background preloader

GAYTITUDE

Facebook Twitter

Après «120 BPM», épargnez-nous vos louanges. Il y a encore deux mois, ma mère me disait à table : ­«Didier, tu as tout fait contre le sida, c’est bien, maintenant, il faut que tu tournes la page et que tu écrives sur autre chose.»

Après «120 BPM», épargnez-nous vos louanges

Je lui ai répondu : «Mais je sais maman ! Tous mes amis me le disent depuis des années, rassure-toi, je n’ai plus rien à raconter.» «Lorsque Macron a estimé qu’on n’avait pas assez écouté la Manif pour tous, ça a été d’une violence incroyable» Electeurs de gauche, ils vont voter pour Emmanuel Macron dimanche.

«Lorsque Macron a estimé qu’on n’avait pas assez écouté la Manif pour tous, ça a été d’une violence incroyable»

Pas par gaieté de cœur ni par conviction, mais «par devoir contre l’extrême droite». Nombreux sont les citoyens qui, dans leurs courriels, ont insisté sur leur opposition à Marine Le Pen et à ses idées. La main de l'ultradroite dans l'affaire des noyés de la Deûle. L’affaire avait été classée sans suite.

La main de l'ultradroite dans l'affaire des noyés de la Deûle

Un suicide, pensaient alors les enquêteurs. Hervé Rybarczyk, guitariste des Ashtones, groupe lillois de punk-rock, avait été retrouvé mort dans le canal de la Deûle, en novembre 2011. En fait, il a sans doute été passé à tabac par un groupe de skinheads. La semaine dernière, trois membres de l’extrême droite radicale ont été mis en examen pour «violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner, en réunion, avec préméditation ou guet-apens et avec arme», une information révélée ce mercredi par la Voix du Nord. Quand le meilleur tennisman du monde était homosexuel. C’était il y a vingt-et-un ans et le Germantown Cricket Club exposait alors au soleil ardent de Philadelphie ses splendides courts en gazon luisant devant son majestueux club-house.

Quand le meilleur tennisman du monde était homosexuel

Quelque part dans ce vaste espace vert, le sport français avait laissé la trace, invisible, de l’un des plus hauts faits d’arme de son histoire lorsque Henri Cochet avait concrétisé la balle de match contre Bill Johnston qui avait permis à la France de remporter sa toute première Coupe Davis en 1927 lors du cinquième match décisif contre les Etats-Unis –événement considérable qui allait entraîner dans la foulée la construction du stade de Roland-Garros.

Au cœur de ce pèlerinage, j’avais tenté de retrouver aussi l’empreinte laissée par l’un des anciens membres du huppé Germantown Cricket Club, personnage grâce à qui les Etats-Unis avaient régné sur le tennis mondial dans les années vingt avec notamment sept succès consécutifs en Coupe Davis. Ces femmes qui ont épousé des homosexuels sans le savoir. (Article initialement publié le 1er juin 2016) Ouvrant son livre sur les «Femmes d'homosexuels célèbres», Michel Larivière écrit: «Du temps de la persécution, […] les homosexuels, pour la plupart, ont vécu également une pratique hétérosexuelle, pour ne pas risquer l'opprobre.»

Ces femmes qui ont épousé des homosexuels sans le savoir

On a peu écrit sur ces femmes alibis. Frank Mugisha, figure lumineuse de la lutte pour les droits des homosexuels en Ouganda. Pour entrer dans son bureau, il appose son index sur un capteur d’empreintes digitales.

Frank Mugisha, figure lumineuse de la lutte pour les droits des homosexuels en Ouganda

Frank Mugisha, petit gabarit de 36 ans, est ouvertement gay en Ouganda, où les relations homosexuelles sont punies de la prison à vie depuis l’époque coloniale. Il vit donc constamment sur ses gardes. « J’ai été frappé dans la rue, au supermarché, harcelé par la police. J’ai aussi reçu des menaces de mort écrites, glissées sous ma porte. En Egypte, la situation des homosexuels se dégrade. « Des bars gays ?

En Egypte, la situation des homosexuels se dégrade

En Egypte ? » La stupéfaction quelque peu théâtrale de Tarek* sied bien au personnage. Marche des fiertés: il faut lire Larry Kramer. Écrivain, scénariste, militant, fondateur des deux plus importantes associations de lutte contre le sida (le GMHC et Act Up), Larry Kramer est presque inconnu en France, et pour cause: un seul de ses livres y a été traduit, tandis que tous ses plus grands écrits sur le VIH ont été écartés.

Marche des fiertés: il faut lire Larry Kramer

Pourtant, son actualité est riche. Il y a un an sortait In Love And Anger, documentaire produit par HBO qui racontait son histoire et son influence déterminante dans la victoire médicale contre le sida. Au même moment, le premier tome du magnum opus sur lequel il travaille depuis des décennies, The American People, long de 800 pages, racontait l'histoire américaine à travers ses maladies et l'héritage des homosexuels qui ont marqué sa culture. Le second tome devrait sortir cette année. Mais voilà, personne n'en a parlé. «The Normal Heart»: le sida, c'était ça. Ce n’est pas le joli film que l’on espérait, mais The Normal Heart est bien la base de tous les films sur le sida de la première époque.

«The Normal Heart»: le sida, c'était ça

Il aura fallu presque 30 ans pour que la célèbre pièce de théâtre de Larry Kramer soit adaptée à l’écran. Mais le fait que cette production HBO ait récolté un des meilleurs scores de la chaîne, le 26 mai 2014, atteste une nouvelle fois du besoin pressant de raconter une histoire du sida qui n’intéresse pourtant que modérément. C’est un succès d’audience mais pas un chef d’œuvre. Transphobie : «J'ai été traité de travelo, de mal baisé, de chose» Comme l’homophobie, la biphobie et la lesbophobie, elle est elle aussi bien incrustée.

Transphobie : «J'ai été traité de travelo, de mal baisé, de chose»

Elle, c’est une fourbe défiance teintée de rejet : la transphobie. Le dernier rapport annuel de l’association SOS Homophobie, rendu public en mai, permet de mieux appréhender son ampleur en France : l’association avait ainsi recueilli 63 témoignages de personnes trans victimes de méfiance, de discrimination, de rejet, de violences ou de mépris. Pourquoi les médias ont-ils si peur de l’«homophobie» ? Il y a trois semaines, la fusillade homophobe d’Orlando, qui a fait 49 morts et 53 blessés dans un club gay de Floride, fut la tuerie de masse la plus meurtrière qu’aient jamais connue les Etats-Unis. Elle fut aussi révélatrice de l’incapacité en France à écrire et à prononcer le terme «homophobe». A l’approche de la marche parisienne des fiertés LGBT (lesbiennes, gay, bi, trans), qui se tiendra samedi 2 juillet, l’Association des journalistes LGBT (AJL) rappelle aux médias la nécessité d’utiliser les bons mots.

A l’annonce de la tuerie américaine, très peu de médias français ont souligné le caractère homophobe de l’attaque. Cahors. L'homosexualité en zone rurale encore taboue - 03/12/2007 - ladepeche.fr. Ces femmes qui ont épousé des homosexuels sans le savoir. James Baldwin (écrivain) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. James Baldwin James Baldwin en 1955 James Baldwin (2 août 1924 à Harlem, New York - 1er décembre 1987 à Saint-Paul-de-Vence) est un écrivain noir américain, romancier, poète, auteur de nouvelles, de théâtre, d’essais. Abdellah Taïa : «Le problème de l'homophobie au Maroc n'est pas religieux mais politique» Deux Marocains lynchés dans leur appartement de Beni Mellal au Maroc parce qu’homosexuels, la vidéo de leur agression diffusée sur les réseaux sociaux, une des deux victimes qui prend quatre mois ferme, l’autre d’abord en fuite, qui a été arrêtée et attend son jugement, un des agresseurs qui écope de deux mois avec sursis… L’écrivain Abdellah Taïa, 43 ans, réagit à ces agressions homophobes qu’il qualifie de «phénomène de mode» grandissant au Maroc, encouragé par le pouvoir politique. à lire aussi Agression homophobe au Maroc : quatre mois ferme pour la victime.

Comment le premier coming out d’Hollywood a créé un mythe du design. Superstar hollywoodienne des années folles, William Haines a refusé de cacher son homosexualité. La censure a eu raison de sa carrière d'acteur mais ne l’a pas empêché de donner libre cours à une autre passion: le design. Ce dont on peut être certain, c’est qu’il y a eu un avant et un après pour la star de la Metro Goldwyn Mayer (MGM). L’acteur le plus bankable de l’année 1929 aux États-Unis répondrait plus tard sans détour à la sempiternelle question des journalistes et de ses clients: «Pourquoi ai-je quitté le cinéma pour me tourner vers le design d’intérieur?

Tout simplement parce que Louis B. Migrant et homo : la double peine. Le 1er février en Allemagne, l'association "Fliederlich" a ouvert à Nuremberg le premier centre d'accueil pour réfugiés homosexuels. Une nécessité pour son fondateur, Michael Glas, car "les préjugés ne disparaissent pas une fois les frontières franchies", explique-t-il à l'AFP. En clair, la menace liée à l'orientation sexuelle des réfugiés est aussi présente dans les centres lorsqu'ils sont accueillis en Allemagne. Un problème que l'on retrouve de ce côté-ci du Rhin, dans les Centres d'accueil pour demandeurs d'asile (CADA). Mais à la différence de l'Allemagne, aucune structure spécifique n'existe à l'heure actuelle en France pour accueillir et protéger les réfugiés homosexuels.

La vie sexuelle de J.M. Keynes - DINDE. J’ai beaucoup d’admiration pour l’auteur de la Théorie Générale. Danielguerin.info : ParisGay1925. Cet entretien a été publié dans "Paris Gay 1925" (livre de G. Barbedette et G. L’homosexualité expliquée à un-e ado (mais pas que ) en 100 questions-réponses courtes.

Football, l'homoerta dure toujours. Des gays dans le foot ? (20+) L’indicible homophobie ordinaire. Comment le «Einstein du Sexe» a permis de sauver le premier film LGBT. Convertir les homos ? L'Etat de New York y renonce enfin. GRAND FORMAT. 12 portraits de "queers" néoclassiques. Vincent. Jean-Paul Cluzel, France cul(ture) Les homos se suicident plus : une campagne choc pour prévenir. Héros, homo et martyr : Alan Turing, le maudit. Commémorations: N'oublions pas les victimes tsiganes et homosexuelles du nazisme.

Enfin, les jeunes gays s'intéressent aux Silvers. Préférences sexuelles : comment la relation parent-enfant influence notre sexualité. «Le coming out de Tim Cook contribue à l'image positive d'Apple» «The Normal Heart»: le sida, c'était ça. Conchita Wurst vous "révulse", cher M. Combaz? Les icônes gays sont mortes.