background preloader

LA SOLASTALGIE

Facebook Twitter

'Solastalgia' A New Concept in Health and Identity. Qu'est-ce que la solastagie ? La solastalgie n’a rien de solaire, c’est même plutôt le contraire : l’obscurité et la déprime qui s’incrustent dans votre esprit quand vous pensez à la situation climatique.

Qu'est-ce que la solastagie ?

C’est un philosophe australien qui a inventé cette notion en 2007, qu’on pourrait traduire, en mélangeant les racines par « douleur du réconfort » : la souffrance de perdre ce qui nous entoure et où on se sent bien, un peu comme quand on quitte une maison pleine de souvenirs. Sauf que là, on la ressent en étant encore à l’intérieur. Quels sont les symptômes ? Ça peut être de la tristesse, de la colère, de l’angoisse, bien sûr, des insomnies, et même aller jusqu’à la dépression sévère. Il y a des dizaines de témoignages qui « broient du noir », « pleurent et font des cauchemars », sont « au fond du gouffre » ou celui-là, tiens, qui passe pour le rabat-joie en étant désespéré quand on annonce une belle journée avec 20 °C en plein hiver.

Y a-t-il des gens plus fragiles que d’autres ? Éco-anxiété, solastalgie, les nouveaux maux du siècle ? Selon les derniers chiffres du baromètres IRSN, la dégradation de l'environnement est la quatrième préoccupation des français et 56% craignent les effets du réchauffement climatique.

Éco-anxiété, solastalgie, les nouveaux maux du siècle ?

Le Dr Alice Desbiolles porte un éclaircissement sur la solastalgie. L'invitée Alice Desbiolles est médecin de santé publique, spécialisée en santé environnementale, et auteur du blog, Le stétho d'Alice. Elle prépare un livre sur le thème de l’éco-anxiété, qui sortira au printemps prochain. L'éco-anxiété se traduit par un sentiment d’angoisse intense face à la dégradation de l'environnement. Solastalgie. La solastalgie ou éco-anxiété est une forme de souffrance et détresse psychique ou existentielle causée par exemple par les changements environnementaux actuels et attendus[1], en particulier concernant le réchauffement climatique[2] et la biodiversité.

Solastalgie

Ce concept permet aussi selon Glaway & al. (2019) de mieux comprendre certains liens entre santé humaine et santé environnementale, qui inclut la santé des écosystèmes, en particulier via « les effets cumulatifs des changements climatiques et environnementaux sur la santé mentale, émotionnelle et spirituelle »[3]. Le syndrome de solastalgie peut être associé à un stress pré-traumatique (en référence au stress post-traumatique).

Selon B. Étymologie[modifier | modifier le code] Le mot solastalgie est un néologisme inventé en 2003 par le philosophe australien de l'environnement Glenn Albrecht, avec un premier article publié sur ce sujet en 2005[9]. C'est une combinaison de deux mots : Mine de fer de l'Erzberg. Connaissez-vous la solastalgie ? Il s’agit de la douleur psychologique induite par le dérèglement climatique et touche désormais des millions de personnes dans le monde. Atlantico : Dès 2007, le philosophe de l'écologie Glenn Albrecht décrit la "solastalgia" comme une forme non reconnue de détresse psychologique liée à la dégradation de l'environnement.

Connaissez-vous la solastalgie ? Il s’agit de la douleur psychologique induite par le dérèglement climatique et touche désormais des millions de personnes dans le monde

Comment définiriez-vous précisément la notion ? Quels sont ses symptômes ? Marie Romanens : C'est en 2007 que Gleen Albrecht a donné le nom de solastalgia au sentiment de peine éprouvé devant les dégradations de l'environnement. En étudiant l’impact de l’activité minière et d’autres industries lourdes sur la santé des habitants d'une vallée en Australie, ce philosophe eut l’occasion de mesurer la détresse des personnes confrontées à la destruction de leur territoire.

Outre l’augmentation des maladies respiratoires, de certains cancers rares, de malformations des nouveau-nés..., les interviews révélaient un accroissement des états dépressifs. Solastalgie : l'émotion du changement climatique. Le mot « solastalgie » a été créé et théorisé par Glenn Albrecht, philosophe australien, dans la revue PAN (Philosophy, Activism, Nature) en 2005.

Solastalgie : l'émotion du changement climatique

Alors qu’il étudie les grands changements survenus dans le comté de l’Upper Hunter sous l’action combinée des mines de charbon, de la centrale électrique et de la sécheresse persistante qui sévit dans la région, il est frappé par le récit des habitants. Lors de leurs entretiens, tous se montrent très préoccupés par la transformation radicale de ce lieu où nombre d’entre eux sont nés et ont toujours vécu. « Leur détresse était palpable, même au téléphone », raconte Albrecht.

(c) Marina Neil Il se lance dans un travail de recherche sur la topophilie (l’amour du lieu où l’on vit) et met en évidence le lien entre les changements environnementaux et l’augmentation du taux de dépression et de suicide dans les zones rurales particulièrement touchées par ces bouleversements. Eco-anxiété, dépression verte ou « solastalgie » : les Français gagnés par l’angoisse climatique.

Article réservé aux abonnés C’est un banal sondage qui l’a fait plonger.

Eco-anxiété, dépression verte ou « solastalgie » : les Français gagnés par l’angoisse climatique

En novembre 2018, Clémence Bertolini apprenait que les deux tiers, environ, de ses compatriotes accordaient plus d’importance au pouvoir d’achat qu’à la transition écologique. « La goutte d’eau, trois mois après la démission de Nicolas Hulot du gouvernement… J’ai réalisé que rien ne changerait. C’était foutu. » Lyonnaise, tout juste quadragénaire, Clémence a abandonné son sourire de battante et ses illusions de pionnière de la couche lavable pour se claquemurer durant huit mois chez elle. « J’étais dévastée, tellement déçue par l’être humain, sa propension à ­l’égoïsme… Je ressentais une colère profonde. Comme l’icône suédoise de la jeunesse en rébellion écologique, Greta Thunberg, qui, à 11 ans, a sombré après avoir vu un documentaire sur les ours polaires.