015. Mais son petit nom, le vrai, c'est Cop.

C'est à dire ? COP, ça veut dire quoi ? La COP, abréviation de COnférence des Parties, est une conférence supranationale sur l’environnement, ou plus précisément sur les changements climatiques. Elle est un peu la version environnementale de l’ONU. Qui décide ? Les participants, appelés « parties », sont les Etats signataires de la Convention cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), adoptée en 1992, à la fin du Sommet de la Terre, à Rio (voir les vidéos ci-dessous). A quoi ça sert ? Les décisions prises lors de ces conférences doivent être adoptées à l’unanimité des parties ou par consensus uniquement. VIDEO. Libération.fr – Le P'tit Libé. La presse en parle. GEO Ado : au menu du n° 154 (décembre 2015) Mardi 24 novembre 2015 à 15h21 par Frédéric Fontaine sommaire À quelques jours de la conférence internationale de Paris sur le climat, voici une enquête qui présentent les bonnes idées des ados pour sauvegarder notre planète… De Nolwenn, qui nettoie les plages avec l’association Surfrider, à Stiven qui replante des arbres, les ados s’engagent pour limiter la pollution et le gaspillage.

Espérons qu’ils inspireront les chefs d’États qui se réunissent à Paris du 30 novembre au 11 décembre pour la COP 21. Dans le cas contraire, 2 récits évoquent ce qui nous attend dans une cinquantaine d’années… Heureusement, des pays ont déjà réagi, comme le Bangladesh, l’un des États les plus menacés par la montée des eaux. Il en rêvait, il l’a fait. Nicolas de Vaulx est voyageur, photographe et… magicien. « Les gens sont sensibles au fait que je leur offre un tour de magie sans rien leur demander en retour.

Chloé, 13 ans, s’est offert un tour du monde en famille durant 6 mois. Bonne lecture. COP21 : le casse-tête des restrictions de circulation. 25 Nov. 2015, 12h23 | MAJ : 25 Nov. 2015, 13h18 Evénement exceptionnel, mesures qui le sont tout autant. La préfecture de police a détaillé ce mercredi les restrictions de circulations mises en place pour l'ouverture de la COP21, qui débute le 30 novembre au Bourget (Seine-Saint-Denis). Le Parisien fait le point. Autoroutes Dimanche 29 novembre. Lundi 30 novembre. Périphérique Dimanche 29 novembre. Lundi 30 novembre.

Paris intra-muros Dimanche 29 novembre. Lundi 30 novembre. La maire Anne Hidlago a demandé aux Franciliens de ne pas prendre leur voiture dimanche et lundi. Transports gratuits Dimanche 29 et lundi 30 novembre. > Venez débattre et poser vos questions sur nos forums ! Evénement exceptionnel, mesures qui le sont tout autant. Climat. Le Groenland, percé comme du “fromage suisse” Une équipe de scientifiques a passé trois jours et trois nuits sur la banquise du Groenland pour évaluer l’impact de la fonte de la glace sur l’élévation du niveau des océans et vérifier la précision des modèles de changement climatique.

Les journalistes qui les ont suivis en ont tiré un bel objet multimédia et un reportage à la une du New York Times. “Le Groenland est en train de fondre”, s’alarme le New York Times à la une de son édition internationale datée du 28 octobre. L’information n’est plus un scoop, mais à un mois du démarrage de la conférence sur le climat, qui se tiendra à Paris du 30 novembre au 11 décembre, elle met le réchauffement planétaire sur le devant de la scène. Et surtout, la version en ligne du reportage permet de bien comprendre à la fois le travail des chercheurs mais aussi les défis qu’ils ont dû relever, ainsi que les enjeux de leur travail.

COP21. Près de 3 jeunes sur 4 pessimistes sur ses chances de succès. 71% des jeunes de 15 à 30 ans interrogés par Odoxa pour les Presses Universitaires de France (PUF) pensent que la conférence de Paris (COP21) ne parviendra « probablement pas » (60%) ou « certainement pas » (11%) à « atteindre ses objectifs ». Ils ne sont que 3% à considérer qu'elle les atteindra « certainement ». 25% pensent qu'elle y parviendra « probablement ». Une majorité de jeunes (66%) pensent pourtant que « nous pouvons encore éviter le pire » en matière climatique. Pour 21%, « il est déjà trop tard, on ne peut plus éviter » un réchauffement « de grande ampleur ». Une faible minorité (7%) pense que l'impact du réchauffement « restera acceptable et supportable » et 5% seulement ne croient pas à un réchauffement lié aux activités humaines. Confiance dans les ONG Mais peu de jeunes font confiance aux Etats pour faire face aux enjeux du réchauffement: 22% seulement estiment qu'ils sont « à la hauteur des événements en matière de réchauffement climatique ».

Cop 21 Késaco ? Du coté des institutionnels. France-Diplomatie - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international. Laurent Fabius : « Le compte n’y est pas » Posted at 13:25h by Sabrina Dufourmont Le président de la COP21 Laurent Fabius et la Secrétaire exécutive de la CCNUCC ont fait le point sur l’avancée des négociations vendredi 4 décembre à 13h15. En début de matinée, les co-présidents de l’ADP ont publié la nouvelle version du projet d’accord (lire l‘intégralité, version anglaise uniquement). Le président de la COP21 a souligné « les quelques progrès obtenus depuis mercredi soir ». Avant de poursuivre en rappelant l’urgence d’avancer. « Je veux être clair : le compte n’y est toujours pas.

Le texte reste trop long, trop complexe. Le nombre de compromis trouvés sur les questions en suspens demeure insuffisant. » Laurent Fabius a également annoncé avoir demandé au ministre de l’Environnement du Pérou Manuel Pulgar-Vidal d’être son « représentant spécial auprès des Organisations non gouvernementales ». Prochaine étape : les co-présidents de l’ADP remettront samedi 5 décembre à midi le projet d’accord au président de la COP21 Laurent Fabius. Cop 21 - Climat. Du coté des ONG. COP21 : prendre le pouvoir. A partir du 30 novembre 2015, et pour deux semaines environ, la France accueille à Paris la 21e conférence des Nations unies sur le changement climatique, la COP 21.

Commencé à Rio en 1992, ce cycle poursuit un objectif simple mais ô combien difficile : organiser une réponse géopolitique coordonnée au dérèglement climatique qui menace l’écosystème humain. Un enjeu écologique La recherche scientifique, aujourd’hui assurée par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) ne laisse plus place au doute : les activités humaines sont responsables des bouleversements climatiques en cours. Nous sommes rentrés dans l’ère de l’anthropocène, un terme qui caractérise la période où, pour la première fois dans l’histoire de la planète Terre, les activités humaines ont commencé à avoir un impact sur l’écosystème global – un impact décisif qui plus est.

Un enjeu politique Un enjeu systémique C’est pourquoi il est urgent d’agir : nous avons notre destin en main. Comment agir ? COP 21 - Les Amis de la Terre France. CLER - Réseau pour la transition énergétique. COP21 : prendre le chemin des changements concrets. Une nouvelle session de négociations techniques sur le climat s’est terminée vendredi 12 juin 2015 à Bonn en Allemagne. Elle réunissait 196 pays sous l’égide de l’ONU. Objectif affiché : progresser sur le texte qui a vocation à devenir l’accord de Paris lors de la COP21 en décembre prochain. Après deux semaines de discussions techniques, sans surprise, très peu d’avancées ont réellement été décidées. Pourtant le cap est connu : pour contenir le réchauffement climatique dans la fourchette des 2°C, il est impératif de passer à 100 % de renouvelables pour tous d’ici 2050.

Mais comme trop souvent, les changements à l’extérieur des arènes de négociations mettent du temps à influencer les discussions dans la bonne direction. Pourtant ces changements sont visibles et perceptibles : les solutions sont là, elles fonctionnent et ne demandent qu’à être répliquées et développées massivement. Une réussite de terrain : l’exemple de Combrailles Durables Une énergie coopérative Une énergie à développer.

Les thèmes conflictuels. COP21 : le gouvernement interdit les manifestations sur la voie publique. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Rémi Barroux Le gouvernement a décidé, mercredi 18 novembre, l’annulation de la grande manifestation qui devait se tenir à Paris, entre les places de la République et de la Nation, dimanche 29 novembre, veille de l’ouverture de la Conférence des Nations unies sur le climat (COP21), de même que les événements prévus le dimanche 12 décembre, au lendemain de la clôture de la conférence. Le gouvernement avait dans un premier temps laissé entendre qu’une solution de remplacement serait peut-être proposée aux organisateurs, mais les hypothèses étudiées telles qu’une initiative statique ou dans un lieu fermé n’ont finalement pas été retenues.

Cette décision a été prise lors d’une réunion avec le chef de l’Etat et le premier ministre, mercredi après-midi. Dans un communiqué publié dans la soirée, le ministère des affaires étrangères, qui assure la présidence de la COP21, écrit : « Décision difficile » Forte mobilisation internationale Maintenir des initiatives. COP21 : le double jeu de la Chine dans les négociations. Les premières réunions de négociateurs de la conférence climat vont débuter dimanche au Bourget. Au bout du tunnel de tractations qui s’annonce, un objectif majeur : limiter le réchauffement climatique à deux degrés.

La Chine, premier émetteur de gaz à effet de serre et tête de file des pays émergents, jouera un rôle déterminant. La pression est forte sur les négociateurs qui se réuniront une première fois au Bourget à 17 heures ce dimanche. Ils ont une obligation de résultat cette fois. Leurs premières réunions démarrent avec un jour d’avance sur le programme initial. Il s’agira surtout de réunions d'organisation des groupes de travail. Car il n'est pas facile de négocier à 195. Limiter le réchauffement climatique à deux degrés Barack Obama, Xi Jinping, Vladimir Poutine : en tout, 147 chefs d'Etat seront présents lundi en séance plénière.

"Tout est inquiétant pour l’instant car rien n’est très concret" Rien ne se fera sans la Chine Rôle ambigu Mais c’est un "rôle ambigu", explique-t-elle. Pierre Rabhi : « La COP21 ne s’attaque pas aux sources des déséquilibres » Entre deux conférences, la promotion de ses derniers livres et la rédaction d’un manifeste, prélude au lancement d’un forum citoyen, Pierre Rabhi nous a reçus chez lui, à Montchamp, hameau paisible d’Ardèche. Le paysan-philosophe de 77 ans, chantre de l’agroécologie, ne se fait guère d’illusion sur l’issue de la COP21 et appelle à quitter le culte de la croissance indéfinie. L’agroécologie qu’il défend promeut, entre autres pratiques agricoles, la pluriculture, le compostage ainsi que la recherche de complémentarité entre espèces, et cherche à intégrer l’ensemble des paramètres de gestion écologique de l’espace cultivé tels qu’une meilleure utilisation de l’eau, la lutte contre l’érosion, la réintroduction des haies, le reboisement et la biodiversité.

Dans un mois, les dirigeants de 195 pays se penchent sur le futur de la planète. Qu’attendez-vous de la Conférence de Paris sur le climat ? Pierre Rabhi Il ne sortira rien de cette énième grand-messe. C’est-à-dire ? « La phase politique fait toujours plus évoluer les choses. Terra eco : C’est la mi-temps de la conférence. Où en est-on du texte d’accord ? Pierre Radanne : Ce que les négociateurs ont fait pendant la première semaine, c’est ranger le texte, le comprimer, sans supprimer les différentes options.

La négociation politique est devant nous. On va vers un accord qui ne sera pas juridiquement contraignant : les Nations unies n’ont pas de pouvoir de sanction. On va vers un processus en marches d’escalier, avec une marche tous les cinq ans, cela semble faire accord. Pour que ce processus fonctionne de façon loyale, il faut qu’il ait un système de transparence sur les objectifs des pays, les actions qu’ils conduisent, l’argent qu’ils versent ou l’argent qu’ils touchent. C’est ce système de transparence qu’il faut boucler.

Qu’est-ce qui va changer entre la phase technique et la phase politique ? Sur les forces en présence, qu’est-ce qui va changer ? Nous ne sommes pas dans une négociation où des groupes se mettent dans des logiques d’obstruction. L'accord final.