Les droits sur la musique seront étendus à 70 ans d'ici fin 2013 Les droits sur la musique seront étendus à 70 ans d'ici fin 2013 La prochaine majorité parlementaire aura la difficile tâche de faire passer une réforme d'extension de la durée de protection des droits des producteurs et artistes-interprètes ; mais elle aura au moins comme consolation de pouvoir une nouvelle fois accuser Bruxelles. Même si tous les députés nationaux participent, via leur formation politique, à la vie parlementaire européenne... La semaine dernière, profitant d'un revirement du Danemark, le Conseil l'Union Européenne a réussi à trouver une majorité d'états membres pour faire passer la réforme d'allongement des droits de 50 à 70 ans après l'enregistrement de l'œuvre musicale. Dans un communiqué (.pdf), le Conseil a précisé que les pays membres de l'Union Européenne disposeront de deux ans pour transposer la nouvelle règle en droit national. Ainsi d'ici fin 2013, le domaine public sera amputé de 20 ans d'œuvres qui auraient dû passer dans le domaine public.
Musique virtuelle, écoute que coûte- Ecrans-Mozilla Firefox La musique n’existe plus. Physiquement, tout du moins. Les étagères de CD prennent la poussière et, pour écouter un petit air, c’est son ordinateur qu’on allume. Musique virtuelle, écoute que coûte- Ecrans-Mozilla Firefox
40 % des utilisateurs de WiFi ne savent pas le sécuriser, selon la CNIL britannique La sécurisation efficace de l'accès à Internet est un exercice plus difficile qu'on ne le croit, surtout pour un utilisateur peu féru d'informatique. C'est ce que révèle une récente enquête (.pdf) citée par l'Information Commissioner's Office (ICO), l'équivalent britannique de la CNIL. 40 des utilisateurs de WiFi au Royaume-Uni ne savent pas comment sécuriser leur réseau sans fil. L'enquête a également mis en lumière la méconnaissance des utilisateurs sur la sécurité de leur propre réseau WiFi. 16 % des sondés ont reconnu ne pas savoir s'ils utilisent un réseau sécurisé ou s'il est librement accessible par d'autres internautes. Pourtant, l'ICO note que les fournisseurs d'accès peuvent apporter de l'aide dans le réglage des paramètres. 40 % des utilisateurs de WiFi ne savent pas le sécuriser, selon la CNIL britannique
Le streaming musical sur mobile va exploser dans les prochaines années Le contraire aurait été vraiment étonnant. À l'heure où la musique en streaming s'impose chez les internautes, avec des services comme Deezer, Jiwa ou Spotify, une étude menée par le cabinet de recherche ABI montre que cette tendance va aussi frapper les mobinautes. Selon les projections de l'institut, le streaming musical sur mobile va exploser dans les prochaines années. Pour Aapo Markkanen, analyste chez ABI, le nombre d'abonnés aux services de streaming musical sur mobile devrait approcher les 5,9 millions d'ici la de l'année. Mais dès l'année prochaine, ce cap sera balayé et le secteur aura une croissance très dynamique (+ 95 %) jusqu'en 2016. Au total, plus de 161 millions de mobinautes auront souscrit une offre d'un service de streaming musical. Le streaming musical sur mobile va exploser dans les prochaines années
Droit d’auteur et Internet : l’éthique en classe

Droit d’auteur et Internet : l’éthique en classe

Infobourg, publié le 6 janvier 2011 Un dossier conjoint de l’Infobourg et de Carrefour éducation Par Marc-André Brouillard Introduction L’utilisation d’une œuvre dénichée sur Internet pour préparer une présentation en classe, détailler des notes de cours ou pour concevoir un site Internet devrait soulever des questions d’ordre éthique.
BD : l'offre numérique prend de plus en plus de poids BD : l'offre numérique prend de plus en plus de poids C’est une première ! Bamboo, Casterman, Dargaud, Delcourt, Dupuis, Glénat, Le Lombard et Soleil s’associent pour répondre aux enjeux du numérique. Ces éditeurs comptent ainsi mettre en place avec Bande Numérique une stratégie commune de promotion de la BD au format électronique. L’offre
Pour être un tant soit peu audibles lors du combat contre Hadopi. les opposants à la loi se sont retrouvés presque contraints de faire, à leur tour, des propositions pour « sauver » des artistes soi-disant spoliés par le « piratage » et les échanges pair-à-pair (P2P). Le risque, quand on fait de telles propositions (licence globale, « contribution créative »), c’est de justifier les mensonges des majors : si l’on cherche des solutions pour rémunérer les musiciens, c’est bien que le P2P leur fait perdre de l’argent... Le bourrage de crâne des tenants de la répression (quels que soient leurs buts réels) a si bien fonctionné qu’il a définitivement ancré dans l’imaginaire collectif l’idée que l’échange d’œuvres numériques impliquait un manque à gagner pour les artistes, qu’il faudrait combler d’une manière ou d’une autre.

Pourquoi les ventes de disques baissent-elles ?, par Laurent Chemla (Le Monde diplomatique)-Mozilla Firefox

Pourquoi les ventes de disques baissent-elles ?, par Laurent Chemla (Le Monde diplomatique)-Mozilla Firefox