background preloader

CINEMA

Facebook Twitter

Gun crazy, diamant brut – lecinochedelamo. Gun crazy (Le démon des armes en vf) est un film noir de Joseph H.

Gun crazy, diamant brut – lecinochedelamo

Lewis datant de 1950. L’occasion de revisionner cette bande m’a procuré un second choc, bien après celui de mon adolescence. Choc artistique bien sûr. Cette *petite* série b sortie au moment où le Film Noir avait déjà livré ses chefs d’œuvre, tels que The big sleep (Le grand sommeil, Howard Hawks, 1946), Gilda (Charles Vidor, 1947) ou encore White heat (L’enfer est à lui, Raoul Walsh, 1949) et genre dans lequel s’étaient illustrés les plus grands réalisateurs aurait pu passer inaperçue.

Pourquoi donc évoquer ce film ? Chère Fleur Pellerin, vous avez été la meilleure ministre de la Culture possible. Ode à celle qui a fait le job en montrant qu'il n'y avait plus de job.

Chère Fleur Pellerin, vous avez été la meilleure ministre de la Culture possible

Chère Fleur Pellerin, la vie politique est brutale. On vous a virée, sans un merci. Pour vous remplacer (oui, je sais bien qu’on devrait dire «succéder») par une inconnue, sans fiche Wikipédia, c’est dire l’affront. Mais une inconnue, venant de l’ENA comme vous, qui est passée au CNC et, surtout, officiait à l’Elysée. "Alleluia" ou l'histoire vraie des "Tueurs de la Lune de miel" - L'Obs. Dans les salles depuis le 26 novembre, le (bon) film de Fabrice du Welz "Alleluia" est dérivé d’un fait divers ayant déjà donné naissance à plusieurs films, parmi lesquels le très réussi "Carmin profond" du Mexicain Arturo Ripstein (1997).

"Alleluia" ou l'histoire vraie des "Tueurs de la Lune de miel" - L'Obs

Mais l’origine réelle de ces films est cinématographique et s’incarne dans ce pur chef-d’œuvre qu’est "The Honeymoon Killers" ("Les Tueurs de la lune de miel"), seul et unique réalisation de Leonard Kastle. Et l’histoire de "Honeymoon Killers" est plus extraordinaire encore que celle de ses sinistres héros. L'histoire vraie d'un couple de tueurs en série. 18 novembre 1929: le jour où la Terre a pété un câble. Le communautarisme a-t-il gagné ? - Bibliobs - L'Obs. L'Obs Dans votre livre «les Nouveaux Rouges-Bruns» (1), vous vous en prenez à une nouvelle tendance intellectuelle de la gauche, de Christophe Guilluy à Jean-Claude Michéa ou Jean-Pierre Le Goff, qui selon vous exalte les valeurs de classes populaires en souffrance face à la prétendue perte de leur identité.

Le communautarisme a-t-il gagné ? - Bibliobs - L'Obs

Que la gauche recommence à s'intéresser aux classes populaires et tente de les comprendre au lieu de les sermonner, on aurait pourtant pu y voir une bonne nouvelle, non? Il est urgent de préparer la décroissance ! REX/Stuart Forster/REX/SIPA >>> Article paru dans Marianne daté du 24 octobre Les partis de gouvernement et d'opposition, de la droite à la gauche, se sont engagés depuis des décennies dans une quête effrénée de croissance, par la promotion du consumérisme et du « progrès » technoscientiste.

Il est urgent de préparer la décroissance !

Les effets de ces politiques sont pourtant implacables : les 67 milliardaires les plus riches de la planète détiennent autant de richesse que les 3,5 milliards d'humains les plus pauvres ; le 5e rapport du Giec annonce une augmentation de 4,8 °C d'ici à la fin du siècle, induisant des événements climatiques extrêmes, une insécurité alimentaire, une perte de biodiversité, plus de migrations contraintes... La pauvreté augmente, la peur d’y tomber aussi.

Daniel Cohen : «Le progrès technique, c’est fini : à preuve la croissance ne cesse de décliner» Quand Daniel Cohen, directeur du département d’économie de l’Ecole normale supérieure et du Cepremap (Centre pour la recherche économique et ses applications), défend son livre Le monde est clos et le désir infini (Albin Michel), il parle de l’ouvrage le plus optimiste qu’il ait écrit.

Daniel Cohen : «Le progrès technique, c’est fini : à preuve la croissance ne cesse de décliner»

On voudrait le croire quand il souligne que nous devons changer de modèle en arrêtant de nous intoxiquer à une croissance erratique, qui apparaît et disparaît, créant une insécurité économique et sociale insupportable. Www.chronodrome.fr. Libération - Climat : «La croissance verte, un nouveau mythe» Economiste en chef de l’Agence française de développement et auteur, entre autres, de Vingt Propositions pour réformer le capitalisme (Éd.

Libération - Climat : «La croissance verte, un nouveau mythe»

Garnier-Flammarion, 2009), Gaël Giraud était lundi l’un des intervenants du Forum Convergences, qui se tient jusqu’à mercredi à Paris sur le thème «zéro exclusion, zéro carbone, zéro pauvreté». Participant une conférence intitulée «Au-delà du PIB : vers une définition plus intégrée de la croissance», il a souligné combien il est «fondamental» de se rendre compte que notre modèle économique actuel, basé sur la croissance du PIB, «dépend essentiellement de l’augmentation de la consommation d’énergies fossiles». Pour Gaël Giraud, mettre en évidence ce lien, «minoré par nombre d’économistes», permet de réaliser qu'«on ne peut pas continuer sur ce chemin-là et qu’il faut donc inventer un autre type de prospérité». Oui. Et arrêter d’utiliser la croissance du PIB comme condition sine qua non à tout projet économique et politique.

Les Pinçon-Charlot chez les fraudeurs fiscaux. C’est un drôle de refrain : Fraus omnia corrumpit.

Les Pinçon-Charlot chez les fraudeurs fiscaux

L’adage juridique latin – «la fraude corrompt tout» – ne figure pas dans le nouveau livre des deux sociologues Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot, mais il ne cesse de venir à l’esprit tout au long de leur périple entre Paris, Genève et Luxembourg. La presse a raconté par le menu les grandes affaires récentes de fraude fiscale, le rôle des lanceurs d'alerte, les péripéties judiciaires, les familles éclaboussées par le scandale. Les blogs sont morts. Voici leur histoire. «The Day the Clown Cried»: le film invisible et magnifique de Jerry Lewis sur la Shoah. Jean-Michel Frodon est l'un des rares à avoir vu un montage de ce film.

«The Day the Clown Cried»: le film invisible et magnifique de Jerry Lewis sur la Shoah

Ne croyez pas ceux qui ont pu dire que ce film était horriblement mauvais et parfaitement inadmissible. Jerry Lewis s'inscrit dans la lignée de Chaplin et Lubitsch avec un film qui affronte les aspects les plus sombres de la barbarie moderne avec les moyens de la comédie. Et s'il dérange tant, c'est notamment parce qu'il n’est ni sérieux et sentimental comme sont supposés être les films sur l'Holocauste, ni drôle comme se doivent de l'être les films de Jerry Lewis. "Hope" : dans les pas des migrants d'Afrique. Voor een verloren soldaat. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Voor een verloren soldaat

Voor een verloren soldaat (titre anglais For a Lost Soldier), (titre français Pour un soldat perdu, est un film néerlandais de Roeland Kerbosch (1992), adapté du roman autobiographique du chorégraphe Rudi van Dantzig. Synopsis[modifier | modifier le code] Fiche technique[modifier | modifier le code] Quinze héroïnes qui ont marqué l'histoire du western. De Jennifer Jones dans «Duel au soleil» à Hailee Steinfeld dans «True Grit», retour sur les prestations d'actrices tour à tour passionnées, courageuses, amoureuses, majestueuses... Le western est un genre cinématographique foncièrement viril… à quelques exceptions près.

Récemment sorti en salles, The Homesman de Tommy Lee Jones se distingue par sa distribution majoritairement féminine. Dans Un roi et quatre reines (1956) de Raoul Walsh, Clark Gable se retrouvait dans une ferme isolée en compagnie d’un quarteron de splendides présumées veuves et de leur belle-mère. "Matrix" : le deuxième sexe des "frères" Wachowski.