background preloader

Hommes dans le féminisme

Facebook Twitter

Veille permanente féministe • "Mais les hommes aussi se font violer", "mais les hommes sont davantage victimes de violences" Le sexisme anti-hommes... et pourquoi il n'existe pas. « Sexisme anti-hommes », « sexisme inversé » (s’il est « inversé », on reconnaît dans quel sens fonctionne le sexisme « normal » !) , « misandrie »… Vous avez sans doute déjà entendu ces expressions, dans un raisonnement honnête ou pour contourner de manière fort pratique le problème de la misogynie. Elles désignent les oppressions dont seraient victimes les hommes, souvent attribuées aux féministes ou aux femmes en général. Signe distinctif de ces oppressions : elles n’existent pas… ou, du moins, elles ne sont pas ce que vous croyez. Une symétrie illusoire Il faut tout d’abord rappeler que le sexisme est un système. Siffler un garçon dans la rue, même si ce n’est pas très fin, ne peut pas être considéré comme « sexiste » au même titre que siffler une fille : dans le premier cas ce sera un incident isolé, dans le second cela rentre dans un contexte général d’objectification des femmes.

Certes, les hommes sont eux aussi exposés à des modèles physiques irréalistes. En fait non. ? 5 Ways Modern Men Are Trained to Hate Women. Photos.com I don't know what it's like to be a woman, so it's not easy for me to describe what it's like to be a man, because I don't know what you're using for context. I'm going to do my best: Did you ever watch old cartoons where a character is starving on a desert island, and when another character approaches, he's so hungry that he imagines the other character as a talking piece of food? Via TV TropesThird panel omitted due to graphic content. It's like that for most men, most of the time. We're starving, and all women are various types of food.

Only instead of food, it's sex. Right now I'm reading a book from mega-selling fantasy author George R. "When she went to the stables, she wore faded sandsilk pants and woven grass sandals. That's written from the woman's point of view. Do you see what I'm getting at? Photos.comWe also assume you have the taste of a pimp. Go look at a city skyline. All those wars we fight? It's all about you. Photos.comNope. Via Wikipedia Via Caglecartoons.com. Moi, ça va. Comment peut-on être un homme féministe ? Car pour être entendu-e il ne suffit pas d'avoir des choses à dire, il faut encore un « horizon d'attente » qui rende le monde attentif à votre propos, il faut encore plus concrètement avoir à sa disposition des outils de légitimation de la parole (un poste universitaire ou au pire d'enseignement, un réseau social, des références reconnues, et n'oublions pas l'assurance que ce qu'on a à dire est passionnant) dont certains sont plus faciles à acquérir quand on est socialisé en tant qu'homme, soit qu'on encourage très tôt les femmes à l'auto-dénigrement, soit que les préjugés sexistes entravent leur accès à des circuits de reconnaissance (2).

Quand le féminisme n'était qu'une relique des années 70, dénigré à coup de clichés sur les poils aux pattes et les autodafés de soutien-gorges, une période que je situe quelque part entre 1981 et 1997 (3), le paysage était assez clair : pour être féministe, il fallait en vouloir. Il fallait y voir une urgence : Concrètement, donc... What About the Men? Why Our Gender System Sucks for Men, Too. July 10, 2012 | Like this article? Join our email list: Stay up to date with the latest headlines via email. This article is from a book in progress by Noah Brand and Ozy Frantz. If you are anything like us, you spent some time when you were younger playing with optical illusions: the vase that, if you looked at it differently, was two faces; the fish that were also birds; the old woman who was also a young lady.

If you were reading this in a book in a bookstore, and some malicious person had not moved it into the Local Birdwatching category, it would almost certainly be next to some other books about gender. (Yes, this is related.) You’d think that only women have a gender. For a long time, we’ve only been able to see half the illusion—we see the birds, but not the fish; the vases, but not the faces. Indeed, the current cultural trend of terms like bromance, guyliner, mancession, and so on -- “bromanteaus” as we call them -- just demonstrates the power of hegemonic masculinity. Préface de Christine Delphy au livre de John Stoltenberg : Refuser d’être un homme – Pour en finir avec la virilité. Avec l’aimable autorisation des Editions Syllepse Pourquoi publier le livre d’un homme dans une collection féministe, qui publie d’ordinaire des livres écrits par des femmes ? Est-ce une entorse aux principes du féminisme radical ?

À mon sens, non. Le mouvement féministe de la deuxième vague, né dans les années 1970 dans tous les pays occidentaux, et qui s’est inspiré du mouvement américain des droits civiques, estimait – et pour ma part j’estime toujours – que la libération des opprimé·es doit être l’œuvre de celles-ci et de ceux-ci ; que l’intervention des hommes dans les réunions, les réflexions, les ouvrages féministes a trop souvent comme effet de faire jouer à nouveau le prestige qu’a le groupe dominant aux yeux des dominé·es ; et de permettre ainsi à ce groupe de continuer à jouer son rôle naturel : à diriger, à exercer son pouvoir jusque dans les lieux qui ont pour but de le contester.

Il est donc juste de leur refuser ce rôle. John Stoltenberg est un de ces hommes. Like this: De la masculinité à l’anti-masculinisme : Penser les rapports sociaux de sexe à partir d’une position sociale oppressive. Origine : Dans cet article, je propose une réflexion sur la manière dont les chercheurs-hommes engagés dans la lutte contre l’oppression des femmes par les hommes peuvent optimiser leur efficacité politique et scientifique dans l’analyse des rapports sociaux de sexe[1].

En effet, lorsqu’ils prétendent produire des analyses non-biaisées et pertinentes, ils sont confrontés à une double difficulté : d’une part comprendre pleinement des analyses féministes qui désignent leur existence comme source permanente d’oppression des femmes ; d’autre part apprendre à gérer les conflits intérieurs qui en découlent de façon à leur permettre un regard productif, impliqué autant que distancié, sur leur construction et leur action oppressives.

Analyse des rapports sociaux de sexe : le décalage genré Position sociale, androcentrisme et capacité d’analyse Transformation de notre subjectivité : deux temps Bibliographie Hartsock, Nancy (1998). 12 suggestions pratiques destinées aux hommes qui se trouvent dans des espaces féministes. Ceci est une traduction de la compilation produite par kettetastic. Traduction par Janik. Source : Règle #1. Prenez conscience du fait que les discussions ne tournent pas autour de vous. En corollaire à la règle #1 : le féminisme concerne les femmes. Règle #2 : Soyez conscient de vos privilèges. En corollaire à la règle #2 : le «sexisme à l’envers» n’existe pas. Règle #3 : Apprenez à écouter. Corollairement à la règle #3 : Si vous avez des doutes, bouclez-là. Règle #4 : Résistez à la tentation inconsciente de dominer.

Règle #5 : Essayez de ne pas être défensif. Règle #6: Sachez que ce n’est pas notre tâche de vous éduquer. Règle #7 : Si des gens vous traitent de trolls, c’est qu’il y a probablement une bonne raison. Règle #8 : N’essayez pas de jouer au Chevalier Servant. Règle #9 : Les femmes ne sont pas un bloc monolithique. En corollaire avec la règle #9 : ne tentez pas de dresser les femmes les unes contre les autres. Hommes et féminisme. J'étais en train d'écouter une émission sur le "féminisme au masculin" et d'un coup cela m'a profondément gonflée. Les hommes sont une classe dominante. Qu'ils le veuillent ou non.

Ils en font partie qu'ils le souhaitent ou pas. Si vous êtes embauché au même poste qu'une femme à compétences et diplômes égaux, vous serez probablement mieux payé. Vous n'y êtes pour rien mais c'est ainsi. Entre une jeune mère de famille et un jeune père de famille, on tendra aussi à embaucher l'homme puisqu'on partira du principe que la femme va beaucoup s'absenter quand l'enfant sera malade.

Les exemples sont légions. C'est la même chose pour le racisme. Revenons donc à nos hommes féministes. Non les hommes féministes préfèrent "défendre les droits des femmes". J'ai toujours été frappée par le fait que le bouquin qui fait référence sur le féminisme est un livre de Bourdieu, La domination masculine. 2013/09/hommes-et-feminisme-ne-me-liberez-pas.html. Tout comme j’avais été pour le moins dubitative d’apprendre qu’un homme était derrière le mouvement Femen. J’ai bien senti que cette affirmation provoquait quelques interrogations et qu’il flottait dans l’air un discret soupçon de misandrie à mon encontre.

Comme cette question a fait l’objet d’un débat très intéressant sur Twitter entre @Catnatt @fsoulabaille (qui en a d’ailleurs fait un billet), @lactualaloupe et moi-même, j’ai décidé d’en faire un post, moyen beaucoup plus pratique pour s’expliquer que 140 caractères. Oui, je suis définitivement opposée à ce qu’un homme dirige un mouvement ou un journal féministe. Tout comme je suis favorable à la non-mixité au sein des mouvements féministes. Cela ne fait pas pour autant de moi une misandre engluée dans sa détestation générale des hommes. Car même avec la meilleure volonté du monde, il est extrêmement difficile de s’extraire de ses conditionnements genrés, avec, en corollaire, le risque d’une confiscation du pouvoir. When you talk too much for Twitter.