Actualités

Facebook Twitter

Google et RIM répondent aux critiques de Steve Jobs. Lors de la publication des résultats trimestriels d'Apple, lundi 18 octobre, son PDG, Steve Jobs, n'a pas ménagé la concurrence.

Google et RIM répondent aux critiques de Steve Jobs

"Nous avons facilement battu les 12,1 millions de téléphones (BlackBerry) vendus par Research in Motion lors de leur dernier trimestre, a notamment déclaré M. Jobs, et je ne vois pas comment ils peuvent nous rattraper à court terme. " Durant sa présentation, le responsable d'Apple a aussi critiqué le système d'exploitation de Google pour terminaux mobiles, Android. "Alors que Windows a la même interface sur tous les PC, Android est très fragmenté.

HTC et Motorola installent des interfaces propriétaires, pour se différencier", estime M. Evoquant le marché des tablettes tactiles, Steve Jobs a assuré que les appareils concurrents de l'iPad attendus pour Noël étaient déjà "morts", parce qu'ils offrent "moins pour plus d'argent". Mais les ripostes des entreprises mises en cause n'ont pas tardé. Retraite : Retraites : ce que la réforme va changer. Apple perd un procès et se fait attaquer par Motorola ! 625,5 millions de dollars (450 millions d’euros) c’est ce que pourrait devoir Apple à la société Mirror Words pour violation de trois brevets en rapport avec Cover Flow, Spotlight et Time Machine !

Apple perd un procès et se fait attaquer par Motorola !

Le jury souhaite accorder à Mirror Words, qui avait déposé plainte en 2008, 208,5 millions de dollars de dommages (150 millions d’euros) pour chaque brevet. Parallèlement Motorola, récemment attaqué par Microsoft, vient de déposer plainte contre Apple pour violation de 18 brevets sur des technologies clés, comme les antennes, les normes sans fil, la géolocalisation et d’autres fonctions importantes qu’on retrouve notamment sur l’iPhone, l’iPad, l’iPod touch ! Ci-dessous le schéma de la guerre des brevets réalisé par macrumors.

Médias

Montebourg : critiques contre TF1. Après l'avoir qualifiée de «télévision à fric», le député socialiste a enfoncé le clou en accusant dimanche la chaîne privée de suivre «une tradition délinquante».

Montebourg : critiques contre TF1

Arnaud Montebourg.Crédits photo : François BOUCHON/Le Figaro «Chaîne à tradition délinquante», «télévision de l'individualisme», «télévision du fric». En l'espace de quelques jours, les critiques du socialiste Arnaud Montebourg contre TF1 se sont accumulées, malgré la réplique cinglante de Nonce Paolini, patron de la chaîne, aux premières attaques. Dimanche, le député de Saône-et-Loire a déploré les « privilèges injustifiés » dont bénéficie la chaîne. «Voilà une chaîne qui s'adresse à presque la moitié des Français, qui dispose d'un quasi-monopole et qui a réussi en quelque sorte à circonvenir toutes les autorités et les contre-pouvoirs qui pouvaient lui demander des comptes», a estimé le dirigeant socialiste au «Grand Rendez-vous Europe 1/Le Parisien-Aujourd'hui en France».

Nonce Paolini «consterné» Le patron de TF1 à Montebourg. INFO LE FIGARO - Dans une longue lettre que nous publions, Nonce Paolini, PDG de TF1, répond aux accusations proférées par Arnaud Montebourg dimanche sur Europe 1 Nonce Paolini vient de rédiger une réponse salée à Arnaud Montebourg, député PS qui a accusé dimanche sur Europe 1 TF1 d'être une chaîne «délinquante».

Le patron de TF1 à Montebourg

Nonce Paolini qualifie les déclarations de «consternantes…. un véritable acte d'accusation». Sur deux pages, il réfute point par point les accusations du député PS. «TF1 n'est pas une télé poubelle» réplique le patron de la chaîne privée qui rappelle que «33 millions de téléspectateurs la regardent chaque jour». Après son long plaidoyer, Nonce Paolini qui n'entend pas poursuivre Arnaud Montebourg, lui rétorque que «vous avez quelques difficultés avec la vérité des faits».

Il faut dire que ce n'est pas la première fois que l'homme politique s'oppose à la grande chaîne privée. » DOCUMENT (pdf) - La lettre de Nonce Paolini à Arnaud Montebourg. Lettre-paolini-montebourg.

Finance

Jeux vidéos. HADOPI.