Wikibéral

Facebook Twitter

WikiEncyclopédies. Main Page - Liberpédia. Le Schtroumpfissime. De Wikiberal. est la neuvième histoire de la série de Peyo et Yvan Delporte.

Le Schtroumpfissime

Elle est publiée pour la première fois de septembre 1964 à mai 1965 dans le journal Spirou, puis en 1965 dans le deuxième album de la série, également intitulé Le Schtroumpfissime. L'album met en scène le village des Schtroumpfs qui, pendant l'absence du Grand Schtroumpf, vote pour élire un chef. Rump party. Wikibéral : 20 millions de pages vues! Wikibéral, l’encyclopédie libérale de référence, vient de franchir un nouveau record, avec plus de 20 millions de pages vues depuis 2005.

Wikibéral : 20 millions de pages vues!

Par Alexis Vintray. Logo de Wikibéral Wikibéral avait mis quatre ans à atteindre les 5 millions de pages vues et moins d’un an et demi (fin 2010) pour toucher les 10 millions. Propriété. Définition.

Propriété

La légende rose de la Sécurité sociale française. La légende rose de la Sécurité sociale française est une étude réalisée par Laure Allibert, où elle fait état des idées reçues, au sujet de la Sécurité sociale et de la Retraite.

La légende rose de la Sécurité sociale française

Laure Allibert montre, ainsi, le degré de soumission voire de servitude des français, que ce soit de façon " volontaire " ou que ce soit de façon contrainte, par rapport à la Sécurité sociale et aussi par rapport à la Retraite par répartition. La légende rose de la Sécurité sociale française s'inscrit donc dans le contexte du problème du monopole de la Sécurité sociale et de la Retraite par répartition, et est une analyse analogue et / ou complémentaire et / ou particulière, mais toujours cohérente, et suivant une identité de point de vue par rapport à l'Abrogation du monopole de la Sécurité Sociale. Wikipedia de retour en Italie après un black-out contre une loi. Mise à jour - les contributeurs de Wikipédia ont remis en ligne ce jeudi la version italienne de l'encyclopédie.

Wikipedia de retour en Italie après un black-out contre une loi

Un bandeau d'avertissement a toutefois été maintenu, afin d'alerter les internautes italiens des dérives que fait courir la proposition de loi sur les écoutes. Sujet du 05 octobre - À situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle. 14 millions de pages vues pour Wikibéral. Wikibéral avait mis quatre ans à atteindre les 5 millions de pages vues, mais c’est en moins d’un an et demi (fin 2010) que l’encyclopédie libérale en ligne avait atteint les 10 millions. Le rythme semble s’accélérer de manière prodigieuse, puisque nous venons à présent, fin mai 2011, de franchir le cap de 14 millions de pages vues.

Le succès ne se dément donc pas pour ce projet de l’association Liberaux.org, avec plus de 3600 articles à ce jour. Pour parfaire votre information, voici quelles sont les pages les plus consultées, par ordre d’importance : Wikio. Diagramme de Nolan. Le diagramme de Nolan est un échiquier politique qui permet de se représenter sur une échelle du positionnement de partis ou mouvements politiques.

Diagramme de Nolan

Il a été élaboré par le libertarien David Nolan. Ce diagramme montre les « libertés économiques » (comme le niveau des impôts, le marché libre et la libre entreprise) sur l'axe des abscisses, et les « libertés individuelles » (liberté de circulation, laïcité, libre possession de son corps qui regroupe la légalisation des drogues, l'avortement, l'euthanasie,...) sur l'axe des ordonnées. Ceci place l'aile gauche en haut à gauche de ce diagramme, l'aile droite en bas à droite, les libertariens en haut à droite, et en bas à gauche les totalitaristes (d'extrême-gauche comme d'extrême droite). Ces derniers furent regroupés par Nolan sous l'appellation de populistes pour leur tendance à s'appuyer sur le « petit peuple », toutefois cela ne recoupe pas l'usage récent du terme populiste pour désigner des programmes économiquement très libéraux.

Citations sur l'État. Frédéric Bastiat. Frédéric Bastiat (30 juin 1801 - 24 décembre 1850) est un économiste libéral français.

Frédéric Bastiat

École autrichienne. L'École autrichienne [1] (dite aussi « école de Vienne » ou « école psychologique ») est une école de pensée en économie élaborée suite à la publication des Principes d'économie politique de Carl Menger en 1871.

École autrichienne

Ses principaux représentants sont, outre Carl Menger, Eugen von Böhm-Bawerk, Ludwig von Mises, Friedrich von Hayek et Murray Rothbard. Paul Emile de Puydt, Panarchie (1860) Un moderne a dit: « Si j'avais la main pleine de vérités, je me garderais bien de l'ouvrir. » Ce mot est peut-être d'un sage: à coup sûr il est d'un égoïste.

Paul Emile de Puydt, Panarchie (1860)

Paul-Louis Courier. Paul-Louis Courier de Méré est un pamphlétaire français né à Paris le 4 janvier 1772 et mort dans la forêt de Larçay près de Véretz (Indre-et-Loire), le 10 avril 1825.

Paul-Louis Courier

Un artilleur lettré Fils d’un riche bourgeois qui verrait bien son fils embrasser la carrière militaire, il étudie les mathématiques. Toutefois, il préfère une page d’Isocrate à toutes les vérités d’Euclide. Il entre néanmoins à l’école d’artillerie de Châlons et en sort officier en 1793. Il sert sans enthousiasme dans les armées du Rhin et de Rhin-et-Moselle. Monarchiste modéré, il n’aime guère la République, odieuse sous la Convention et méprise le Directoire; l’Empire lui parait une bouffonnerie où les emplois seraient réservés aux virtuoses de la flagornerie. Panarchie. La panarchie est une théorie politique prônant la coexistence de tous les systèmes politiques, où chacun s'affilie librement au gouvernement de son choix (ou ne s'affilie à aucun gouvernement), et où les règles du droit international s'appliquent aux rapports entre individus dépendant de gouvernements différents. Le terme a été inventé en 1860 par le belge Paul Émile de Puydt, mais d'après Gian Piero de Bellis on trouve déjà le mot « panarchie » chez un philosophe cosmopolite France Patric (Franciscus Patricius, 1529-1597) dans son traité « Nova de universis philosophia » (« Nouvelle Philosophie à propos des Univers ») publié en 1591.

Les panarchistes affirment que la panarchie est anti-politique, puisque tous les pouvoirs politiques (impôts obligatoires, règlements imposés, autorité gouvernementale et administrative) disparaissent pour laisser place aux seuls rapports volontaires entre les hommes. Subsidiarité. La subsidiarité peut se définir comme la hiérarchisation des pouvoirs au sein d'une société en fonction des compétences propres à chacun des éléments constitutifs de cette dernière. Le principe de subsidiarité énonce le souhait que les compétences des groupements d’ordre supérieur doivent se limiter aux tâches que les groupements d’ordre inférieur ne peuvent faire par eux-mêmes.

Les décisions devraient donc être prises à l'échelon le plus adapté (si possible au niveau de l'individu), de façon à permettre la résolution la plus rapide et la plus efficace des problèmes. Le contraire du principe de subsidiarité est la centralisation, qu'elle soit le fait d'une autorité centrale coercitive, ou que les groupements d’ordre inférieur (individus, communes, cantons, régions...) cèdent leur droit à l'entité supérieure, en échange de subventions : on n'accepte pas aisément une atteinte à sa propre souveraineté - à moins de recevoir de l'argent en compensation !

Wikiberal. Anthony Giddens.