background preloader

Tantelystmg

Facebook Twitter

Tantelystmg

Marché moto/scooter : bilan à fin août 2016. Après un mois de juillet noir sur le marché des motos et scooters (- 8,5%), un peu comme la méteo, voilà que la tendance semble s'inverser (très légèrement certes) pour ce mois d'août 2016.

Marché moto/scooter : bilan à fin août 2016

Les vacances sont passées par là, le soleil a brillé cet été... Des conditions propices à relancer le nombre d'immatriculations de motos et scooters. Nous faisons le point sur le marché motos et scooters à fin août. Si le marché 125 enregistre une légère baisse des ventes (- 0,91%) sur le cumul des huit premiers mois 2016, à l'inverse le marché des motos et scooters de plus de 125 cm3 est en nette progresion avec une variation de + 5,65 %. Les 125 cm3 à la peine Si les 50cm3 s'en sortent plutôt bien avec une évolution de + 2,8% entre janvier et août 2016 par rapport à la même période l'année dernière, ce sont les 125 cm3 qui peinent à enregistrer un score positif. Les gros cubes se portent bien Côté constructeur, Suzuki enregistre des chiffres inquiétants. Marché moto - scooter septembre 2016 : bonne rentrée. Le marché moto et scooter de plus de 50 cm3 hors trois-roues LT à fin septembre 2016 reste positif avec + 3 % par rapport aux 9 mois 2015.

Marché moto - scooter septembre 2016 : bonne rentrée

Ce mois de rentrée a confirmé le beau mois d’août, grâce à une météo favorable et la disponibilité de modèles Euro4 attendus. Ce sont encore les motos de grosses cylindrées qui tirent le marché, tandis que les scooters 125 et plus continuent à voir leurs ventes décliner. Le mois de septembre 2015 n’affichait qu’une très légère baisse de 1 %. Le bon résultat ( + 12,2 % avec 13219 immats) enregistré en ce mois de septembre 2016 n’est donc pas dû à un effet rebond, surtout qu’il vient après un mois d’août largement positif aussi.

L’embellie du marché du deux-roues motorisé français se confirme donc, sur le seul mois de rentrée comme sur les neuf premiers mois 2016 (3 % avec 121 071 immats). En regardant dans le détail, le contraste entre motos et scooters apparu en début d’année se confirme aussi : + 6,6 % pour les premières, - 4 % pour les seconds. Marché du scooter, l'avenir à 3 roues. XEnvoyer cet article par e-mail Marché du scooter, l'avenir à 3 roues XEnvoyer cet article par e-mailMarché du scooter, l'avenir à 3 roues Art de vivre Les raisons du déclin persistant sont nombreuses et variées.

Marché du scooter, l'avenir à 3 roues

Mais la lumière viendra du trois-roues La France est le pays d’Europe le plus adepte de deux-roues motorisés. Après des années de forte croissance, la baisse des ventes de véhicules deux-roues est effective depuis 2008. Pour expliquer la très mauvaise année 2013, les constructeurs pointent différents facteurs. Désamour des plus jeunes sur un marché hyper mature Ce marché est en berne également pour des raisons structurelles. “La formation de 7 heures, obligatoire et qui coûte quand même près de 350 euros, pour rouler en scooter 125 cm3 et/ou en tricycle motorisé, nous ne la remettons pas en cause. Marché du scooter, l’avenir à 3 roues. Qui sont les champions... du scooter. Les ventes de scooters 125 centimètres-cubes (cc) ont atteint 54.672 unités en 2005, soit une croissance de 13,2 % par rapport à 2004.

Qui sont les champions... du scooter

Elles représentent plus du quart du nombre total de deux-roues de plus de 50 cc écoulés en France cette année. Et la croissance ne faiblit pas : sur les cinq premiers mois de l'année 2006, le marché du scooter 125 cc a enregistré une hausse phénoménale de plus de 40 % par rapport à la même période l'année précédente, grâce à une heureuse conjonction entre la sortie de nouveaux modèles et une vague d'offres promotionnelles. Le constructeur italien Piaggio est le leader historique de ce marché, mais il doit désormais affronter une rude concurrence de la part de plusieurs spécialistes japonais de la moto comme Yamaha, Honda et Suzuki. Peugeot, désormais solidement implanté sur ce créneau, est le seul fabricant français à leur donner la réplique, tandis que de nouveaux acteurs chinois et coréens se font une place chez les concessionnaires.

06d26. La force d'un grand groupe à Saint-Quentin (02) • 1923 : Fondée par Charles Benoît et Axel Bardin, la société Ateliers de la Motobécane sort son premier cyclomoteur 175cc de ses ateliers de Pantin en 1924. • 1949 : Naissance de la Mobylette.

La force d'un grand groupe à Saint-Quentin (02)

L’entreprise connaît un véritable essor. • 1951 : Motobécane délocalise sa production à Saint-Quentin. L'entreprise. Notre société Conçus, développés dans nos bureaux d’étude, nos produits ont un objectif unique : vous satisfaire pleinement.

L'entreprise

Nous le faisons depuis plus de 80 ans, d’abord sous le nom de Motobécane, et depuis 1984, date de la reprise de l’entreprise par le groupe Yamaha, sous celui de MBK. Toutes les années d’expérience accumulées et enrichies de l’expertise du groupe auquel nous appartenons font de MBK la référence française en matière de production de deux-roues. L’esprit MBK, c’est d’abord notre engagement continu pour la qualité, l’innovation, la technologie et le design. Business - Reportage à l'usine de Saint-Quentin : de Motobécane à MBK. C'est triste, mais c'est comme ça : malgré l'explosion des ventes de deux-roues ces dernières années (lire nos Dossiers spéciaux), et après avoir connu son heure de gloire en France jusque dans les années 60, le deux-roues motorisé peine aujourd'hui à s'imposer en France comme une véritable solution de transport individuel, face à une opinion publique aveuglée par le tout sécuritaire...

Business - Reportage à l'usine de Saint-Quentin : de Motobécane à MBK

"Dans les années 60, la Mobylette c'était la Clio d'aujourd'hui", rappelle à juste titre Michel Pagès, responsable de la communication chez MBK. Mais aujourd'hui, quand ce n'est pas une "tribune" nauséabonde dans un "grand" quotidien du soir, c'est une stigmatisation officielle des dangers du deux-roues, et quand ce n'est pas une verbalisation abusive pour stationnement non gênant dans les grandes villes, c'est un refus obstiné de considérer la moto ou le scooter comme d'excellentes alternatives à la circulation urbaine... Du garde-champêtre aux jeunes urbains... Des hommes, des femmes et des robots.