background preloader

Tgrt

Facebook Twitter

TrGu

Le bonheur, un idéal qui rend malheureux? FIGAROVOX/ENTRETIEN - Le philosophe allemand Wilhelm Schmid vient de publier un essai intitulé Le Bonheur. Alors que le sujet de philosophie proposé aux élèves de terminale S est «Vivons-nous pour être heureux ?» , FigaroVox lui a demandé sa définition du bonheur. Wilhelm Schmid vit à Berlin et enseigne la philosophie à l'université d'Erfurt. Le Bonheur (Éditions Autrement), court opus devenu un succès international, est son premier livre traduit en français.

FigaroVox. - Votre livre s'intitule Le Bonheur. Wilhelm Schmid. - Il existe trois types de bonheur. Un deuxième type de bonheur a toutefois une signification encore supérieure pour l'homme moderne: le bonheur du bien-être. Mais seul l'art de vivre philosophique est capable d'éviter à un homme de résumer toute sa vie à un unique bonheur de bien-être. Un indice du bonheur national brut a été créé par l'ONU. Dès le Ier siècle après J. Les gens ont toujours cherché le bonheur, mais pas toujours avec la même intensité. Le bonheur, tributaire de la société. | Guillaume Deloison. Le bonheur, concept compliqué et riche en définition.

Parfois l’assouvissement de tout les désirs et d’autres fois la réalisation de tout ce qui est « bien ». Dans chacune de ses définitions pourtant revient un élément qui est lui aussi omniprésent dans chacune de nos existences. La société. En effet, c’est elle qui détermine ce qui est « bien » ou « mal » pour chaque membre dont elle est constituée. Et c’est elle aussi qui fait d’une chose un objet désirable et plus ou moins nécessaire.

Comme un tracée vers le bonheur, les immeubles créent des lignes horizontales qui guide le regard vers ce ciel pure. Cette réflexion semble donc s’opposer totalement à une pensée sartrienne qui placerait la société comme un enfer : « l’enfer c’est les autres ». La société ne crée donc pas à proprement parlé le bonheur mais en définissant le « bien » et le « mal » et créant un système de valeur elle cristallise Un bonheur qu’il est souhaitable d’atteindre dans une société donnée. Guillaume Deloison. Peut-on être heureux au travail ? du 09 août 2016 - France Inter. Le travail c'est la santé, chantait Henri Salvador, mais ne rien faire c'est la conserver... Difficile d'évoquer le travail sans penser pénibilité. Dieu aurait condamné tous les hommes au labeur, mais si on en croit le baromètre Ipsos publié récemment, tous les hommes ne le vivent pas de la même façon.

Les Français font partie de ceux qui se sentent le moins bien au boulot. Manque de considération de la hiérarchie, absence de perspective d'avenir, pas facile dans ces conditions de s'y épanouir. Pourtant les études se multiplient pour dire qu'un salarié heureux c'est aussi un salarié performant. Technique de management ou altruisme ? Peut-on être heureux au travail ? Les neurosciences : au service des managers, entreprises et institutions humanistes: Pourquoi le bien-être au travail est-il plus avantageux pour l’entreprise que ses contraires ? Comparons simplement les processus et conséquences de nos conditionnements primaires. Sachant que les déterminismes biologiques de tout être vivant, dont l’être humain, sont de : Deuxprocessus conditionnés sont à l’œuvre en permanence pour nous permettre de maintenir notre équilibre biologique (homéostatique) et poursuivre ces objectifs.

Avec des conséquences dans les deux cas, sur les comportements générés, et le coût ou le gain que cela peut représenter. Sans parler ici du coût humain, santé et société. Coûts estimés du processus 1 : 3 Milliards d’euros par an pour le stress, selon une étude de INRS (Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles) datant déjà de 2007, et dont l’INRS dit lui-même que les chiffres sont sous-évalués. Gains estimés du processus 2 : Depuis quelques années, les neurosciences investissent de plus en plus le terrain de recherche sur les émotions, au travers de nombreux travaux. La bienveillance au travail, c'est possible ! Améliorer le bien-être Salles de jeux, de sport, jardins partagés, mise à disposition de paniers bio… Dans ce domaine, les entreprises ne manquent pas d’imagination pour chouchouter leurs salariés.

Pour son entreprise nantaise de communication responsable, Alexandre Legendre a, par exemple, aménagé un poulailler et un potager, « pour s’occuper de la terre pendant les pauses et ne pas être toute la journée devant son ordinateur ». Il y a ceux qui améliorent le cadre de travail : matériel ergonomique, locaux lumineux, spacieux, feng shui… Ceux qui aident à équilibrer vie professionnelle et vie privée : horaires aménagés, télétravail, garderie d’enfants… Ceux qui cherchent à donner du sens au travail de chacun, à le rendre plus intéressant en permettant, par exemple, aux salariés de développer des projets qui leur tiennent à coeur. Ou qui prêtent attention à la santé de leurs collaborateurs en soutenant l’arrêt du tabac, en proposant des abonnements Vélib’ ou des cours de gym… Poser un cadre. "Les entreprises du bonheur se sont affranchies des gens payés pour contrôler les autres", affirme Martin Meissonnier.

ENTRETIEN VIDÉO Cette semaine, ce n’est ni un sociologue, ni un consultant ni un DRH qui parle du travail, mais un réalisateur reconnu de documentaires pour la télévision, Martin Meissonnier. Après s’être intéressé à des sujets comme la fée électricité, les poubelles, ou la diplomatie des banlieues, il a passé plusieurs années à enquêter sur le bonheur au travail. Une réflexion, dans la lignée des travaux d’Isaac Getz, sur les entreprises libérées, qui décident de remettre le salarié au cœur du travail. Le résultat sera diffusé le 24 février sur Arte.

En attendant, Martin Meissonnier a accepté de partager son expérience de réalisateur. Car le bonheur est aussi une question de regard. L’Usine Nouvelle - Quelles difficultés avez-vous rencontrées pour faire ce film sur le bonheur au travail ? Martin Meissonnier - Je crois n’avoir jamais autant tourné.

Comment est née l’idée du film ? J’ai un vieux copain consultant et qui est devenu psy. De quoi parle-t-il ? Non. Non. Recette gagnante pour travail d'équipe : beaucoup de femmes et d'empathie. Il y a des idées préconçues qui persistent dans les mentalités. Parmi elles, celle-ci : mettre les plus compétents en équipe aboutira forcément en un résultat grandiose. Après tout, le calcul semble évident.

Additionner des esprits brillants ensemble devrait donner une intelligence collective incroyable. Non? Pourtant, depuis 2010, les scientifiques tendent à déconstruire cette idée. Les femmes, facteur de succès d'équipe En effet, l'étude Pentland (2010) du MIT avait montré que les groupes ayant une intelligence collective plus élevée n'avaient pas des membres au Q.I. exceptionnel ni ne comportaient des gens plus extravertis ou introvertis que d'autres. De plus, leurs membres réussissaient tous mieux que les autres le test de « l'esprit dans les yeux ».

Enfin, les équipes les plus opérantes seraient celles comportant davantage de femmes. Même en ligne, les émotions comptent Illustration : gpointstudio, shutterstock Références : Engel, David, Anita Williams Woolley, Lisa X. Ses salariés évacuent leur stress dans la nature - SUR le terrain - Mathias Péju, dirigeant d'Impact Concept. Observer un peuplier et revivre l'urgence du dernier contrat qu'il a fallu traiter... Comparer les roseaux à la réunion d'équipe hebdomadaire...

L'idée vous semble saugrenue? C'est, pourtant, l'expérience vécue par une poignée de collaborateurs d'Impact Concept, une PME spécialisée dans la signalétique et la décoration professionnelles. « Rien que le fait de se retrouver dans un jardin est très bénéfique, souligne le dirigeant Mathias Péju. Les salariés sont apaisés, voire même décontractés et ce au bout de cinq minutes à peine. » Le chef d'entreprise ne participe pas à cette journée de formation pas comme les autres, exclusivement réservée aux dix salariés choisis, à savoir des chefs d'équipe, de bureaux et des contre-maîtres. « Nous avons préféré faire participer les managers, pour qu'ils répercutent les enseignements de cette journée à leur équipe », justifie Mathias Péju.

Impact Concept > Activité Signalétique et décoration professionnelles > Ville Altortville (Val-de-Marne) Zoom Etude. Ils chouchoutent leurs salariés qui le leur rendent bien - ILS L'ONT FAIT. Thibault Viort, dirigeant de IsCool EntertainmentIl assure la montée en compétences de ses salariés IsCool Entertainment, éditeur de jeux sur les réseaux sociaux, mise sur son capital humain: des hommes et des femmes impliqués dès leur arrivée dans l'entreprise.

Un investissement essentiel pour cette PME en forte croissance: 40 salariés en 2010, chiffre qui a doublé un an plus tard. Les managers sont attentifs à l'intégration des recrues, dont l'arrivée est annoncée dans une newsletter mensuelle. Chaque vendredi matin, tous les salariés participent à une conférence plénière, échangeant sur des sujets du type «la philosophie au service de l'innovation», une ouverture d'esprit nécessaire à leur créativité. IsCool Entertainment > Activité Edition de jeux en ligne > Ville Paris (IIe) > Forme juridique SA > Dirigeant Thibault Viort, 38 ans > Année de création 2001 > Effectif 80 salariés > CA2010 9,3 MEuros > RN2010 1,9 MEuros Sainte Lucie Groupe Fed Bluestone. Prévenir le stress, c'est rentable. Une salle de gym, des massages au bureau, des cours de gestion du stress : ces initiatives font certes du bien aux employés.

Cependant, elles sont nettement insuffisantes pour s’attaquer au stress au travail, déclarent les experts. Et encore moins pour réduire l’absentéisme et les cas de burnout. « Ce sont des approches "Tylenol" », affirme Angelo Soares, sociologue et professeur en gestion à l’Université du Québec à Montréal. « C’est comme si on avait une grande fièvre, qu’on était très malade, et qu’on croyait régler le problème avec une pilule!

, résume-t-il. La durée d’action de ce type d’approche, qui cible les employés, est d’environ six mois, selon plusieurs études menées à travers le monde1. Des chefs d’entreprise mal orientés Jusqu’à la fin des années 1990, les dirigeants d’entreprise ont privilégié les interventions individuelles pour contrer le stress et améliorer la productivité de leurs employés. Mais alors, que faire? Des préjugés tenaces Y a-t-il une volonté politique? Le bonheur en entreprise, ça existe ! Peut-on être heureux au travail ? du 09 août 2016 - France Inter. JOURNAL DE BORD.

Bonheur/Société

Bonheur/Argent.