background preloader

Exposé - stuc L2

Facebook Twitter

Europe des Arts et de la Culture. Verre romain vipard. Fresque romaine. La Fresque en Gaule La fresque est une technique de peinture murale dont les premiers exemples apparaissent en Gaule du sud avant la conquête romaine, sous l’influence de la culture hellénistique et romaine, mais qui prend un essor important avec la romanisation, où les élites provinciales gauloises adoptent cette mode venue d’Italie.

Fresque romaine

Le goût pour la fresque se répand rapidement et les ateliers régionaux se multiplient, assimilent les techniques et modèles romains mais expriment aussi des variantes locales. La peinture murale domestique dans la Rome antique. Après l’architecture, un petit point sur la peinture murale, pariétale, dans la Rome antique.

La peinture murale domestique dans la Rome antique

Celle-ci fait l’objet d’une typologie en 4 styles. Ce classement à été produit par l’archéologue August Mau, qui s’est basé essentiellement sur les découvertes de Pompéi et sur les descriptions données par Vitruve à propos des maisons de Campanie (De architecturae). La limite de l’exercice réside évidemment dans le fait que ces seules sources ne prennent pas suffisamment en compte ce qui se passe ailleurs dans l’empire. Mais malgré les discussions et polémiques sur les datations et les typologies qui ont pu se produire depuis ce classement, il demeure encore. Voyons de quoi il s’agit. Les stucateurs romains : témoignages littéraires, épigraphiques et juridiques. Dans son acception la plus large, tectorium s'oppose à structura pour désigner tout ce qui recouvre le gros œuvre9 et Varron l'utilise aussi bien pour les enduits polis et peints de la pars urbana de la villa 10 que pour les enduits utilitaires et beaucoup plus grossiers de la pars rustica11.

Les stucateurs romains : témoignages littéraires, épigraphiques et juridiques

Le terme est d'ailleurs si général que l'auteur éprouve le besoin, lorsque c'est nécessaire, de préciser par un adjectif la nature de sa composition : opus tectorium marmoratum12, opus tectorium testaceum13. En revanche, chez Vitruve, le sens tend à se restreindre pour désigner un enduit très précis à base de chaux et de poudre de marbre, et c'est le tector qui est chargé d'élaborer le mélange, comme il apparaît au livre VII du De architectural.

L'étude de la peinture murale. La recherche sur la peinture murale antique s’est considérablement développée en France depuis les années 1970 avec, entre autres, la fondation en 1972, par le laboratoire AOROC de l’ENS-CNRS (UMR 8546), du Centre d’Étude des Peintures Murales Romaines (CEPMR), longtemps dirigé par Alix Barbet.

L'étude de la peinture murale

Une des caractéristiques fondamentales d’un tel laboratoire est que, loin de limiter ses recherches au seul point de vue archéologique ou stylistique, il rassemble de nombreuses spécialités. En effet, l’étude de la peinture murale se fonde sur l’observation de celle-ci comme objet matériel et, à ce titre, il convient bien mieux de parler d’enduits peints que de peinture murale. Ces quelques points que le sujet pousse à aborder font déjà entrevoir la multitude des disciplines concernées : participent donc archéologues, architectes, chimistes, historiens, mais aussi chercheurs en littératures antiques (qui avait dit que les antiquisants n’avaient pas de débouchés ?...) Etc. I. A. 1. 2. C. Le stuc. Le stuc, de l’italien stucco, dénomination d’origine lombarde, fut très employé durant l’Antiquité comme substitut de la pierre.

Le stuc

Sa technique nous est bien connue par le livre VII du De architectura de Vitruve qui en précise les conditions de fabrication et de mise en œuvre. Après la chute de l’Empire romain, cette pratique s’est poursuivie à Byzance et, dès le VIIe siècle, a été adopté par l’Islam. Bien que la pauvreté de la documentation ait pu le laisser supposer, le stuc n’a pas été délaissé en Occident à l’époque médiévale. Il est associé à la peinture dans l’ornementation du sanctuaire chrétien, mais, conservé le plus souvent en fragments, hors contexte, n’a que peu intéressé les historiens de l’art jusqu’à une période récente. Une technique et non un matériau Le stuc se caractérise par la mise en œuvre d’une technique permettant de donner à un matériau plastique l’apparence de la pierre lissée. Pessinonte : les stucs peints. De plâtre : les mesures minimales du panneau sont de 45 x 68 cm.

Pessinonte : les stucs peints

Dans sa partie supérieure l'en¬ semble touche à un bloc noir. Tous ces stucs peints appartiennent au type dit "Style d'incrustation" (. Masonry Style), qui était courant dans les régions méditerranéennes à l'époque hellénistique. Il existe une subdivision d'ordre topographique distinguant un Premier Style oriental et un Premier Style pompéien, possé¬ dant chacun leurs caractéristiques spécifiques. Comme on vient de voir, des fragments du même type ont été découverts dans des constructions d'époque hellénistique à Pessinonte (B6). Justement plus haut sur la paroi8. Cette date est remarquable pour deux raisons. Boisleve 2010. Boisleve stuc. Oplontis. Iwp_auth.html;jsessionid=01DC0C6BA21D926D11FF50EF. Vitruve oeuvre complète : de architectura. Stuc et peintures : rencontres. Comme celles ornant la palestre des thermes de Stabies à Pompéi (19) ou le nymphée de la villa S.

Stuc et peintures : rencontres

Marco à Stabies (20). Dans ce dernier monument, la zone haute des deux murs flanquant l'hémicycle du nymphée est compartimentée en panneaux de stuc surmontant un socle orné de cartouches ; ces derniers, peints alternativement en rouge et bleu, ont servi ensuite de support à de petites scènes figurées ; le relief en disparaissant a mis à nu le fond, révélant sur la surface uniformément peinte l'incisé préparatoire des personnages : par exemple deux Amours traquant un cervidé (fig. 5, cahier couleurs I, p. 71). De même, les architectures en relief ornant les parois des niches encadraient divers sujets - oiseau, cavalier - dont seule la silhouette se laisse encore lire sur les aplats rouges, bleus ou ocre jaune (21).

AFPMA-Association francaise pour la peinture murale antique. La peinture murale antique a été découverte lors des fouilles archéologiques des ruines de Pompéi et par la suite elle a été mise en avant par le biais de nouvelles découvertes dans tout l’Empire Romain.

AFPMA-Association francaise pour la peinture murale antique

Les textes antiques de Vitruve et Pline l’Ancien ont permis de comprendre les fondements de cette technique, mais pour comprendre en détail la technique de la fresque ou peinture a fresco, les enduits peints ont nécessité de nombreuses analyses et recherches de la part des archéologues-chercheurs. Les chercheurs réalisent une étude poussée pour chaque décor peint, sur place ou en fragments, grâce à l’observation de la surface des enduits peints à l’oeil nu avec une lumière rasante.

Une analyse physico-chimique peut-être faite pour confirmer que la peinture a été faite a fresco. Welcome to Flickr!