background preloader

Prime à la casse

Facebook Twitter

Les primaires à droite : formidable succès... UMP, camouflons l'échec en attendant la catastrophe. Sarkozy rattrapé par les vrais sujets. La-dette-et-le-deficit-publics-francais-depuis. Pressé d’avoir son avion, Sarkozy a acquis un Airbus ancien au prix du récent…et a dû acheter des moteurs neufs pour 23,4 millions d’euros. Nicolas Sarkozy, pressé de renouveler la flotte gouvernementale, a acheté un avion ancien au prix du récent.

Pressé d’avoir son avion, Sarkozy a acquis un Airbus ancien au prix du récent…et a dû acheter des moteurs neufs pour 23,4 millions d’euros

Rien de grave, s’il n’avait pas fallu in fine acheter des moteurs neufs. Surcoût de l’opération, 23,4 millions d’euros, selon le rapport de la Cour des comptes, qui détaille le financement du nouvel A 330-200 de l’Elysée. Petit retour sur une saga, débutée le 15 février 2008. Ce jour là, le chef de l’Etat major particulier de Nicolas Sarkozy notifie à Matignon la décision de renouveler la flotte gouvernementale, avec une exigence de délais : le nouvel avion du président doit être prêt à l’été 2010. De cette exigence vont naître de considérables surcoûts. Vendu par ILFC 45 millions d’euros, l’avion est finalement acheté 50 millions d’euros par l’Etat.

Affaire Carla Bruni-Sarkozy : la chronologie. Dette-publique-de la France - évolution.

Réformes - Projets

La Cour des comptes dresse un bilan négatif de la sécurité depuis 2002. La réforme de la taxe professionnelle coûte nettement plus cher. Finances publiques : le rapport que Sarko n'a visiblement pas lu. Le premier d'entre eux livrait des conclusions intéressantes, peu explicitées dans les constats et recommandations énoncées par Nicolas Sarkozy à son assistance.

Finances publiques : le rapport que Sarko n'a visiblement pas lu

Le rapport sur la situation des finances publiques, réalisé par Paul Champsaur et Jean-Philippe Cotis, donne en effet quelques résultats gênants pour l'argumentaire sarkozyen. 1. Le déficit structurel du budget s'est aggravé en de 2000 à 2003, puis à nouveau en 2007 et 2008. Qui gouvernait la France depuis 2002 ? 2. La hausse des dépenses publiques, en valeur relative, provient des prestations sociales (y compris retraites). 9. Sarkozy: Opération enfumage sur la retraite.

La baisse des impots ne fait pas la croissance. Les faits sont tétus, les chiffres aussi, et voilà le tout sous forme d’une courbe qui démontre que chez nous aussi la baisse des impots pour les riches ne fait pas la croissance.

la baisse des impots ne fait pas la croissance

Encore une fois, la grotesque théorie du ruissellement se prend une claque. Regardez cette courbe qui représente le taux marginal supérieur de l’impôt sur le revenu, c’est à dire celui de “la dernière tranche“. Cela depuis 1950. Vous observez donc que la croissance du PIB mensurée en jaune clair, n’est pas lié à la baisse ou non des impôts pour les plus riches. Je vous ai déjà expliqué dans un précédent billet que depuis 2002, cette baisse et ces cadeaux fiscaux représentaient actuellement plus de 30 milliards d’euros en année pleine. On notera et c’est un rappel, que ces baisses d’impôts ont commencé dans les années où la financiarisation de l’économie à commencé elle aussi. Quand à Sarkozy, Fillon, Lagarde et la bande de zozos de l’UMP. Comments are closed. ”L’Etat perd 100 milliards de recettes fiscales!” - Edition - Larrouturou - interview. Plus que jamais, l'inventeur de "la semaine de 4 jours" prône "le partage du travail" et "un nouveau contrat social".

”L’Etat perd 100 milliards de recettes fiscales!” - Edition - Larrouturou - interview

A l'heure où l'Assemblée vote l'allègement de l'ISF, il estime que l'Etat s'assurerait 100 milliards de recettes fiscales supplémentaires par an s'il revenait à la fiscalité de l'an 2000. Interview de ce joyeux pessimiste (propos recueillis le 10 juin 2011). Bilan de 5 années de présidence Sarkozy et maj prés UMP. Action de Sarkozy suivie à la loupe - Le Figaro - Politique. Alors que l'UMP lance son «tableau de bord de suivi des engagements» présidentiels, des étudiants en sciences politiques ouvrent un site pour vérifier les promesses du chef de l'Etat.

Action de Sarkozy suivie à la loupe - Le Figaro - Politique

Alors que Nicolas Sarkozy fête aujourd'hui ses six mois au pouvoir, deux initiatives séparées tentent de mesurer ce que le chef de l'Etat et son gouvernement ont accompli durant ces 180 jours. L'UMP, tout d'abord, a lancé depuis ce matin son «tableau de bord de la réforme». Cette initiative, annoncée par Patrick Devedjian lors des journées parlementaires de l'UMP début octobre, vise à «suivre les promesses qui ont été faites durant la campagne électorale» et leur mise en œuvre. Concrètement, chacun des 15 grands engagements du programme de Nicolas Sarkozy se voit attribuer par l'UMP un «indicateur d'avancement», dont le parti de la majorité prend garde de préciser dans la «charte» expliquant le tableau qu'il est «subjectif, fixé par l'UMP en tant que garante des engagements pris».

Nicolas Sarkozy a pour bilan un quinquennat fait d'affaires et de mauvais chiffres. En ce 1er février, l'heure n'est pas encore venue de faire le bilan complet de l'action de Nicolas Sarkozy au pouvoir.

Nicolas Sarkozy a pour bilan un quinquennat fait d'affaires et de mauvais chiffres

Néanmoins nous nous rapprochons à grand pas de la fin de son "règne" et il est donc temps de jeter sur une feuille quelques éléments incontestables de son exercice du pouvoir. A l'image de son parcours personnel au RPR et à l'UMP, son quinquennat aura été chaotique et lui qui vantait aux Français une "République irréprochable", on ne peut pas affirmer que ces cinq années passées auront été tout sauf un fleuve tranquille puisque émaillées d'affaires, scandales, magouilles et condamnations en tout genre, "mouillant" ministres et entourage voire le chef de l'Etat lui-même : Pour mémoire, elles ont pour nom : Le grand flop des heures sup. (photo : Robbert van der Steeg - Flickr - cc) Le 21 mai dernier le gouvernement a diffusé une étude réalisée par la Dares, le service statistique du ministère. Elle dresse un bilan mauvais, très mauvais même du dispositif des heures supplémentaires défiscalisées issues de la fameuse loi Tepa (travail emploi et pouvoir d’achat), loi qui créait entre autres le fameux bouclier fiscal.

D’abord, 80% des salariées du secteur concurrentiel déclarent être dans des entreprises qui ne font pas faire des heures sup. Vous direz donc 20% font des heures sup'. Même pas. Pourtant les salariés réclament des heures sup ! Ça, c’était le rêve du gouvernement, les salariés allaient réclamer de travailler plus pour gagner plus. Et les salariés restent attachés aux 35 heures Ils sont incorrigibles ! Ca fait un pour un non ? Heures sup : le rapport qui accable. Finances publiques : le rapport que Sarko n'a visiblement pas lu.