background preloader

Etat d'urgence

Facebook Twitter

Cazeneuve: "L'état d'urgence n'est pas l'abandon de l'Etat de droit" ÉTAT D'URGENCE - Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a rappelé jeudi 26 novembre que "l'état d'urgence, ce n'est pas l'abandon de l'Etat de droit parce que l'Etat de droit le prévoit" lors de l'émission "Des paroles et des actes" sur France 2.

Cazeneuve: "L'état d'urgence n'est pas l'abandon de l'Etat de droit"

"Il faut faire très attention à la manière dont sont mises en œuvre les conditions de l'état d'urgence", a souligné le ministre. Pour les perquisitions, les assignations à résidence, "j'ai besoin de ces mesures pour protéger les Français aujourd'hui", a-t-il dit. "Dans le démantèlement des arsenaux d'armes, dans le démantèlement d'un certain nombre de filières, dans un contexte où il faut le faire vite, cela est utile mais il ne faut pas que cela se fasse n'importe comment", a-t-il ajouté. "Une perquisition ne se fait pas n'importe comment" Etat d'urgence: La France ne respectera pas la convention européenne des droits de l'Homme. CONVENTION Les autorités françaises ont informé le Conseil de l'Europe que le pays va déroger à la convention européenne des droits de l'Homme... 20 Minutes avec AFP Publié le Mis à jour le.

Etat d'urgence: La France ne respectera pas la convention européenne des droits de l'Homme

« De l’Etat de droit à l’Etat de sécurité », par Giorgio Agamben. Pour le philosophe italien Giorgio Agamben, l’état d’urgence n’est pas un bouclier qui protège la démocratie.

« De l’Etat de droit à l’Etat de sécurité », par Giorgio Agamben

Il a, au contraire, selon lui, toujours accompagné les dictatures. On ne comprend pas l’enjeu véritable de la prolongation de l’état d’urgence [jusqu’à la fin février] en France, si on ne le situe pas dans le contexte d’une transformation radicale du modèle étatique qui nous est familier. Il faut avant tout démentir le propos des femmes et hommes politiques irresponsables, selon lesquels l’état d’urgence serait un bouclier pour la démocratie.

Les historiens savent parfaitement que c’est le contraire qui est vrai. L’état d’urgence est justement le dispositif par lequel les pouvoirs totalitaires se sont installés en Europe. Or le premier acte d’Hitler, après sa nomination, a été de proclamer un état d’urgence, qui n’a jamais été révoqué. Définition d’un Etat de Droit : les libertés et les droits fondamentaux en France – les PDG – principes généraux du Droit. Un État de droit est un système qui caractérise un régime démocratique et qui place le principe essentiel du respect de la légalité et la primauté du droit dans l’organisation politique et sociale.

Définition d’un Etat de Droit : les libertés et les droits fondamentaux en France – les PDG – principes généraux du Droit

Il est opposable du simple individu à la personne publique. Les libertés et les droits fondamentaux regroupent l’ensemble des droits essentiels des individus assurés dans un État de droit et une démocratie. Elles regroupent l’ensemble des droits de l’homme. Les libertés fondamentales reposent essentiellement sur de l’application des droits fondamentaux de la Constitution du 4 octobre 1958 et du préambule de la Constitution du 27 octobre 1946.

Les aspects Constitutionnels Les droits et les libertés des citoyens sont reconnus par : - la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 - le Préambule de la Constitution du 27 octobre 1946 - la Déclaration Universelle du 10 décembre 1948 - la Constitution du 4 octobre 1958 - le Code Civil La place du Droit Européen et International du Travail. Qu'est-ce-que l'Etat de droit ?  <p class="video_texte"> L'utilisation de javascript est obligatoire sur cette page pour voir l'animation.

Qu'est-ce-que l'Etat de droit ? 

</p> L’État de droit peut se définir comme un système institutionnel dans lequel la puissance publique est soumise au droit. Cette notion, d’origine allemande (Rechtsstaat), a été redéfinie au début du vingtième siècle par le juriste autrichien Hans Kelsen, comme un État dans lequel les normes juridiques sont hiérarchisées de telle sorte que sa puissance s’en trouve limitée. Dans ce modèle, chaque règle tire sa validité de sa conformité aux règles supérieures. Un tel système suppose, par ailleurs, l’égalité des sujets de droit devant les normes juridiques et l’existence de juridictions indépendantes. L'état d'urgence. Disponible au format Acrobat (71 Koctets) Pour faire face à des situations exceptionnelles, il existe en droit français plusieurs dispositifs juridiques qui permettent de renforcer les pouvoirs des autorités administratives et de restreindre les libertés publiques.

L'état d'urgence

L'article 16 de la Constitution donne au président de la République, « lorsque les institutions de la République, l'indépendance de la Nation, l'intégrité de son territoire ou l'exécution de ses engagements internationaux sont menacés d'une manière grave et immédiate et que le fonctionnement régulier des pouvoirs publics est interrompu », la faculté de prendre « les mesures exigées par ces circonstances, après consultation officielle du Premier ministre, des présidents des assemblées, ainsi que du Conseil constitutionnel ». L'état d'urgence a été déclaré à partir du 9 novembre 2005 en application des décrets n°s 2005-1386 et 2005-1387 du 8 novembre 2005. . · La place du Parlement a) La délégation législative en Belgique. L’éTAT D’URGENCE DANS UN éTAT DE DROIT.

L’état d’urgence permet l’interpellation et l’assignation à résidence de personnes considérées comme inquiétantes (à défaut d’être dangereuses) pour la société.

L’éTAT D’URGENCE DANS UN éTAT DE DROIT

Une assignation à résidence pour 12h. Ce n’est pas un enfermement sous bracelet, qui ne peut faire suite qu’à une interpellation et à une condamnation par un tribunal, ce que l’on appelle et qui est l’état de droit. Dans un cas, les policiers courent après les voleurs, les interpellent et les interrogent … en lien avec le Procureur de la République (autrement appelé « le Parquet ») qui défère ou non à un juge. L’avocat est associé à la garde à vue, dès le début désormais. L’état d’urgence, pour les 3 mois qui viennent, « donne la main » au ministère de l’Intérieur et donc aux Préfets. Photo : DR Atlantico.