background preloader

Iphigénie en Tauride

Facebook Twitter

Du 13 au 25 septembre 2016
Salle Koltès | durée du spectacle inconnue
Texte Goethe | Mise en scène Jean-Pierre Vincent

Infos pratiques sur le site du TNS. Résumé Sauvée du sacrifice par Diane, Iphigénie est exilée en Tauride depuis des années et rêve de revoir les siens.

Infos pratiques sur le site du TNS

Elle a convaincu le roi Thoas de cesser l’exécution des étrangers qui débarquent sur ses terres. Quand elle refuse à nouveau de l’épouser, il décide de rétablir cette peine de mort. Or, deux jeunes hommes viennent d’accoster, dont l’un est Oreste, le frère d’Iphigénie… Goethe (1749-1832) offre à cette héroïne antique, porteuse de « la malédiction des Atrides », une parole empreinte de l’esprit des Lumières, ouvrant ainsi une brèche dans l'enchaînement fatal de la violence.

Dossier pédagogique du spectacle. Dossier sur le spectacle. 12 raisons d'aimer l’Iphigénie en Tauride de Goethe.

Maquette décors

Photos de répétition. Johann Wolfgang von Goethe. Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire mondial des littératures ».

Johann Wolfgang von Goethe

Écrivain allemand (Francfort 1749 – Weimar 1832). Fils d'une famille bourgeoise aisée, il commence très tôt à écrire. Ses études de droit le mènent à Leipzig, puis à Strasbourg (1770-1771), où Herder lui révèle Shakespeare, Homère, Ossian, la poésie populaire. Une brève idylle avec la fille du pasteur de Sesenheim rendra célèbre le nom de Frédérique Brion. L'expérience de la cour Licencié en droit, Goethe devient conseiller à la Cour suprême du Saint Empire à Wetzlar. À l'automne de 1775, il est invité à la cour de Saxe-Weimar pour y être l'ami, le confident, le collaborateur du jeune duc. Le retour à l'écriture Mais Goethe voit son temps s'émietter à Weimar dans des tâches subalternes.

En 1795-1797, il publie les Années d'apprentissage de Wilhelm Meister que certains considèrent comme le plus grand roman de langue allemande. Le Sage de Weimar Le prestige de Goethe est immense. Faust, tragédie. Extrait Iphigénie en Tauride. Iphigénie en Tauride de Goethe. Article complémentaire. Sources théâtrales.

Jean-Pierre Vincent | metteur en scène

Cécile Garcia Fogel. Vincent Dissez. Thierry Paret. Alain Rimoux. Pierre-François Garel. Les lumières d'Iphigénie au TNS. Jean-Pierre Vincent ramène Iphigénie sur nos rivages. Vincent met en scène «Iphigénie en Tauride» de Goethe. Essayons d’égrener ce bonheur.

Vincent met en scène «Iphigénie en Tauride» de Goethe

"Parle franchement! Tu sais que je tiens parole" Plaisir de se retrouver au Théâtre national de Strasbourg où, depuis que Stanislas Nordey en a pris la direction, y règne une atmosphère allègre et butineuse sans pareille comme la maison n’en avait pas connu depuis les années où, justement, Jean-Pierre Vincent en était le directeur et s’était entouré, comme le fait Nordey à sa manière, d’une équipe artistique. Plaisir de retrouver dans la distribution du spectacle, Alain Rimoux -il était un des acteurs permanents de l’époque Vincent-, dans le rôle, très attachant parce que très humain, du roi Thoas qui, malgré son âge avancé, est amoureux de la jeune Iphigénie mais n’abusera pas de ses pouvoir royaux pour arriver à ses fins, son dernier mot (qui est aussi celui de la pièce), un pudique « adieu » à peine soufflé, presque ravalé, résume le personnage et l’art de l’acteur qui l’interprète. "Je le verrai.

Plaisir de retrouver Jean-Paul Chambas qui signe le décor. Iphigénie en Tauride au TNS : le pouvoir pacificateur de la parole, face à la fatalité de la violence. Un « théâtre des passions positives » que Jean-Pierre Vincent considère « audacieux et revigorant, aujourd’hui plus que jamais. » Un théâtre militant et pédagogue, flirtant savamment avec une forme délibérément désuète et un jeu absolument contemporain.

Iphigénie en Tauride au TNS : le pouvoir pacificateur de la parole, face à la fatalité de la violence

Jean-Pierre Vincent avec les acteurs de « Iphigénie en Tauride » (Photo Fernandez Jean-Louis) Un autre monde est possible C’est ce que semble affirmer Jean-Pierre Vincent en proposant sa lecture de l’Iphigénie en Tauride de Goethe aujourd’hui. La langue de Goethe résonne avec force, portée par la puissance du « Sturm und Drang » mais aussi par l’éclairage positif que les Lumières portent sur le monde. C’est une réponse au cynisme et aux cycles de violence dont nous avons quelque peu perdu l’habitude. Les dieux sont présents. Iphigénie incarne une certaine forme de liberté qui s’impose à elle de façon viscérale, telle une nature profonde et indomptable. « Sturm und Drang » donc.

Iphigénie, championne féministe Le théâtre à l’ancienne.